Nicole Le Garrec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicole Le Garrec
Naissance (77 ans)
Plogastel-Saint-Germain
Nationalité française
Profession cinéaste, réalisatrice
Films notables Plogoff, des pierres contre des fusils

Nicole Le Garrec est une réalisatrice et cinéaste française. Elle est née à Plogastel-Saint-Germain (Finistère) le 29 mai 1942 et vit avec son mari Félix Le Garrec, photographe et cinéaste, à Plonéour-Lanvern (Finistère). Elle a notamment réalisé le film Plogoff, des pierres contre des fusils.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Elle naît dans une famille de paysans à Plogastel-Saint-Germain, où la langue de tous les jours est le breton. A 18 ans, elle décroche un baccalauréat littéraire et ne poursuit pas ses études. Après avoir travaillé avec son mari photographe dans leur magasin de Plonéour-Lanvern, tous deux décident d'abandonner le commerce pour se lancer dans une nouvelle aventure professionnelle : recueillir la parole de ceux qui les entourent, artisans, paysans, marins-pêcheurs..., et témoigner de leur quotidien, en images et en son, avec des reportages photos, des diaporamas, des films. Une carrière qu'ils mèneront en Bretagne, mais qui les conduira aussi au Vietnam, au Mali ou encore en Roumanie.

Des diaporamas[modifier | modifier le code]

Elle travaille à plusieurs reprises avec René Vautier : comme scripte pour Avoir 20 ans dans les Aurès (1972) comme coréalisatrice pour La Folle de Toujane (1974) et Quand tu disais, Valéry (1975). Avec son mari Félix Le Garrec (et leur société Bretagne Films), elle réalise des diaporamas : Le Remembrement (Centre-Bretagne, 1972), La langue bretonne (1974) ; Les ardoisiers de Commana, C'est pas vrai que j'ai 80 ans (à Pontanézen, Brest, avec la sociologue Simone Pennec), et des films documentaires : Les enfants dauphins, La chapelle de Languivoa, La porte du Danube (tourné en Roumanie), Pierre-Jakez Hélias l'émerveilleur, La Galoche, Plogoff, des pierres contre des fusils

Plogoff, des pierres contre des fusils[modifier | modifier le code]

Le film Plogoff, des pierres contre des fusils[1], réalisé en 1980 sur le mouvement d'opposition au projet de centrale nucléaire à Plogoff marque sa carrière[2].

Nicole et Félix Le Garrec se rendent d'abord à Plogoff pour participer aux manifestations antinucléaires. Très vite, ils ont la conviction que le soulèvement des habitants de cette petite commune proche de la Pointe du Raz, toutes générations confondues, mais femmes en tête, est exceptionnel. Ils perçoivent qu'il y a là un témoignage essentiel à préserver, d'autant que toutes les chaînes de télévision françaises brillent par leur absence.

Leur documentaire bénéficiera d'une diffusion dans les cinémas, ce qui est rare au début des années 1980, et surtout, il trouve son public, au-delà des espérances des Le Garrec.

Aujourd'hui, la controverse autour du nucléaire reste d'actualité. Nicole et Félix Le Garrec sont régulièrement sollicités pour des projections-débats.

Le film avait été tourné en 1980 en pellicule. Restauré en 2019 d'après le scan du négatif d'origine, il est sélectionné à Cannes Classics, la section dédiée aux films de patrimoine du Festival de Cannes.

Des livres[modifier | modifier le code]

En 2000, Nicole et Félix Le Garrec publient un livre Le siècle des Bigoudènes[3] où Félix a rassemblé des photos noir et blanc du Pays Bigouden des années soixante, souvenirs de l'époque où il tenait un magasin de photographe à Plonéour-Lanvern. Les textes de cet ouvrage bilingue français/breton[4]ont été écrits par Nicole Le Garrec. (édition Blanc Silex, préface de Jean Failler, épuisé).

Vivre pour des images[modifier | modifier le code]

En 2011, Nicole et Félix Le Garrec publient Vivre pour des images, un coffret retraçant, en deux recueils (2 fois 140 pages), leur parcours de photographes-cinéastes, depuis leurs débuts dans leur magasin de photos à Plonéour-Lanvern, jusqu'à l'aventure de Plogoff, des pierres contre des fusils.Un ouvrage réalisé à quatre mains, comme toujours avec les Le Garrec : les photos sont de Félix Le Garrec, les textes de Nicole Le Garrec. (Editions Coop Breizh, 20 euros). Réf 346448.05837.

Témoins silencieux en baie d'Audierne[modifier | modifier le code]

En 2017, Nicole et Félix Le Garrec publient un troisième livre de photos : Témoins silencieux en baie d'Audierne, Éditions Vivre tout simplement (144 pages, format 22 x 26 cm, Prix : 28 euros). Félix photographie depuis presque soixante ans les plages de Tréguennec. Ses clichés proposent un voyage à travers l'évolution de la baie d'Audierne, un site sauvage et magique.[5],[6],[7]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sur une proposition d'Annick Le Loch[8], Nicole Le Garrec a reçu la médaille de la Légion d'honneur, en avril 2014. C'est Louis Le Pensec qui la lui a remise. Une distinction pour "couronner une carrière riche en images et en rencontres"[9],[10]

Et aussi[modifier | modifier le code]

Nicole et Félix est un film sur les Le Garrec, réalisé par Philippe Guilloux en 2014 (55 minutes).

Diaporamas[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Le Remembrement (réalisé au Centre-Bretagne)
  • 1974 : La Langue bretonne
  • Les Ardoisiers de Commana
  • C'est pas vrai que j'ai 80 ans (à Pontanézen, Brest)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1972 : scripte sur Avoir 20 ans dans les Aurès de René Vautier
  • 1974 : coréalisatrice avec René Vautier de La Folle de Toujane
  • 1975 : coréalisatrice avec René Vautier de Quand tu disais Valéry
  • 1977 : Diwan, sur les écoles Diwan
  • 1978 : Mazoutés aujourd'hui sur la marée noire de l'Amoco Cadiz
  • 1979 : Languivoa
  • 1979 : coréalisatrice avec Félix Le Garrec, Le Santik Du
  • 1980 : Plogoff, des pierres contre des fusils, film restauré en 2019, sélectionné à Cannes Classics (section du Festival de Cannes dédiée aux films restaurés)
  • 1987 : La Galoche, avec Pol Turner
  • 1990 : Les Enfants Dauphins
  • 1993 : La Porte du Danube
  • 1995 : Pierre-Jakez Hélias, l'émerveilleur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Bretagne Films
  2. En 1980, un projet d'implantation de centrale nucléaire à Plogoff, commune proche de la pointe du Raz, provoque de virulentes manifestations de la population locale. Dans un premier temps, Nicole et Félix Le Garrec se rendent à Plogoff, sans caméra, pour soutenir la population. Mais l'ampleur du mouvement et la présence massive des forces de l'ordre les conduisent à prendre la décision de réaliser un film, sans aide financière, dont le tournage prendra deux mois et qui connaîtra un succès commercial et critique.
  3. Source : nicoleetfelixlegarrec.com
  4. Traduits en breton par Michel Le Roy ; préface rédigée par Jean Failler.
  5. « Félix et Nicole Le Garrec racontent la baie d'Audierne », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)
  6. « « Mon centre du monde, c'est Tréguennec » », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)
  7. « Témoins silencieux en baie d'Audierne, un livre de Nicole et Félix Le Garrec », actu.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)
  8. « Nicole Le Garrec décorée. Une Légion d’honneur méritée. », Annick Le Loch,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)
  9. Le Télégramme, « Nicole Le Garrec. La vie des autres », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)
  10. Ouest-France, « Nicole Le Garrec promue à la haute distinction », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2018)