Saint-Jean-Trolimon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Jean-Trolimon
Saint-Jean-Trolimon
L'église paroissiale.
Blason de Saint-Jean-Trolimon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Bigouden Sud
Maire
Mandat
Jean-Edern Aubrée
2020-2026
Code postal 29120
Code commune 29252
Démographie
Gentilé Trolimonnais
Population
municipale
944 hab. (2018 en diminution de 6,16 % par rapport à 2013)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 52′ nord, 4° 17′ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 56 m
Superficie 14,68 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Penmarch
(banlieue)
Aire d'attraction Quimper
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Plonéour-Lanvern
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Jean-Trolimon
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Jean-Trolimon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Trolimon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Trolimon
Liens
Site web Site de la commune

Saint-Jean-Trolimon [sɛ̃ ʒɑ̃ tʁɔlimɔ̃] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La plage de Tronoen vue de la Pointe de la Torche.

Saint-Jean-Trolimon est située à la pointe de la Bretagne dans le Finistère-sud, en pays Bigouden. La commune dispose d'une façade littorale donnant sur la baie d'Audierne, une partie de la plage de Tronoan (Tronoën) et des dunes la bordant lui appartenant.

Saint-Jean-Trolimon est implantée au sud-ouest du Finistère dans le canton de Plonéour-Lanvern. Elle est située et à 24 km au sud-ouest de Quimper, son chef-lieu d'arrondissement, à 4 kilomètres à l'ouest de Pont-l'Abbé et à 5 km au sud de la vaste commune de Plonéour-Lanvern, dont une langue de terre qui s'avance jusqu'à la mer au niveau de l'étang de Saint-Vio sépare le finage communal en deux parties ; la partie sud, où se trouve le bourg, est aussi au sud et au sud-est limitrophe de Plomeur, et contient comme principaux hameaux Tréganné, Kerfilin, Kérioret, Ouernel, Tronoan et Stand ; tandis que la partie nord, plus petite en superficie, est totalement enclavée dans la commune de Plonéour-Lanvern et contient comme principaux hameaux Kerstrad, Kersine, Kergonan, Kerbascol et Saint-Ivy ; elle correspond à l'ancienne trève de Gorré-Beuzec[1]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La superficie de la commune est de 1 468 hectares ; son altitude varie entre 0 et 56 mètres[2].

Linguistiquement, Saint-Jean-Trolimon se situe dans la zone du breton cornouaillais.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les hameaux de Gorré Beuzec, Kerbascol, Kerlaoudec, etc.. forment une exclave de la commune de Saint-Jean-Trolimon entre les territoires des communes de Tréguennec et Ploneour-Lanvern.

Le lieu-dit de Tronoën, à l'ouest de la commune, donne accès au littoral de la Baie d'Audierne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Trolimon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Penmarch, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[6] et 22 587 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Quimper, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 58 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[11]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (85,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (42,9 %), terres arables (27,1 %), prairies (13,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (9,4 %), zones urbanisées (3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,8 %), zones humides côtières (1,5 %), forêts (0,8 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 568, alors qu'il était de 473 en 1999[Insee 1].

Parmi ces logements, 71,7 % étaient des résidences principales, 25,8 % des résidences secondaires et 2,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 1,9 % des appartements[Insee 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 83,2 %, en hausse par rapport à 1999 (74,6 %)[Insee 3].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Jean-Trolimon est notée « Treffrumon » dans des actes de 1389 et 1395, « Trolymon » en 1536, « Saint-Jean-Rumon » en 1690 et « Saint-Jean » en 1815. Les formes anciennes montrent que Trolimon est composé de deux éléments bretons : treff devenu tro, qui signifie « village », ici avec le sens de trève[n 1], et d'un nom de saint, Rumon, également honoré à Audierne[n 2] et dans la Cornouailles britannique[Note 3]. Rumon est l'ancien saint patron de la trève avant qu'il ne soit remplacé par saint Jean (-Baptiste) dans le courant du XVIIe siècle[n 3],[16].

En breton, la commune se nomme Sant-Yann-Drolimon[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le sable venu de la Baie d'Audierne, déposé par le vent, a recouvert et conservé intacts sur l'ensemble de la commune une allée couverte et d'importants sites archéologiques de l'âge du fer.

La nécropole gauloise de Kerviltré (Kerveltré) se situe dans un champ dénommé Parc-an-Menhir, en forme de monticule, où s'élevaient autrefois cinq menhirs dont quatre ont été renversés, brisés et leurs pierres en partie utilisées pour des constructions, un seul subsistant avec des traces de six cupules sur l'une de ses faces. Vingt et une urnes cinéraires furent trouvées par le propriétaire qui les brisa, espérant y trouver un trésor caché ; elles contenaient des restes d'os humains calcinés et des bracelets en bronze. Deux autres urnes trouvées en 1874 par le propriétaire contenaient des objets archéologiques qui furent vendus à vil prix à un orfèvre, mais quelques objets conservés furent sauvés par Paul du Chatellier, alors informé de ces découvertes et qui entreprit une campagne de fouille en 1875 qui permit de découvrir d'autres urnes, des squelettes et de nombreux objets archéologiques, ainsi qu'une cachette de fondeur située à proximité. Deux cents mètres plus au nord, un terrain tout couvert de monticules, au nombre d'environ 150, sont les restes des habitations[17].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La stèle cannelée de Kerveltré, brisée en quatre morceaux, a été réparée au ciment blanc et redressée à une centaine de mètres de son site d’origine.

L'Oppidum de Tronoën, fouillé par Paul du Chatellier[18] (une statuette en bronze d'Osiris y fut alors découverte[19]) ; le site fut réutilisé par la suite par les Romains : des statuettes votives indiquent qu'il existait à cet endroit un temple consacré à Vénus anadyomène[1].

D'autres sites préhistoriques existent sur le territoire communal : la cachette de fondeur de Rugaoudal ; la galerie souterraine de Castellou-Peron[20] ; les stèle de Kerbonnevez (qui présente trois cupules à son sommet), de Castellou-Braz et celle située devant l'église datent de l'âge du fer et sont en leucogranite de Pont-l'Abbé.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le calvaire de Kerfilin, dit aussi de Kerfilha, ou Croas an Istilli, ou Croas an Esquidi ("Croix des Abcès), avec ses bubons répartis sur le fût qui évoquent la peste, aurait été érigé en 1505 pour remercier le ciel d'avoir mis fin à l'épidémie[21].

Cette commune est connue pour son rôle lors de la révolte des bonnets rouges survenue en Bretagne en 1675. C'est sur son territoire, à la chapelle de Notre-Dame de Tréminou, que fut discuté et voté l'un des codes paysans.

La chapelle Saint-Evy desservait, pour les baptêmes et les mariages seulement, l'enclave de Gorré-Beuzec, séparée du bourg par une langue de terre de Plonéour-Lanvern qui s’avance vers la mer, les enterrements se célébrant au bourg de Saint-Jean-Trolimon où se trouvait le cimetière.

Révolution française[modifier | modifier le code]

La trève de Saint-Jean-Trolimon, qui comprenait alors 29 feux, élit deux délégués, Nicolas Le Pape et Jacques Carot, pour la représenter à l'assemblée du tiers-état de la sénéchaussée de Quimper au printemps 1789[22].

Saint-Jean-Trolimon est érigé en commune lors de la révolution française, sur la base d'une trève qui dépendait de la paroisse de Beuzec-Cap-Caval[n 4],[16]. L'enclave de Gorré-Beuzec fut alors rattachée à Saint-Jean-Trolimon contre la volonté de ses habitants qui auraient souhaité être rattachés soit à Plonéour, soit à Tréguennec[23].

Cette ancienne trève de Beuzec était fort réduite puisqu'elle ne comportait que 14 villages. On y ajouta 12 villages de l'ancienne paroisse-mère de Beuzec, avec la chapelle de Tronoën, ainsi que la totalité de l'enclave de Saint-Evy. La nouvelle commune présentait une bien étrange figure avec un bourg adossé à sa frontière orientale, et un territoire s'étendant jusqu'à l'océan[24].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La première moitié du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Jérôme Loëdon[Note 4], alors curé de Saint-Jean-Trolimon (après avoir été curé constitutionnel de Plomeur), aussi commissaire de la République du canton de Plomeur, organisa une fête en l'honneur des victoires de Napoléon Bonaparte, notamment la prise de Malte le 9 fructidor an VI () dont le compte-rendu a été conservé : on y cria Vive la République ! Vive Bonaparte !  ; à une question demandant dans quelle partie du monde était Bonaparte, en route pour l'Expédition d'Égypte, il répondit « qu'il était là où est la victoire »[25]. Les habitants de Trolimon érigèrent un obélisque, exécuté par leurs mains d'après un dessin de Valentin, avec l'inscription suivante en latin (son texte est dû à Jérôme Loëdon) : « Civi Bonaparte victori, negociatori pacificatori, claro et insigni, hoc gratitudinis publicœ monumentum, erexere hujus communitatis incolœ republicani, ad perpetuam viri memeoriam, anno Reipublicœ sexto, die prima mensis venti »[26].

Le curé de Pont-l'Abbé écrit en 1810 : « Les habitants de Saint-Jean[-Trolimon] sont privés de pasteur»[27].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée décrivent ainsi Saint-Jean-Trolimon en 1845 :

« Saint-Jean-Trolimont ; commune formée par le démembrement de Beuzec-Cap-Caval ; aujourd'hui succursale. (...). Principaux villages : Gorre-Beuzec, Kerbascol, Tréganne, Kerfilin, Kerloret. Superficie totale 1 468 hectares dont (...) terres labourables 637 ha, prés et pâturages 540 ha, bois 15 ha, landes ou incultes 230 ha (...). Moulins : 2 (à vent, de Rupape, de Kernavec). Il y a, en outre du bourg, la chapelle Saint-Ivy, qu'il ne faut pas confondre avec l'église du même nom située entre Quimper et Rosporden. Géologie : constitution granitique. On parle le breton[28]. »

La deuxième moitié du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

« Non seulement le territoire est (...) restreint, mais il est de valeur inégale, près du cinquième de ses 1 400 hectares étant constitué d'[un] cordon sableux littoral [et de palus], occupé au plus fort de la pression démographique [seconde moitié du XIXe siècle] par des familles misérables, à mi-chemin entre l'état de mendiant et de journalier. (...) Ces ménages de journaliers,dont les enfants ont souvent trouvé à s'employer dans les ports voisins comme marins ou ouvriers dans les conserveries, constituent une des extrémités d'une hiérarchie sociale à l'autre bout de laquelle se trouvent les propriétaires paysans qui constituent, dès avant la Révolution, une minorité [aisée] non négligeable »[29].

Traditionnellement, chez les paysans aisés, « c'est généralement le dernier ou l'avant-dernier des enfants qui hérite du fermage ou de la propriété des parents. Les aînés partent dès après leur mariage s'ils trouvent une ferme indépendante, parfois après une période de cohabitation avec leurs parents et le cadet recueille la propriété ou le fermage après des aménagements patrimoniaux entre frères et sœurs ». Ce système de transmission du patrimoine diffère du système de dévolution en usage généralement ailleurs, y compris dans le nord du Pays bigouden, où l'exploitation agricole est généralement transmise à l'aîné des enfants[30].

Fin XIXe la construction de 67 écoles de hameaux a été autorisée dans le Finistère par deux décrets :

  • Le décret du qui a délégué une subvention pour 18 écoles de hameaux sur l'arrondissement de Quimperlé ; toutes ont été bâties.
  • Le décret du qui a délégué une subvention pour 50 écoles de hameaux sur les quatre autres arrondissements du département (Brest, Châteaulin, Morlaix, Quimper) à choisir dans les communes « dont le territoire est le plus étendu et les ressources les plus restreintes » ; 49 ont été bâties dont 1 à Saint-Jean-Trolimon (Kerbascol)[31].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Trolimon : le monument aux morts.

Le monument aux morts de Saint-Jean-Trolimon porte les noms de 38 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, trois sont décédés sur le front belge (Jean Briec[n 5]) est mort le dans les combats de Maissin ; Rolland Quiniou le même jour à Rossignol ; Pierre Gloaguen le à Ypres) ; deux (Michel Souron[n 6] et Laurent Maréchal[n 7]) sont disparus en mer ; la plupart de autres sont décédés sur le sol français[32].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Une photographie en couleurs (plaque autochrome) de Georges Chevalier, datant de , qui se trouve au Musée Albert-Kahn de Boulogne-Billancourt, représente une "Petite ferme à la sortie du village, Saint-Jean-Trolimon".

Le , Mme Jean Garrec, mère de 19 enfants, du village de Lherapprat, reçut la Médaille de la famille française[33].

Le journal L'Ouest-Éclair écrit le que « les nombreux producteurs de pois des palues de Penmarch, Plomeur, Saint-Jean et Tréguennec, dont la récolte des pois est la principale, sinon la seule, ressource, après l'année désastreuse de 1938, ne pourront guère améliorer leur sort cette année »[34]. Le journal L'Humanité écrivait déjà en 1935 : « C'est la misère aussi chez les petits paysans que le Crédit agricole menace de saisies, menace aiguë chez les petits producteurs de pois de Plomeur, Penmarch, Saint-Jean, razziés férocement par le patronat de la conserve »[35].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Saint-Jean-Trolimon porte les noms de 10 personnes mortes pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale ; parmi elles, Georges Le Faou[a], matelot canonnier, engagé dans les Forces navales françaises libres, disparu en mer lors du naufrage du sous-marin Surcouf (qui aurait été bombardé par erreur par un avion américain) le dans le Golfe du Mexique[36]. Dans les années 1970, l'anthropologue Martine Segalen a consacré plusieurs travaux à cette commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Trolimon adhère à la communauté de communes du Pays Bigouden Sud[37].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[38]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1803 1804 Calloch    
1809   Jean-Pierre-Jacques Pinguilly-Merle    
  1815 Nicolas Le Lay    
1815 1829 Jean Le Loch    
1832 1855 Desban    
1856 1877 Jean Le Garrec[39]   Cultivateur
1878 1888 Alour Le Cossec    
1888 1903 Jean-Louis Le Garrec    
1903 1919 Pierre-Jean Tanneau    
1919 1935 Jean-Marie Jégou    
1935 1945 Jean Le Reun    
1947 1963 Pierre Balouin    
1965 1969 Jacques Le Reun    
1977 1983 Yves Jan    
1983 1995 André Cariou    
1995 2008 Roger Riou    
mars 2008 2014 Jacques Auge PS[40]  
2014 23 mai 2020 Katia Gravot DVG Retraitée Fonction publique
2014 En cours Jean-Edern Aubrée[41]   Professeur

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Trolimon relève du tribunal d'instance de Quimper, du tribunal de grande instance de Quimper, de la cour d'appel de Rennes, du tribunal pour enfants de Quimper, du conseil de prud'hommes de Quimper, du tribunal de commerce de Quimper, du tribunal administratif de Rennes et de la cour administrative d'appel de Nantes[42].

La commune se trouve dans la circonscription de gendarmerie de la brigade de proximité de Pont-l'Abbé.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[43]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[44].

En 2018, la commune comptait 944 habitants[Note 5], en diminution de 6,16 % par rapport à 2013 (Finistère : +0,86 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6646348267708789661 0221 1281 164
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0931 0491 1029569789869981 0631 032
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0451 1221 1241 1461 0821 0641 096980931
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
8047586667357278459549691 008
2017 2018 - - - - - - -
962944-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[45] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Rennes. Cette académie fait partie de la zone A pour son calendrier de vacances scolaires.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique

La paroisse catholique de Saint-Jean-Trolimon (saint Jean-Baptiste) fait partie de l'ensemble paroissial de Pont-l'Abbé dans le doyenné de Pont-l'Abbé (diocèse de Quimper et Léon).

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 29 396 €, ce qui plaçait Saint-Jean-Trolimon au 16 956e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[47].

En 2009, 50,8 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[Insee 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 617 personnes, parmi lesquelles on comptait 76,8 % d'actifs dont 69,3 % ayant un emploi et 7,5 % de chômeurs[Insee 5].

On comptait 78 emplois dans la zone d'emploi, contre 70 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 431, l'indicateur de concentration d'emploi est de 61,3 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus d'un emploi pour deux habitants actifs[Insee 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Saint-Jean-Trolimon comptait 69 établissements : 16 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 4 dans l'industrie, 14 dans la construction, 27 dans le commerce-transports-services divers et 8 étaient relatifs au secteur administratif[Insee 7].

En 2011, 3 entreprises ont été créées à Saint-Jean-Trolimon[Insee 8], toutes par des autoentrepreneurs[Insee 9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le "Circuit des Trois chapelles", réhabilité en 2020, permet de découvrir à pied les trois chapelles de Saint-Vio (en Tréguennec), Tronoën et Saint-Évy ; il est accessible en période sèche (le sentier est impraticable de novembre à mai) seulement en raison de la nature marécageuse d'une partie de l'itinéraire[48]

  • Calvaire et chapelle de Saint-Evy[49], dédiés à saint Evy, qui est peut-être saint They ou David de Ménevie. Cette chapelle du XVIIe siècle est située près du village de Kerbascol, dans l'enclave de Gorré-Beuzec. Sur l'aile nord de l'édifice figurent un calice sculpté dans le granite et la date « 1660 ». Une fontaine se situe à l'angle de la nef et de l'aile sud[50].
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Le calvaire de Kerfilin[51], érigé en 1505 ; abattue par une tempête en 1970, sa croix a été replacée à l'identique. Il doit être repeint en 2021 afin qu'il retrouve ses couleurs d'origine[52].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le .

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcellin Caillon, À la découverte du pays bigouden, Pont-l'Abbé,
  • Serge Duigou, Quand les Bigoudens étaient pilleurs d'épaves, Quimper, Ressac,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Avant 1790, Saint-Jean-Trolimon était une trève de la paroisse de Beuzec-Cap-Caval.
  2. L' église Saint-Raymond d'Audierne était initialement dédiée à Saint Rumon
  3. Le remplacement d'un saint autochtone par un saint officiel de l'église catholique fêté le même jour est courant en Basse-Bretagne. En Grande-Bretagne, saint Rumon est fêté le 30 août, tandis que la décollation de saint Jean-Baptiste est fêtée le 29.
  4. La paroisse de Beuzec-Cap-Caval est supprimée dans le même temps et son territoire divisé entre Saint-Jean-Trolimon, Plomeur et Penmarc'h.
  5. Jean Briec, né le à Plonéour-Lanvern, soldat au 116e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le .
  6. Michel Souron, né le à Saint-Jean-Trolimon, canonnier au 1er régiment d'infanterie de montagne, disparu en mer le lors du naufrage de l'Eloby
  7. Laurent Maréchal, né le à Saint-Jean-Trolimon, matelot canonnier à bord du remorqueur Caudan qui sauta sur une mine le devant Smyrne.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Trois paroisses de la Cornouaille anglaise se nomment "Ruan Major", "Ruan minor" et "Ruan Langhorne".
  4. Jérôme-Marie Loëdon, né le à Quimper, décédé le à Saint-Jean-Trolimon, paroisse dont il était le curé depuis 1804.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://fr.topic-topos.com/patrimoine-saint-jean-trolimon
  2. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Penmarch », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 26 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  11. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  12. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  13. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 1er mai 2021)
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 1er mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. a b et c « Base de données KerOfis », Office public de la langue bretonne (consulté le 17 avril 2016).
  17. Paul du Chatellier, Exploration du cimetière gaulois de Kerviltré en Saint-Jean-Trolimon, "Bulletins et mémoires / Société d'émulation des Côtes-du-Nord", 1877, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2078185/f334.image.r=Treffiagat
  18. Paul du Chatellier, "L'oppidum de Tronoën", 1877
  19. Louis Richard, Statuette en bronze d'Osiris provenant de Tronoën (Finistère), revue "Annales de Bretagne", 1969, consultable http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1969_num_76_1_2517
  20. P.-L. Gouletquer, Le souterrain de Castellou-Péron en Saint-Jean-Trolimon (Finistère), revue "Annales de Bretagne", 1968, consultable http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1968_num_75_1_2438
  21. Steven Lecornu, « Le calvaire de Kerfilin, à Saint-Jean-Trolimon, va reprendre des couleurs », sur Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, (consulté le 5 mai 2021).
  22. "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages", série 1, tome 5, 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49520z/f514.image.r=Plovan?rk=4206029;2
  23. http://www.saintjeantrolimon.fr/la-commune/histoire/
  24. Jean-Louis Le Floc'h, "Réorganisation du culte dans le canton de Pont-Croix lors du Concordat de 1801", dans "Le Pays Bigouden à la croisée des chemins", "Actes du colloque de Pont-l'Abbé des 19-20-21 novembre 1992", 1993.
  25. Henri Waquet, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1927, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1162784/f171.image.r=Plomeur
  26. "Recueils de pièces imprimées concernant les colonies", 1797-1799, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9809003s/f262.image.r=Plomeur?rk=5021484;0
  27. Jean-Louis Le Floc'h, "Réorganisation du culte dans le canton de Pont-Croix lors du Concordat de 1801", dans "Le Pays Bigouden à la croisée des chemins", "Actes du colloque de Pont-l'Abbé des 19-20-21 novembre 1992", 1993.
  28. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwii4YLAv8beAhUEfBoKHbJ-C_AQ6wEILzAB#v=onepage&q=Saint-Jean-Trolimon&f=false
  29. Martine Segalen, L'espace matrimonial dans le sud du pays Bigouden au XIXe siècle, "Gwéchall. Le Finistère autrefois", tome 1, Quimper, 1978.
  30. Martine Segalen, L'espace matrimonial dans le sud du pays Bigouden au XIXe siècle, "Gwéchall. Le Finistère autrefois", tome 1, Quimper, 1978.
  31. Marie-Paule et Bernard Kernéis, Les écoles de hameaux : deux programmes d' envergure à la fin du XIXe siècle dans le Finistère, revue "Le Lien", Centre généalogique du Finistère, no 151, septembre 2019. Site des auteurs http://www.roch-gad.eu
  32. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=14967 et http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=19077
  33. Journal La Croix, n° du 13 juin 1937, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k443042q/f7.image.r=Lanvern?rk=321890;0
  34. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 26 juin 1939, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6616630/f8.image.r=Plomeur?rk=3347656;0
  35. Journal L'Humanité, n° du 2 juillet 1935, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4054195/f4.image.r=Plomeur?rk=1609450;0
  36. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=14967
  37. « Saint-Jean-Trolimon », sur le site de la communauté de communes Pays Bigouden Sud (consulté le 4 août 2015).
  38. Archives départementales du Finistère
  39. Jean Le Garrec, né le à Tréguennec, décédé en 1878
  40. annickleloch2012.parti-socialiste.fr/2012/06/05/nos-soutiens/
  41. « Saint-Jean-Trolimon. Jean-Edern Aubrée a été élu maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  42. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 4 août 2015).
  43. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  44. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  45. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  47. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 4 août 2015).
  48. https://www.destination-paysbigouden.com/toute-l-offre/circuit-les-trois-chapelles-2454623
  49. Chapelle de Saint-Evy, mairie de Saint-Jean-Trolimon
  50. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-evy-saint-jean-trolimon
  51. http://patrimoinesjt.fr/kerfilin-calvaire/
  52. Steven Lecornu, « Le calvaire de Kerfilin, à Saint-Jean-Trolimon, va reprendre des couleurs », sur Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, (consulté le 5 mai 2021).
  1. Georges Le Faou, né le à Saint-Jean-Trolimon, Médaille militaire, Médaille de la Résistance.