Société Kaiser-Wilhelm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la science image illustrant l’Allemagne
Cet article est une ébauche concernant la science et l’Allemagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir KWG.
Guillaume II inaugure le premier institut (1912).
Kaiser-Wilhelm-Institut für Chemie
(auj. pavillon Hahn-Meitner de l’université libre de Berlin).
Institut Kaiser-Wilhelm de Biologie
(auj. université libre de Berlin).
Guillaume II inaugure un autre institut à Berlin-Dahlem (1913). De droite à gauche : Adolf von Harnack, le chirurgien-général Friedrich von Ilberg, l’empereur Guillaume II, Carl Neuberg, August von Trott zu Solz.
Institut Kaiser-Wilhelm des Charbonnages.
Institut Kaiser-Wilhelm d'Anthropologie, d'Hérédité humaine et d'Eugénisme
(auj. Otto-Suhr-Institut de l'université libre de Berlin).

La Société Kaiser-Wilhelm ou, de façon plus précise la « Société Kaiser-Wilhelm pour le Progrès des sciences » (Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaften e. V.) était la principale institution scientifique de l’Allemagne impériale. En tant que société savante, elle servit d’incubateur aux différents instituts et laboratoires de recherche placés sous son égide. Étant donné le nombre d'instituts qui lui étaient rattachés, elle fut aussi appelée Institut Kaiser-Wilhem.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création : La Société Kaiser-Wilhelm a été fondée en 1911[1]. Cette institution savante était destinée à se consacrer exclusivement à la recherche fondamentale, en réaction selon l’historien Dieter Hoffmann, au nombre croissant d'étudiants, aux obstacles insurmontables rencontrés en Allemagne par la recherche de pointe dans les sciences naturelles et à la concurrence de plus en plus vive des universités américaines[2].
Compte tenu des maigres subsides de la Couronne, les instituts de recherche devaient en règle générale se financer par des collaborations avec les entreprises ; leurs mécènes furent essentiellement « la haute bourgeoisie technique et industrielle et le capital banquier juif[2]. » L’État prenait en charge la paye des chercheurs et des employés[2]. Le premier directeur fut Fritz Haber, qui dirigeait en même temps le Kaiser-Wilhelm-Institut für physikalische und Elektrochemie. En 1948, de nombreux instituts de l'ex-KWG furent rattachés au Max-Planck-Institut.

La période du nazisme : De nombreux témoignages historiques et les résultats des procès de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale[3],[4] ont mis en évidence que bien audelà des seuls médecins nazis (qui seront retrouvés à des postes-clé dans les camps de concentration[5]) une vaste collaboration de sage-femmes, de gynécologues et de médecins allemands (psychiatres notamment[6],[7]) - dès les années 1930 - aux programmes eugénistes d'euthanasie des nouveau-nés déficients et des malades mentaux réunis sous l'égide de l'Aktion T4. Ces programmes ont été finalement stoppés suite aux protestations des églises catholiques et protestantes, mais reportés plus secrètement sur les roms, les homosexuels et les juifs (Shoah) qui ont par milliers été aussi utilisés comme cobayes humains[8]. La Société Kaiser-Wilhelm a exploité les tissus biologiques extraits de milliers de cadavres[9].

De l'après-guerre à nos jours Dans les années 1980 Götz Aly montre que des lames de tissus cérébraux recueillis par Julius Hallervorden (qui fut directeur du département de neuropathologie de l' Institut Kaiser-Wilhelm pour la recherche cérébrale durant la Seconde Guerre mondiale) proviennent des cerveaux extraits de 38 enfants assassinés un jour d'octobre 1940 dans le cadre du programme d'euthanasie alors en vigueur[9].
En réponse à cette divulgation l'Institut de recherche sur le cerveau du Max-Planck-Institut - par respect pour les victimes - a décidé de détruire toutes les tranches de cerveaux qu'il conservait encore (100 000 lames environ, datées de l'époque nazie ; de 1933 à 1945) ; D'autres centres majeurs spécialisés en neuropathologie et l'Institut Max Planck de Psychiatrie de Munich ont fait de même (Beaucoup de ces échantillons ont été enterrés en 1990 lors d'une cérémonie tenue au cimetière Waldfriedhof de Munich)[9].
5 % environ des cerveaux des personnes euthanasiées étaient envoyés à des médecins, souvent réputés, pour leurs besoins de recherche rappelle l'historien Paul Weindling de l'Oxford Brookes University. Début 2015, des échantillons oubliés ont été néanmoins été retrouvés en plusieurs endroits)[9].

Entre 1980 et les années 2000, les historiens ont exhumé de nouvelles preuves de collaboration étroite entre des chercheurs du domaine médical de la Société Kaiser-Wilhelm et les nazis, y compris dans divers programmes où des humains étaient utilisés comme cobayes lors d'expériences qu'on savaient mortelles, mais le Max-Planck-Institut n'avait jamais vraiment étudié, passé en revue cette partie de son histoire[9].

En 2001 le Max-Planck-Institut a officiellement présenté ses excuses concernant les victimes d'expériences nazies

En 2017, le Max-Planck-Institut après avoir constaté qu'il restait encore de nombreuses lacunes de connaissances sur le sujet a officiellement annoncé vouloir travailler la responsabilité morale des recherches contraires à l'éthique faites par son prédécesseur (la Kaiser Wilhelm Society, KWG) durant la période de la montée et de l'épanouissement du nazisme, où l'institut a au moins indirectement collaboré à de grands programmes d'euthanasie, d'abord des malades mentaux, puis des personnes enfermées dans les camps de concentration, programme ayant fourni de nombreux organes ensuite envoyés pour étude à des médecins allemands[9]. Sur la base des archives disponibles le Max-Planck-Institut veut maintenant « savoir qui sont les victimes, découvrir leurs biographies et leurs destinées et, en tant que telles, leur donner une partie de leur dignité humaine et trouver un moyen de mémoire », a expliqué Heinz Wässle, directeur émérite du département de neuroanatomie à L'Institut Max Planck pour la recherche du cerveau à Francfort, et directeur du comité d'historiens qui supervisera la nouvelle enquête qui va tenter de préciser pourquoi, comment et en s'appuyant sur quels réseaux, autant de médecins et de chercheurs ont si facilement coopéré avec les programmes d'assassinat de masse des nazis (Euthanasie d'enfants et de malades mentaux, puis Shoah)[9]. Les historiens tenteront aussi d'identifier les victimes dont le cerveau a été utilisé pour la recherche (parfois longtemps après la fin de la guerre) et de suivre ce qui est arrivé aux lames de tissus et d'autres spécimens[9]. Les historiens souhaitent comprendre comment des recherches non-éthiques exploitant des programmes criminels et génocidaires ont été autorisée à s'épanouir dans l'Allemagne nazie, en impliquant des scientifiques normaux, voire des chercheurs de renommée internationale « qui n'étaient pas des psychopathes bizarres et pervers » et qui après la guerre se sont a priori facilement réintégrés dans la société allemande. Une hypothèse est qu'ils ont fait passer leur intérêts de recherche avant les principes éthiques[9]. Les historiens travailleront en particulier sur le cas Hallervorden, médecin-chercheur en neurologie connu qui a accepté des centaines de cerveaux de victimes de l'euthanasie (il s'est constitué une collection de 697 cerveaux), mais qui malgré le procès des médecins nazis à Nuremberg, n'a jamais été poursuivi, conservant au contraire son poste au sein du Max-Planck-Institut après la guerre poursuivant ses études du « merveilleux matériel » provenant des centres de meurtre et laissant son nom à plusieurs syndromes[10] (récemment renommés).
De 2017 à 2020 des historiens tenteront de remettre en cohérence les archives de la Société Kaiser-Wilhelm disséminées au moins dans une douzaine d'institutions allemandes. En corrélant les échantillons humains restants à des dossiers cliniques archivés d'hôpitaux et asiles ou à des archives d'universités et aux archives scientifiques de la Société Kaiser-Wilhelm, Weindling et ses collègues pensent pouvoir identifier jusqu'à 5000 nouvelles victimes. Les recherches non éthiques encouragées par les Nazis sont connues, « mais ce qui n'a jamais été fait, c'est une reconstitution à grande échelle de la mesure dans laquelle cela s'est produit »[9].

Les laboratoires[modifier | modifier le code]

Les différents laboratoires de l'Institut Kaiser-Wilhelm ont été, par ordre de création :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La cérémonie d'inauguration s'est tenue le 11 octobre 1910 dans la grande salle de l’Université Frédéric-Guillaume de Berlin, et la séance inaugurale du Conseil le 11 janvier 1911 dans la salle de conférences de l’Académie Royale des Beaux-Arts sur la Pariser Platz de Berlin (d'après Kurt Nowak, Die Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, p. 55 et légende des photos pp. 58-59)
  2. a, b et c D'après Dieter Hoffmann, « Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft. Der Einstein-Verein », Der Tagesspiegel, no 9 janvier,‎ (lire en ligne).
  3. Annas, G. J., & Grodin, M. A. (1992). The nazi doctors and the Nuremberg Code Human rights in human experimentation.
  4. Seidelman, W. E. (1996). Nuremberg lamentation: for the forgotten victims of medical science. BMJ: British Medical Journal, 313(7070), 1463.
  5. Lifton, R. J. (2000). The Nazi doctors: Medical killing and the psychology of genocide. Basic Books.
  6. Seeman, M. V. (2005). Psychiatry in the Nazi era. The Canadian Journal of Psychiatry, 50(4), 218-225.
  7. Strous R.D (2007). http://annals-general-psychiatry.biomedcentral.com/articles/10.1186/1744-859X-6-8 Psychiatry during the Nazi era: ethical lessons for the modern professional]. Annals of general psychiatry, 6(1), 1.
  8. Weindling, P. (1996). Human guinea pigs and the ethics of experimentation: the BMJ's correspondent at the Nuremberg medical trial. BMJ: British Medical Journal, 313(7070), 1467.
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Megan Gannon (2017) Germany to probe Nazi-era medical science°, Science News publié le 05 janvier 2017
  10. Harper, P. S. (1996). Naming of syndromes and unethical activities: the case of Hallervorden and Spatz. The Lancet, 348(9036), 1224-1225.

Voir également[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]