Mark Hamill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mark Hamill
Description de cette image, également commentée ci-après
Mark Hamill au Comic-con le 19 juillet 2019 de San Diego.
Nom de naissance Mark Richard Hamill
Naissance (71 ans)
Oakland (Californie, États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Films notables Star Wars (saga)
Au-delà de la gloire
Le Village des damnés
Séries notables Batman
Avatar, le dernier maître de l'air

Mark Richard Hamill est un acteur américain né le à Oakland (Californie).

Il accède à la célébrité mondiale en incarnant Luke Skywalker, personnage principal de la première trilogie de la saga Star Wars (1977-1983), qu'il porte aux côtés de Carrie Fisher et Harrison Ford. Son interprétation du paysan naïf traversant les épreuves pour devenir un puissant chevalier Jedi, désireux d'abattre le côté obscur de la Force incarné par son père Dark Vador, en fait un acteur culte, marquant des générations de spectateurs. En parallèle, il apparait notamment dans les films Corvette Summer (1978), Au-delà de la gloire (1980), The Night the Lights Went Out in Georgia (en) (1981) ou encore Britannia Hospital (1982).

Durant la trilogie et après sa conclusion, il participe à plusieurs pièces de théâtre à Broadway comme Amadeus (1981) ou The Elephant Man (1982-1983), mais la popularité de la franchise Star Wars impacte considérablement sa carrière. En 1991, il interprète le Trickster dans la série Flash de 1990 et reprend le personnage dans plusieurs de ses apparitions étalées sur près de trente ans. Durant cette décénnie, il décide de se consacrer au milieu de l'animation ainsi qu'à la scène vidéoludique, et trouve un second souffle grâce à sa prestation du Joker dans la série animée Batman de 1992 (1992-1994). Porté par le succès de la série, Hamill devient la voix du personnage dans nombreuses de ses adaptations ainsi que celle de plusieurs autres personnages, tels que le colonel Christopher Blair dans Wing Commander[Note 1] (1994-1997), Hobgoblin dans la série Spider-Man de 1994 (1995-1998), le Seigneur du feu Ozai dans la série d'animation Avatar, le dernier maître de l'air (2005-2008) ou encore le Guetteur dans le jeu Darksiders (2010).

En 2015, trente ans après Le Retour du Jedi, il est de retour au premier plan en reprenant le rôle de Luke Skywalker, plus âgé, dans la troisième trilogie de Star Wars, dans laquelle son personnage fétiche est un allié majeur de l'héroïne Rey. En parallèle, ce regain de notoriété lui permet de multiplier les rôles dans divers projets, Hamill prêtant ainsi sa voix au troll Dictatious dans les séries Chasseurs de Trolls (2017-2018) et Mages et Sorciers (2020), devient le nouvel interprète de la poupée Chucky dans Child's Play (2019), puis celui de Skeletor dans Les Maîtres de l'univers : Révélation (2021), ou plus récemment, prête sa voix à Art Rosebaum dans Invincible (2021-) et à Mervyn Pumpkinhead dans The Sandman (2022-).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Mark Richard Hamill est le fils d'un ancien capitaine de la US Navy, William Thomas Hamill (1926-2014) et de Virginie Suzanne (née Johnson, 1927-1998)[1], dans une famille de sept enfants, dont ses deux frères Will et Patrick, et ses quatre sœurs Terry, Jan, Jeanie et Kim[2]. Son père est d'ascendances anglaise, écossaise, galloise et irlandaise, et sa mère était d'ascendance française, suédoise et anglaise[3],[4]. Il a été élevé dans une famille catholique.

Après avoir grandi en Californie et au Japon, Mark Hamill fait des études d'art dramatique avant d'obtenir ses premiers rôles à la télévision. Il cite comme inspiration à son souhait de devenir acteur, les films de Laurel et Hardy qu'il regarde enfant. Déjà avant l'adolescence, il sait que « le showbiz, c'était ma voie »[5]. Il exerce un petit boulot à lʼAssociated Press[5].

Années 1970 et 1980 : Star Wars, une franchise inoubliable mais difficile de s'en détacher[modifier | modifier le code]

La révélation au monde entier[modifier | modifier le code]

Mark Hamill lors de la première de F.I.S.T en 1978.

Fan du film American Graffiti et souhaitant être acteur, il veut travailler avec George Lucas. Il vit alors avec Robert Englund qui lui recommande de faire le casting du prochain projet de Lucas[5]. Pour cette séance, il joue une scène un peu improvisée, sans indication du metteur en scène[5]. C'est finalement Marcia Lucas qui prend la décision de l'embaucher pour le rôle de Luke Skywalker, sans lui préciser que c'est le rôle principal et que « tout le film reposait sur [lui] »[5]. Ainsi, Mark Hamill devient l'une des têtes d'affiche aux côtés de Carrie Fisher et Harrison Ford du film Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir, premier volet d'une trilogie et premier opus de la franchise Star Wars qui connaîtra un succès planétaire[6],[7]. Durant le tournage, il est payé « au minimum du minimum »[8], mais il acquiert un statut de star en 1977 avec ce rôle.

En janvier 1977, un accident de voiture a pour conséquence une paralysie faciale qui limite son jeu d'acteur[9],[10],[11]. Dans le téléfilm Star Wars Holiday Special, produit en 1978, les lésions sur le visage de Hamill sont encore visibles, malgré un début de chirurgie esthétique, ce qui nécessite un maquillage et un éclairage spéciaux pour les camoufler. Aujourd'hui, l'assertion selon laquelle Lucas et Irvin Kershner adoptent l'idée d'introduire le personnage d'Hamill dans L'Empire contre-attaque à travers une scène où ce dernier se fait attaquer et capturer par une créature dans le but de crédibiliser ses cicatrices, est remise en question[12],[9],[10].

Il reprend le rôle en 1983 dans Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi, dernier volet de la trilogie. Il tient également le rôle en 1981 et 1983 dans les adaptations radiophoniques (en) pour la National Public Radio, de Un nouvel espoir et de L'Empire contre-attaque[13],[14]. Comme plusieurs autres comédiens de la franchise, il ne reprend pas le rôle dans l'adaptation de Le Retour du Jedi diffusée en 1996[14].

Un rôle qui lui colle à la peau[modifier | modifier le code]

Mark Hamill dans les années 1980.

Mark Hamill est remarqué dans la comédie Corvette Summer en 1978, dans lequel il incarne le rôle principal de Kenneth, un jeune étudiant en carrosserie et mécanique automobile, qui ne vit que pour les voitures de luxe notamment les Corvettes (également nommées Stingray), reconnues dans les années 1970 aux États-Unis[6]. Il se fait également remarquer en 1980 pour son rôle du soldat Griff dans Au-delà de la gloire de Samuel Fuller[6]. La notoriété de son personnage de héros galactique bride sa carrière, son nom étant perpétuellement associé à son personnage de héros galactique[15] : il « n'a jamais réussi à se défaire de son image de Jedi » écrit la presse[16],[6]. Après quelques petits films, Mark Hamill disparaît de la scène cinématographique pendant toutes les années 1980 pour se consacrer au théâtre. Il précise plus tard que « Partout où j'allais, on voyait le personnage, pas l'acteur […] Après le premier « Star Wars », on ne me proposait plus rien, et je me suis tourné vers le théâtre […] La critique a été cruelle[17]. » Il joue notamment la pièce Amadeus et Elephant Man[17][6]. Il se propose de jouer Mozart dans l'adaptation cinématographique dʼAmadeus mais le réalisateur Milos Forman le lui refuse sous prétexte que le public risque de voir Luke Skywalker être le jeune compositeur[6]. Il ne revient sur le grand écran qu'avec le film de science-fiction Slipstream : Le Souffle du futur en 1989.

Années 1990, 2000 et début 2010 : une nouvelle carrière loin des projecteurs[modifier | modifier le code]

Sa rencontre avec le Joker[modifier | modifier le code]

« Si le monde décide de bâtir un Mont Rushmore pour le Joker, il y aura Jack Nicholson, Heath Ledger et Mark Hamill. Parce que Mark est la voix définitive du Joker[18]. »

Michael E. Uslan en 2021 pour le documentaire The Story of Batman The Animated Series

Au début des années 1990, il fait de nombreuses apparitions dans des séries B, ainsi que dans Le Village des damnés de John Carpenter[19], avant de trouver une nouvelle carrière dans l'animation et le jeu vidéo. Au-delà du cinéma à la filmographie finalement peu consistante, il effectue un nombre important d'enregistrements dans l'animation et le jeu vidéo, ce qu'il appelle sa « nouvelle carrière »[17].

Fan des comics, Mark Hamill a demandé à son agent d'être dans l'adaptation animée de Batman de 1992 pour jouer un méchant qui n'était pas encore apparu[20],[21]. Il s'est vu attribuer dans un premier temps le rôle de Ferris Boyle dans l'épisode Heart of Ice, pour lequel il a pris comme modèle Phil Hartman pour jouer les 2 facettes, la publique et la privée, du personnage[20],[21]. Souhaitant un rôle plus important et à la suite de sa performance, il a passé une audition pour le rôle du Joker qui devait être originellement interprété par Tim Curry avant que celui-ci ne se fasse écarter après avoir enregistré quelques épisodes[16],[22],[20],[21]. On lui a par ailleurs demandé de ne pas faire comme Jack Nicholson[20],[23],[24],[21]. Au départ, Mark Hamill pensait qu'une fois de plus son rôle de Luke Skywalker l'aurait recalé, mais, il a finalement été choisi et d'après Andrea Romano (en), directrice chargée des comédiens, c'est son rire qui a clôturé le choix[21],[20]. Il dit avoir puisé dans son interprétation de Mozart qu'il a joué dans la pièce de théâtre Amadeus pour les différents rires qu'il donne au personnage expliquant que son rire est basé sur son humeur[21],[20]. Lors d'une interview pour les bonus de la série, il déclare « Son rire devrait être comme un instrument de musique ; cela devrait en quelque sorte illustrer son humeur [...] Cela pourrait être inquiétant et intimidant ; il pourrait être jubilatoire avec un abandon sauvage. Mais je ne voulais pas d'un seul rire machinal. »[Note 2],[25]. L'acteur se démarque également par le fait qu'il était constamment debout durant les enregistrements, alors que ses camarades de jeu étaient assis[18]. Kevin Conroy qui interprète Batman, déclare qu'il n'aurait jamais pu être aussi bon s'il n'avait pas eu Mark Hamill qui jouait ses répliques à ses côtés[18].

La série étant la première œuvre d'un univers partagé intitulé DC Animated Universe, Mark Hamill reprend le personnage entre 1992 et 2003 dans divers projets dont dans les films Batman contre le fantôme masqué et Batman, la relève : Le Retour du Joker en 1993 et 2000 ou encore dans la série La Ligue des justiciers entre 2002 et 2003.

Brèves apparitions à l'écran et spécialisation dans les voix[modifier | modifier le code]

Connu dans son entourage pour être fan de comics, il coécrit une série de livres The Black Pearl entre 1996 et 1997, avec son cousin Eric Johnson.

En 2001, il tient le rôle de Cocknocker dans le film Jay et Bob contre-attaquent (Jay and Silent Bob Strike Back) de Kevin Smith[26].

Il réalise également un film documentaire parodique Comic Book : The Movie en 2004 dans lequel il joue le rôle principal d'un fan de bande-dessinées nommé Donald Swan. Ce film contient plusieurs caméos d'acteurs ayant joué aux côtés de Hamill dans la trilogie Star Wars dont David Prowse (Dark Vador), Jeremy Bulloch (Boba Fett), Peter Mayhew (Chewbacca), etc.[27].

Entre 2005 et 2008, il prête sa voix au seigneur du feu Ozai dans la série Avatar, le dernier maître de l'air de Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko[28]. En 2008 il prête sa voix au dragon Malefor dans The Legend of Spyro: Dawn of the Dragon[29].

En 2009, il prête de nouveau sa voix au Joker dans le jeu Batman: Arkham Asylum, premier volet de la saga Batman: Arkham développée par Rocksteady Studios[30]. Le jeu est un succès et rentre dans le Livre Guinness des records avec la distinction de « jeu de super-héros le mieux noté de tous les temps par la presse spécialisée »[31]. Il retrouve par ailleurs Kevin Conroy et Arleen Sorkin, ses comparses de la série Batman de 1992 et du DC Animated Universe qui reprennent respectivement les rôles de Batman et d'Harley Quinn[32]

En 2010 il prête sa voix au Guetteur dans le jeu idéo Darksiders de Vigil Games et THQ}[33].

En 2011, il indique qu'il arrête la voix du Joker, sa dernière performance étant pour le jeu vidéo Batman: Arkham City pour lequel il glane un BAFTA Award[34],[35]. Il reprend malgré tout le rôle en 2012 pour l'expansion The Last Laugh. du jeu MMO DC Universe Online[36].

Il apparait dans l'épisode final de la saison 8 de Esprits Criminels en 2013[37].

Absent du jeu Batman: Arkham Origins dans lequel il est remplacé par Troy Baker qui joue une version plus jeune du Joker, il reprend néanmoins son rôle du « Clown Prince du crime » de manière inattendue pour le jeu Batman: Arkham Knight en 2015, ce dernier étant la conclusion de la saga Batman Arkham[38]. L'année suivante, c'est dans le jeu Batman: Arkham VR qu'il lui prête sa voix[29].

Depuis le milieu des années 2010 : de nouveau sur le devant de la scène[modifier | modifier le code]

De retour dans la franchise qui l'a fait connaître[modifier | modifier le code]

Mark Hamill avec une représentation de R2-D2 lors d'une avant-première au Japon de Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi.

Mark Hamill retrouve en 2014 l'univers de Star Wars, dans un premier temps en participant à l'épisode final de la série d'animation Star Wars: The Clone Wars dans lequel il donne voix à Dark Bane[39]. Le Mark Hamill accepte la proposition de Disney de retourner dans la saga[16] : il est officialisé dans Le Réveil de la Force[40], tout comme Harrison Ford, Carrie Fisher, Peter Mayhew, Anthony Daniels et Kenny Baker de la première trilogie Star Wars. Il fait un régime, du sport, perd 24 kg : « Tout ça pour quoi ? Pour deux secondes à l'écran, juste le temps d'enlever une capuche ! » dit-il[16],. Effectivement, bien qu'il soit le sujet central de ce nouveau film (Luke Skywalker a disparu, le Premier Ordre et la Résistance fouillent la galaxie pour le retrouver), il n'y apparait que dans la toute dernière minute, juste avant le générique[6]. Malgré tout, il conserve auprès des fans une véritable vénération[16].

Il est en revanche un des acteurs centraux du film suivant Les Derniers Jedi de Rian Johnson. Finalement, il considère que « c'est parfois un peu pesant, ce rôle »[17], même s'il assume totalement les obligations liées à la promotion du film, entre autres auprès des fans[16]. En 2018, il reprend une nouvelle fois le personnage, mais cette fois-ci pour de l'animation, prêtant ainsi sa voix dans la série Star Wars : Forces du destin[41].

Il apparaît fin 2019 dans le film Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker, dernier volet de la poslogie et de la « Saga Skywalker » qui marque également sa dernière interprétation de Luke Skywalker sur grand écran[42].

En 2020, lors du dernier épisode de la saison 2 de The Mandalorian, pour faire apparaître Luke Skywalker, le visage rajeuni de Mark Hamill a été incrusté sur celui du comédien Max Lloyd-Jones tandis que la voix du personnage est celle de Mark Hamill recréée grâce à l'application Respeecher[43],[44]. En 2022, ce procédé est réitéré dans la série Le Livre de Boba Fett.

Une présence plus marquée[modifier | modifier le code]

Mark Hamill au Comic-Con de San Diego en 2015.

Fort de la médiatisation de ses retrouvailles sur grand écran avec la franchise Star Wars, Mark Hamill se fait plus régulier et sa présence dans un projet est plus importante. S'il apparaît brièvement dans le film Kingsman : Services secrets en 2015 aux côtés de Samuel L. Jackson, Colin Firth, Taron Egerton et Mark Strong, dans lequel il joue le rôle du Professeur James Arnold[45]. Il reprend la même année le rôle de James Jesse alias Trickster dans la série Flash, soit vingt-trois ans après l'avoir interprété dans la série du même nom des années 90[46],[47]. Toujours la même année, il est annoncé au casting du jeu Squadron 42 de Cloud Imperium Games, spin off de Star Citizen du même studio[48]. Usant de la capture de mouvement, la distribution comporte d'autres grands noms comme ceux de Gillian Anderson ou encore Gary Oldman[48].

Malgré son regain de popularité, il continue toujours à faire des voix de personnages. En 2016, il prête sa voix à Dictatious dans la série Chasseurs de Trolls : Les Contes d'Arcadia de Guillermo del Toro[49]. La même année il retrouve le Joker dans l'adaptation en film d'animation du comics Batman: The Killing Joke d'Alan Moore et de Brian Bolland et indique laconiquement ne pas en avoir fini avec le Joker[50]. Dans ce film, il performe également la chanson I Go Looney[51].

Il apparaît en 2017 dans le film Brigsby Bear de Dave McCary[52].

Il retrouve une énième fois le Joker ainsi que celui de Trickster dans le jeu Lego DC Super-Villains sorti en 2018[53].

En 2019, il succède à Brad Dourif pour faire la voix de la poupée Chucky dans le film reboot par Lars Klevberg de la franchise Child's Play[54].

En 2021, il prête sa voix à Art Rosebaum dans la série d'animation Invincible de Robert Kirkman puis succède à Alan Oppenheimer pour le rôle de Skeletor dans la série d'animation Les Maîtres de l'univers : Révélation créée par Kevin Smith et faisant suite à la série d'animation Les Maîtres de l'Univers de 1983[55],[56].

En 2022, il prête sa voix à Mervyn Pumpkinhead dans la série télévisée The Sandman, adaptation des comics de Neil Gaiman[57].

En , Mark Hamill déclare durant une interview avec le magazine Empire qu'il ne reprendra probablement plus le rôle du Joker, à cause de la mort de Kevin Conroy en , son partenaire de jeu et ami depuis plus de trente ans : « Ils m'appelaient et me disaient : « Ils veulent que tu fasses le Joker », et ma seule question était : « Est-ce que Kevin est Batman ? ». S'ils disaient oui, je disais : « J'en suis »[...] Nous étions comme des partenaires. Nous étions comme Laurel et Hardy. Sans Kevin, il ne semble pas y avoir de Batman pour moi. »[Note 3],[58].

Famille[modifier | modifier le code]

En , Mark Hamill épouse Marilou York, une hygiéniste dentaire, dans un mariage civil privé[59] ; de cette union naissent trois enfants : Nathan (né en ), Griffin (né en ), et Chelsea Elizabeth (née en )[60].

Par ailleurs, Nathan Hamill est né au cours de la production de L'Empire contre-attaque ; il apparaît dans un caméo dans le premier épisode de la prélogie Star Wars La Menace fantôme, en jouant l'un des gardes royaux de Naboo[61].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Voix francophones[modifier | modifier le code]

En version française, Mark Hamill est doublé principalement par Dominique Collignon-Maurin depuis la saga Star Wars en 1977. Il le double aussi dans les films Jay et Bob contre-attaquent, Kingsman : Services secrets ainsi que dans les séries Esprits criminels et Flash. Dans Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi et Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker, c'est Bernard Lanneau qui double Mark Hamill, succédant ainsi à Dominique Collignon-Maurin dans le rôle de Luke Skywalker. Il le doublera aussi dans la série The Big Bang Theory. Laurent Gris le double également dans Star Wars épisode IX : l'Ascension de Skywalker, le temps d'un flash-back audio provenant de l'épisode V.

Dans la série Flash, il est doublé par Philippe Peythieu dans l'épisode Le Charlatan[63] et par Roland Timsit dans l'épisode Le Procès du Charlatan[63]. Le film Au-delà de la gloire a eu deux doublages. Mark Hamill est doublé par Frédéric Pieretti dans la première version et Jérémy Prévost dans la seconde.

À titre exceptionnel, il est aussi doublé par Patrick Préjean dans la série Chuck, Guy Chapelier dans les jeux vidéo Wing Commander, Marc François dans le téléfilm Au temps de la guerre des étoiles, François Leccia dans Le Muppet Show, Alexis Tomassian dans Corvette Summer[réf. nécessaire], José Luccioni dans Britannia Hospital[63], Georges Caudron dans Liaison maléfique, Antoine Tomé dans Le Village des damnés[63], Gabriel Le Doze dans Brigsby Bear et Julien Kramer dans la série Knightfall.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il apparait dans la franchise dans des séquences en Full motion video.
  2. Citation originale : « His laugh should be like a musical instrument; it should sort of illustrate his mood,” [...] “It could be ominous and intimidating; it could be gleeful with wild abandon. But I didn’t want to just have one rote laugh.” »
  3. Citation originale : « They would call and say, « They want you to do Joker », and my only question was, « Is Kevin Batman? » If they said yes, I would say, « I’m in »[...]We were like partners. We were like Laurel and Hardy. Without Kevin there, there doesn’t seem to be a Batman for me. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Mark Hamill Biography », Filmreference.com (consulté le ).
  2. (en) Robbie Collin, « Mark Hamill: a force to be reckoned with », sur telegraph.co.uk, The Telegraph, (consulté le ) : « ...he and his six siblings ».
  3. (en) Just The Best : Sienn's Mark Hamill Page : Interviews 1990. Stars.handshake.de (May 1, 1997). Retrieved on July 24, 2013.
  4. (en) « Pedigree of Hamill's paternal family » (consulté le ).
  5. a b c d et e Forestier 2017, p. 99.
  6. a b c d e f et g « "Star Wars" : comment Luke Skywalker a sabré la carrière de Mark Hamill » sur Franceinfo.fr
  7. « Le Star Wars le plus rentable n'est pas celui auquel vous pensez » sur BFMTV.fr
  8. Forestier 2017, p. 100.
  9. a et b (en) Brian Cronin, « Was 'Empire's' Wampa Attack Written to Explain Hamill's Facial Injuries? », Spinoff Online, (consulté le ).
  10. a et b (en) Brian Cronin, « This scene from 'The Empire Strikes Back' led to a huge mystery that 'Star Wars' fans haven't been able to solve for 35 years », Spinoff Online, (consulté le ).
  11. (en) « Just The Best : Sienn's Mark Hamill Page : Interviews 1970 », Stars.handshake.de (consulté le ).
  12. (en) Sean Munger, « Face/Off? The squirrely legend of Mark Hamill’s car crash », seanmunger.com, (consulté le ).
  13. (en) « That Time NPR Turned 'Star Wars' Into A Radio Drama — And It Actually Worked », sur npr.org, (consulté le )
  14. a et b (en) « When 'Star Wars' Was On The Radio: A Look At 'Star Wars' On NPR », sur cultureslate.com (consulté le )
  15. Forestier 2017, p. 98 et 100.
  16. a b c d e et f Mathilde Cesbron, « Mark Hamill : « La façon dont Star Wars 8 a utilisé Luke m'a choqué » », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  17. a b c et d Forestier 2017, p. 98.
  18. a b et c (en) [vidéo] Warner Bros. Entertainment, Batman The Animated Series sur YouTube, (consulté le )
  19. (en) Michelle Smith, « 20 Year Later and 'Village of the Damned' Still Features the Creepiest Children to Date », sur moviepilot.com., Movie Pilot, (consulté le ).
  20. a b c d e et f « An Oral History of Batman: The Animated Series » sur vulture.com
  21. a b c d e et f « ‘Batman’ at 25: Hirings, Firings and Other Last-Minute Changes Behind the Animated Classic » sur hollywoodreporter.com
  22. « Mark Hamill explique comment il a créé la voix du Joker », sur Ecranlarge, (consulté le ).
  23. « How 'Star Wars' Star Mark Hamill Was Cast In 'Batman: The Animated Series'» sur cbr.com
  24. « Batman The Animated Series- Voices of Gotham », 2018, Blu-ray
  25. (en) « The Evolution of the Joker », sur Vanityfair.com, (consulté le )
  26. (en) « Mark Hamill Answers Your Questions », sur empireonline.com, (consulté le )
  27. (en) IMDb, « Comic Book: The Movie : Full Cast & Crew », sur IMDb.com (consulté le ).
  28. « 19 celebrities you might've missed in Avatar: The Last Airbender and Legend of Korra » Ew.com
  29. a et b « Liste partielle des jeux vidéo dans lesquelles Mark Hamill est crédité » sur Mobygames.com
  30. John Scott Lewinski, « Kevin Conroy Brings Batman Street Cred to Arkham Asylum » [archive du ], sur Wired, Condé Nast Publications, (consulté le )
  31. « Batman: Arkham Asylum dans le Livre Guinness des Records » sur Jeuxvideo.com
  32. «Batman: Arkham Asylum (Game of the Year) Review » sur IGN.com
  33. (en) « Mark Hamill signs on for Darksiders », sur engadget.com, (consulté le )
  34. AlloCine, « Mark Hamill arrête définitivement la voix du Joker », sur AlloCiné (consulté le ).
  35. « Video Games Awards Winners & Nominees in 2012 » sur Bafta.org
  36. « Mark Hamill returns as The Joker in DC Universe Online expansion » sur Engadget.com
  37. « Mark Hamill, le Jedi de Star Wars, joue les méchants dans Esprits criminels (TF1) », Programme TV, (consulté le ).
  38. Dan Stapleton, « Batman: Arkham Knight Review - Good Luck And Good Knight » [archive du ], IGN, (consulté le )
  39. (en) Kyle Warnke, « Star Wars: The Clone Wars Picks Up Seven Emmy Nominations », sur Dork Side of the Force, (consulté le ).
  40. BB, « Star Wars 7 : la première photo... et le casting complet ! », sur allocine.fr, (consulté le ).
  41. Star Wars : un court métrage animé avec Mark Hamill en jeune Luke » sur IGN.fr
  42. « "Star Wars, épisode IX" : le touchant hommage de Mark Hamill à Luke Skywalker » sur RTL.fr
  43. « The Mandalorian : le retour de Luke Skywalker raconté dans un épisode spécial » sur Premiere.fr
  44. « The Mandalorian : pourquoi Luke Skywalker n’a-t-il pas la voix de Mark Hamill ? » sur Tomsguide.fr
  45. (en) « Samuel L. Jackson Hams It up in New ‘Kingsman: The Secret Service’ Trailer », sur hollywoodreporter.com, (consulté le )
  46. (en) « Mark Hamill Talks 'Star Wars,' Prepares For 'Secret Service' Role » », sur sursplashpage.mtv.com, (consulté le ).
  47. « The Flash : Mark Hamill fait un clin d'oeil à Star Wars [SPOILERS »] sur Allociné.fr
  48. a et b « STAR CITIZEN : GARY OLDMAN, GILLIAN ANDERSON, MARK HAMILL, ANDY SERKIS, DÉCOUVREZ LE CASTING 4-ÉTOILES DU JEU » sur Jeuxactu
  49. « Une date et un trailer pour la saison 2 de Trollhunters sur Netflix » sur Premiere.fr
  50. (en-US) Chris Begley, « ‘Batman: The Killing Joke’ won’t be the last time Mark Hamill voices The Joker », sur Batman News, (consulté le ).
  51. (en-US) « ‘Batman: The Killing Joke’: See Mark Hamill in the Studio Ready to Sing as The Joker (Exclusive) », sur Batman News, (consulté le ).
  52. (en) « Brigsby Bear review – The Truman Show meets Room in overly whimsical comedy », sur theguardian.com, (consulté le )
  53. « It's Mark Hamill's Joker to the Rescue in LEGO DC Super-Villains Launch Trailer » CBR.com
  54. « Chucky : Mark Hamill alias Luke Skywalker va doubler la poupée maléfique dans le remake Child's Play » sur Allociné.fr
  55. « Les Maîtres de l'univers sur Netflix : quels acteurs prêtent leur voix aux héros de la série animée ? » sur Premiere.fr
  56. « INVINCIBLE : UN PREMIER EXTRAIT POUR LA SÉRIE D'ANIMATION DE PRIME VIDEO» sur Comicsblog.fr
  57. (en) « The Sandman Trailer Reveals First Look at Mark Hamill's Mervyn Pumpkinhead », sur comicbook.com, (consulté le )
  58. (en) « Mark Hamill says he most likely won't reprise Joker role following death of Kevin Conroy », sur sify.com, (consulté le )
  59. (en) « Hamill weds hygienist », The Spokesman-Review,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  60. (en) « Biography », Markhamill.com (consulté le ).
  61. (en) Sander de Lange, « Star Wars, a Family Affair », sur StarWars.com, (consulté le ).
  62. Mark Hemill va jouer un moine guerrier dans une nouvelle série. Magazine 20 minutes, 18 août 2018.
  63. a b c et d « Comédiens ayant doublé Mark Hamill en France », sur RS Doublage.

Source[modifier | modifier le code]

  • François Forestier, « Comment je suis devenu Luke Skywalker », L'Obs, no 2770,‎ du 7 au 13 décembre 2017, p. 97 à 101 (ISSN 0029-4713) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :