Batman: Arkham Asylum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Batman
Arkham Asylum
Batman Arkham Asylum Logo.png

Développeur
Rocksteady Studios
Feral Interactive (Macintosh)
Virtuos Games (Return to Arkham)
Éditeur
Eidos Interactive (Europe)
WB Games/DC Comics (Amérique du Nord)
Square Enix (Japon)
Feral Interactive (Macintosh)[1]
Distributeur
Scénariste
Compositeur
Ron Fish (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Date de sortie
PlayStation 3, Xbox 360
USA : 25 août 2009
EUR : 28 août 2009

PC
USA : 15 septembre 2009
EUR : 18 septembre 2009

Macintosh
3 novembre 2011
Playstation 4, Xbox One
INT : 20 octobre 2016
Genre
Mode de jeu
Plate-forme

Langue
Moteur

Évaluation
BBFC : 15 ?
ESRB : T ?
PEGI : 16 ?
USK : 16 ?
Site web

Batman: Arkham Asylum est un jeu vidéo d'action-aventure développé par Rocksteady Studios et édité par Eidos Interactive, sorti en 2009 sur PlayStation 3, Xbox 360, PC et en 2016 sur Playstation 4 et Xbox One via la compilation Batman: Return to Arkham[2],[3]. Il met en scène le personnage de Batman.

Peu après sa sortie, le jeu entre dans le Livre Guinness des records avec la distinction de « jeu de super-héros le mieux noté de tous les temps par la presse spécialisée »[4].

Le jeu est le premier de la licence Batman: Arkham, comprenant pour la série principale : Batman: Arkham City (2011), Batman: Arkham Origins (2013), et Batman: Arkham Knight (2015)[5]. Sur ces quatre jeux, seul Batman: Arkham Origins, développé par Warner Bros. Games Montréal, n'a pas été développé par Rocksteady Studios.

Trame[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Arkham Asylum se déroule à l'Asile d'Arkham, un hôpital psychiatrique situé sur l'île d'Arkham près des côtes de Gotham City. L'institut abrite des criminels fous dont de nombreux super-villains et ennemis de Batman[6]

Personnages[modifier | modifier le code]

Le personnage incarné est Bruce Wayne / Batman (Kevin Conroy), un justicier masqué déguisé en chauve-souris qui combat le crime[7],[8],[9].

Le principale antagoniste du jeu est le Joker (Mark Hamill)[7], le némésis de Batman[10] qui, aidé par son acolyte Harley Quinn (Arleen Sorkin)[7], a pris le contrôle de l'île[8],[10]. Batman est aidé par 2 de ses alliés - Barbara Gordon (Kimberly Brooks)[7], anciennement Batgirl, elle a pris l'identité secrète d'Oracle après être devenue paraplégique suite à un tir du Joker à la colonne vertébrale. Elle aide le chevalier noir à distance en lui procurant entre autres des informations[9] ; et le commissaire de police James « Jim » Gordon (Tom Kane) présent sur l'île lors de l'emeute[7].

Sur l'île , Batman doit faire face à plusieurs super-vilains. Il affronte Bane (Fred Tatasciore)[7], un criminel massif ayant une force surhumaine grâce au composé « Venom » qui coule dans ses veines[9],[10] ; Victor Zsasz (Danny Jacobs)[7], un tueur en série qui laisse une marque sur son corps à chacune de ses victimes[10],[9] ; Killer Croc (Steve Blum)[7], un homme qui des suites d'une rare mutation qu'il a depuis la naissance, ressemble à un crocodile[10],[9] ; Poison Ivy (Tasia Valenza), Hybride mi-humaine mi-végétale des suites à une mauvaise expérience, elle peut contrôler les plantes et est devenue une écoterroriste[10],[9] ; et l'Épouvantail (The Scarecrow) (Dino Andrade)[7], qui se sert de son hallucinogène pour faire croire à ceux qui le respire que leur pire peur se matérialise[11],[9]. L'Homme-mystère (The Riddler) (Wally Wingert)[7] n'apparait pas physiquement mais communique avec Batman, le mettant au défi de résoudre ses énigmes[6],[12].

Parmi les autres personnages notables, on trouve Quincy Sharp (Tom Kane)[7], le directeur de l'asile[9] ; le Dr Penny Young (Cree Summer)[7], la chef du département de recherche en charge du mystérieux Projet Titan[9] ; Aaron Cash (Duane R Shepard, Sr)[7], un garde de l'asile ayant perdu une main à cause de Killer Croc[9] ; le métamorphe Gueule d'argile (Clayface), qui prend la forme de plusieurs personnages afin de duper quelqu'un pour qu'on le libère de sa cellule[6] ; et le journaliste Jack Ryder (James Horan)[7],[13]. Thomas (Kevin Conroy) et Martha Wayne (Tasia Valenza), les parents de Bruce Wayne apparaissent lors d'un des cauchemars causés par l'Épouvantail[14].

Histoire détaillée[modifier | modifier le code]

Une fois encore, Batman vient de capturer le Joker alors que celui-ci s'apprêtait à tuer le maire de Gotham City, et le ramène à l'asile d'Arkham situé sur une île au large de Gotham. À la suite d'un incendie, un grand nombre de détenus de la prison de Blackgate ont été temporairement délocalisés à Arkham, parmi lesquels de nombreux hommes du Joker.

Méfiant, Batman trouve que la capture du Joker a été un peu trop facile et, devant sa docilité, préfère accompagner les gardes jusqu'à sa cellule. Au cours de l'escorte, la sécurité de l'asile est neutralisée par Harley Quinn, permettant au Joker et à ses hommes de s'échapper et de prendre le contrôle total de l'île. Batman comprend rapidement que les derniers évènements, y compris l'incendie de Blackgate, font partie des plans du Joker et que des complices à l'intérieur même de l'asile l'ont aidé à s'échapper.

Le Joker menace de faire exploser des bombes dans Gotham si quiconque de l'extérieur vient en aide à Arkham, contraignant Batman à agir seul. Aidé à distance par Oracle, il doit donc rapidement venir en aide à Quincy Sharp, le directeur de l'asile, mais aussi au commissaire Gordon, prisonnier de l'île, ainsi qu'à tous les gardes et les médecins retenus dans les bâtiments.

Après avoir retrouvé le corps de Frank Boles, un garde corrompu par le Joker, Batman se met à la recherche de Gordon. Juste après avoir libéré Gordon, il découvre Bane, installé dans une machine qui pompe et filtre son sang pour en récupérer le venin qui lui fournit une force surhumaine. Le Joker le libère, mais Batman parvient à le mettre hors d'état de nuire en projetant la Batmobile sur lui, le poussant dans la baie. Gordon retourne à Gotham, tandis que Batman part sauver le docteur Young, responsable du projet Titan.

Il parvient à rejoindre une petite Batcave qu'il avait installée sur l'île il y a quelques années, ce qui lui permet d'analyser les premières données avec Oracle. Le Chevalier noir comprend alors que le véritable objectif du Joker est de développer un produit chimique, appelé « Titan », qui est produit dans l'asile à partir du venin de Bane, et de créer une armée de mutants surpuissants, le tout avec l'aide du docteur Young, qu'il a contraint de participer. Batman retrouve Young et la sauve de Victor Zsasz, mais celle-ci meurt dans l'explosion d'une bombe du Joker. Batman n'a plus qu'une personne à retrouver : le directeur Sharp, qui est la seule personne à avoir les codes d'accès aux dernières données du projet Titan.

Après avoir évité par trois fois de sombrer dans la folie à cause du gaz de l'Épouvantail, Batman retrouve Sharp qui s'est réfugié dans le quartier pénitentiaire, où Harley Quinn profite de l'agitation pour libérer Poison Ivy. Mais le Joker continue ses recherches et finit par obtenir un premier état de la formule Titan ; il utilise alors le Titan sur plusieurs de ses hommes de main, les transformant en mutants très puissants. Batman doit donc demander de l'aide à Ivy pour trouver un antidote. Elle lui révèle que les spores qui pourraient sauver les habitants de Gotham se trouvent dans les égouts, là où Killer Croc s'est réfugié. Batman parvient à réunir assez d'échantillons tout en évitant les assauts de Croc, et retourne à la Batcave créer l'antidote. Toutefois, le Joker a donné du Titan à Poison Ivy, qui ordonne à ses plantes d'envahir l'île et Batman a à peine le temps de synthétiser une dose d'antidote que les plantes envahissent son repaire. Le Joker projette enfin de contaminer la source d'eau de Gotham avec le produit afin de transformer les habitants en monstres. Batman part donc à la station de pompage afin de purifier l'eau. Il affronte finalement Poison Ivy, réfugiée dans les jardins botaniques.

En s'échappant de la serre, Batman reçoit une invitation du Joker pour une « fête » au pénitencier. Sur les lieux, le Chevalier noir découvre que le commissaire Gordon a été capturé de nouveau. Alors que Batman repousse les assauts des prisonniers, il reçoit une fléchette de Titan en essayant de protéger Gordon. Le Joker s'injecte à son tour une dose de sérum et se transforme en monstre, tandis que Batman essaie de lutter contre les effets du produit, s'injectant finalement lui-même la seule dose d'antidote. Le combat final a lieu sur le toit, et Batman assomme le Joker mutant en lui assénant un coup de poing recouvert de gel explosif.

Mais la situation est à peine sous contrôle sur l'île d'Arkham que Batman entend un appel dans l'une des radios de police : Double-Face a dévalisé la Second National Bank de Gotham, mis deux officiers à terre, et s'enfuit dans la voiture de patrouille. Batman annonce au commissaire Gordon que le repos attendra, grimpe dans son Batwing et rejoint la côte.

(Une dernière image montre une caisse de Titan flottant dans la baie, avant que l'Épouvantail, Killer Croc, ou Bane ne s'en empare ; ce plan varie aléatoirement.)

Système de jeu[modifier | modifier le code]

L'intrigue du jeu se déroule de nuit sur l'île de l'asile d'Arkham, où les criminels célèbres aussi bien que les simples voyous se sont échappés. L'île se répartit en trois sections distinctes (Nord, Ouest et Est) et cinq bâtiments principaux : le quartier des soins intensifs, le pénitencier, le centre médical, le manoir et les jardins botaniques.

Batman: Arkham Asylum se joue à la manière d'un jeu d'action-aventure à la troisième personne, avec une vision objective par-dessus l'épaule [15],[16]. Le joueur contrôle Batman parcourant l'île et les différents bâtiments de l'asile d'Arkham, alternant des phases d'action et d'infiltration.

En plus d'actions classiques, comme la marche, la course, ou le saut, Batman peut utiliser sa cape pour planer et possède un pistolet grappin qui lui permet d'atteindre facilement les hauteurs. Afin de repérer des indices ou de détecter des ennemis, le joueur peut alterner entre la vue normale et le mode « Détection » qui active des capteurs spéciaux dans le masque de Batman [17]. Dans ce mode, la majorité de l'environnement prend des couleurs sombres, mais les personnages et les objets d'intérêts sont colorés ; il intègre une vision à rayons X qui permet de voir les individus à travers les murs. À plusieurs moments du jeu, ce mode sert également à découvrir divers indices, comme des empreintes digitales, qui permettent au joueur de suivre une piste [18].

Batman a également à sa disposition une batterie de gadgets qui s'étoffe au fil de l'aventure, dont les batarangs qui permettent d'étourdir les ennemis à distance, un pulvérisateur de gel explosif avec son détonateur et la bat-griffe qui servent notamment à détruire certains murs, et un séquenceur cryptographique qui peut désactiver les systèmes de sécurité[18]. Certains de ces objets servent pour l'exploration autant que pour le combat. Bien que l'aventure suive un chemin relativement linéaire, l'île et l'asile peuvent être explorés en profondeur à n'importe quel moment, mais les gadgets acquis au fil du jeu sont souvent nécessaires pour atteindre certaines zones. L'exploration de l'île est encouragée par les défis que l'Homme-mystère a placés un peu partout pour Batman. En plus d'objets à collecter ou à détruire, l'Homme-mystère a également laissé diverses énigmes qui peuvent être résolues si le joueur scanne, avec le mode « Détection », des détails de l'environnement bien précis [15]. La résolution de ces énigmes permet de débloquer des bonus du jeu, comme des biographies de personnages ou des défis. Résoudre des énigmes et défaire des ennemis permet de gagner des points d'expérience, qui peuvent ensuite servir à débloquer de nouvelles compétences pour Batman, comme de nouveaux combos ou des gadgets améliorés.

Le mode de combat repose sur quatre actions de base : attaquer, étourdir, contrer et esquiver, qui peuvent s'enchaîner pour réaliser des combos [18],[16]. Batman peut aussi utiliser ses gadgets, comme les batarangs ou le grappin, pour entreprendre de nouvelles attaques. Lorsqu'un adversaire s'apprête à attaquer, un bref indicateur apparait et, en agissant au bon moment, le joueur peut contrer le coup. En enchaînant les attaques et les ripostes sans relâche, les points de combos augmentent. À partir d'un certain nombre d'enchaînements, Batman peut réaliser des attaques spéciales puissantes qui peuvent vite mettre les ennemis à terre. Pour les vaincre plus rapidement, Batman peut achever les ennemis à terre.

À la fin d'un combat, Batman récupère des points de vie en proportion des points d'expérience gagnés au combat. Les ennemis peuvent se battre à mains nues, au couteau, au bâton électrique ou avec des armes à feu. Par la suite s'y ajoutent les « Titans », des mutants très résistants. Au cours du jeu, des boss doivent régulièrement être affrontés, généralement d'anciens ennemis de Batman.

À de nombreuses reprises, une approche furtive est préférable, notamment lorsque les ennemis sont armés. Très souvent il s'agit de combats d'arène plus-ou-moins espacées, où les gargouilles, les conduits ou encore les murs et plafonds fragiles sont librement exploitables pour permettre au joueur de livrer le combat comme il le veut.

Grâce au mode « Détection », Batman peut facilement suivre les mouvements des ennemis alentour. Batman peut se faufiler derrière les ennemis pour les éliminer discrètement. Il peut suspendre un ennemi qui passe en dessous d'une gargouille, assommer un ennemi proche d'un rebord où il est suspendu, ou encore éliminer un ennemi en se jetant dessus depuis une hauteur. Dans certaines zones, les gargouilles sont piégées par des explosifs et explosent peu après que Batman s'y est réfugié, amenant le joueur à se cacher des ennemis par d'autres moyens.

Certains ennemis portent un étrange collier, appelé « collier-suicide ». Le collier sert initialement à transmettre un signal à la centrale de la prison lorsque le rythme cardiaque d'un patient qui en est équipé diminue dangereusement. Le Joker s'en sert pour pouvoir détecter lorsqu'un de ses sbires est assommé par Batman et donner l'alerte.

Développement[modifier | modifier le code]

L'histoire est écrite par Paul Dini, (inspiré d'Arkham Asylum, un crossever du scénariste Grant Morrison et Dave McKean) également scénariste dans la série Batman de 1992 et DC Comics, tandis que la société Wildstorm s'occupe de l'apparence des personnages [17].

La directrice chargée de du casting et de la direction des comédiens est Collette Sunderman[7]. 3 comédiens qui ont participé aux œuvres du DC Animated Universe, dont la série Batman de 1992, reprennent leur rôle dans le jeu. Kevin Conroy prête sa voix à Batman ; Mark Hamill prête sa voix au Joker ; et Harley Quinn est interprétée par Arleen Sorkin. À noter que Thomas Wayne est comme pour la série interprété par Kevin Conroy. Le Chapelier fou (Mad Hatter) a quasiment fait partie du jeu, mais les développeurs ont décidé de le retirer[19],[20] ,[21].

Le système de combat s'est développé à travers plusieurs révisions. Rocksteady Studios le conçoit initialement comme un jeu d'action intensif. Un autre système est ensuite prototypé en 2D, apparaissant à chaque fois qu'il y avait un combat, et impliquait des cercles colorés qui se heurtaient les uns contre les autres. Le système de combat final a finalement été basé sur ce modèle[22]. Le moteur graphique du jeu est basé sur l'Unreal Engine 3 développé par Epic Games [23],[24]. Le jeu exploite le moteur physique PhysX de nVidia, permettant des interactions dynamiques avec les éléments du décor[25],[26],[27]. La version PC intègre également les services de Windows Live.

Afin de lutter contre le piratage, les développeurs ont intégré une protection sur la version PC du jeu qui, au lieu de simplement empêcher le joueur de commencer une partie, le bloque automatiquement assez tôt dans le jeu en occasionnant volontairement nombre de bugs (certains objets ne fonctionnent pas, le personnage plane très mal...). Bien que ce ne soit pas le premier jeu à intégrer ce genre de contre-mesures, cette prévention d’Arkham Asylum fut considérée par les médias comme une mesure novatrice dans la protection antipirate[28].

Le jeu sort sur PlayStation 3 et Xbox 360 le en Amérique du Nord, et le en Europe[29]. La version PC sort le en Amérique du Nord, et le en Europe[30].

Distribution et contenus additionnels[modifier | modifier le code]

En avril 2009, des publicités apparaissent sur le PlayStation Network et soulignent la possibilité de jouer avec le Joker[31]. IGN confirme ensuite que la possibilité d'incarner le Joker sera disponible exclusivement sur PlayStation 3 en tant que DLC mis à disposition gratuitement sur le PlayStation Store, mais que cette possibilité sera limitée au mode « Défi »[32]. Sur PS3, les joueurs pourront également débloquer le Batman: Arkham Asylum Batcave Outpost, un lieu pour le PlayStation Home qui expose les différents équipements de Batman.

Une démo du jeu sort le sur le PlayStation Store, et le lendemain sur le Xbox Live et sur PC[33]. Le DLC Nuit démentielle sort le pour PlayStation 3 et Xbox 360 et ajoute deux cartes supplémentaires pour le mode « Défi ». Un autre DLC gratuit, Proie de la pénombre, sort le uniquement pour PlayStation 3 en Amérique du Nord, et pour les deux consoles en Europe[34]. Afin de promouvoir le jeu, Rocksteady a organisé un concours dans lequel le gagnant aura son visage modélisé dans le jeu. Le gagnant de ce concours est Luke Oliver, est son visage a été modélisé sur un détenu enfermé dans une cellule et son nom apparait sur la liste pour la fête du Joker[35].

La Batarang Box, coffret collector du jeu, est mise en vente par GameStop et Wal-Mart. En plus du jeu, le coffret comprend une réplique de 35 cm du modèle de batarang utilisé dans le jeu, un livret de 48 pages présentant les biographies des personnages, un disque additionnel avec différents bonus comme le making-of du jeu ou des interviews des doubleurs, et des code d'accès pour télécharger la carte de défi exclusive Allée du crime et la tenue « armure renforcée » pour Batman, permettant d'encaisser plus de coups mais utilisable uniquement dans le mode Défi. La version classique vendue chez Wal-Mart est fournie également avec le code d'accès pour obtenir le costume « armure renforcée ». Une carte du mode Défi exclusive, Cauchemar, est également annoncée pour les pré-commandes chez GameStop. Elle met en scène Batman dans le monde créé par l'hallucinogène de l'Épouvantail où les ennemis à combattre apparaissent en squelettes de manière illimitée et qui prend fin dès que le joueur prend un coup[36].

Une édition « Game of the Year » du jeu sort le en Europe, en Australie et au Japon, et le en Amérique du Nord. Cette édition comprend tous les contenus additionnels à l'exception de la capacité de jouer avec le Joker, ainsi que la possibilité de voir le jeu en trois dimensions sur n'importe quel écran de télévision classique en utilisant les lunettes stéréoscopiques TriOviz[37]. Un comic intitulé The Road to Arkham, écrit par Alan Burnett et dessiné par Carlos D'Anda, est fourni avec le jeu pour les pré-commandes sur Amazon.com et est ensuite devenu gratuitement téléchargeable sur le PlayStation Network[38].

De nombreuses références au comics Les Fous d’Arkham (Arkham Asylum: A Serious House on Serious Earth) sont incluses[39]. Comme dans la bande dessinée, l'asile est dépeint comme un manoir, avec un scarabée en guise de symbole proéminent, l'esprit d'Amadeus Arkham hante les lieux, et la cellule où il inscrivit son nom sur le sol peut aussi être découverte.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Edge (UK) 8/10[40]
Presse numérique
Média Note
GameSpot (US) 9/10[41]
IGN (US) 9,3/10[42]
Jeuxvideo.com (FR) 18/20[43]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 93 (PS3)
92/100 (PC)
91/100 (X360)[44]

Arkham Asylum a obtenu des critiques très positives, obtenant une moyenne de 9,1/10 sur GameStats, de 91 % sur Metacritic et de 93 % sur GameRankings[45],[44],[46]. De plus, la version PC est devenue le jeu PC de 2009 le mieux noté de GameRankings. Peu après sa sortie, le jeu entre dans le Livre Guinness des records en tant que « jeu de super-héros le mieux noté de tous les temps ». Il obtient ce titre grâce à un score de 91,67 %, calculé à partir de tests papiers et numériques du monde entier, détrônant le précédent détenteur du record, Marvel vs. Capcom 2 dont la moyenne culminait à 90 %[47].

Le magazine GamesMaster attribue au jeu la note de 96 %. The Electric Playground déclare que le jeu « rompt à la fois la malédiction des jeux vidéo Batman et prend le chemin pour devenir l'un des meilleurs jeux de l'année ». Game Informer fait l'éloge du jeu en lui attribuant un 9,5/10, et le désigne comme « le BioShock de cette année [...] pour sa capacité à innover là où il y a besoin de nouvelles idées, et pour livrer une aventure comparable à aucune autre ». PlayStation Official Magazine le note 9/10, le présentant catégoriquement comme la meilleure adaptation de comic que la PlayStation ait jamais eu et comme l'un des meilleurs jeux d'action. Avec une note de 95 %, Xbox World 360 le commente comme « un jeu à licence extrêmement impressionnant ». IGN le note 9,3/10 et apprécie notamment le doublage du jeu, l'histoire, et le gameplay en général et le présente comme la meilleure adaptation vidéoludique de comic de tous les temps. Eurogamer remarque : « ce n'est pas simplement le meilleur jeu Batman, c'est le meilleur jeu de super-héros, sans exception ». 1UP.com lui donne A-, expliquant que le développeur est parvenu à « combiner combat, infiltration, narration et voix de dessins animés dans le meilleur jeu Batman vu à ce jour ». GameTrailers relève que ce sont « les petits détails du jeu qui rendent réellement Arkham Asylum vivant » et que « c'est un jeu qui mérite d'être joué », avec une note de 9/10.

En 2011, le site Jeuxvideo.com donne à Arkham Asylum la 5e place de son classement des 100 meilleurs jeux de tous les temps[48].

Ventes[modifier | modifier le code]

Selon Eidos Interactive, le jeu se serait écoulé à deux millions de copies trois semaines après sa sortie sur consoles[49].

En mai 2010, Square Enix, devenu le nouvel éditeur à la suite de son rachat d'Eidos, annonce qu'il s'est vendu plus de 3,24 millions d'exemplaires du jeu[50].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le jeu a obtenu de nombreux prix, dont celui de « Jeu de l'année » à plusieurs reprises.

Suites[modifier | modifier le code]

Deux suites ont été développées par Rocksteady Studios: Batman: Arkham City, en 2011 et Batman: Arkham Knight en 2015. Dans le jeu, on peut trouver un bureau caché du directeur Quincy Sharp contenant les plans de la prison Arkham City[51].

De son côté, WB Games Montréal réalise Batman: Arkham Origins en 2013. Les deux jeux reçoivent également les éloges de la presse et des joueurs. Le 20 octobre 2016, WB Games sort une compilation intitulée Batman: Return to Arkham sur Xbox One et Playstation 4 et ne comprend que les deux premiers titres réalisés par Rocksteady.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Batman : Arkham Asylum déferle sur Mac aujourd’hui ! », Feral Interactive, (consulté le 7 juillet 2014)
  2. Compilation qui comprend également Batman: Arkham City. En 2018, une autre compilation, disponible en téléchargement, réunit les trois jeux développés par Rocksteady, à savoir : Batman: Arkham Asylum, Batman: Arkham City et Batman: Arkham Knight, toujours sur Playstation 4 et Xbox One. En 2019, elle sort en version physique (sauf pour Batman: Arkham Knight disponible via un code de téléchargement).
  3. Clementoss, « [MàJ] Batman Arkham Collection : une version physique PS4 / Xbox One apparaît sur Amazon », sur jeuxvideo.com, (consulté le 10 septembre 2020).
  4. Batman: Arkham Asylum dans le Livre Guinness des Records sur Jeuxvideo.com
  5. Un épisode exclusif à la Playstation 4 intitulé Batman: Arkham VR est également sorti en 2016.
  6. a b et c Logan, « Test Batman Arkham Asylum », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 7 juin 2021).
  7. a b c d e f g h i j k l m n et o Crédité durant le générique de fin
  8. a et b AJ Glasser, « Twenty Minutes With Batman: Arkham Asylum », sur Kotaku,
  9. a b c d e f g h i et j « Batman: Arkham Asylum – Character Bios/Interviews Transcript » sur game faqs.gamespot.com
  10. a b c d e et f « The Villains of Batman: Arkham Asylum » sur ign.com
  11. Peter Tieryas, « The Brilliant Use of Fear And Scale In Batman: Arkham Asylum’s Scarecrow Levels », sur Kotaku,
  12. Chris Kohler, « A First-Hand Tour of Batman: Arkham Asylum's Madhouse » [archive du ], sur Wired, Condé Nast Publications, (consulté le 3 avril 2013)
  13. Charlie Barratt, « The 28 hidden characters in Batman: Arkham Asylum » [archive du ], sur GamesRadar, Future plc, (consulté le 23 mars 2013)
  14. « Batman: Top 10 Notable Thomas And Martha Wayne Deaths » sur cbr.com
  15. a et b Chris Kohler, « A First-Hand Tour of Batman: Arkham Asylum's Madhouse », Wired News, (consulté le 15 novembre 2010)
  16. a et b Kemuel Stewart, « Batman: Arkham Asylum Revealed », GamerCenter Online, (consulté le 15 novembre 2010)
  17. a et b Game Informer (Septembre 2008). Batman: Arkham Asylum | A Terrifying Trip Into the Legendary Home of the Dark Knight's Greatest Foes.
  18. a b et c « Batman .. Arkham Asylum - Key Features », Batmanarkhamasylum.com (consulté le 15 novembre 2010)
  19. John Scott Lewinski, « Kevin Conroy Brings Batman Street Cred to Arkham Asylum » [archive du ], sur Wired, Condé Nast Publications, (consulté le 1er avril 2013)
  20. AJ Glasser, « Twenty Minutes With Batman: Arkham Asylum » [archive du ], sur Kotaku, Gawker Media, (consulté le 1er avril 2013)
  21. Mike Schramm, « Rocksteady and Paul Dini on the storytelling in Batman: Arkham City », Joystiq, AOL,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 26 septembre 2011)
  22. Tidbits: What You Didn't Know About Batman: Arkham Asylum. Game Informer. Page consultée le 22 novembre 2010.
  23. McInnis, Shaun (26 mars 2009). GDC 2009: Batman: Arkham Asylum Hands-On Impressions. GameSpot. Page consultée le 22 novembre 2010.
  24. Blyth, Jon (30 janvier 2009). Batman: Arkham Asylum. Eurogamer. Page consultée le 22 novembre 2010.
  25. Brown, Rich (21 septembre 2009). Nvidia's PhysX makes PC Batman: Arkham Asylum worth the wait. CNET.com. Page consultée le 22 novembre 2010.
  26. Warner, Mark (19 octobre 2009). PhysX in Batman: Arkham Asylum Continued. HardOCP. Page consultée le 22 novembre 2010.
  27. Faylor, Chris (6 août 2009). Batman: Arkham Asylum PC Delayed, Gets PhysX. Shacknews. Page consultée le 22 novembre 2010.
  28. Cunning copyright catches crooks. BBC News (15 septembre 2009). Page consultée le 22 novembre 2010.
  29. Ingham, Tim (29 mai 2009). Batman: Arkham Asylum dated. MCV. Page consultée le 23 novembre 2010.
  30. Magrino, Tom (6 août 2009). PC Batman: Arkham Asylum confined until Sept. 15. GameSpot. Page consultée le 23 novembre 2010.
  31. Fahey, Mike (23 avril 2009). 360 Play As The Joker In Arkham Asylum PlayStation 3. Kotaku. Page consultée le 23 novembre 2010.
  32. Clements, Ryan (23 avril 2009). The Joker Playable in Batman: Arkham Asylum. IGN. Page consultée le 23 novembre 2010.
  33. Bailey, Kat (3 août 2009). Batman: Arkham Asylum Demo Coming August 7. 1UP.com. Page consultée le 23 novembre 2010.
  34. Fahey, Mike (14 septembre 2009). Insane Night Brings Two New Challenge Maps To Arkham Asylum. Kotaku. Page consultée le 23 novembre 2010.
  35. « Asylum? I Barely Know 'Em: 25 Things Fans Missed In The Arkham Games », sur CBR.com
  36. Batman: Arkham Asylum Gamestop Pre-order bonus. GameStop. Page consultée le 24 novembre 2010.
  37. (en) Mark Johnson, « Reviews: Batman: Arkham Asylum: Game of the Year Edition », Spong.com, (consulté le 8 février 2011)
  38. Rainer (2009-07-23). 'Batman: Arkham Asylum' (ALL) Pre-Order Adds Bonus Map - Screens. Worthplaying. Page consultée le 24 novembre 2010.
  39. Arkham Asylum: A Serious House on Serious Earth. 15th Anniversary Edition. 2004.
  40. (en) « Review: Batman - Arkham Asylum », sur Edge Online,
  41. (en) Justin Calvert, « Gamespot Batman: Arkham Asylum Review », GameSpot,
  42. (en) Greg Miller, « Batman: Arkham Asylum Review », IGN
  43. « Test de 'Batman: Arkham Asylum sur PC », sur Jeuxvideo.com,
  44. a et b (en) « Batman: Arkham Asylum », Metacritic (consulté le 24 novembre 2010).
  45. Batman: Arkham Asylum for PC. GameRankings. Page consultée le 24 novembre 2010.
  46. Reviews of Batman: Arkham Asylum (PS3). GameStats. Page consultée le 24 novembre 2010.
  47. CBR News Team (2009-08-31). "Batman: Arkham Asylum" Awarded a Guinness World Record. www.comicbookresources.com. Page consultée le 24 novembre 2010.
  48. la_redaction, « 5ème - Batman Arkham Asylum / PC-PS3-360 (2009) », sur jeuxvideo.com, (consulté le 10 septembre 2020).
  49. « 2,5 millions pour Batman : Arkham Asylum », sur Gamekult.com
  50. « Square Enix : résultats en forte hausse », sur Gamekult.com
  51. « Finding The Asylum's Biggest Secret: Arkham City's Blueprints », sur Gameinformer.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]