Miloš Forman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Milos Forman)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forman.
Miloš Forman
Description de cette image, également commentée ci-après
Miloš Forman en 2009.
Nom de naissance Jan Tomáš Forman
Naissance
Čáslav (Tchécoslovaquie)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Drapeau de République tchèque Tchèque
Décès (à 86 ans)
Danbury (Connecticut, États-Unis)
Profession Réalisateur
Films notables L'As de pique
Les Amours d'une blonde
Vol au-dessus d'un nid de coucou
Hair
Amadeus
Man on the Moon
Site internet
Signature de Miloš Forman
Signature de Miloš Forman.

Jan Tomáš Forman, né le à Čáslav (Tchécoslovaquie) et mort le à Danbury (Connecticut, États-Unis)[1], connu sous le nom de Miloš Forman, est un réalisateur américain d'origine tchécoslovaque, également scénariste et professeur de cinéma.

Il est notamment le réalisateur des films Vol au-dessus d'un nid de coucou, Hair, et Amadeus.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Miloš Forman naît à Čáslav dans l'ancienne Tchécoslovaquie. Il devient orphelin jeune durant la seconde guerre mondiale: son père a participé à la résistance tchèque contre l'occupant allemand et est tué par la Gestapo, tandis que sa mère est arrêtée pour avoir participé à des affaires illégales dans une épicerie et meurt dans le camp d'Auschwitz.

Il est élevé avec ses frères par le reste de sa famille. Après quelques études à l'université publique de Poděbrady (qui a, entre autres, compté parmi ses étudiants Václav Havel), il entre à l'école du cinéma de Prague, la FAMU. Il y réalise plusieurs courts métrages, et se lance ensuite dans la mise en scène de comédies. Son premier long métrage, L'As de pique (1963), le fait connaître au-delà des frontières de son pays. Ses œuvres tchécoslovaques (Les Amours d'une blonde, Au feu, les pompiers !), auxquelles il donne une couleur de satire sociale, rompent avec le ton conformiste et l'académisme des productions communistes de l'époque.

En 1968, la répression du Printemps de Prague l'oblige à émigrer; les autorités soviétiques ayant désigné les films de Forman comme symptôme de la dégénérescence du système socialiste qui sévit en Tchécoslovaquie, obligeant à l'intervention militaire dans ce pays. Lors des événements, il se trouve à Paris pour négocier les termes du contrat de son premier film américain. Sa société de production tchécoslovaque le licencie directement, prétextant qu'il est sorti illégalement du territoire. Il se retrouve séparé de sa seconde épouse qui préfère rester au pays avec leurs deux fils jumeaux. Miloš Forman ne les revoit qu'au milieu des années 80.

Avec son film Au feu, les pompiers !, il est en compétition officielle du Festival de Cannes, mais à l'instar d'autres réalisateurs, il se retire en solidarité avec le mouvement social de mai 68 qui a lieu en France.

Il s'établit ensuite à l'hôtel Chelsea de New York où résident aussi Janis Joplin et Leonard Cohen. Il devient plus tard professeur de cinéma à l'université Columbia, où il a notamment pour étudiants Kathryn Bigelow, Martin Brossollet, Yves Lavandier, Ntshavheni Wa Luruli et James Mangold, son protégé.

En 1977, il est naturalisé américain.

Révélation et consécration[modifier | modifier le code]

Hair (1979).

Passé aux États-Unis, il réalise d'abord une comédie sociale, Taking Off (1971), sur la classe moyenne américaine. Mais le film est un échec commercial et le ruine. Néanmoins le film s'inscrit dans le Nouvel Hollywood.

Puis il change totalement de registre avec Vol au-dessus d'un nid de coucou (1975), drame sur les milieux psychiatriques, qui lui vaut la consécration internationale ainsi que l'Oscar du meilleur réalisateur.

En 1979, il change de genre en dévoilant la version cinématographique de la comédie musicale culte de Broadway, Hair. Mais le film est un échec, le mouvement hippie n'étant déjà plus à la mode et ayant laissé sa place au mouvement punk. Puis en 1981, il dévoile une vaste fresque sur l'Amérique du tout début du XXe siècle : Ragtime, mais là non plus il n'obtient pas de succès commercial.

En 1985, il remporte de nouveau l'Oscar du meilleur réalisateur pour l'adaptation de la pièce de Peter Shaffer sur la vie de Mozart vue par Salieri, le fastueux Amadeus, qu'il a en partie tourné à Prague, renouant ainsi avec son pays natal. Il a dû cependant négocier avec les autorités tchécoslovaques pour pouvoir tourner, s'engageant notamment à ne pas rencontrer de dissidents locaux, dont Vaclav Havel qui venait juste d'être emprisonné.

Les années 1980 se concluent sur Valmont (1989), sa variation sur les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos écrite par Jean-Claude Carrière. Mais le film sort neuf mois après l'autre adaptation de l'année des Liaisons dangereuses, celle de Stephen Frears et Christopher Hampton et qui avait été un grand succès. Du coup, et en comparaison, la version de Miloš Forman est un retentissant échec public et critique.

En 2005, le festival International du film Entrevues à Belfort lui consacre une rétrospective. En septembre 2017, la Cinémathèque française lui consacre une rétrospective.[2].

Derniers films[modifier | modifier le code]

Les années 1990 sont marquées par les sorties de deux biopics : d'abord Larry Flynt (1996), Ours d'or à Berlin, portrait du magnat américain de la presse pornographique, fondateur du magazine Hustler, puis Man on the Moon (1999), Ours d'argent de la meilleure réalisation, inspiré de la vie du comique américain Andy Kaufman.

En sort en 2005 : il se penche sur celle du peintre Goya dans Les Fantômes de Goya, pour lequel il retrouve le scénariste français Jean-Claude Carrière. En 2009, avec son fils Petr, il co-réalise dans son pays natal la comédie musicale Dobre placena prochazka. En 2011, il interprète l'époux de Catherine Deneuve dans le film Les Bien-aimés de Christophe Honoré. C'est alors sa dernière apparition dans le générique d'un film.

Hommages[modifier | modifier le code]

Miloš Forman est membre d'honneur du Club de Budapest[3].

Il a reçu à Lyon le prix Lumière 2010 du festival Lumière pour l'ensemble de sa carrière[4].

Depuis octobre 2018, une petite place porte son nom à Prague. Elle est située devant l’hôtel InterContinental (Ier arrondissement). Selon la maire de Prague Adriana Krnáčová, l’attribution d’un nom à cette place permettra d’empêcher la construction de tout bâtiment à cet endroit. « C’était le seul endroit libre à ne pas avoir de nom, » a-t-elle encore précisé, ajoutant que lorsque l’idée de baptiser un lieu au nom du réalisateur d’Amadeus a émergé, les recherches se sont naturellement orientées vers le centre-ville de la capitale tchèque.

Famille[modifier | modifier le code]

Miloš Forman s'est marié à trois reprises, d'abord avec l'actrice Jana Brejchova, puis avec la chanteuse Vera Kresadlova, avec qui il a des jumeaux, enfin avec Martina Zborilova en 1999, avec qui il a de nouveau des jumeaux.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts et moyens métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :