James Woods

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Woods.
James Woods
Description de cette image, également commentée ci-après
James Woods aux Emmy Awards en 2015.
Nom de naissance James Howard Woods
Naissance (71 ans)
Vernal, Utah (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Films notables Il était une fois en Amérique
Salvador
Killer : Journal d'un assassin
Casino
Virgin suicides
Hercule
Vampires
Séries notables Shark

James Woods est un acteur américain né le à Vernal (Utah).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est accepté initialement à l'Académie de l'US Air Force pour devenir pilote de chasse puis étudie les sciences politiques au Massachusetts Institute of Technology, mais abandonne son cursus en 1969 après sa licence pour entamer une carrière d'acteur[1]. Il obtient son premier rôle à la télévision dans un épisode de Kojak en 1974.

Dans les années 1980 il joue notamment dans Vidéodrome (Videodrome) de David Cronenberg, Il était une fois en Amérique de Sergio Leone (il interprète Max, l'acolyte de Robert De Niro), Cop de James B. Harris, etc.

En 1995, Woods interprète le rôle du proxénète Lester Diamond dans Casino de Martin Scorsese. La même année, il obtient le rôle de H. R. Haldeman dans Nixon, un biopic sur le président Richard M. Nixon, réalisé par Oliver Stone.

James Woods apparaît dans la série Les Simpson, dans lequel il joue son propre rôle (saison 5, épisode 13). Il apparaît également dans la série Les Griffin en tant que lui-même et ce dans cinq épisodes : Peter's Got Woods (saison 4, épisode 11), Back to the Woods (saison 6, épisode 9), Brian Griffin's House of Payne (saison 8, épisode 15), And Then There Were Fewer (saison 9, épisode 1) et Tom Tucker The Man and His Dream (saison 10, épisode 13). En 2004, il est la voix de Mike Toreno dans le jeu Grand Theft Auto: San Andreas.

Quentin Tarantino a proposé le rôle de M. Orange dans Reservoir Dogs, finalement tenu par Tim Roth, à James Woods par l'intermédiaire de son agence, qui était alors Creative Artists Agency. Mais l'agence, jugeant le cachet de 50 000 $ trop faible, refuse sans même consulter l'acteur. Quand Tarantino demande plus tard à Woods pourquoi il a refusé le rôle, Woods est stupéfait d'apprendre la nouvelle, répondant à Tarantino qu'il aurait joué gratuitement le rôle. Furieux, il change d'agence pour le représenter, signant un nouveau contrat avec International Creative Management[2].

Son frère, Michael Jeffrey Woods, meurt brutalement en juillet 2006 lors du tournage de la saison 1 de Shark.

En juillet 2013, alors âgé de 66 ans, et après une liaison de sept ans avec Ashley Madison, âgée de 26 ans, James Woods se sépare de sa compagne[3].

Entre septembre et novembre 2017, 3 actrices ont accusé James Wood de comportements de prédation sexuelle[4],[5],[6].

Positions publiques[modifier | modifier le code]

Démocrate jusqu'à l'affaire Lewinski en 1999, James Wood a ensuite rejoint le Parti républicain sur des positions de plus en plus conservatrices.

Il a soutenu Israël dans le conflit israélo-libanais de 2006[7].

Lors de la campagne présidentielle de 2016, Woods a d'abord soutenu Carly Fiorina pour l'investiture républicaine, puis appuyé celle du sénateur Ted Cruz[8]. Il défend depuis Donald Trump, exprimant en aoút 2017 son dégoût pour la haine «pathologique» dont celui-ci était victime[9],

Il défend régulièrement ces positions sur Twitter, où son compte est suivi par plus d'un million de personnes. Il a fait partie des accusateurs de George Soros, lui prêtant un passé de collaborateur au nazisme[10] et diffusé d'autres fake news, comme la photo de Lasia Kretzel grossièrement manipulée sur une femme "ouvrant ses jambes aux réfugiés"[11].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Cette section récapitule les principales récompenses et nominations obtenues par James Woods. Pour une liste plus complète, consulter IMDb[12].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Guy Chapellier[13],[14],[15],[16], Hervé Bellon[17] et Dominique Collignon-Maurin[16] sont les voix françaises régulières de James Woods. Joël Martineau[18] l'a également doublé à huit reprises.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 jours no 2518,
  2. (en) Gerald Duchovnay, Film Voices: Interviews from Post Script, Suny Press, (lire en ligne), p. 244
  3. James Woods, 66 ans, se sépare de sa petite amie Ashley Madison, 26 ans, après une relation de sept ans.
  4. (en) Teen Vogue Staff, « Amber Tamblyn Asks James Woods if He's "Part of the Problem" in an Open Letter », Teen Vogue, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  5. « Katie Aselton on Twitter », Twitter, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  6. (en-US) Rebecca Rubin, « Elizabeth Perkins Calls Out James Woods at #MeToo March », Variety,‎ (lire en ligne)
  7. « Nicole Kidman and 84 Others Stand United Against Terrorism », (consulté le 17 juillet 2018)
  8. (en) « Fiorina loses Hollywood endorsement to Cruz », Washington Examiner,‎ (lire en ligne)
  9. Bill Hoffmann, « James Woods Slams 'Pathological' Hatred of Trump », www.newsmax.com,‎ (lire en ligne)
  10. « Was George Soros an SS Officer or Nazi Collaborator During World War II? », (consulté le 17 juillet 18)
  11. « « Mes jambes sont ouvertes pour les réfugiés » : Nigel Farage partage une photo truquée insultante », Le Monde.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  12. (en) « Awards for James Woods », sur Internet Movie Database (consulté le 30 novembre 2014)
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Comédiens ayant doublé James Wood en France » sur RS Doublage.
  14. a, b, c et d « Comédiens ayant doublé James Woods en France » sur Doublagissimo.
  15. a et b « Doublages effectués par Guy Chapellier » sur La Tour des Héros.
  16. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Carton du doublage français sur le DVD zone 2.
  17. a et b « Fiche des doublages effectués par Hervé Bellon » sur AlloDoublage.
  18. a et b « Doublages effectués par Joël Martineau » sur La Tour des Héros.
  19. Doublage français du jeu vidéo présent dans le coffret.
  20. « Doublage du jeu vidéo Kingdom Hearts 2 » sur Khdestiny.fr.
  • Cette notice est partiellement inspirée de la notice de Wikipédia en anglais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]