Maison natale de Colette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison natale de Colette
Maison de Colette
Facade maison de colette DR.jpg
Vue de la maison en 2016.
Présentation
Destination initiale
Habitation
Destination actuelle
Lieu de création culturelle
Construction
1er quart du XIXe siècle
Propriétaire
Personne privée
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bourgogne
voir sur la carte de Bourgogne
Red pog.svg

La maison natale de Colette est la maison natale de la romancière française Colette. Elle est située Rue Colette, à Saint-Sauveur-en-Puisaye, dans l'Yonne en France.

Historique[modifier | modifier le code]

Façade de la maison de Colette annotée par l'écrivaine elle-même.

Colette est née le 28 janvier 1873 à Saint-Sauveur-en-Puisaye, petit village de l’Yonne, dans la maison familiale, située 8 rue de l’hospice (aujourd’hui rue Colette). Elle y passe une enfance puis une adolescence heureuses auprès de parents aimants, de sa sœur, l’étrange Juliette, et de ses deux frères, Achille et Léo, « les sauvages » dont elle fera plus tard d’émouvants portraits. C’est là, dans la maison et dans les jardins (Jardin-du-haut et Jardin-du-bas) auprès de Sido, sa mère, qu’elle apprit l’amour de la nature et des bêtes et cet art de l’observation qui seront des caractéristiques essentielles de son œuvre.

Acculée par les dettes, mal vue par la population, la famille Colette dût quitter le village en 1891. Colette avait 18 ans. Ce départ fut pour elle un véritable traumatisme. Devenue écrivain, c’est par l’écriture qu’elle chercha à reconquérir ce paradis perdu – « j’appartiens à un pays que j’ai quitté » écrit-elle en 1908. De Claudine à l’école, son premier roman paru en 1900, à Ces dames anciennes, un de ses derniers écrits publié en 1954, l’année de sa mort, en passant par La Maison de Claudine (1922) ou Sido (1930), Colette a fait de sa maison natale un personnage essentiel de son œuvre, un véritable rouage de la création littéraire.

En 1925, un de ses lecteurs, le soyeux[1] François Ducharne, racheta la maison et en donna l’usufruit à Colette qui put la conserver jusque dans ses dernières années. « Grâce à vous, je crois au merveilleux », lui écrivit-elle. La même année, le gouvernement français fait poser sur la façade une plaque indiquant la valeur patrimoniale du lieu « Ici Colette est née ».

Utilisation contemporaine[modifier | modifier le code]

Mise en vente en 2006, la maison natale de Colette a pu être acquise par l’association « La Maison de Colette » au mois de septembre 2011 grâce à une large mobilisation populaire. Elle a ouvert ses portes au public au mois de mai 2016 et propose, en plus des visites guidées de la maison et des jardins, de nombreuses animations culturelles : Festival "Comme ça me chante !" (fin juillet), Festival international des écrits de femmes (début octobre), conférences, lectures, projections, ateliers[2].

C’est parce que la maison fut le lieu de toute une vie et le sujet de toute une œuvre que maison et jardins ont été protégés au titre des Monuments Historiques et bénéficient depuis 2012 du Label « Maison des illustres ». La maison ainsi que les différents jardins l'entourant (dont celui situé en face de l'entrée) sont inscrits au titre des Monuments historiques depuis 2011[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabricant de soieries
  2. « Accueil - La Maison de Colette », sur La Maison de Colette (consulté le 6 novembre 2016).
  3. « Maison natale de Colette », notice no PA89000046, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :