Cerisier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Cerisier (homonymie).
Cerisier
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
l'appellation « Cerisier » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après
Un cerisier en période de floraison.

Taxons concernés

Parmi le genre Prunus :
  • dans le sous-genre Cerasus

Articles complémentaires

Fleurs de cerisier.
Cerises avant maturation.
Feuille de cerisier.

Le terme cerisier est un nom vernaculaire générique qui désigne en français plusieurs espèces d'arbres du genre Prunus de la famille des Rosaceae. Ce sont soit des arbres fruitiers donnant des cerises, soit des arbres ornementaux originaires d'Asie Orientale (Chine, Japon) plantés uniquement pour leurs fleurs et dont les fruits sont insignifiants.

Dans la taxonomie botanique[1], ils font partie d'un taxon assez vaste, rassemblant dans le sous-genre Cerasus,

Les cerisiers à fruits sont cultivés depuis la plus haute Antiquité, en Europe (en Grèce, Empire romain) et en Asie Mineure (Anatolie, Caucase) et un peu en Chine (pour Prunus pseudocerasus).

Nomenclature[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme de « cerise » vient du latin vulgaire *cerĕsia « cerise », neutre pluriel considéré comme fém. sing., du bas latin ceresium neutre sing., emprunté au grec κεράσιον « cerise » lui-même dérivé de κέρασος (ou κερασός) « cerisier », d'après la ville grecque antique de Kerasos. Le terme « cerisier » dérive par suffixation de -ier* à « cerise ».

Noms français et noms scientifiques correspondants[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique des noms vulgaires ou des noms vernaculaires attestés[Note 1] en français.
Note : certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide.

Cerisiers à fruits de table[modifier | modifier le code]

Cerises sur branche.

Les différentes espèces de cerisiers donnent des fruits plus ou moins acides, gros ou sucrés.

Si les cerises sauvages entrent parfois dans la composition de liqueurs, confitures et autres plat locaux, les arboriculteurs ont développé des variétés à plus gros fruits, destinés à être consommés crus ou dans des préparations culinaires variées.

La classification des diverses espèces de cerisiers et de leur origine botanique est un sujet assez débattu[6]. Il semble admis de nos jours que deux espèces botaniques, P. avium et P. cerasus, sont à l'origine de la plupart des espèces et variétés cultivées pour leurs fruits :

  • Prunus avium (L.) L., le cerisier des oiseaux, ou merisier, à l'origine des variétés de cerises douces. C'est une espèce diploïde (2n=16), croissant à l'état sauvage en Europe (dont la France), dans le Caucase et en Turquie, Iran, Afghanistan. Ses fruits, nettement plus petits que des cerises cultivées, servent à préparer une eau-de-vie connue sous le nom de kirsch dans l'est de la France. On distingue les cerises :
    • à chair ferme : bigarreaux
    • à chair molle : guignes
  • Prunus cerasus L., le griottier est une espèce tétraploïde (2n=32), à l'origine des variétés de cerises acides. Il serait originaire de la région de la mer Caspienne et de l'Asie Mineure et d'Europe. On distingue les cerises :
    • à jus coloré : griottes, morelles (griotte du Nord...)
    • à jus clair : amarelles (cerise de Montmorency...)

De nombreuses variétés ont été développées à partir de ces deux espèces et sont cultivées pour leurs fruits. Une troisième classe de cerisiers cultivés est issue d'un hybride :

  • Prunus xgondouinii, le cerisier intermédiaire, issu de P. avium et P. cerasus a donné des variétés à fruits. Elles sont cultivées mais à moins grande échelle que leurs parents[7]. Cette espèce a reçu divers noms comme Prunus acida Dum, Cerasus regalis, P. avium ssp. regalis mais le nom le plus utilisé est Prunus × gondouinii Rehd. C'est une espèce allotétraploïde (AAAF) qui a donné de nombreux cultivars (Cerise Impératrice Eugénie, Gros guin noir de Gironde, Maynard) divisés en fonction du fruit :
    • à jus coloré : cerises anglaises (duke cherries)
    • à jus clair : cerises royales

En Chine, le Prunus pseudocerasus, (yingtao 樱桃) le cerisier chinois, est cultivé pour ses fruits dans l'est et le nord de la Chine, depuis des siècles. Il donne des cerises acidulées. L’Amérique du Nord a donné le cerisier de Virginie (Prunus virginiana) qui est largement utilisé comme porte-greffe. Il existe de par le monde d'autres espèces donnant des fruits comestibles qui sont consommés localement.

Variétés cultivées pour leurs fruits[modifier | modifier le code]

Variétés de Prunus avium[modifier | modifier le code]

Cerises Rainier.

La plupart des cultivars sont auto-incompatibles et réclament une pollinisation croisée pour être productifs.

  • Bigarreaux : gros fruits à la chair ferme, sucrés
    • Burlat
    • Cœur de pigeon ou gros Cœurlet
    • Esperen
    • Summit
    • Napoléon (variété à chair blanche)
    • Rainier (variété à chair blanche)
    • Van
    • Stark Hardy Giant
    • Reverchon
    • Hedelfingen
  • Guigniers : chair tendre, légèrement acidulée
    • Guigne de mai ou précoce de la Marche
    • Noire à gros fruits
    • Noire de Montreux
    • Précoce de Rivers
    • Rouge des Vosges

Variétés de Prunus cerasus[modifier | modifier le code]

Ce sont des arbres plus petits que les variétés de P. avium, donnant des fruits rouges brillants. Ils sont en général auto-compatibles et s'hybrident entre eux.

  • fruits à jus clair
  • fruits acides, à jus coloré
    • Griotte de Champagne
    • Griotte du Nord

Culture des cerisiers à fruits[modifier | modifier le code]

Fleur de cerisier en Sibérie orientale.

La culture des cerisiers est très étroitement liée au terroir (sol, climat) et au type de porte-greffe utilisé[8].

  • semis de merisier et de cerisier Sainte-Lucie pour obtenir des porte-greffes.
  • greffage (de préférence en fente vers la mi-septembre). Les porte-greffes utilisés sont le merisier sauvage pour les variétés à grande végétation, guignes et bigarreaux, et le Cerisier de Sainte Lucie pour les griottes et les cerises.
  • formes : plein vent ou palmettes à la diable.
  • taille : pas ou peu, suffisamment pour éliminer le bois mort. Lorsqu'on doit absolument tailler (pour l'émondage des merisiers de forêt par exemple), il est conseillé de le faire en plein mois d'août, période où il y a une descente de sève. Même si on est amené à couper d'assez grosses branches, l'expérience prouve que la cicatrisation se fait mieux en été bien qu'il puisse sembler aberrant de couper des branches pleines de feuilles.

Il faut généralement compter quarante-cinq jours entre la floraison et la maturation des fruits.

Autres modes de consommation[modifier | modifier le code]

Les feuilles et les fleurs de cerisiers sont parfois consommées dans des préparations et infusions, notamment au Japon.

Cerisiers ornementaux[modifier | modifier le code]

Cerisiers en floraison à Paris.
Cerisiers en fleurs à Yoshinoyama, au Japon.

Au Japon, le cerisier est surtout planté pour ses qualités ornementales. Son nom est sakura (ou zakura), et sa floraison est guettée dans de nombreuses régions. Les cerisiers du docteur Nagai Takashi sont célèbres à Nagasaki.

Les cerisiers ornementaux sont aussi cultivés ailleurs dans le monde comme plantation d'alignement le long des rues ou dans les jardins et les parcs.

La ville de Washington organise tous les ans au West Potomac Park le National Cherry Blossom Festival pour commémorer les cerisiers, principalement Yoshino, offerts par la ville de Tokyo en 1912.

Cerisiers à fleurs[modifier | modifier le code]

Prunus serrulata à Ponta Grossa, sud du Brésil.

Arbrisseaux décoratifs[modifier | modifier le code]

Culture des cerisiers ornementaux[modifier | modifier le code]

Il existe une collection nationale de cerisiers à fleurs d'Asie, labellisée Collection Nationale par le CCVS (Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées). Cette collection est implantée sur le Domaine du Tornet, autour du Lac de La Balme de Sillingy en Haute-Savoie. La collection comporte plus de 300 arbres de 150 variétés différentes.

Unique en France, cette collection offre un spectacle naturel exceptionnel en toutes saisons : des formes d'arbres multiples (érigés, évasés, pleureurs, nains...), des couleurs de fleurs hors du commun au printemps (simples ou doubles, du blanc pur au rose vif), des feuillages éclatants à l'automne et des écorces décoratives en hiver. La floraison des arbres au printemps vous invite à profiter d'un cadre spectaculaire de douceur et de bien-être. Pour célébrer le pic de floraison, la commune de La Balme de Sillingy profite de l'organisation du Mandallaz Festi'Nature pour proposer aux visiteurs des visites guidées.

Dans le Parc des Jardins de Haute-Savoie sont plantés certaines variétés de cerisiers à fleurs d'Asie et de pivoines arbustives. De nombreux autres cerisiers à fleurs sont implantés autour de la collection nationale sans y appartenir, on recense ainsi une cinquantaine d'arbres sur les 7 communes de la Communauté de Communes Fier et Usses. Pour découvrir ces plantations, il est possible d'effectuer le circuit touristique des cerisiers à fleurs d'Asie, disponible à l'office de tourisme Alter'Alpa. Deux circuits d'une trentaine de kilomètres chacun sont faisables à vélo ou en voiture. L'office de tourisme loue des vélos à assistance électrique pour réaliser les circuits. Plusieurs brochures vous permettent de découvrir les cerisiers et leur environnement touristique : une carte touristique, une brochure détaillant chaque arbre du circuit de la route touristique.


Naissance de la collection nationale :

Le Parc des Jardins de Haute-Savoie est à l’origine de la collection de cerisiers à fleurs. En 2009, la Communauté de Communes Fier et Usses a souhaité rassembler en un lieu la richesse de son territoire. Le Domaine du Tornet accueille ainsi ce site, constitué de jardins miniatures, présentant chacun des parcelles paysagères et un site emblématique de la commune concernée. Ainsi, chaque commune a renvoyé en un lieu centralisé une présentation de son patrimoine.

Lors d’une discussion et d’une rencontre avec Franck Sadrin[9], pépiniériste amoureux du Japon et spécialisé dans les espèces rares, le Président de la Communauté de Communes Fier et Usses s’est laissé séduire par l’idée de créer une collection de cerisiers. En 2013 les 350 cerisiers à fleurs d’Asie ont été plantés par des bénévoles et les élus des communes représentées dans le Parc des Jardins de Haute-Savoie, au Domaine du Tornet.

Puis la Communauté de Communes a voulu que chaque commune puisse elle aussi présenter des cerisiers à fleurs sur son territoire. La Route des cerisiers est née.


Constitution de la collection :

Les cerisiers à fleurs sont originaires du Japon où il n’est pas coutumier de préserver les variétés de cerisiers. Ceux-ci étant plantés à proximité de temples ou dans les lieux privilégiés, lorsque l’arbre vient à mourir, il n’est pas remplacé. Le but de la collection est donc de sauvegarder des variétés d’arbres dont pour certains il ne reste que peu d’exemplaires vivants de nos jours. L’objectif est de poursuivre le développement de la collection et de planter des cerisiers à fleurs sur l’ensemble du territoire savoyard. La plantation de cerisiers dans un maximum de communes permettra de transformer le paysage en un grand jardin de fleurs au printemps. La collection est entretenue par les bénévoles du Parc des Jardins de Haute-Savoie et les services techniques des collectivités. Labellisée Collection Nationale par le CCSV (Conservatoire de Collections Végétales Spécialisées), elle compte 320 arbres de 145 variétés différentes, répartis autour du Lac de La Balme de Sillingy. La route des cerisiers  contient elle 125 arbres supplémentaires dans les 32 communes voisines. François Daviet, Maire de La Balme de Sillingy, Président de la Communauté de Communes Fier et Usses et Conseiller Départemental du canton Annecy 1 et Odile Monteil, sont parrain et marraine de la Collection de cerisiers à fleurs d’Asie.


Objectif de la collection :

Embellir notre cadre de vie

La collection permettra de découvrir l’étendu des formes d’arbres (érigés, évasés, pleureurs, nains…), des couleurs de fleurs hors du commun au printemps (simples ou doubles, du blanc pur au rose vif, en passant par le jaune et le vert), les feuillages éclatants à l’automne (jaunes, oranges, ou rouges vifs), les écorces décoratives en hiver…

Fédérer tous les acteurs du territoire

L’objectif est d’associer la population, les communes, les Communautés de Communes et le monde économique dans un même projet. Les cerisiers plantés font tous l’objet d’un sponsoring privé (entreprises locales, particuliers…). Des Vall’arbres (contraction de Vallat immobilier et d’arbres) sont notamment en cours de plantation sur les communes de La Balme de Sillingy et Sillingy, regroupant des cerisiers et des pivoines.

Préserver des espèces menacées

Ce projet a pour objectif de développer une politique de conservation des espèces botaniques en plantant des arbres rares dont il existe seulement quelques exemplaires dans le monde ou même déjà disparu dans leur pays d’origine. Il permettra d’initier les jeunes générations et sensibiliser leurs aînés à la biodiversité.

Rester collection nationale

Être collection nationale, c’est rassembler en un même lieu géographique un ensemble suffisamment représentatif de végétaux d’un même genre botanique, dans un lieu ouvert une partie de l’année au public. Le Label de collection nationale est délivré par le Conservation des Collections Végétales Spécialisées (CCVS) pour une durée de 5 ans.

Créer un intérêt touristique

La collection nationale de cerisiers à fleurs d’Asie est unique en France et confère au site un caractère exceptionnel.

Elle permet une présence dans de nombreux supports médiatiques spécialisés et représente un atout pour attirer la clientèle étrangère.

Le cadre spectaculaire au printemps attire également une nombreuse clientèle locale et régionale pendant cette période de floraison.


La valorisation de la collection :

* Les visites guidées

Alter’Alpa Tourisme organise durant la période de floraison des visites guidées ouvertes au grand public (individuels groupés). Les visites sont assurées par une botaniste ou en cas d’indisponibilité, par des bénévoles jardiniers de l’association Nature et Terroirs (qui gère le Parc des Jardins de Haute-Savoie) ou encore par un guide conférencier.

D’un format de 1h30 environ la visite permet au public de découvrir : le contexte historique au Japon, la tradition japonaise de célébrer la floraison des cerisiers, la botanique pratique, et admirer les différentes variétés de cerisiers à fleurs d’Asie. Les visites sont adaptées à chaque groupe en fonction de leur intérêt botanique.


* Les produits groupes

Alter’Alpa Tourisme commercialise des visites pour les groupes constitués dans le cadre de packages (incluant a minima de la restauration et éventuellement une autre activité).

Les visites sont assurées par une botaniste ou en cas d’indisponibilité, par des bénévoles jardiniers de l’association Nature et Terroirs (qui gère le Parc des Jardins de Haute-Savoie) ou encore par un guide conférencier.

D’un format de 1h30 environ la visite permet au public de découvrir : le contexte historique au Japon, la tradition japonaise de célébrer la floraison des cerisiers, la botanique pratique, et admirer les différentes variétés de cerisiers à fleurs d’Asie. Les visites sont adaptées à chaque groupe en fonction de leur intérêt botanique.


* Les circuits de la route des cerisiers

La Communauté de Communes Fier et Usses est à l’initiative de la création de deux circuits permettant de découvrir les cerisiers et le patrimoine local.

La route des cerisiers permet ainsi de découvrir le nord du territoire « Détente et Panorama » et le sud du territoire « Nature et Patrimoine ». Ces routes touristiques accessibles en vélo électrique ou voiture mesurent environ 30 km chacune. Elles traversent chaque commune de la CC et emmènent le visiteur à travers les points de vue, panoramas, sites touristiques ou encore petit patrimoine bâti du territoire.

Ennemis des cerisiers[modifier | modifier le code]

Maladies[modifier | modifier le code]

Maladie Symptômes Origine Traitement
Pseudomonas syringae Noircissement (moisissure), craquellement de l'écorce, puis dépérissement de l'arbre.
HorseChesnustPseudomonas1.jpg - début de la maladie.
HorseChesnustPseudomonas.jpg - arbres morts.
Attaque de bactérie sur arbre déjà fragile. Peu.
Gommose
Gommose
Écoulement anormal de gomme (sève) entraînant quelques éclatements d'écorce.
Attaque d'une plaie par un champignon. Traitement préventif par désinfection et protection des plaies. Sinon : traitements incertains. Voir Gommose.
Moniliose (Monilia laxa) MonilioseMonilioseLes fruits brunissent, puis pourrissent sur l'arbre. De petites taches blanches signalent le champignon. Attaque d'un champignon sur les fruits (uniquement) pulvérisation d'eau de chaux ou de bouillie bordelaise
Anthracnose Dessèchement des feuilles.
Tavelure Tavelure Feuilles avec taches brunes,
Tavelure Pareil pour les fruits
Attaque d'un champignon sur les feuilles et fruits Pulvérisation de bouillie bordelaise.
Pourridié Dépérissement de l'arbre et chute des feuilles,
des champignons comestibles au pied de l'arbre en automne.
Attaque de champignon sur les racines, destruction des racines. [?]
Cloque du pêcher Cloque du pêcher Gonflement des feuilles, qui se cloquent, s'enroulent, deviennent cassantes et de couleur jaunâtre à rose-rouge, puis se dessèchent et tombent. Attaque d'un champignon demeurant sur l'écorce, s'attaque aux feuilles. Pulvérisation de bouillie bordelaise en début et fin d'hiver.
Coryneum
(Criblure des feuilles)
Coryneum = points rouges-violacé.
Petites pointes rouges-violacées, puis trous (maladie criblée). Dessèchement des branches, roussissement du feuillage, apparition de pustules noires, puis écoulement de résine, ensuite les rameaux et branches meurent.
Pulvérisation de bouillie bordelaise en début et fin d'hiver.
Résistances naturelles

Le cerisier ne craint pas l'oïdium.

Ravageurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Référence GRIN : genre Cerasus (+liste d'espèces contenant des synonymes)
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p et q cerisier sur tela Botanica
  3. a et b Prunus serotina, document pdf de 07/11/2010. Tela Botanica, Base de Données Nomenclaturale de la Flore de France par Benoît Bock, BDNFF v4.02.
  4. a b c d e f et g Nom vernaculaire français d'après Dictionary of Common (Vernacular) Names sur Nomen.at
  5. a b c d e et f Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  6. Bruno Boulet-Gercourt, Le merisier, Institut pour le développement forestier,
  7. (en) M. Tavaud, A. Zanetto, J.-L. David, F. Laigret and E. Dirlewanger, « Genetic relationships between diploid and allotetraploid cherry species (Prunus avium, Prunus<gondouinii and Prunus cerasus) », Heredity, vol. 93,‎ , p. 631-638
  8. Infos Cerise. (Mai 98)
  9. Franck Sadrin, Cerisiers du Japon et autres prunus d'ornement, Ulmer

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]