Fractionnement (spéléologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fractionnement.

Un fractionnement, ou « fractio » dans le jargon des spéléologues, est une partie de l'équipement d'un puits[Note 1]ou autre obstacle vertical, constitué par un point d'amarrage intermédiaire sur lequel la corde de progression est nouée. C'est l'équivalent d'un relais en escalade.

Au fractionnement, le spéléologue se longe afin d'assurer sa sécurité, puis fait franchir les amarres à ses appareils de montée ou de descente.

Dans une acception littérale plus globale et probablement originelle, le fractionnement est le résultat d'un découpage de l'équipement d'un obstacle vertical par tronçons. Le mot peut aussi désigner un des tronçons d'équipement compris entre deux points d'amarrages successifs. Fractionner une verticale peut donc désigner : d'une part et globalement la technique qui permet d'équiper et franchir un obstacle vertical par tronçons multiples, d'autre part l'installation d'un point d'amarrage relais particulier.

Intérêt du fractionnement[modifier | modifier le code]

Le fractionnement permet de :

  • éviter un point de frottement de la corde de progression sur la roche,
  • éviter une zone dangereuse en modifiant le cheminement,
  • augmenter la sécurité en multipliant les amarrages,
  • limiter les effets de l'élasticité des cordes,
  • répartir le poids de la corde,
  • progresser à plusieurs sur une même corde,
  • interrompre l'effort à la montée (repos),
  • limiter la hauteur de chute d'un spéléologue longé[Note 2].

Inconvénient du fractionnement[modifier | modifier le code]

Le fractionnement présente cependant quelques inconvénients :

  • il ralentit la progression théorique du spéléologue,
  • il nécessite du temps à l'équipement et au déséquipement,
  • il augmente la quantité de matériel à utiliser, donc à transporter,
  • il nécessite des implants supplémentaires (chevilles autoforantes, broches,..) qui dégradent les parois.

Alternatives au fractionnement[modifier | modifier le code]

Pour éviter de multiplier les fractionnements, dans le but de limiter les inconvénients ci-dessus, il est possible de :

  • étudier et réaliser l'équipement en tête de puits qui permettra de parcourir une hauteur maximale de puits sans que la corde de progression ne touche la paroi. Dans le jargon des spéléologues, il s'agit de « rechercher le plein vide ».
  • préférer l'usage d'une « déviation » ou « déviateur », technique alternative qui permet de modifier la trajectoire de la corde sans utiliser d'implant en paroi. L'installation et le passage des déviateurs est plus rapide et généralement plus simple que pour un fractionnement[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, un puits désigne un conduit vertical ou subvertical nécessitant généralement l'installation d'agrès pour être descendu et remonté en toute sécurité et avec plus de facilité
  2. Une telle chute survient généralement lors d'un incident lié au descendeur. Le bas d'un grand puits est, si possible (si une paroi est accessible et utilisable), fractionné à seule fin d'empêcher qu'une victime longée percute le sol en cas de chute.

Références[modifier | modifier le code]

Néant

Voir aussi[modifier | modifier le code]