Trou bleu (géologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trou bleu.
Le Grand Trou Bleu au Bélize, l’un des plus célèbres trous marins.

Un trou bleu (Blue hole en anglais), également appelé « trou marin » est une excavation sous-marine (grotte, doline ou cénote) immergée.

Généralement circulaires et aux parois abruptes, ils doivent leur nom au fort contraste entre le bleu foncé dû à la profondeur et le bleu turquoise des rochers et autres récifs alentour. La circulation de l’eau étant mauvaise, avec l'augmentation de la profondeur et la diminution de la teneur en oxygène, l'environnement devient défavorable à la prolifération de la vie animale ou végétale.

Formation[modifier | modifier le code]

Les trous bleus se sont formés pendant la précédente glaciation, quand le niveau de la mer était une centaine de mètres plus bas qu’à l’heure actuelle. Ces formations furent soumises à l’altération chimique du calcaire principalement par l’eau de pluie, rendue acide par la végétation. Elle s’infiltra dans le sol, érodant et dissolvant le sous-sol en y creusant de vastes cavités souterraines. Par la suite, le plafond de ces cavités s’effondra, ce qui créa ces fameux gouffres, recouverts ensuite par la mer lors de la fonte de la calotte glaciaire.

Trous bleus notables[modifier | modifier le code]

Le plus profond du monde est le trou bleu du dragon avec 300 mètres[1]. Le trou bleu de Dean, aux Bahamas, était auparavant connu comme étant le plus profond avec 202 mètres. Le Grand Trou Bleu, dans un atoll proche des côtes du Bélize, a quant à lui une profondeur de « seulement » 120 mètres. Les îles Andros dans les Caraïbes présentent une exceptionnelle concentration de trous bleus avec 178 trous bleus en mer et au moins 50 sur terre[réf. nécessaire].

Un autre trou bleu célèbre, notamment par le nombre de décès de plongeurs survenus en son sein[réf. souhaitée], est le Blue Hole de la mer Rouge en Égypte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) W. L. Wilson, « Morphometry and hydrology of Dean’s Blue Hole, Long Island », Bahamas Journal of Science, vol. 2, no 1,‎ , p. 10–14.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]