Cataphilie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La cataphilie est l'activité qui consiste en la visite clandestine des anciennes carrières souterraines de Paris. Il s'agit d'un abus de langage relatif aux catacombes de Paris qui se situent dans les carrières souterraines, parfois abrégées en « catas ». Le pratiquant est un cataphile.

Étymologie et sens[modifier | modifier le code]

Un livre, La cité des cataphiles — Mission anthropologique dans les souterrains de Paris, popularisa le terme de « cataphile » à partir de 1983, mais l'expression existait sans doute avant parmi les initiés. Il s'agit d'un néologisme, étymologiquement issu du grec κατκιροσ, « le royaume des morts », qui donna le mot catacombes en latin ecclésiastique catacumbæ, par métathèse et par attraction de –cumbere, « reposer », de l’expression cata tumbas, « parmi les tombes », du grec κατα, « en bas », et τυμβος, « tombe » ; auquel est adjoint φἱλειν, « aimer » (suffixé en « –phile », « celui qui aime »). Le cataphile est également souvent un amateur de toutes les carrières et espaces souterrains, naturels ou non. Le terme de cataphilie désigne quant à lui, parfois la communauté des cataphiles, plus souvent l'ensemble des activités et légendes urbaines associées à l'univers cataphile. Il convient de distinguer le cataphile, qui aime et donc respecte ces lieux, du cataclaste, qui les dégrade[1].

Il n'existe pas en réalité de mouvement unitaire qui rassemblerait l'ensemble des cataphiles. Toutefois, il a existé plusieurs groupes et associations de cataphiles. Depuis les années 1980, de nombreuses incursions et fêtes clandestines ont lieu dans les carrières souterraines de Paris, sous l'égide de quelques habitués détenant souvent un plan des galeries souterraines et connaissant des points d'entrée et de sortie. L'essentiel de la fréquentation a néanmoins pour objet la promenade, par des groupes indépendants d'explorateurs qui se retrouvent le plus souvent au hasard dans les galeries.

Histoire[modifier | modifier le code]

Salle aménagée par des cataphiles.

Depuis les années 1960, il existe un engouement pour la visite des catacombes non officielles. Cette activité consiste à emprunter d'autres chemins que ceux balisés de l'ossuaire municipal, en exploitant les puits d'accès de la voie publique, voire les accès souterrains à partir de caves, galeries techniques, réseaux de transports en sous-sol, etc. Ces accès et déambulations sont illégaux.

Une culture propre au milieu cataphile s'est développée, avec sa communauté plurielle, ses règles et ses conflits. Quelques exemples :

  • les cataphiles puristes, amoureux des carrières, de leur atmosphère et de leur histoire, s'efforcent de protéger le lieu en évitant de le dégrader par des tags ou des destructions de murs. Certains d'entre eux font preuve de connaissances en matière de taille de la pierre et de maçonnerie.
  • d'autres personnes cherchent à laisser leur marque par différents moyens (graffitis, rassemblements, vandalisme)[2].

Il existe aussi des conflits concernant le fait de parler de ces lieux ou non, certains prônent un grand secret de ces lieux, alors que d'autres prônent le partage de la connaissance et des documents iconographiques ou topographiques (sous différentes formes : livres, sites Internet, expositions) afin de sensibiliser la population à ce riche patrimoine.

Interdiction de la circulation[modifier | modifier le code]

Extrait de l'émission Des racines et des ailes Paris, de place en place diffusée le 31 janvier 2018.

Divers organismes et personnes sont autorisées à se rendre dans les catacombes officiellement. Parmi elles, nous pouvons retrouver la brigade sportive de la police nationale appelée "cataflics" par les cataphiles[3] mise en place en 1980 qui patrouille dans les carrières souterraines de la ville de Paris, l'Inspection Générale des Carrières et la RATP également autorisées à se rendre dans les catacombes afin de contrôler les consolidations et mesurer les risques d'effondrements.

L'arrêté préfectoral du 2 novembre 1955 interdit à toute personne non munie d'une autorisation la circulation dans les carrières souterraines de Paris.[4] Dans le cas où cet arrêté n'est pas respecté, une amende de 60€ peut être délivrée[5]. De plus, accéder aux catacombes via une voie ferrée appartenant à la SNCF est punissable d'une peine maximum étant de 3 750  d'amende et 6 mois d'emprisonnement[6].

Contravention pour circulation dans les catacombes de Paris
Contravention pour circulation dans les catacombes de Paris


Activités cataphiles[modifier | modifier le code]

Puits à échelons utilisé par l'Inspection générale des carrières et les cataphiles pour accéder aux carrières.

Est qualifié de cataphile tout individu qui pénètre dans les anciennes carrières souterraines de Paris et en parcourt les galeries et ayant des connaissances. Les personnes qui descendent pour la première fois dans ces carrières sont qualifiées avec humour de « touristes » par les cataphiles habitués.[7] Afin de s'amuser de la visite de ces nouveaux arrivants, les entrées les plus récentes sont tenues secrètes par les cataphiles. Les motivations cataphiles à se rendre sous terre sont très diverses et ont donné lieu à une étude anthropologique complète dès 1983[8].

Les cataphiles se distinguent essentiellement des spéléologues en ce que la passion des cataphiles vise plutôt à l'exploration des lieux souterrains construits par la main de l'homme et présentant donc un attrait historique. Certaines techniques de la spéléologie peuvent parfois être mises à profit pour l'exploration de parties difficiles d'accès (puits sans échelons, effondrements, galeries ennoyées…)

La cataphilie se diffère aussi de la subterranologie, (stricto sensu : la science des souterrains) qui est l'étude des cavités artificielles et des infrastructures souterraines ; la première est une démarche ludique, la seconde est scientifique.

Les carrières souterraines de Paris (à savoir les trois grands réseaux de carrières souterraines parisiennes dits réseaux « 13 » , « GRS » et « 16 ») constituent une dimension parallèle à la ville et au monde réel par extension : l'absence de lumière du jour permet d'oublier la notion de temps, et là où seuls quelques endroits permettent du fait du bruit du métro de savoir s'il fait jour ou nuit, le cataphile peut faire l’expérience d'un ermitage total, le rendant seul maître de ce qu'il voit, et de ce qu'il entend. De nombreux cataphiles, habitués de cette expérience, la rééditent souvent, chaque semaine pour certains, et passent parfois plusieurs jours sous terre avec nourriture, hamac et duvets.

Aménagements et valorisations[modifier | modifier le code]

Parmi les activités courantes pratiquées dans ce sous-sols nous pouvons retrouver la photographie[9], l'aménagement du réseau, la réalisation de fresques, de sculptures, de bancs, de restauration du patrimoine (restauration des hagues, piliers, noircissage et rempaillage des plaques de rues et des plaques commémoratives) ou encore le nettoyage bénévole des lieux sans lequel les déchets laissés sur place ne feront qu'accroitre la population de rats présente. La plupart des aménagements de consolidation, de creusages et de confort effectués illégalement dans les galeries sont le fait de ces semi-habitants du sous-sol.

Murages cataphiles pour contenir une injection

Cartographie[modifier | modifier le code]

De nombreux cataphiles mettent à jour les plans des catacombes de Paris, les galeries pouvant être modifiées suite à des injections ou aménagements réalisés. Ces plans, distribués en cercle intime, sont simplifiés en comparaison aux planches très techniques de l'IGC et sont parfois réutilisés par la brigade sportive de la police judiciaire comme nous pouvons le voir sur un extrait de plan de la 2ème division de la Police Judiciaire en 1983.

Extrait de plan des catacombes de paris de la police judiciaire en 1983
Extrait de plan des catacombes de paris de la police judiciaire en 1983

Graffiti[modifier | modifier le code]

Des activités plus polémiques et persistantes comme le graffiti se sont également développées dans ces lieux[10], aboutissant parfois à des actes de vandalisme sur des éléments du patrimoine. Certains cataphiles opposés à cette pratique nettoient les murs peints à l'aide brosses de fer, méthode parfois controversée, abîmant la pierre-même.

De nombreux chantiers d'anonymes se sont ouverts afin d'effacer les graffitis des sites les plus sensibles (galeries anciennes voire classées) comportant de nombreuses plaques et inscriptions historiques. Toutefois, des inscriptions parfois vieilles de plusieurs siècles effectuées au fusain et appelées « épures » (schémas techniques effectués par les carriers ou agents de l'Inspection générale des carrières) sont définitivement perdues sous la peinture des tags, en dépit de leur dimension historique et patrimoniale.

Tracts[modifier | modifier le code]

Les tracts sont des objets ou mots signés par l'auteur et laissés dans des recoins des catacombes afin d'être trouvés par d'autres cataphiles. Cela peut être des flyers annonçants une fête, des autocollants, poèmes, dessins, moulages 3D, blagues, caricatures ou encore plus surprenant des bijoux. Les tracts sont plastifiés afin de ne pas être détériorés par l'humidité ambiante, transformant rapidement un bout de papier en moisissure. Une fois trouvés, les tracts peuvent être échangés si un cataphile les possède en double et postés sur diverses plateformes (forums ou réseaux sociaux) afin d'alerter son propriétaire ou tout simplement, pour exposer sa collection[11].

L’essor de la cataphilie[modifier | modifier le code]

L'émergence des réseaux sociaux avec la création de Facebook en 2004, YouTube en 2005 et d'Instagram en 2010 ont permis à tous de voir ce qui se produisait dans les sous-sols de la capitale parisienne, activités jusqu'alors gardées intimement. Photos, vidéos, et messages sur des forums ont alors pu être échangés avec facilité, titillant la curiosité de toute personne amenée à voir ces contenus. Le métier d'influenceur a également fortement impacté la visibilité et la population se rendant dans les catacombes qui croît d'année en année.[12] Le lien entre réseau social et cataphilie devient alors très étroit. Les données [13] démographiques des utilisateurs des réseaux sociaux démontrent que ce sont les plus jeunes qui utilisent ces plateformes en majorité. Ces individus sont par conséquent les premiers à être touchés par la communication d'influence surfant sur la tendance de la cataphilie, comme cela est le cas avec la vidéo "Descente aux catacombes de Paris[14]" du célèbre Squeezie, ayant touché plus de 7,4 millions de personnes au 8 avril 2020. Les contenus se faisant plus nombreux chaque jour à travers le monde, étrangers comme parisiens tentent l'aventure, résultant à une population cataphile active de plus en plus jeune, avec une population de femmes (jusque là minoritaires) arrivant presque à équivalence avec celle des hommes.

Patrimoine en perdition[modifier | modifier le code]

Les méthodes de l'Inspection Générale des Carrières travaillant en collaboration avec la brigade sportive de la police nationale sont parfois controversées lorsque le patrimoine souterrain entre en jeu dans le cadre d'injections. Les entrées creusées afin d'accéder aux catacombes de Paris sont régulièrement rebouchées par l'I.G.C. à l'aide de béton coulé, engloutissant parfois des galeries entières et épures datant de plusieurs siècles à jamais. Cette méthode est employée permet à la brigade et à l'I.G.C. de s'assurer qu'aucun autre trou n'apparaitra, vu la complexité du creusage que cela représenterait pour les cataphiles, bien que les galeries auraient techniquement pû être préservées. Les injections peuvent également permettre la construction de nouveaux immeubles d'habitation dans Paris.

Afin de limiter l'engloutissement des galeries lorsque cela est possible, les cataphiles se réunissent afin de préserver le patrimoine et construire de leurs propres mains des barrages pour contenir les injections.

Parmi les lieux menacés de disparaitre, nous pouvons retrouver les carrières de Port-Mahon situées sous la Ferme de Montsouris qui a été rachetée par la Mairie de Paris en 2013. Le projet de restauration consistent notamment en démolitions structurelles et constructions d'extensions du Pavillon Troubadour[15].

Certains cabinets minéralogiques ont aujourd'hui disparu suite à des travaux, comme le Double Cabinet minéralogique Toudouze sous la route de Fontainebleau, incomplet depuis l'édification de consolidations pour le métro parisien au XXème siècle et le cabinet Guérinet injecté de béton en 2010[16].

Figures publiques[modifier | modifier le code]

Parmi les adeptes du milieu cataphile nous pouvons retrouver le fondateur et dirigeant de Free Xavier Niel ou encore Joey Starr[17].

Xavier Niel, afin de faciliter ses déplacements souterrains, a racheté le local d'un immeuble situé dans le 6ème arrondissement de Paris, situé stratégiquement au-dessus des galeries souterraines. Ce local donne accès aux galeries par un escalier de pierre en colimaçon, accès cependant protégé à la surface par une plaque de béton de 50 cm d'épaisseur et chemisée en plaque d'acier de 15 millimètres.[18] Xavier Niel est également propriétaire de l'abri anti-atomique Lefèbvre situé boulevard Lefèbvre dans le 15ème arrondissement de Paris. Cet abri situé dans l'ancien immeuble des Ponts-et-Chaussées héberge les serveurs informatiques hypersécurisés de la société Free donnait avant ce rachat également un accès direct aux souterrains[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie chronologique[modifier | modifier le code]

  • 1908 - Émile Gérards, Paris Souterrain, Garnier Frères, Paris. Réédition en 1991 par les éditions DMI, (ISBN 2840220024).
  • 1953 - Charles Kunstler, Paris souterrain, éditions Flammarion.
  • 1983 - Barbara Glowczewski, La Cité des cataphiles — Mission anthropologique dans les souterrains de Paris, éditions Librairie des Méridiens, (ISBN 2865630749).
  • 1990 - Patrick Saletta, À la découverte des souterrains de Paris, Sides, , 334 p., 22 X 28 cm (ISBN 978-2-86861-075-1 et 2868610757)
  • 1993 - René Suttel, Catacombes et Carrières de Paris, éditions du Treuil, (ISBN 2950570712).
  • 2001 - Alain Clément et Gilles Thomas, Atlas du Paris Souterrain — La doublure sombre de la ville lumière, éditions Parigramme, (ISBN 2840961911).
  • 2007 - Günter Liehr et Olivier Faÿ, Les Souterrains de Paris — Légendes, mystères, contrebandiers, cataphiles…, éditions De Borée, (ISBN 2844946348).
  • 2008 - Philippe Collignon et Dominique Lavault, Le Cimetière des Monstres, Éditions CielStudio, (ISBN 2952690839).
  • 2013 - Basile Cenet, Vingt Mille Lieux sous Paris, Éditions du Trésor. (ISBN 9791091534024)
  • 2017 - Aurélien Noyelle, Sous Paris, Lemieux éditeur (ISBN 9782373441147)
  • Policiers en sous-sol, coll. Liaisons (publication de la Préfecture de police de Paris), no 70, janvier-février 2000
  • Plus de livres en français sur le sujet

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Gilles Thomas, Les Catacombes. Histoire du Paris souterrain, Passage, , p. 13.
  2. Rue89, article du  : « Les catacombes, maintenant c'est l'autoroute » [1].
  3. Konbini News, « Voici le quotidien des flics des catacombes », sur www.konbini.com (consulté le 18 janvier 2020)
  4. « Avertissement », sur catacombes.web.free.fr (consulté le 7 avril 2020)
  5. Des Racines et des Ailes, « Cataphiles et Cataflics » (consulté le 23 janvier 2018)
  6. Article L2242-4, alinéa 5 du Code des Transports.
  7. « 52 Sur La Une - La Faune Etrange Des Sous-Sols De Paris - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion (consulté le 7 avril 2020)
  8. Barbara Glowczewski, La cité des cataphiles ; mission anthropologique dans les souterrains de Paris, Acp, Édition de 2008 basée sur celle de 1983
  9. France 3, « Catacombes - Une société sous les pavés »,
  10. Psyckoze Nolimit, Intime errance cataphile, H'artpon, (ISBN 1095208071)
  11. « CATACOMBES - TRACTS », sur www.ktatracts.free.fr (consulté le 9 avril 2020)
  12. Ktakafka, « Etude de la population cataphile »,
  13. Ludovic SALENNE, « Profil type des utilisateurs selon les réseaux sociaux | SLN Web », (consulté le 8 avril 2020)
  14. Squeezie, « Descente aux catacombes de Paris »,
  15. « Collectif de Port-Mahon et de la Ferme de Montsouris », sur collectifportmahon.blogspirit.com (consulté le 8 avril 2020)
  16. « Edifices souterrains », sur ktakafka.free.fr (consulté le 8 avril 2020)
  17. Stéphanie Binet, « Un lion en cave », sur Libération.fr, (consulté le 8 avril 2020)
  18. Grazia.fr, « Pourquoi Xavier Niel est-il fasciné par les catacombes ? - Grazia », sur www.grazia.fr, (consulté le 8 avril 2020)
  19. Jacques-Olivier Martin, « Xavier Niel rénove un abri antiatomique », sur Le Figaro.fr, (consulté le 8 avril 2020)