Domaine souterrain de Savonnières-en-Perthois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Domaine souterrain de Savonnières-en-Perthois
Localisation
Coordonnées
Adresse
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
282 m
Longueur connue
entre 173 à 200 km
Période de formation
Statut patrimonial
Gîte à chauves-souris (site Natura 2000 FR4100247)

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Meuse

(Voir situation sur carte : Meuse)
Point carte.svg

Le domaine souterrain de Savonnières-en-Perthois se compose d'une vaste carrière souterraine comprenant des viailles et des gouffres dits aveugles. Il se situe sous la commune de Savonnières-en-Perthois, département de la Meuse. La carrière du village totalise entre 173 à 200 km de galeries pour une superficie actuelle d'environ 86 ha[1],[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Contre-empreinte de rides de plage "fossilisées", carrière souterraine du village de Savonnières-en-Perthois (Meuse, France).

La pierre de Savonnières est un calcaire oolithique du Tithonien. La strate est haute d'environ 3 mètres. Sa densité est de l'ordre de 1,7 et sa résistance est d'environ 120 kg/cm2, ce qui facilite sa taille et son extraction, alors que sa porosité, de l'ordre de 35 %, la rend non gélive. De plus, la strate est particulièrement compacte et non fissurée ce qui permet d'extraire des blocs importants.

La partie supérieure de la strate exploitée est, par endroits, constituée d'empreintes de rides de plage formées sur le fond marin de l'époque[3]. On peut observer leur « contre-empreinte fossilisée » au niveau de certains plafonds. Elles ont permis d'estimer la profondeur de la mer (de quelques centimètres à 2 mètres) et l'orientation de la plage (sud - sud-est) à l'époque de leur formation[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Exploitation de la pierre[modifier | modifier le code]

La pierre de Savonnières est exploitée dès l'époque gallo-romaine[4]. Au début de manière aérienne, l'exploitation s'est majoritairement faite de manière souterraine à partir du XVIIIe siècle.

À l'époque mérovingienne la qualité de pierre permet de réaliser des sarcophages de forme trapézoïdale en un seul morceau[5]. Au Moyen Âge l'extraction s'industrialise et permet de fournir de la matière aux bâtisseurs d'églises (cathédrale Notre-Dame de Reims) et de châteaux (château de Morley en 1378-1379)[6]. Pendant la Renaissance la pierre s'exporte pour des édifices religieux (cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes) et des sculptures. À partir de 1800, la pierre est utilisée aussi bien à Paris (église de la Sainte-Trinité de Paris, mairie du IVe arrondissement, collège Saint-Louis) qu'en région (banque de France de Chaumont, palais de justice de Coulommiers, école des arts industriels à Roubaix, palais des Beaux-Arts à Lille) qu'à l'étranger, principalement aux Pays-Bas (musée à Amsterdam, église à Bréda) et en Belgique (églises à Anvers, athénée - lycée - à Bruxelles), etc.

L'exploitation souterraine s'est arrêtée en 2002, mais de nombreux blocs sont découpés et prêts à être utilisés. La carrière souterraine du village occupe une surface d'environ 86 ha pour 173 à 200 km de galeries qui se sont rejointes. Le volume de pierre extraite est estimé à 2,322 hm3[2].

Champignonnières[modifier | modifier le code]

Le père Bouvret commence l'exploitation du champignon avant la Première Guerre mondiale dans la carrière. Néanmoins, ce n'est qu'à partir de 1930 qu'un champignonniste loue quelques galeries abandonnées pour cultiver des champignons. Dès lors, dès l'abandon d'un chantier pour cause d'épuisement du matériau, les galeries sont louées à des champignonnistes. L'exploitation du champignon de Paris a perduré jusqu'en 2003[7].

Aménagements militaires[modifier | modifier le code]

Aménagements militaires français (1935-1940)[modifier | modifier le code]

Dès les années 1930, la menace de la guerre se précise. L'armée et l'État tirent les leçons de l'occupation des creutes et carrières souterraines dans l'Oise et l'Aisne pendant la Première Guerre mondiale. En janvier 1935, le directeur du génie de Châlons-sur-Marne estime alors à 14 hectares les vides utilisables cumulés des carrières de Savonnières et d'Aulnois-en-Perthois ce qui permettrait d'abriter entre 15 000 et 20 000 personnes. Puis un autre projet germe : transformer les carrières en dépôt de munitions. En exécution des prescriptions de la lettre 13.648 du et de la note de service 2655/48 du , une brigade topographique entreprend de rassembler les plans existants. Parallèlement, elle procède au levé des zones non topographiées et au balisage des cheminements. Grâce à un travail intense qui s'achève fin février 1940 : les carrières s’étendent sur 62 hectares d'un seul tenant.

Aménagements militaires allemands (1943-1944)[modifier | modifier le code]

Dans le courant de 1943 l'armée allemande se met à recenser les vides pouvant héberger les armes volantes V1 et V2. Sous le nom de code 1402, Savonnières fait l’objet d'importants travaux destinés à entreposer 600 V2. La totalité du souterrain est réquisitionnée, ainsi que les immeubles avoisinants, sur l’ordre en date du de la Feldkommandantur 627 de Bar-le-Duc. Les accès reçoivent quelques terrassements, mais c'est à l'intérieur qu’on peut voir les travaux d'aménagement les plus spectaculaires. Néanmoins, l'avancée rapide en France des alliés ne permettra pas à cette usine de voir le jour.

Projet militaire français de 1952[modifier | modifier le code]

En 1952, l'armée française envisage d'utiliser la carrière comme magasin de repli du service de santé, mais aucune suite ne fut donnée au projet.

Art pariétal, graffiti, tags et sculptures[modifier | modifier le code]

Sculpture de Laurent Morin (2010) dans un pilier, carrière souterraine de Savonnières-en-Perthois (Meuse, France).
Étiquettes de vins bus par les carriers et collées sur un pilier, carrière souterraine de Savonnières-en-Perthois (Meuse, France).

Au fil du temps divers auteurs, le plus souvent anonymes, ont « décoré » les piliers en place dans la carrière : comptes de carriers, dessins humoristiques ou vulgaires, maximes, etc. mais aussi collages (étiquettes de vins bus par les carriers). L'ensemble représente un intéressant patrimoine de la vie de la carrière.

On trouve également plusieurs sculptures en place, réalisées avec des outils très simples (couteaux) ; ceci est possible grâce à la tendreté de la roche.

Karst et gouffres[modifier | modifier le code]

Au fur et à mesure de la progression des carriers, les galeries ont recoupé des viailles, fissures karstiques qui ont vraisemblablement été créées par fantômisation[8],[9],[10] lors d'une période indéterminée du Cénozoïque[11], et qui parcourent l'intérieur de la roche[11]. En plusieurs endroits ces viailles ont fini par se frayer un chemin subvertical afin de donner naissance à une cinquantaine de gouffres profonds de quelques mètres à une soixantaine de mètres. Ces gouffres sont dits aveugles car n'ayant aucun regard sur l'extérieur : leur seul accès se fait depuis l'intérieur de la carrière. La carrière souterraine et ses gouffres forment l'une des plus grandes zones karstiques du Nord-est de la France et attirent non seulement des spéléologues lorrains, mais aussi de Champagne-Ardenne, d'Île-de-France, de Picardie, de Nord-Pas-de-Calais, de Belgique. Sous la houlette de Daniel Prévot, l'Union spéléologique de l'agglomération nancéienne, club de spéléologie de Nancy (Meurthe-et-Moselle), travaille depuis les années 90 sur le site de la carrière pour en établir un plan des cheminements principaux[12] alors que l'Association spéléologique de Haute-Marne, club de spéléologie de Saint-Dizier (Haute-Marne), équipe les gouffres en ancrages permanents afin d'en faciliter les visites, notamment lors d'initiation et stages fédéraux.

Ayant été fortement polluée pendant des décennies, notamment lors de rave parties sauvages, chaque année la Ligue spéléologique lorraine (LISPEL) y organise depuis 2005, en mars, un week-end de nettoyage auquel est conviée la population locale.

Par ailleurs, la LISPEL a aménagé à l'intérieur de la carrière plusieurs parcours accessibles à des personnes à mobilité réduite entre 2014 et 2016[13],[14],[15],[16].

L'accès à la carrière est réglementé par la préfecture de la Meuse[17].

Spéléothèmes[modifier | modifier le code]

Bouteille recouverte de calcite, carrière de Savonnières-en-Perthois (Meuse, France).
Perles des cavernes, carrière souterraine du village de Savonnières-en-Perthois (Meuse, France).

Les eaux d'infiltration ont produit de nombreux spéléothèmes dont, en particulier, des perles des cavernes de tailles et formes variables.

Faune[modifier | modifier le code]

Les viailles et les gouffres sont peuplés en plusieurs endroits de colonies de crustacés stygobies du genre Niphargus et Cæcosphæroma[18],[19],[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26],[27],[28],[29],[30],[31],[32].

En hiver, plusieurs colonies de chauves-souris « nichent » dans la partie sud de la carrière.

Principaux gouffres du domaine[modifier | modifier le code]

La commune comporte plus de 60 cavités souterraines, dont 8 de plus de 150 m de développement ou de plus de 25 m de profondeur[33] :

Gouffre Profondeur Développement
réseau de l'Avenir - Grande viaille 45 m 1 080 m
gouffre de la Besace 63 m 160 m
gouffre de Cayenne 27 m 47 m
gouffre des Chatières 30 m 190 m
gouffre de la Mèche 40 m -
gouffre de Pélagie 40 m 120 m
gouffre du Pêt qui Chante 32 m -
réseau de la Sonnette 65 m 500 m

La profondeur et le développement sont donnés par rapport à l'entrée du gouffre à l'intérieur de la carrière.

Site protégé Natura 2000[modifier | modifier le code]

L'hiver, la carrière souterraine héberge d'importantes colonies de chauves-souris qui viennent hiberner. Depuis le la carrière fait partie du site Natura 2000 FR4100247 - Carrières du Perthois : gîtes à chauves-souris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Champin, J. (2014) – Étude et inventaire du patrimoine des carrières souterraines de Savonnières-en-Perthois dans la Meuse (55), mémoire de Master mention Géographie (spécialité Paysage, patrimoine, environnement), université de Lorraine, Nancy (2 fascicules : textes, 80 p. et iconographie, 92 p.)
  • Delacruz, J.-P. (2012) – « La carrière du village de Savonnières-en-Perthois », Spéléo L (ISSN 0758-3974) no 21, Ligue spéléologique lorraine, Tomblaine, p. 63-72
  • Gaillet, Y. (2003) – La pierre de Savonnières raconte (titré également La pierre de Savonnières des Gallo-romains à nos jours - Histoire et technique), (ISBN 2-87825-265-9), éd. D. Guéniot, Langres (2 fascicules : textes, 276 p. et iconographie, 39 p.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Champin, 2014, p. 22
  2. a et b Jaillet St. (2005) - Le Barrois et son karst couvert, coll. Karstologia mémoires no 12 (ISSN 0751-7688), Fédération française de spéléologie, Lyon, p. 272
  3. a et b Prévot, D. (2011) - « Ripple-marks en milieux souterrains lorrains », Le P'tit Usania no 156 (ISSN 1292-5950), Union spéléologique de l'agglomération nancéienne, Nancy, p. 3-6
  4. Bedon, R. (1984) - Les carrières et les carriers de la Gaule romaine (ISBN 978-2-708401-07-5), Éd. Picard, p. 50-51
  5. Gaillet, 2003, p. 17
  6. Gaillet, 2003, p. 18-20
  7. Gaillet, 2003, p. 268-269
  8. Vergari, A. (1998) – « Nouveau regard sur la spéléogenèse : le « pseudo-endokarst » du Tournaisis », Karstologia no 31, F.F.S. & A.F.K., Paris & Bordeaux, p. 12-18
  9. Quinif, Y. (1998) – « Dissipation d’énergie et adaptabilité dans les systèmes karstiques », Karstologia no 31, F.F.S. & A.F.K., Paris & Bordeaux, p. 1-11
  10. Quinif, Y. (2010) – « Fantômes de roche et fantômisation. Essai sur un nouveau paradigme en karstogenèse », Karstologia mémoires no 18, F.F.S., Paris, 196 p.
  11. a et b Jaillet, St. (2000) – « Un karst couvert de bas-plateau : le Barrois (Lorraine / Champagne, France). Structure - Fonctionnement - Évolution », 710 p. Thèse, Univ. Bordeaux 3, 2 vol. [publication pro parte : Jaillet St. (2005) – « Le Barrois et son karst couvert », Karstologia mémoires (ISSN 0992-5031) no 12, F.F.S., Paris, 336 p.]
  12. « Plan de la carrière souterraine du village de Savonnières-en-Perthois (55) », sur le site de l'Union spéléologique de l'agglomération nancéienne (USAN) (consulté le 16 octobre 2012)
  13. Prévot, D. (2015) - « 10e week-end de la PEPEL à Savonnières-en-Perthois », LISPEL-Info no 1-2015 (ISSN 2104-8703), Ligue spéléologique lorraine, Tomblaine, p. 4-6
  14. Guyot, J.-M. et Houlné, P. (2016) - « Week-end LISPEL à Lisle-en-Rigault », LISPEL-Info no 2-2016 (ISSN 2104-8703), Ligue spéléologique lorraine, Tomblaine, p. 1-3
  15. Prévot, Chr. (2016) - « Une journée en Joëlette à Savonnières-en-Perthois », LISPEL-Info no 2-2016 (ISSN 2104-8703), Ligue spéléologique lorraine, Tomblaine, p. 3
  16. « Accessible, la spéléologie ! », sur faireface, l'actualité du handicap moteur (consulté le 4 mai 2017)
  17. « Le domaine spéléologique de Savonnières-en-Perthois », sur le site de la Ligue spéléologique lorraine (LISPEL) (consulté le 16 octobre 2012)
  18. Hamon, B. (2014) - « Les crustacés stygobies du gouffre de la Sonnette à Savonnières-en-Perthois », Scories Spécial Biospéologie no 430, CPEPESC nationale, Besançon, p. 4
  19. Hamon, B. (2014) - « Savonnières-en-Perhois (55). Les crustacés stygobies du réseau de l'Avenir - Volet I : Présentation générale », Scories Spécial Biospéologie no 432, CPEPESC nationale, Besançon, p. 2-3
  20. Hamon, B. (2014) - « Savonnières-en-Perhois (55). Réseau de l'Avenir : la station de Cæcosphæroma burgundum, Dollfus, 1896 - Volet II : Sources et état des connaissances », Scories Spécial Biospéologie no 435, CPEPESC nationale, Besançon, p. 2-3
  21. Hamon, B. (2014) - « Savonnières-en-Perhois (55). Réseau de l'Avenir : la station de Cæcosphæroma burgundum, Dollfus, 1896 - Volet III : Premier bilan de septembre 2014 », Scories Spécial Biospéologie no 438, CPEPESC nationale, Besançon, p. 2-3
  22. Hamon, B. (2015) - « Savonnières-en-Perthois (55). Gouffre des Chatières. Zita : nouveau site à Cæcosphæroma burgundum, Dollfus, 1896 », Scories Spécial Biospéologie no 445, CPEPESC nationale, Besançon, p. 2-3
  23. Hamon, B. (2015) - « Savonnières-en-Perthois (55) : des nouvelles de Cæcosphæroma », Scories Spécial Biospéologie no 445, CPEPESC nationale, Besançon, p. 4
  24. Hamon, B. (2015) - « Savonnières-en-Perthois (55). Réseau de l'Avenir », Scories Spécial Biospéologie no 447, CPEPESC nationale, Besançon, p. 4
  25. Hamon, B. (2015) - « Savonnières-en-Perthois (55). Réseau de l'Avenir : les Isopodes sont de retour », Scories Spécial Biospéologie no 449, CPEPESC nationale, Besançon, p. 4
  26. Hamon, B. (2015) - « Cæcosphæroma burgundum à Savonnières-en-Perthois (55) », Scories Spécial Biospéologie no 452, CPEPESC nationale, Besançon, p. 4
  27. Hamon, B. (2015) - « Les crustacés stygobies des carrières de Savonnières-en-Perthois (55) », Scories Spécial Biospéologie no 459, CPEPESC nationale, Besançon, p. 4
  28. Hamon, B. (2016) - « Des nouvelles de l'Isopode Cæcosphæroma burgundum : Savonnières-en-Perthois (55) », Scories Spécial Biospéologie no 461, CPEPESC nationale, Besançon, p. 4
  29. Hamon, B. (2016) - « Authentification d'espèces : Mussey (55) et Savonnières-en-Perthois (55) », Scories Spécial Biospéologie no 461, CPEPESC nationale, Besançon, p. 4
  30. Hamon, B. (2016) - « Nouvelle station de Cæcosphæroma à Savonnières-en-Perthois (55) », Scories Spécial Biospéologie no 464, CPEPESC nationale, Besançon, p. 4
  31. Hamon, B. (2016) - « Savonnières-en-Perthois (55) : les dernières nouvelles », Scories Spécial Biospéologie no 465, CPEPESC nationale, Besançon, p. 4
  32. Hamon, B. (2017) - « Savonnières-en-Perthois (55). Le réseau de la Sonnette et ses crustacés stygobies : historique des données », Scories Spécial Biospéologie no 478, CPEPESC nationale, Besançon, p. 2-3
  33. Devaux fr. (2007) - « Inventaire souterrain de la Meuse (8/8) », Spéléo L no 16 (ISSN 0758-3974), Ligue spéléologique lorraine, Tomblaine, p. 7-48

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]