Le Bon Temps du rock and roll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Bon Temps du rock and roll
Single de Johnny Hallyday
extrait de l'album Hollywood
Face A Le bon temps du rock and roll
Face B Tout m'enchaîne
Sortie
Enregistré Smoke Tree Studio, Record Plant Studio et Hollywood Sound Recorder (studios)
Los Angeles
Durée 3:09 (album et 45t) 3:56 (prise complète)
Genre Rock 'n' roll, chanson française
Format 33 tours - 45 tours
Auteur Michel Mallory
Compositeur George Jackson, Thomas Earl Jones III
Producteur Eddie Vartan, Bob Margouleff
Label Philips

Singles de Johnny Hallyday

Le Bon Temps du rock and roll est une chanson de Johnny Hallyday extraite de l'album Hollywood. Elle est sortie en 1979.

Régulièrement inscrite à son tour de chant, elle compte parmi les classiques du chanteur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Bon Temps du rock and roll est l'adaptation française par Michel Mallory du titre de Bob Seger Old Time Rock and Roll (en). À l'origine, la chanson est repérée par Sylvie Vartan, mais Johnny Hallyday devançant son épouse, s'octroie l'adaptation (en 1966, c'est elle qui lui « brûle la politesse » et détourne le titre Par amour, par pitié, initialement écrit pour lui[1]). Le couple interprète Le bon temps du rock and roll sur scène à diverses occasions[N 1] et Sylvie Vartan l'enregistre (en duo avec Johnny Hallyday), en 1999[N 2],[2].

En 1979, la chanson sort en pleine période disco et Johnny Hallyday, à contre courant, réaffirme son attachement au rock 'n' roll et chante son hostilité à cette mode alors à son apogée :

« J'ai une indigestion de disco, Et tous ces crooners qui me tapent sur les nerfs, Et le rétro j'en ai vraiment ras le bol, je préfère le bon temps du rock'n'roll »

Cette même année, Hallyday se produit au Pavillon de Paris, Le Bon Temps du rock and roll est interprété en fin de récital et le chanteur s'adressant au public anticipe la fin du disco : « Il y a de cela vingt ans, il y a des gens bien-pensants qui ont dit le rock and roll ça ne durera plus d'un été. Aussi ces bourgeois bien-pensants ont lancé des modes comme le twist, le madison, il y a encore pour très peu de temps, une soi-disant danse qu'on appelle le disco, mais moi je peux vous jurer que, même si un jour je ne suis plus ici, le rock and roll est là pour rester[N 3]. » Pour l'occasion, la version alors proposée est plus longue et plus rythmée que la version studio.

En 1987, pour le spectacle Johnny se donne à Bercy, mis en scène par Michel Berger, un film d'archives fait de séquences d'actualités américaines, sur lesquelles diverses personnalités cassent des disques de rock'n'roll présentés comme « la musique du diable », où encore déclarent que « le rock and roll c'est de la dynamite et nous ne voulons pas de dynamite à Jersey City », est diffusé sur un écran en introduction de la chanson.

Au cours des années 2000, le texte est légèrement actualisé et « j'ai une indigestion de disco », devient « j'ai une indigestion de techno[N 4] ».

Réception[modifier | modifier le code]

Selon Infodisc, le 45 tours se vend à 252300 exemplaires[3] et la chanson se classe à la 3e place des hits parades, où elle reste 7 semaines dans le top 10 et 15 dans le top 100[4].

Discographie[modifier | modifier le code]

1979 :

Discographie live :

Sylvie Vartan

Autour de la chanson[modifier | modifier le code]

Avec Le Bon Temps du rock and roll, Johnny Hallyday chante pour la première fois Bob Seger. Durant la première moitié des années 1980, il va régulièrement chanter des adaptations de l'artiste Américain :

En 1996, Hallyday chante une nouvelle fois Seger, Comme un roc (Like a Rock), sur une adaptation de Philippe Labro (album Destination Vegas).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 1979, lors de la dernière du spectacle de Johnny Hallyday au Pavillon de Paris (Gilbert Montagné est au piano) ; en 1980, lors des concerts qu'ils donnent ensembles à Orange et Béziers, ainsi quand 2009, lors des concerts de Johnny Hallyday au Stade de France.
  2. captation d'un duo télévisé lors de l'émission Irrésistiblement Sylvie du 24 octobre 1998.
  3. On peut entendre ce commentaire sur le double album live Pavillon de Paris : Porte de Pantin.
  4. À partir du Flashback Tour en 2006 et systématiquement depuis (voir les lives Flashback Tour : Palais des sports 2006, Born Rocker Tour et Rester Vivant Tour).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Lesueur, L'Argus Johnny Hallyday discographie mondiale et cotations, 2003, éditions Alternatives, p. 127.
  2. http://www.hallyday.com/Son/Duos/duocomvartan.html#1990 / consulté le 28 juillet 2016.
  3. http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.infodisc.fr%2FDetail_S70_JH.php / consulté le 28 juillet 2016.
  4. http://www.infodisc.fr/Chanson_Meilleure_Place_70.php?debut=300 / consulté le 28 juillet 2016.
  5. http://www.hallyday.com/Son/Disco/disco79pr.html / consulté le 28 juillet 2016.