Curd Jürgens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jürgens.
image illustrant un acteur image illustrant allemand
image illustrant un acteur image illustrant autrichien
Cet article est une ébauche concernant un acteur allemand et un acteur autrichien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Curd Jürgens
Description de cette image, également commentée ci-après

Curd Jürgens en 1971.

Nom de naissance Curd Gustav Andreas Gottlieb Jürgens
Naissance
Solln (Drapeau de Bavière Bavière)
Nationalité Drapeau de l'Autriche Autrichienne
Décès (à 66 ans)
Vienne (Drapeau de l'Autriche Autriche)
Profession Acteur
Films notables Et Dieu... créa la femme
Michel Strogoff
La Bataille d'Angleterre
Torpilles sous l'Atlantique
Le Jour le plus long
L'Espion qui m'aimait

Curd Jürgens, né le à Solln (Bavière) et mort le à Vienne (Autriche), est un acteur et un réalisateur de cinéma allemand et autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Curd Jürgens (à droite) et Paul Hartmann dans Le Jour le plus long (1962).
Tombe de Curd Jürgens au cimetière central de Vienne.

Fils de Kurt, un commerçant aisé de Hambourg et de Marie-Albertine, une institutrice de Haute-Savoie, Curd Jürgens est éduqué dans un contexte bilingue français-allemand. À la fin de ses études, il commence une carrière de journaliste au 8-Uhr Abendblatt. Parallèlement, il prend des cours de comédie. Il s'essaiera ensuite, sans grand succès, comme réalisateur et scénariste.

En 1945, il obtient la nationalité autrichienne. Il fera une brillante carrière dans plusieurs pays européens (France, Grande-Bretagne, Allemagne…) ou en Amérique (États-Unis). Il subit dans les années 1970 plusieurs interventions chirurgicales au cœur. Il meurt le 18 juin 1982 à Vienne d'un infarctus du myocarde, avant que le film Téhéran 43 dans lequel il jouait ne soit achevé[réf. nécessaire].

Il est enterré au cimetière central de Vienne, section 32C, non loin de Georg Wilhelm Pabst et Arnold Schönberg.

Vie maritale[modifier | modifier le code]

Curd Jürgens se maria cinq fois :

  1. Lulu Basler (15 juin 1937 - 8 octobre 1947) (divorce).
  2. Judith Holzmeister (16 octobre 1947 - 1955) (divorce).
  3. Eva Bartok (13 août 1955 - 1957) (divorce).
  4. Simone Bicheron[1] (14 septembre 1958 - 1977) (divorce).
  5. Margie Schmitz (21 mars 1978 - 18 juin 1982) (décès).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1963 : Berlin-Melodie (TV)
  • 1963 : Curd Jürgens erzählt, séries TV
  • 1966 : Der Schwarze Freitag (TV) : Richard Whitney
  • 1968 : Babeck, (mini) série TV : l'homme dans la chaise roulante
  • 1970 : Millionen nach Maß, (mini) série TV : Carlos, Marquis de Cabral
  • 1971 : Die Vico-Torriani-Show, série TV : lui-même
  • 1973 : Occupation, série TV
  • 1974 : La Chute des aigles (Fall of Eagles), (mini) série TV : Otto von Bismarck
  • 1974 : Les flocons rouges, (TV) : Gunther Richter
  • 1975 : Inspecteur Derrick (saison 2, épisode 4: Vacances à Madère) : Paul Bubach (TV)
  • 1975 : Die Gelbe Nachtigall (TV)
  • 1977 : La foire, (TV) : Alexis B., le grand-père
  • 1978 : Tatort - Rot, rot, tot, (TV) : Konrad Pfandler
  • 1979 : Berggasse 19, (TV) : Siegmund Freud
  • 1981 : Collin, (mini) série TV : Hans Collin
  • 1981 : Smiley's People (Les gens de Smiley) (mini) série TV : le général

Réalisateur et acteur[modifier | modifier le code]

  • 1950 - Prämien auf den Tod, Gunarson
  • 1951 - Gangsterpremiere, le commissaire
  • 1957 - Ohne dich wird es Nacht, Robert Kessler
  • 1961 - Attaque de la banque de la rue Latour, Cliff MacHardy

Théâtre[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • (de) .. und kein bißchen weise (…Et pas un brin de sagesse (Interprétation corroborée par un vers suivant : « Aus gehabtem Schaden nichts gelernt » « De l'expérience, malheureusement rien appris »)), 1976 (autobiographie), ISBN 3-85886-054-9
  • (de) „Der süsse Duft der Rebellion“., roman (= Knaur Taschenbuch, vol. 825), Droemersche Verlagsanstalt Knaur, Munich / Zurich 1982, ISBN 3-426-00825-4.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Ribes et Jean-Baptiste Péretié, Autoportrait d'un faussaire, Presses de la Cité, 2015 (ISBN 2258102995), p. 72

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Curd Jürgens – wie wir ihn sahen: Erinnerungen von Freunden, Margie Jürgens, Langen Müller, Munich / Vienne, 1985, ISBN 3-7844-2073-7.
  • (de) Curd Jürgens., Hans-Peter Reichmann (Hrsg.), Deutsches Filminstitut, Deutsches Filmmuseum, Henschel, Berlin 2007, ISBN 978-3-89487-587-9.
  • (de) Unsere Besten, die 100 größten Deutschen., Guido Knopp, Peter Arens, Econ Verlag, Munich, 2003, ISBN 3-430-15521-5.
  • (de) Curd Jürgens. General und Gentleman, die Biographie, Heike Specht, Aufbau, Berlin, 2015, ISBN 978-3-351-03601-0.

Liens externes[modifier | modifier le code]