Martine Carol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martine Carol
Description de cette image, également commentée ci-après

Dans Au bord du volcan (1957)

Nom de naissance Marie-Louise Jeanne Nicolle Mourer
Surnom Maryse Arley
Naissance
Saint-Mandé (Val-de-Marne)
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 46 ans)
Monte-Carlo (Principauté de Monaco)
Profession Actrice
Films notables Lola Montès
Lucrèce Borgia
Caroline chérie
Nana

Marie-Louise Mourer, dite Martine Carol, est une actrice française née le à Saint-Mandé (Val-de-Marne) et morte le à Monte-Carlo (Monaco).

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les débuts[modifier | modifier le code]

À la suite de sa rencontre avec les comédiens André Luguet, ex-jeune premier du cinéma français et américain, et Micheline Presle, star montante du cinéma français, elle entame une carrière au théâtre, en suivant les cours de Robert Manuel et de René Simon.

Elle débute au théâtre dans Phèdre sous le nom de Maryse Arley[1] en 1940. Pendant l’Occupation, comme beaucoup d’acteurs français, elle tourne des films financés par la firme allemande Continental, dirigée par Alfred Greven. En 1941, elle figure dans Le Dernier des six, aux côtés de Pierre Fresnay et Jean Tissier, puis dans Les Inconnus dans la maison, avec Raimu. Elle tourne également en 1942 dans un film à sketchs ouvertement antisémite et anti-américain intitulé Les Corrupteurs réalisé par Pierre Ramelot[1].

Remarquée par Henri-Georges Clouzot, elle figure dans La Chatte, adapté d'une nouvelle de Colette, film qui ne sera jamais tourné[réf. nécessaire]. En 1943, elle tourne La Ferme aux loups, aux côtés de Paul Meurisse et de François Périer. Ce dernier lui ayant conseillé de changer de pseudonyme, elle choisit Martine Carole[1], avant de laisser rapidement tomber le « e » final. En 1947, elle joue dans La Route du tabac au théâtre de la Renaissance aux côtés de Marcel Mouloudji. Elle apparaît désormais régulièrement au cinéma où sa beauté marque les esprits, notamment dans Miroir (1947) avec Jean Gabin, Les Amants de Vérone (1948) avec Pierre Brasseur, ou encore Je n’aime que toi (1949) avec le chanteur Luis Mariano.

Caroline chérie[modifier | modifier le code]

Le nom de Martine Carol va toutefois rester associé pour longtemps au personnage qui la rend célèbre : Caroline chérie, adapté des romans de Cécil Saint-Laurent. Elle y incarne une aristocrate ravissante et déterminée qui survit à la Révolution et prend sa revanche sous l’Empire, en usant largement de ses talents de séductrice. En 1954, elle épouse le metteur en scène français Christian-Jaque qui lui réserve des rôles à la mesure du « sex-symbol » typique des années 1950 qu'elle est devenue, notamment Lucrèce Borgia, Madame du Barry et Nana.

Martine Carol s'est vue remettre la Victoire de la meilleure actrice en 1953 (pour Adorables créatures), en 1954 (pour Lucrèce Borgia) et en 1956 (pour Nana).

Elle travaille avec Sacha Guitry (pour l'un des innombrables petits rôles de Si Versailles m’était conté en 1953, mais sa scène est coupée au montage et elle n'est pas créditée au générique), Abel Gance (Austerlitz en 1960), René Clair, Terence Young, Vittorio De Sica, etc. Elle donne la réplique à Gérard Philipe, Raf Vallone, Charles Boyer ou encore Vittorio Gassman.

En 1955, Lola Montès de Max Ophüls lui attire enfin la faveur de la critique, qui lui reprochait jusqu'alors d'être « une mauvaise comédienne ». Le film retraçant la vie d'une courtisane déchue et ruinée, qui s'exhibe dans un cirque pour pouvoir survivre, est en revanche boudé par le public.

En 1956, Martine Carol a reçu le prix Ciné-Revue de Popularité féminine (ex æquo avec Michèle Morgan).

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Dès 1956, sa notoriété pâtit de celle de Brigitte Bardot, la nouvelle étoile du cinéma, aussi emblématique des années 1960 que Martine le fut des années 1950. Le cinéma traditionnel qui a fait sa gloire est balayé par la Nouvelle Vague dont l'égérie est Bernadette Lafont. Elle sombre dans la dépression, fait une consommation importante de médicaments et s'impose des cures draconiennes d'amaigrissement. Après une interruption de quatre ans et un nouveau mariage avec un homme d'affaires anglais, elle tourne son dernier film, Jugement à Prague en 1966. Peu de temps après le tournage, elle est retrouvée morte par son mari le 6 février 1967, à 2 heures 30 ou 3 heures du matin, dans sa chambre à l'hôtel de Paris à Monte-Carlo, victime d'une crise cardiaque. Des rumeurs de suicide circuleront. Elle est inhumée (provisoirement) une première fois le 10 février 1967 au cimetière du Père-Lachaise à Paris puis, le 14 février 1967, au cimetière du Grand Jas (carré no 3) à Cannes (Alpes-Maritimes) ; où le 24 février 1967, le chef-jardinier et le concierge découvrent que la dalle du caveau de la famille Mourer a été déplacée...[2] Le 28 février 1967, une troisième fois, Martine Carol est inhumée[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Lorsque le comédien Georges Marchal, son premier amour, lui préféra Dany Robin, elle se jeta dans la Seine, le 10 avril 1947, au pont de l'Alma, après avoir absorbé de l'alcool et des médicaments ; un chauffeur de taxi la sauva de la noyade[4].

Elle se mariera, par la suite, quatre fois : le 14 septembre 1949 avec Josef Stephen Crane dit Steve Crane, acteur et restaurateur américain, auparavant marié deux fois à Lana Turner. En mai 1952, elle confirme sa séparation de Steve Crane ; puis elle épouse le 15 juillet 1954 le cinéaste français Christian-Jaque, rencontré en 1952. Ils divorcent le 13 mai 1959. André Rouveix, un jeune médecin français rencontré à Fort-de-France l'épouse le 3 août 1959 ; elle demande le divorce en mai 1961. Elle épouse enfin Mike Eland, un homme d'affaires anglais, le 30 juin 1966 à Londres.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Tombe de Martine Carol au cimetière du Grand Jas (Cannes)
  • Georges Debot, Martine Carol ou la Vie de Martine chérie, France-Empire, Paris, 1979, 238 p.
  • André-Charles Cohen, Martine chérie, Ramsay, Paris, 1986, 181 p. (ISBN 2-85956-520-5)
  • Dominique Choulant, Martine Carol : L'Étoile aux cheveux d'or, coll. Itinéraires-vécu, Les Chemins de l'espérance, Paris, 1997, 207 p. (ISBN 2-9510075-6-6)
  • Arnaud Chapuy, Martine Carol filmée par Christian-Jaque : Un phénomène du cinéma populaire, coll. Champs visuels, l'Harmattan, Paris, 2001, 125 p. (ISBN 2-7475-0167-1)
  • Franck Bertrand-Boissie, Le Vertige de Martine Carol (roman), l'Harmattan, Paris, 2011, 150 p. (ISBN 978-2-296-54391-1)
  • Dominique Choulant, Martine Carol ou le Destin de la Marilyn française, préface de Brigitte Bardot, coll. Temps mémoire, Autres Temps, Marseille, 2011, 221 p. (ISBN 978-2-84521411-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Olivier Barrot et Raymond Chirat, Noir et Blanc : 250 acteurs du cinéma français 1930-1960, Flammarion, 2000 (ISBN 2-08-067877-9), pp. 120-124.
  2. Certains journaux avaient affirmé qu'elle avait été enterrée avec ses bijoux.
  3. Dominique Choulant, Martine Carol ou le destin de la Marilyn française, 2011
  4. Des rumeurs ont évoqué la possibilité d'une mise en scène à des fins médiatiques. Voir Barrot et Chirat, Noir et Blanc, op. cit., p. 121.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :