Robert Siodmak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siodmak.
Robert Siodmak
Naissance
Dresde, Empire allemand
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemand
Décès (à 72 ans)
Locarno, Suisse
Profession Réalisateur, scénariste, producteur de cinéma, acteur
Films notables Les Hommes le dimanche
Pièges
Les Tueurs

Robert Siodmak est un réalisateur, scénariste, producteur de cinéma et acteur allemand né le à Dresde (Royaume de Saxe, Empire allemand) et mort le (à 72 ans) à Locarno (Suisse).

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Siodmak est né dans une famille d'origine juive polonaise à Dresde en 1900 (et non à Memphis aux États-Unis comme parfois indiqué). Il travaille en Allemagne comme metteur en scène et banquier avant de devenir scénariste pour le réalisateur Curtis Bernhardt en 1925. Quatre ans plus tard, il réalise son premier film muet, Les Hommes le dimanche, avec l'aide au scénario de son frère Curt et de deux débutants qui deviendront célèbres par la suite, Billy Wilder et Fred Zinnemann. Il réalise en 1933 Fin de saison, d'après la nouvelle Brûlant Secret de Stefan Zweig, qui sera interdit après l'arrivée du national-socialisme au pouvoir.

L'arrivée au pouvoir du national-socialisme en 1933 pousse Robert Siodmak à l'exil. Il se rend tout d'abord à Paris, où il réalise plusieurs films dont La crise est finie (1934) et La Vie parisienne (1936), avant de s'envoler vers Hollywood.

En 1941, il réalise son premier film américain West Point Widow. Après, il signe un contrat avec les studios Universal pour sept ans. Ce contrat va lui permettre d'imposer son style, très influencé par l'expressionnisme allemand, puis par le cinéma d'Orson Welles (Citizen Kane constitue pour lui un modèle indépassable) et de signer quelques-uns des films noirs les plus marquants dont Les Tueurs en 1946.

Il travaille également au scénario de ce qui deviendra plus tard Sur les quais, avec Budd Schulberg. Malgré ses protestations, il ne sera pas crédité pour ce film contrairement à B. Schulberg.

Après avoir signé à Hollywood un dernier film, Le Corsaire rouge, avec son acteur fétiche Burt Lancaster, il retourne en 1951 en Allemagne où il réalise, entre autres films notables, La Nuit quand le diable venait.

Dans les années 1960, il se partage entre les États-Unis et l'Europe (l'Allemagne surtout), où il réalise des films dans des genres variés, allant de la comédie dramatique au western, en passant par le peplum.

La fin de sa carrière est faite d'une série de déceptions[Lesquelles ?].

Robert Siodmak meurt en Suisse en 1973[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Robert Siodmak, Film Director, 72 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 26 février 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Bellour, Les hommes, le dimanche, de Robert Siodmak et Edgar G. Ulmer : vers la fiction : Menschen am Sonntag, Crisnée (Belgique), Yellow now, , 112 p. (ISBN 978-2-87340-249-5)
  • Hervé Dumont, Robert Siodmak : Le maître du film noir, Lausanne (Suisse), l'Age d'homme, , 379 p. (ISBN 2-8251-3349-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]