Pierre Blanchar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Blanchar
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierre Blanchar en 1936.
Nom de naissance Gustave Pierre Blanchard
Naissance
Philippeville, Algérie
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 71 ans)
Suresnes, France
Profession Acteur

Pierre Blanchar, né Gustave Pierre Blanchard le à Philippeville (aujourd'hui Skikda, en Algérie) et mort le à Suresnes (Hauts-de-Seine)[1], est un acteur et metteur en scène français.

Il a notamment joué aux côtés de Michèle Morgan dans le film La Symphonie pastorale (1946) de Jean Delannoy, récompensé par la première Palme d'or, au Festival de Cannes 1946.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu un sursis en 1913, Pierre Blanchar est incorporé dans l'artillerie dès août 1914. Au front à partir de février 1915 au cors de la Première Guerre mondiale, il est sérieusement blessé par un éclat d'obus le à Belloy-en-Santerre (Somme), et reçoit la Croix de guerre avec une citation à l'ordre de son régiment. Il sera également gazé dans les derniers jours de la guerre, le , au Fond de Boussières (Meuse). Il est finalement démobilisé en août 1919[2][source insuffisante]

Carrière[modifier | modifier le code]

Tout d'abord comédien de théâtre dès 1919, Pierre Blanchar apparaît au cinéma en 1922 dans un film muet de Léon Poirier Jocelyn. Choisissant souvent des personnages torturés et complexes comme Raskolnikov dans Crime et Châtiment (1935) de Pierre Chenal, il ne néglige pas la veine comique.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il sera souvent sollicité par le cinéma franco-germanique (de l'Union France-Allemagne). Il réalise deux films pendant la guerre : Secrets (1943) et Un seul amour (1943).

Au dire d'Arletty, il fut un grand résistant. Membre du « Comité de salut public du cinéma français » créé en 1943, devenu le « Comité de libération du cinéma », il en devient président le . Il commente de manière vibrante les images de la libération de Paris d', tournées par le CLC, dans les actualités qui passent alors au cinéma.

Dans Le Bataillon du ciel (1947) d'Alexander Esway, d'après le livre de Joseph Kessel, Pierre Blanchar joue le rôle du capitaine Ferane, inspiré de la vie et mort de Pierre Marienne (1908-1944), compagnon de la Libération, capitaine parachutiste au 4e bataillon du Spécial Air Service (S.A.S.) des Forces Françaises Libres, parachuté en Bretagne à Plumelec dans le Morbihan le soir du , lors du Débarquement de Normandie. L'acteur avait connu Pierre Marienne dans le cinéma avant guerre. De plus, il lui ressemble physiquement.

Tombe de Pierre Blanchar au cimetière de Charonne.

Le Monocle noir (1961), son dernier film, est tourné au château de Josselin dans le Morbihan.

Décès et vie privée[modifier | modifier le code]

Marié à Marthe Vinot, Pierre Blanchar est le père de Dominique Blanchar.

Il meurt le à Suresnes (Hauts-de-Seine), des suites d'une tumeur au cerveau[1]. Il est inhumé au cimetière de Charonne dans le 20e arrondissement de Paris.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Années 1920[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950 et 1960[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Pierre Blanchar en Pelléas (Théâtre des Champs-Élysées, décembre 1921).

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Certificats de naissance et décès, lesgensducinema.com.
  2. « Fiche matricule du recrutement militaire », sur archivesnationales.culture.gouv.fr, Instrutemts de recherche en ligne (IREL) (consulté en 14 juilet 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]