Nicholas Ray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ray.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Nicolas Rey.
Nicholas Ray
Description de cette image, également commentée ci-après
Dansant avec Zsa Zsa Gabor (1953).
Nom de naissance Raymond Nicholas Kienzle
Naissance
Galesville, Wisconsin, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès (à 67 ans)
New York, États-Unis
Profession Réalisateur, scénariste, acteur
Films notables Les Amants de la nuit
Johnny Guitare
La Fureur de vivre
Traquenard
Les 55 Jours de Pékin

Nicholas Ray, de son vrai nom Raymond Nicholas Kienzle, est un réalisateur, scénariste et acteur américain né le à Galesville (Wisconsin) et mort le à New York (New York).

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicholas Ray[1], [2], [3], [4], [5], [6], [7], [8], [9], [10] est le plus jeune d'une fratrie de quatre enfants dont trois sœurs (Alice, Ruth, Helen)[11]. Sa mère[12], Olene Kienzle (née Toppen), est artiste. Son père, Raymond Nicholas Kienzle, Sr., allemand catholique devenu luthérien, a déjà deux filles d'un mariage précédent, il est alcoolique et violent avec ses enfants.

Nicholas Ray étudie d'abord à l'Université de Chicago, qu'il quitte en 1932 ; il déménage ensuite à New York et change de nom. Puis il retourne au Wisconsin, invité par Frank Lloyd Wright, avec qui il étudie à la Villa Taliesin[13], une école d'architecture. Il quitte à nouveau cette école pour revenir à New York.

Nicholas Ray s'est aussi impliqué dans le folklore[14] dans les années 1930 et 1940[15]. En 1938, il est employé par la Works Progress Administration (WPA), et collabore au Comité mixte sur les arts populaires, dirigé par Benjamin A. Botkin(en) et Charles Louis Seeger(en). Dans le cadre de ce comité, il a effectué des travaux sur le terrain dans le Dakota du Sud. Grâce à ses relations avec son ami de longue date, Alan Lomax, Ray a écrit et réalisé les épisodes de l’émission radiophonique Back Where I Come From diffusée par la CBS de 1940-1941.

Avec à peine 100 dollars en poche, il rejoint le groupe du Théâtre d'Improvisation de New York. Il y rencontre le producteur Elia Kazan, surtout connu pour sa façon peu commune de pousser ses étudiants jusqu'à leurs limites ; cette façon d'enseigner marque Nicholas Ray pour le reste de sa vie. D'ailleurs, lorsque Kazan produit son premier film à Hollywood Le Lys de Brooklyn, il est engagé comme assistant.

En 1936, Ray épouse Jean Evans (née Jean Abrams), une journaliste dont il divorce en 1940 mais qui lui donne un fils, Anthony Ray, dit Tony (1937-2018)[16]. Il commence alors à réaliser ses propres films, le premier Les Amants de la nuit, puis en 1948, Secret de femme, avec Gloria Grahame, qu'il épouse à la suite du tournage, en 1948, et dont il aura un fils, Timothy[17]. Il s'en sépare en 1950, après avoir surpris Gloria couchant avec Tony (qui n'avait que 13 ans à l'époque) ; le divorce est prononcé en 1952. Tony épouse par la suite Gloria Grahame.

Ray enchaîne les tournages : Les Ruelles du malheur avec Humphrey Bogart, Le Violent, en 1950. Viennent ensuite Born to Be Bad, de Les Diables de Guadalcanal (avec John Wayne), La Maison dans l'ombre, Les Indomptables et surtout Johnny Guitare, qui remporte un très grand succès.

Après cette réussite, Nicholas Ray est contacté par la Warner Bros.. La Warner qui a acheté les droits de Rebel Without a Cause, un livre écrit par le psychiatre Robert M. Lindner en 1944, sur les adolescents violents, lui demande d'en réaliser l'adaptation cinématographique et envisage, pour les rôles principaux, de faire appel à Marlon Brando et Sidney Lumet. Mais ceux-ci refusent le projet.

Le sujet de la délinquance juvénile, omniprésent depuis longtemps dans les médias américains, incite Ray à s'engager dans le projet : « Ce n'était ni le psychopathe ni le fils d'une famille mal famée qui m'intéressait ». Ray commence cependant à écrire sa propre histoire, The Blind Run, une histoire crue faite d'une suite de scènes choquantes et brutales, d'actes criminels, en 17 pages. Avec le producteur David Weisbart, il refond l'histoire pour la rendre plus acceptable. Ray réalise toute l'absurdité des théories de Lindner dont Rebel Without a Cause (La Fureur de vivre[18]) doit faire état : les méchants viennent de petites familles pauvres, les riches sont les gentils « C'est totalement faux, dit Ray. C'est nous tous ».

Pour peaufiner le scénario de Rebel, Ray fait appel à un dynamique auteur de 32 ans, Stewart Stern. Et sur les conseils de Kazan, Ray choisit James Dean pour jouer le personnage principal[19]. La Warner Bros doute du choix de l'acteur principal, elle aurait plutôt aimé de plus jeunes acteurs, des étoiles montantes, comme Robert Wagner, Tab Hunter ou John Kerr. Le rôle principal féminin revient à Natalie Wood, alors âgée de 16 ans, avec qui Ray aurait eu une liaison durant le tournage. La bande sonore du film bénéficie du concours de Leonard Rosenman, qui a composé la musique pour À l'est d'Éden.

James Dean meurt peu après, une semaine avant la première de La Fureur de vivre. Alors que par son destin tragique Dean entre dans la légende, Ray est anéanti par sa mort. Il épouse en 1958 une danseuse, Betty Utley, dont il divorce en 1964, après la naissance de deux filles : Nica et Julie.

Ray réalise Le Roi des rois[20] et Les 55 Jours de Pékin. Le malaise cardiaque qui le terrasse sur le plateau des 55 jours brise sa carrière, il devient alcoolique et joueur compulsif, il perd sa fortune. De plus en plus exalté au sujet de James Dean, il affirme que ce dernier lui a légué des biens matériels[21]. Restaurateur un moment, il fait faillite. Il se perd dans ses soucis financiers, sa santé est de plus en plus déficiente, il perd l'usage de son œil droit, et porte un bandeau noir. Il enseigne[22] le cinéma[23] de façon incongrue[24] au Lee Strasberg Theater and Film Institute et au Harpur College of Arts and Sciences[25] de la Binghamton University, succursale de l'Université d'Etat de New York, et réalise avec ses étudiants de New York We can't go home again, un autoportrait filmé en partie en vidéo, en 1973[26], avec pour actrice Susan Schwartz, sa dernière épouse, une étudiante âgée de 18 ans rencontrée en 1969, à l'université de Chicago.

Malgré plusieurs opérations, il meurt d'un cancer des poumons le . Ses derniers mois de vie ont été filmés dans Nick's Movie par son ami Wim Wenders, qui l'avait fait jouer deux ans auparavant dans L'Ami américain.

Nicholas Ray repose au Oak Grove Cemetery de La Crosse dans le Wisconsin[27].

Les archives de Nicholas Ray sont déposées à la Nicholas Ray Foundation[28] fondée et présidée par Susan Ray et assistée par un conseil d'administration où figurent : Bernard Eisenschitz, Victor Erice, Jim Jarmusch, Philip Kaufman, Marco Muller, Walter Murch, Jonathan Rosenbaum, Barbet Schroeder, Rudolph Wurlitzer[29]. La Nicholas Ray Foundation est hébergée au Harry Ransom Center[30], [31](en) de l'Université du Texas à Austin[22].

Nicholas Ray et le cinéma hollywoodien[modifier | modifier le code]

Nicholas Ray[32], [33], [34] est l'un des initiateurs de l'évolution du cinéma hollywoodien dans l'après-deuxième guerre mondiale, avec entre autres Elia Kazan. Les traits marquants de ce nouveau cinéma est la figure de l'anti-héros: loin des canons d'avant-guerre, les personnages principaux de ces films sont des «perdants», des marginaux, des héros vieillissants ou fatigués, en décalage avec leur milieu ou leur époque. Cela est particulièrement vrai dans l'œuvre de Nicholas Ray où, le plus souvent, le héros ou un des personnages principaux connaît une fin tragique.

Même quand il s'attaqua à un genre hollywoodien par excellence, la superproduction biblique, avec Le Roi des rois (d'ailleurs inspiré par le maître du genre, Cecil B. De Mille, qui réalisa un film du même titre et sur le même thème en 1927), le traitement de son sujet resta dans la tonalité du reste de sa filmographie, puisque contrairement à la pratique antérieure, qui choisissait en général ses thèmes dans l'Ancien Testament et en tout cas dans une approche laudative, exultante et pieuse, il choisit de traiter ce qui fait le cœur du Nouveau Testament et des Évangiles, la vie de Jésus, mais en s'attachant moins tant à l'aspect religieux du thème qu'au parcours terrestre de l'individu dans un mode de narration proche de celui du peplum, parcours qui, d'un point de vue objectif, est celle d'un loser, rejeté par les institutions religieuses hébraïques et condamné à mort par l'occupant romain, hors toute considération sur le devenir de son message ou sa nature divine.

La spécificité de Nicholas Ray dans le cinéma américain et plus spécialement hollywoodien est que, contrairement à beaucoup de ses contemporains (Elia Kazan et Joseph Losey, déjà cités, mais aussi Jules Dassin et bien d'autres cinéastes du début des années 1950), sa filmographie reste inscrite dans le « cinéma de genre » (western, film noir, superproduction « antique », peplum...) mais aussi que, contrairement à ses autres contemporains « classiques », dans chaque genre où il s'illustre il dynamite les canons : le personnage central est donc souvent un « anti-héros », les personnages masculins apparaissent souvent faibles ou emplis de doute, dans nombre de ses films le personnage fort est une figure féminine, enfin il introduit souvent un élément qui fera le cœur des films de genre dans les décennies suivantes, celui de la violence sans but. L'œuvre de Sam Peckinpah ou de Don Siegel (pourtant son contemporain), de même que celle de bien des réalisateurs italiens de western spaghetti, au premier rang desquels Sergio Leone, sont très redevables des thématiques et de l'esthétique de Nicholas Ray.

Le tragique dans l'œuvre de Nicholas Ray[modifier | modifier le code]

Un trait paradoxal de ce réalisateur est l'absence réelle de suspense dans ses films dont c'est pourtant un ressort essentiel (films noirs, westerns, thrillers). On peut le considérer comme un auteur tragique[35] en ce sens que la trajectoire de ses personnages est le plus souvent prévisible dès le début du film, d'une manière assez similaire aux procédés de la tragédie grecque.

Comme dans la tragédie, Nicholas Ray fait reposer la tension du récit non sur l'indétermination mais sur cette prévisibilité, le spectateur étant alors captivé par une attente contradictoire entre l'anticipation d'une fin inéluctable et le désir de voir les héros échapper à cette fin.

Influence[modifier | modifier le code]

Dans les décennies suivant son apogée, Ray reste une influence majeure pour de grands réalisateurs :

  • Jean-Luc Godard est un grand laudateur du cinéaste qui "personnifiait le cinéma" à ses yeux
  • Martin Scorsese admire particulièrement Johnny Guitare, La Fureur de vivre et Derrière le miroir. Il a notamment inclus des extraits de ces films dans son documentaire : Un voyage avec Martin Scorsese à travers le cinéma américain.
  • Curtis Hanson apparaît dans un documentaire pour le DVD de Le Violent, exprimant son analyse du film qui était l'une des nombreuses influences pour la réalisation de son L.A. Confidential (1997).
  • François Truffaut a écrit sur Ray (très présent dans son livre Les Films de ma vie). Il affirme que Les Amants de la nuit (1949) est le meilleur film de Ray, mais accorde une grande place également à Derrière le miroir et Johnny Guitare.
  • Wim Wenders est un autre de ses admirateurs européens, lui rendant hommage dans de nombreux films. Il donne un petit rôle au cinéaste dans son film L'Ami américain. Puis ils co-signent Nick's Movie, semi-documentaire qui montre les deux cinéastes collaborant à la conception d'un nouveau film quelques semaines avant la mort de Ray.
  • Alors enseignant à la New York University, Ray eut Jim Jarmusch comme élève, le jeune cinéaste indépendant devint son assistant. En retour, Jarmusch lui demanda conseil pour ses scénarios. Jarmusch regrette encore Ray aujourd'hui.
  • Quentin Tarantino est également un grand admirateur de Ray dont il cite souvent l'influence dans de nombreuses interviews (Les Amants de la Nuit est d'ailleurs un de ses films préférés). On trouve en effet, aussi bien dans ses films (Reservoir Dogs) que dans ses scénarios tournés par d'autres (True Romance), la même dimension tragique de ces personnages prédestinés.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Francophone[modifier | modifier le code]

Anglo-saxonne[modifier | modifier le code]

Articles et interviews[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia Universalis, « NICHOLAS RAY », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 13 avril 2019)
  2. (en) « Nicholas Ray | American author and director », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 13 avril 2019)
  3. (it) « Ray, Nicholas », sur Enciclopedia del cinema, Treccani
  4. « Nicholas Ray | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 13 avril 2019)
  5. « Ciné-club : Nicholas Ray », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 13 avril 2019)
  6. « Nicholas Ray Facts », sur biography.yourdictionary.com (consulté le 13 avril 2019)
  7. « Nicholas Ray - Cinémathèque française », sur cinema.encyclopedie.personnalites.bifi.fr (consulté le 13 avril 2019)
  8. (en-US) Jonathan Rosenbaum, « Ray, Nicholas », sur Senses of Cinema, (consulté le 13 avril 2019)
  9. (en) « Nicholas Ray », sur Rotten Tomatoes (consulté le 13 avril 2019)
  10. « Nicholas Ray », sur IMDb (consulté le 14 avril 2019)
  11. (en) Nicholas Ray, I Was Interrupted: Nicholas Ray on Making Movies, University of California Press, (ISBN 9780520916678, lire en ligne)
  12. (en) « Nicholas Ray », sur geni_family_tree (consulté le 14 avril 2019)
  13. (en-US) « SOAT Legacy – SOAT » (consulté le 14 avril 2019)
  14. (en) « Nicholas Ray - Hollywood's Golden Age », sur www.hollywoodsgoldenage.com (consulté le 14 avril 2019)
  15. (en-US) John Fenn, « Nicholas Ray: frustrated folklorist | Folklife Today », sur blogs.loc.gov, (consulté le 14 avril 2019)
  16. (en) Greg Evans et Greg Evans, « Anthony Ray Dies: ‘Shadows’ Actor, Son Of Director Nicholas Ray Was 80 », sur Deadline, (consulté le 14 avril 2019)
  17. (en) « Anthony Ray, Actor, Oscar-Nominated Producer and Son of Director Nicholas Ray, Dies at 80 », sur The Hollywood Reporter (consulté le 14 avril 2019)
  18. a et b « Critique : La Fureur de vivre, de Nicholas Ray », sur critikat.com - le site de critique de films, (consulté le 13 avril 2019)
  19. Les deux hommes ont beaucoup en commun ; ils ont par exemple eu un mauvais père (le père de Dean l'a abandonné à l'âge de six ans)
  20. Tony Williams, « Nicholas Ray's King of Kings », CineAction, no 76,‎ , p. 42 (ISSN 0826-9866, lire en ligne, consulté le 13 avril 2019)
  21. comme ce fusil qu'il exhibe devant des étudiants de la Sorbonne
  22. a et b (en-US) « A Home for Nicholas Ray | », sur Moving Image Archive News (consulté le 14 avril 2019)
  23. a et b (en-GB) Geoffrey Macnab, « Why Nicholas Ray is in a class of his own », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 13 avril 2019)
  24. a et b (en-US) Vincent Canby, « The Last Months of Nicholas Ray's Life », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 avril 2019)
  25. (en) « Harpur College of Arts and Sciences - Harpur College | Binghamton University », sur Harpur College - Binghamton University (consulté le 14 avril 2019)
  26. http://www.commeaucinema.com/personne/nicholas-ray,21841
  27. (en) « Nicholas Ray », sur Find a grave
  28. (en-US) « front-splash | The Nicholas Ray Foundation », sur nicholasrayfoundation.org (consulté le 14 avril 2019)
  29. (en) « about-us-2 | The Nicholas Ray Foundation », sur nicholasrayfoundation.org (consulté le 14 avril 2019)
  30. (en-US) « Harry Ransom Center », sur www.hrc.utexas.edu (consulté le 14 avril 2019)
  31. (en-US) Nicholas Ray et Susan Ray, « Nicholas Ray: An Inventory of His Papers at the Harry Ransom Center », sur norman.hrc.utexas.edu (consulté le 14 avril 2019)
  32. (en) « The Strange Case of Nicholas Ray - Nicholas Ray », sur www.dga.org (consulté le 13 avril 2019)
  33. (en) « TSPDT - Nicholas Ray », sur TSPDT (consulté le 13 avril 2019)
  34. « Dictionnaire du cinéma anglo-saxon|Nous sommes tous des étrangers ici-bas - Nicholas Ray, entre l’ombre et la lumière de l’aliénation », sur Dictionnaire du cinéma anglo-saxon (consulté le 14 avril 2019)
  35. a et b Nadia Sels, « Nicholas Ray, Tragedy and Otherness. Sophocles, Shakespeare, Psychoanalysis. Oxford, P. Lang, 2009 », L'Antiquité Classique, vol. 81, no 1,‎ , p. 652–654 (lire en ligne, consulté le 14 avril 2019)
  36. « Ciné-club : Les amants de la nuit de Nicholas Ray », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 14 avril 2019)
  37. a et b (en-US) Rose Capp, « Nicholas Ray, a Sentimental Bloke: They Live by Night », sur Senses of Cinema, (consulté le 13 avril 2019)
  38. « Ciné-club : Les ruelles du malheur de Nicholas Ray », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 14 avril 2019)
  39. « notcoming.com | A Woman's Secret », sur notcoming.com (consulté le 14 avril 2019)
  40. « Le violent – Nicholas Ray – KinoScript » (consulté le 13 avril 2019)
  41. a et b (en-US) Fiona Villella, « Shadows on the Horizon: In a Lonely Place », sur Senses of Cinema, (consulté le 13 avril 2019)
  42. (en-US) EmanuelLevy, « Born to Be Bad (1950): Noir Melodrama from Nicholas Ray Starring Joan Fontaine as Bad Girl | Emanuel Levy » (consulté le 14 avril 2019)
  43. « Ciné-club : Les diables de Guadalcanal de Nicholas Ray », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 14 avril 2019)
  44. (en-US) EmanuelLevy, « Flying Leathernecks (1951): Nicholas Ray Directs John Wayne | Emanuel Levy » (consulté le 14 avril 2019)
  45. (en) Gary Loggins, « Diluted Noir: Robert Mitchum in THE RACKET (RKO 1951) », sur cracked rear viewer, (consulté le 14 avril 2019)
  46. « La maison dans l’ombre (1950) de Nicholas Ray », sur L'Oeil sur l'Ecran (consulté le 14 avril 2019)
  47. « Le paradis des mauvais garçons (1952) de Josef von Sternberg et Nicholas Ray », sur L'Oeil sur l'Ecran (consulté le 14 avril 2019)
  48. « Critique : Johnny Guitare, de Nicholas Ray », sur critikat.com - le site de critique de films, (consulté le 14 avril 2019)
  49. « Critique : À l'ombre des potences, de Nicholas Ray », sur critikat.com - le site de critique de films, (consulté le 14 avril 2019)
  50. (en) Jake Cole, « Run For Cover (Nicholas Ray, 1955) », sur Not Just Movies, (consulté le 14 avril 2019)
  51. a et b (en-US) Chris Wood, « Finding the Father: A Psychoanalytic Study of Rebel Without a Cause », sur Senses of Cinema, (consulté le 13 avril 2019)
  52. (en-US) EmanuelLevy, « Rebel Without a Cause (1955): Nicholas Ray’s Most Influential Youth Film in American History, Starring James Dean | Emanuel Levy » (consulté le 14 avril 2019)
  53. « notcoming.com | Hot Blood », sur notcoming.com (consulté le 14 avril 2019)
  54. « Objectif Cinéma : Analyse de Derrière le miroir de Nicholas Ray », sur www.objectif-cinema.com (consulté le 14 avril 2019)
  55. « Critique : Le Brigand bien-aimé, de Nicholas Ray (Jesse James) », sur critikat.com - le site de critique de films, (consulté le 14 avril 2019)
  56. « Ciné-club : Amère victoire de Nicholas Ray », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 14 avril 2019)
  57. « Amère victoire de Nicholas Ray (1957) - Analyse et critique du film - DVDClassik », sur www.dvdclassik.com (consulté le 14 avril 2019)
  58. « La Forêt interdite », sur Les Inrocks (consulté le 14 avril 2019)
  59. (en-US) A. H. Weiler, « Screen: Old-Hat Gunplay; ' Party Girl' Stars Cyd Charisse and Taylor », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 13 avril 2019)
  60. (en-US) EmanuelLevy, « Party Girl (1958): Nicholas Ray’s Crime Melodrama, Starring Robert Taylor in One of Best Roles and Cyd Charisse | Emanuel Levy » (consulté le 14 avril 2019)
  61. (en) Jake Cole, « The Savage Innocents (Nicholas Ray, 1960) », sur Not Just Movies, (consulté le 14 avril 2019)
  62. « notcoming.com | King of Kings », sur www.notcoming.com (consulté le 14 avril 2019)
  63. (en-US) EmanuelLevy, « 55 Days at Peking: Epic Begun by Nicholas Ray and Finished by Andrew Marton | Emanuel Levy » (consulté le 14 avril 2019)
  64. « We Can't Go Home Again de Nicholas Ray (1973) - Analyse et critique du film - DVDClassik », sur www.dvdclassik.com (consulté le 14 avril 2019)
  65. a et b Peter L. Winkler, « Nicholas Ray Couldn’t Go Home Again: On the DVD Release of His Final Film », sur Los Angeles Review of Books (consulté le 14 avril 2019)
  66. (en) « notcoming.com | Lightning Over Water », sur www.notcoming.com (consulté le 14 avril 2019)
  67. « Roman américain, les vies de Nicholas Ray de Bernard Eisenschitz », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 13 avril 2019)
  68. (en) « Ray of Light and Dark », sur culturevulture.net (consulté le 14 avril 2019)
  69. « Michel Marx / Maison des écrivains et de la littérature », sur www.m-e-l.fr (consulté le 13 avril 2019)
  70. republique-des-lettres.fr, « Nicholas Ray », sur republique-des-lettres.fr (consulté le 13 avril 2019)
  71. (en-US) Alex Williams, « Criterion Review: Nicholas Ray Makes His Debut With THEY LIVE BY NIGHT », sur Cinapse, (consulté le 14 avril 2019)
  72. (en) The Playlist Staff et The Playlist Staff, « The Essentials: 5 Great Films By Nicholas Ray », sur IndieWire, (consulté le 14 avril 2019)
  73. (en) David Thomson, « David Thomson on Films: The Lonely Legacy of Nicholas Ray », The New Republic,‎ (ISSN 0028-6583, lire en ligne, consulté le 14 avril 2019)
  74. (en) Roger Ebert, « Rebel Without a Cause Movie Review (1955) | Roger Ebert », sur www.rogerebert.com (consulté le 13 avril 2019)
  75. (en) Anthony Lane, « Only the Lonely », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le 13 avril 2019)
  76. (en) « Nicholas Ray's rise and fall », sur The Independent, (consulté le 14 avril 2019)
  77. (en-US) « NICHOLAS RAY & DOUGLAS SIRK – SOME NOTES – BY HARLAN KENNEDY », sur www.americancinemapapers.com (consulté le 14 avril 2019)
  78. (en-US) « Nicholas Ray and the Nifty Fifties », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le 14 avril 2019)
  79. « Kathryn Bigelow - NICHOLAS RAY: THE LAST INTERVIEW | The Nicholas Ray Foundation », sur nicholasrayfoundation.org (consulté le 14 avril 2019)
  80. (en) « KATHRYN BIGELOW AND SARAH FATIMA PARSONS / Nicholas Ray: The Last Interview », sur www.lafuriaumana.it (consulté le 14 avril 2019)
  81. « Circle of Pain: The Cinema of Nicholas Ray | Jonathan Rosenbaum », sur www.jonathanrosenbaum.net (consulté le 13 avril 2019)
  82. (en-US) Jim Healy, « Cinema Scope | Interviews | Nicholas Ray’s Bigger Than Life: A Conversation with Jonathan Lethem » (consulté le 13 avril 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]