Cuba libre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cuba Libre)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cuba (homonymie) et Rum and Coca-Cola.

Cuba libre
image illustrative de l’article Cuba libre

Région d'origine Drapeau de Cuba Cuba
Alcool principal en volume Rhum cubain
Servi Frais, glacé
Décoration / garniture Tranche de citron vert, paille
Type de verre Tumbler sucre de canne
Ingrédients communs Citron vert, cola, glaçons

Le Cuba libre, ou rhum-Coca[1],[2],[3], ou rum and Coke aux États-Unis et au Canada anglophone et francophone, ou Cuba au Mexique, est un cocktail à base de rhum, de citron vert, et de cola, variante des Ti-punch des Antilles, des Mojito, et Daïquiri.

Origines éventuelles de l'appellation[modifier | modifier le code]

Cuba Libre 01.jpg

Le nom de ce cocktail date de 1900, année de la perte de Cuba par l'Empire espagnol, et de la fin de la Guerre d'indépendance cubaine (1895 à 1898, à ne pas confondre avec la Révolution cubaine de Fidel Castro et Che Guevara entre 1953 et 1959). Les soldats de l'armée américaine buvaient alors à La Havane, du rhum et citron vert local, avec du Coca-Cola américain dans des verres à Whisky (variante de leur Whisky Coca américain classique traditionnel). Selon la légende, cette appellation viendrait d'un soldat américain qui, commandant ce cocktail, porta un toast « Por Cuba libre ! »[1] (Pour Cuba libre ! en espagnol) qui était le leitmotiv des troupes américaines durant la guerre.

L'essor de ce cocktail date de l'époque de la Prohibition des boissons alcoolisées aux États-Unis entre 1919 et 1933, où la mafia américaine utilise Cuba comme base arrière pour son trafic d'alcool de contrebande (le rhum cubain est un des principaux produits d'exportation de l'économie de Cuba) .

En 1945, la célèbre chanson calypso Rum and Coca-Cola des Andrews Sisters connait un grand succès en Europe, suite au débarquement américain en Normandie de 1944, et à la fin de la seconde Guerre mondiale, et contribue à la légende iconographique de l'Amérique des fifties (années 1950 aux États-Unis) (culture des États-Unis).

Recette[modifier | modifier le code]

CubaLibre front001x.jpg

Dans son ouvrage The Complete Book of Spirits de 2004, Anthony Dias Blue explique que le mélange original contenait également un peu de gin[4].

Variantes : le rhum blanc peux être remplacé par du rhum ambré, whisky, gin, ou tequila (le Batanga[5])...

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]