Bloody Mary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bloody Mary
Image illustrative de l’article Bloody Mary

Région d'origine Paris (Drapeau de la France France)
Alcool principal en volume Vodka
Décoration / garniture Branche de céleri, carotte, olive, rondelle de citron
Type de verre Tumbler
Ingrédients communs Jus de tomate, jus de citron, piment, épices

Le Bloody Mary (littéralement « Marie la sanguinaire » ou « Maudite Mary » selon les interprétations) est un cocktail plus ou moins fortement pimenté et épicé selon les goûts, à base de vodka, de jus de tomate, de jus de citron et d'épices telles que piment, sauce Tabasco, sauce Worcestershire, poivre, sel au céleri

Historique[modifier | modifier le code]

Selon les sources, le Bloody Mary aurait été créé en 1921 par le barman Fernand Petiot (en), au Harry's New York Bar, du 2e arrondissement de Paris[1], ou au bar de l’Hôtel Ritz de la place Vendôme, du 1er arrondissement de Paris[2].

Cependant, le jus de tomate tel qu'il est connu aujourd'hui n'existait pas à cette époque. Ce cocktail devient un véritable succès quelques années plus tard aux États-Unis[3].

Différentes origines présumées du nom[modifier | modifier le code]

Pour certains, il tient son nom de la reine Marie Ire d'Angleterre (Marie Tudor, surnommée Bloody Mary, « Marie la sanguinaire »)[4]. Fille du roi Henri VIII d'Angleterre, réputée cruelle et sanguinaire, elle doit son surnom à sa politique de persécution des anglicans durant la restauration du catholicisme sous son règne entre 1553 et 1558.

Le nom de l’écrivain Ernest Hemingway y est également associé. Lorsqu'il buvait de l'alcool, il craignait les colères de sa femme, Mary Welsh, qu'il surnommait Bloody Mary (« Satanée Mary », « Maudite Mary »). Ce serait au bar de l’hôtel Ritz de Paris que l'écrivain aurait demandé à Bertin, un barman du palace, de lui créer un cocktail « sans odeur », après lui avoir dit : « Ma femme ne veut plus que je boive. Quand je rentre, elle respire mon haleine et elle m’engueule. »

Composition[modifier | modifier le code]

Mélanger avec des glaçons dans un shaker ou directement dans un verre sans pied (en anglais tumbler) :

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Bloody Bishop : sherry en même quantité que la vodka.
  • Bloody Caesar, ou Caesar : Clamato (mélange de jus de tomate et de bouillon de palourde) à la place du jus de tomate.
  • Bloody Death : whisky, tequila, vodka, rhum, gin, sirop de grenadine.
  • Bloody Fairy, ou Red Fairy : absinthe à la place de la vodka.
  • Bloody Geisha : saké à la place de la vodka.
  • Brown Mary, ou Whisky Mary : whisky à la place de la vodka.
  • Bloody Matador : tequila à la place de la vodka.
  • Bloody Maureen : Guinness à la place de la vodka.
  • Bloody Molly : irish whiskey à la place de la vodka.
  • Bloody Pirate : rhum à la place de la vodka.
  • Bloody Scotsman : scotch à la place de la vodka.
  • Bloody Trash : vodka et jus de tomate en même quantité.
  • Michelada clementina ou chelada : bière mexicaine à la place de la vodka.
  • Red Snapper, ou Ruddy Mary : gin à la place de la vodka.
  • Virgin Mary : sans alcool, jus de tomate et épices.


Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Harry's ABC of Mixing Cocktails, Souvenir Press, (ISBN 0-285-63358-9), p. 35, pour l’écrivain Ernest Hemingway.
  2. « Les hôtels mythiques : Paris - Le Ritz », routard.com.
  3. (en) Barry Popik (en), « Bloody Mary (cocktail) », The Big Apple, 16 juillet 2004.
  4. Alexander Spiers, Dictionnaire général anglais-français, Volume 1, Baudry, 1872, 728 pages, p. 39.

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]