Bloody Mary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bloody Mary (homonymie).
Bloody Mary
Image illustrative de l'article Bloody Mary

Région d'origine Paris (Drapeau de la France France)
Alcool principal en volume Vodka
Décoration / garniture Branche de céleri, carotte, olive, rondelle de citron
Type de verre Tumbler
Ingrédients communs Jus de tomate, jus de citron, piment, épices

Le Bloody Mary (littéralement « Marie la sanguinaire » ou « Maudite Mary » selon les interprétations) est un cocktail plus ou moins fortement pimenté et épicé selon les goûts, à base de vodka, de jus de tomate, de jus de citron et d'épices telles que piment, sauce Tabasco, sauce Worcestershire, poivre, sel de céleri

Historique[modifier | modifier le code]

Selon les sources, le Bloody Mary aurait été créé en 1921 par le barman Fernand Petiot (en), au Harry's New York Bar, du 2e arrondissement de Paris[1], ou au bar de l’Hôtel Ritz de la place Vendôme, du 1er arrondissement de Paris[2].

Cependant, le jus de tomate tel qu'il est connu aujourd'hui n'existait pas à cette époque. Ce cocktail devient un véritable succès quelques années plus tard aux États-Unis[3].

Différentes origines présumées du nom[modifier | modifier le code]

Pour certains, il tient son nom de la reine Marie Ire d'Angleterre (Marie Tudor, surnommée Bloody Mary, « Marie la sanguinaire »)[4]. Fille du roi Henri VIII d'Angleterre, réputée cruelle et sanguinaire, elle doit son surnom à sa politique de persécution des anglicans durant la restauration du catholicisme sous son règne entre 1553 et 1558.

Le nom de l’écrivain Ernest Hemingway y est également associé. Lorsqu'il buvait de l'alcool, il craignait les colères de sa femme, Mary Welsh, qu'il surnommait Bloody Mary (« Satanée Mary », « Maudite Mary »). Ce serait au bar de l’hôtel Ritz de Paris que l'écrivain aurait demandé à Bertin, un barman du palace, de lui créer un cocktail « sans odeur », après lui avoir dit : « Ma femme ne veut plus que je boive. Quand je rentre, elle respire mon haleine et elle m’engueule. »

Composition[modifier | modifier le code]

Mélanger avec des glaçons dans un shaker ou directement dans un verre sans pied (en anglais tumbler) :

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Bloody Bishop : sherry en même quantité que la vodka.
  • Bloody Caesar, ou Caesar : Clamato (mélange de jus de tomate et de bouillon de palourde) à la place du jus de tomate.
  • Bloody Death : whisky, tequila, vodka, rhum, gin, sirop de grenadine.
  • Bloody Fairy, ou Red Fairy : absinthe à la place de la vodka.
  • Bloody Geisha : saké à la place de la vodka.
  • Brown Mary, ou Whisky Mary : whisky à la place de la vodka.
  • Bloody Matador : tequila à la place de la vodka.
  • Bloody Maureen : Guinness à la place de la vodka.
  • Bloody Molly : irish whiskey à la place de la vodka.
  • Bloody Pirate : rhum à la place de la vodka.
  • Bloody Scotsman : scotch à la place de la vodka.
  • Bloody Trash : vodka et jus de tomate en même quantité.
  • Michelada clementina ou chelada : bière mexicaine à la place de la vodka.
  • Red Snapper, ou Ruddy Mary : gin à la place de la vodka.
  • Virgin Mary : sans alcool, jus de tomate et épices.


Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Andrew MacHelone et Duncan MacHelone, Harry's ABC of Mixing Cocktails, Souvenir Press, (ISBN 0-285-63358-9), p. 35, pour l’écrivain Ernest Hemingway.
  2. « Les hôtels mythiques : Paris - Le Ritz », routard.com.
  3. (en) Barry Popik (en), « Bloody Mary (cocktail) », The Big Apple, 16 juillet 2004.
  4. Alexander Spiers, Dictionnaire général anglais-français, Volume 1, Baudry, 1872, 728 pages, p. 39.

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]