Arak (boisson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Arak
Image illustrative de l’article Arak (boisson)
Arak de Syrie.

Pays d’origine Drapeau du Liban Liban, Drapeau de la Syrie Syrie,
Drapeau de la Jordanie Jordanie, Drapeau d’Israël Israël, Drapeau de la Palestine Palestine
Principaux ingrédients eau-de-vie de vin, anis
Degré d'alcool 40 à 50
Couleur Incolore
Parfum(s) Anis

L'arak, arac ou arack (en arabe : عرق, araq /ʕaraq/, littéralement « transpiration », en référence à la distillation) est une eau-de-vie de vin produite et consommée dans le Croissant fertile. C'est une boisson alcoolisée traditionnelle de la Méditerranée orientale[1], appréciée en Syrie, au Liban, en Irak, en Jordanie, en Palestine et en Israël[2],[3],[4],[5].

Confection et consommation[modifier | modifier le code]

Il est préparé à partir de moût de raisin fermenté (vin) distillé en eau-de-vie auquel on ajoute des graines d'anis. Il vieillit ensuite dans des jarres en argile. C'est une boisson anisée, son goût est donc proche de ceux de l'ouzo, du rakı, du pastis, etc. Mais contrairement au pastis, l'arak ne contient pas de réglisse.

L'arak pur contient de 40 à 50 degrés d'alcool mais il se boit allongé d'eau avec des glaçons. Traditionnellement, au Liban, on allonge un volume d'arak d'un volume d'eau (moitié-moitié) ou bien de deux volumes d'eau (un tiers-deux tiers). Il prend alors la couleur blanchâtre caractéristique des boissons anisées.

L'arak est un alcool que l'on boit au cours d'un repas, et plus particulièrement pour accompagner le traditionnel mezzé libanais. Il peut se boire en apéritif voire en digestif (dans ce dernier cas, il est consommé pur, sans adjonction d'eau ni de glaçons).

En Iran[modifier | modifier le code]

En Iran, l’aragh désigne le jus de raisin fermenté distillé en eau-de-vie, et plus généralement, toutes les boissons distillées en eau de vie (aragh-e sagui, عٓرٓقِ سٓگى , sueur de chien).[réf. nécessaire]

Au Liban[modifier | modifier le code]

Depuis 1893, le Liban produit l’arak, à partir de deux distillations successives de moût de raisin fermenté. Le résultat de ces distillations est mélangé à de l’anis vert, puis distillé encore une ou deux fois pour concentrer les arômes anisés. Dégusté traditionnellement avec les mezzés, on peut également servir l'arak à l'apéritif.[réf. nécessaire]

À La Réunion[modifier | modifier le code]

À La Réunion, l'arak (« larak » ou « rak » en créole réunionnais) désigne l'alcool de manière générale. Ce mot aurait été implanté avec l'arrivée des Indiens sur l'île puis aurait suivi un processus de créolisation lui ayant donné son sens actuel.[réf. nécessaire]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arak: Liquid Fire », sur The Economist,
  2. (en-US) « Understanding Arak, an Ancient Spirit with Modern Appeal », sur Wine Enthusiast,
  3. (en) « The story of arak, a Lebanese drink infused with tradition | », sur AW (consulté le )
  4. (en) « Drinking Arak - A Gourmet Ritual in the Middle East », sur Arab America,
  5. « Liquid fire », The Economist (ISSN 0013-0613, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Georgeon, Au pays du raki. Le vin et l’alcool de l’Empire ottoman à la Turquie d’Erdogan, Paris, CNRS Éditions, , 300 p. (ISBN 978-227-113120-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :