Clairin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clairin
Image illustrative de l’article Clairin

Pays d’origine Drapeau d'Haïti Haïti
Date de création XVIIIe siècle
Couleur limpidehe

Le Clairin (' - est une boisson alcoolisée originaire d'Haïti patrimoine culturel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Clairin est produit à partir de guarapo, de canne à sucre, de fruits fermentés, de racines de guayacán, d'écorce d'acajou, de méthanol et même de diluant. Son processus de distillation est similaire à celui du rhum, mais non raffiné[1].

Il est généralement consommé par des personnes aux moyens limités, car le Clairin est beaucoup moins cher que le rhum légal ordinaire. Il est produit dans des distilleries clandestines et dans les arrière-cours des bidonvilles avec très peu d'hygiène et distillé avec des outils rudimentaires. Elle est vendue en vrac et les acheteurs qui veulent la boire apportent leurs propres récipients, ou bien elle est conditionnée dans des bouteilles ou des récipients usagés.

En Haïti, le Clairin est préparé dans des distilleries appelées Guildives et est bu lors de certains rituels vaudous[2].

Le commerce illégal de cette boisson est également développé en République dominicaine, où elle a été introduite grâce à la contrebande à la frontière séparant les deux pays[3], et est fabriquée, vendue et consommée dans les mêmes conditions, et par le même segment de population mentionné ci-dessus. Il est également vendu dans les épiceries. Le gouvernement dominicain a pris des mesures pour empêcher la propagation de cette boisson frelatée. Il existe une variante dominicaine du Clairin, appelée Berunte, fermentée à partir de maïs (qui est la plus courante), de riz, de melon, d'ananas ou de blé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Roberto Guzmán, « CLERÉN », Periódico Acento, (consulté le )
  2. (en) Michael R. Hall, « Historical Dictionary of Haiti », Scarecrow Press, (consulté le ), p. 330
  3. (es) Bonaparte Gautreaux Piñeyro, « De triculí, pirrinche y clerén », Periódico Hoy, (consulté le )