Association familiale Mulliez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Association familiale Mulliez
logo de Association familiale Mulliez
Logotype de l'Association familiale Mulliez.

Création 1955
Forme juridique Groupement d'intérêt économique
Siège social Roubaix (Nord)
Drapeau de France France
Direction Barthélemy Guislain, PCA
Actionnaires Famille Mulliez
Activité Grande distribution
Filiales Auchan
Boulanger
Agapes Restauration
(Flunch, Les 3 Brasseurs)
Adeo (Leroy Merlin, Bricoman, Weldom, Zodio)
Groupe Decathlon
Happychic (Brice, Fashion Cube et Jules)
Kiabi, Pimkie, Phildar
Electro Dépôt, Saint-Maclou
Midas, Norauto
PicWicToys
RougeGorge Lingerie
Top Office, Tape à l'œil

L'Association familiale Mulliez (AFM) est un groupement d'intérêt économique qui œuvre pour les intérêts économiques de la famille Mulliez, originaire du département français du Nord.

Cette famille est ainsi à la tête d'une fortune professionnelle évaluée à 26 milliards d'euros en 2020 et classée sixième de France. En 2019, l'Association familiale Mulliez regroupe 700 membres[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

1943 : origines et création de l'enseigne Phildar[modifier | modifier le code]

En 1943, Gérard Mulliez (1906-1989), père du fondateur d'Auchan Gérard Mulliez, ouvre un magasin à Poitiers, nommé Les textiles d'art, qu'il renomme rapidement Au fil d'art[3]. L'entreprise croît entre 1945 et 1950 ; elle se repose sur deux stades : la fabrication et la distribution[3]. En 1950, l'entreprise emploie 1 400 salariés[3]. Puis, en 1956 est créée la première franchise « Phildar » dans le Nord.

1960 : ouverture du premier magasin Auchan à Roubaix et création des Tapis Saint Maclou[modifier | modifier le code]

Après avoir rencontré les fondateurs des magasins Carrefour et Leclerc[4], le [5], Gérard Mulliez (fils) ouvre le premier magasin Auchan dans une usine désaffectée de l'entreprise Phildar, fondée par son père, prénommé lui aussi Gérard. D'une superficie de 600 m2, ce magasin était situé dans le quartier des Hauts-Champs, à Roubaix (Nord)[6].

Un des cousins de Gérard Mulliez, âgé à l'époque de 22 ans, Michel Leclercq, est salarié du premier magasin Auchan, en tant que boucher. Une tante écrivait à ses parents : « Comment pouvez-vous accepter que votre fils Michel travaille comme garçon boucher à la solde des Mulliez ? »[7]. Michel Leclercq décide d'arrêter ses études d'ingénieur en octobre 1962 à 23 ans[7].

En 1963, un autre cousin de Gérard Mulliez, Gonzague Mulliez développe une société de vente par correspondance de moquette : Les Tapis Saint Maclou[8].

1970 : les enseignes Norauto, Flunch, Pimkie, Decathlon et Kiabi ouvrent en France et rachat de Leroy Merlin[modifier | modifier le code]

Éric Derville, mari de Jeannette Mulliez, ouvre le premier centre Norauto en 1970. La marque-produit est ensuite développée, comme l'implantation du groupe à l'étranger. Une politique d'acquisitions et de prises de participation est menée dans les années 2000. Le nom du groupe devient Mobivia en 2010[9].

En 1971, le premier restaurant Flunch est ouvert au centre commercial Auchan d'Englos (Nord). Le concept était de faire rester les clients de la galerie du centre commercial le midi pour le repas[10]. La même année, Phildar lance son premier magasin de prêt-à-porter féminin sous la marque Pimkie à Lille qui prendra son indépendance trois ans plus tard.

En 1975, alors que Michel Leclercq s'occupe des achats et de l'informatique pour les 5 000 salariés d'Auchan, il se voit proposer une nouvelle mission[7]. Mais, il préfère créer sa propre entreprise et « par correction et sympathie pour [ses] anciens collègues et [sa] famille », il se refuse à aller chez un concurrent[7]. Après un voyage aux États-Unis, il décide de créer une entreprise de sport pour la famille[7].

Le 26 juillet 1976, dans la zone commerciale Auchan d'Englos-les-Géants à Englos (Nord)[11], près de la ville française de Lille, il ouvre un magasin de type grande surface de vente d'articles de sport en libre service. Le nom retenu est celui de « Decathlon »[12].

En 1978, l'enseigne Kiabi ouvre son premier magasin à Roncq (Nord) en 1978[13]. C'est la première entreprise à se lancer dans la vente de vêtements à bas prix[14],[15].

En 1979, l'Association familiale Mulliez (AFM) entre au capital de l'enseigne française Leroy Merlin. En 1981, elle prend le contrôle de l'enseigne qui compte alors 33 magasins en France[réf. nécessaire]. En 1987, le siège social est alors transféré à Lezennes (Nord).

1981 : ouverture du premier magasin Picwic et prise de contrôle de l'enseigne Boulanger[modifier | modifier le code]

Après avoir remarqué que la « grande surface en jouets n'existait pas en France[16] », Stéphane Mulliez lance Picwic sur la zone commerciale d'Englos-les-Géants à Englos (Nord). En 1981, l'enseigne ouvre deux magasins dans les zones commerciales de Roncq et de Noyelles[16], pour les fermer quatre années plus tard et s'implante sur la grand-place de Lille[17]. Le commerce existe jusqu'en 1993, il est ensuite implanté près du centre commercial V2 à Villeneuve-d'Ascq[17].

En 1983, l'Association familiale Mulliez (AFM) entre dans le capital de l'enseigne française Boulanger, puis prend le contrôle de la société en 1986[18].

En 1986, Boulanger commence à se développer à l'échelle nationale. Sous l'impulsion d'Auchan, les surfaces de ventes s'agrandissent, passant de 1 000 à 2 000 m2, les magasins s'implantent en banlieue, de préférence sur un domaine foncier appartenant à Ceetrus, faisant jouer les synergies financières et commerciales du groupe Auchan.

1996 : rachat de l'enseigne Camaïeu Homme qui devient Jules[modifier | modifier le code]

En 1996, l'Association familiale Mulliez (AFM) rachète l'enseigne Camaïeu Homme avec une obligation de changer de nom[19],[20]. En , elle change de nom pour se différencier de la marque Camaïeu destinée à l'habillement féminin[21] et change de concept commercial. Le nom de « Jules » est choisi[19]. L'AFM leur laisse carte blanche[19].

2020 : l'AFM de nos jours[modifier | modifier le code]

Le 16 mai 2020, le directeur de l'enseigne Alinéa, Alexis Mulliez, annonce avoir déclaré l'état de cessation de paiement de l'entreprise[22]. L'enseigne est donc placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Marseille après n'avoir réussi à sauver que 15 % de son chiffre d'affaires au cours des deux mois de confinement[23],[24]. La fin de la période d'observation est fixée au 13 novembre 2020[25].

Fin août 2020, la reprise d'Alinéa ne souffre plus d'aucun suspens puisque l'offre de reprise qui devrait être retenue est portée par les dirigeants actuels, l'Association familiale Mulliez (AFM)[26]. Grâce à une nouvelle loi intervenue en contexte de Covid-19, des dirigeants ayant déposé le bilan d'une entreprise peuvent de nouveau diriger cette entreprise[27]. L'offre de la famille Mulliez prévoit toutefois la fermeture de grands nombres de magasins pour n'en conserver que neuf, essentiellement dans le Sud de la France. Au total, seuls 900 des 1974 employés sauveraient leur place. Pour une partie des non-conservés, des propositions de reclassement devraient être proposées pour intégrer le Groupe Auchan, qui appartient aussi à l'Association familiale Mulliez (AFM)[28]. En septembre 2020, l'offre de reprise de la famille Mulliez est retenue[29].

En novembre 2020, l'Autorité de la concurrence valide la fusion des deux principaux groupes de prêt-à-porter de l'Association familiale Mulliez (AFM), Oosterdam (Pimkie, Grain de Malice et Rouge Gorge) et HappyChic (Jules, Brice et Bizzbee) pour créer « Fashion Cube »[30].

En mai 2021, le groupe Fashion Cube annonce la relocalisation de la production des jeans de ses six marques de prêt-à-porter dans une nouvelle usine qui sera implantée à Neuville-en-Ferrain (Nord)[31],[32]. Le groupe prévoit d'y employer à terme « une centaine de la salariés et produira 410 000 jeans par an »[31].

But[modifier | modifier le code]

Créée en 1955[33], afin d'assurer la succession du fervent catholique Louis Mulliez[34], elle a pour objectif de maintenir le patrimoine de ce dernier intact et de répartir environ 80 % de ce patrimoine de façon théoriquement égalitaire entre ses 11 héritiers. La charte de l'Association familiale est inspirée de la doctrine sociale de l’Église[34] . Ce pacte permet à tout membre de la famille, engagé ou non dans les affaires, de jouir de la propriété de l'ensemble des sociétés du groupe[35]. La famille Mulliez a une vision patrimoniale de l'entreprise, à ce titre elle est hostile à l'appel au financement extérieur.

Deux principes guident le pacte d'actionnaires de l'AFM : « le premier stipule que seuls les descendants de Louis et Marguerite Mulliez-Lestienne sont autorisés à détenir des titres des sociétés de la famille »[34]. Le second suppose l’organisation d’un « communisme actionnarial » : les actions des entreprises existantes comme de celles à venir sont mises au pot commun. La règle oblige à une solidarité importante, et facilite la succession[34]

Ainsi sous l'impulsion de Gérard Mulliez-Cavrois, fondateur de Phildar, père de Gérard Mulliez (Auchan), l'association élargit son action au financement des projets d'entreprises des membres de la famille. Aucune des sociétés du groupe Mulliez n'est cotée en bourse. Lors de la création d'une nouvelle entreprise, l'association entre dans le capital pour la soutenir financièrement puis peut parfois attendre le retour sur investissement uniquement via les dividendes (l'absence de cotation des sociétés limite la revente des titres dans l'optique de réaliser des plus-values). Leurs entreprises sont organisées pour résister aux crises, à la manière d'un conglomérat de la distribution. Les bénéfices sont souvent réinvestis pour continuer le projet de développement patrimonial[34].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les membres de la famille Mulliez (800 en 2021, sur 1 400 descendants de Louis Mulliez) ont pris des parts, au travers de cinq sociétés en commandite par actions, dans l'Association familiale Mulliez, laquelle investit dans les sociétés créées par la famille mais aussi dans d'autres sociétés. Une fois par an, en juillet, une « bourse » interne permet les échanges ; un directoire familial élu, le conseil de gérance, dispose d'un droit de veto[34].

Les principales sociétés liées à l'AFM sont Acanthe, Cimofat (dont les gérants sont Thierry Mulliez, Edgard Bonte, Jérôme Mulliez, Pierre-Alain Vielvoye, Romain Mulliez et Bertrand Leclercq[36]), Valma et Valorest[37].

Tous les quatre ans, les membres de l'Association familiale Mulliez élisent le conseil de gérance. Les candidats doivent être parrainés par quatre actionnaires familiaux ayant été administrateurs durant quatre ans d'une société dont l'association est actionnaire, et ne peuvent être eux-mêmes administrateurs[38].

Depuis 2014, l'Association familiale Mulliez est dirigée par Barthélemy Guislain, époux de Marie-Hélène Mulliez (ce qui fait de lui un Mulliez par alliance ; et l'un des rares non-Mulliez par le sang à accéder à ce poste), fille de Guy Mulliez, cousin germain du fondateur du groupe et petit-fils de Louis Mulliez[34].

Conditions pour être membre[modifier | modifier le code]

Pour être associé, plusieurs conditions sont nécessaires : être issu de la famille (directement ou par alliance), être âgé de plus de 21 ans, et en faire la demande au conseil de gérance, accepter par contrat les conditions d'entrée et de sortie de l'association[38] :

Famille Mulliez[modifier | modifier le code]

L'histoire entrepreneuriale de la famille Mulliez commence au début du XXe siècle avec une petite filature de laine possédée par Louis Mulliez, près de Roubaix. L’association familiale Mulliez (AFM) a été créée par ses onze enfants.[39]

  • Louis Mulliez fonde « les Fils de Louis Mulliez » (Filatures de Saint Liévin) à Wattrelos en 1923. Il a onze enfants, dont Louis Mulliez ; Gérard Mulliez père, créateur de Phildar ; Ignace Mulliez ; Jeanne Mulliez, épouse Leclercq, et Francis Mulliez
    • branche Louis Mulliez fils : treize enfants, dont André Mulliez, Benoît Mulliez, Gonzague Mulliez et Albert Antoine Mulliez
      • branche Benoît Mulliez : Thierry Mulliez, ex-président de l'Association
      • branche André Mulliez : Murielle Mulliez, épouse de Philippe Van der Wees
    • branche Gérard Mulliez père : six enfants, dont Gérard Mulliez fils, marié le 1er octobre 1955 à Bernadette Mathias[40], et Patrick Mulliez, créateur de Kiabi
      • branche Gérard Mulliez fils : Arnaud Mulliez
    • branche Ignace Mulliez : sept enfants, dont Jeannette Mulliez, épouse d'Éric Derville (Norauto) ; Damien Mulliez ; Lucie Mulliez, épouse de Philippe Duprez, et Cécile Mulliez, épouse d'un homme d'affaires américain
      • branche Damien Mulliez : Vianney Mulliez
      • branche Lucie Mulliez, épouse de Philippe Duprez : Ludovic Duprez
    • branche Jeanne Mulliez, épouse de Xavier Leclercq : sept enfants, dont Michel Leclercq, fondateur de Decathlon, et ses fils Olivier Leclercq et Matthieu Leclercq, respectivement ancien et actuel présidents
    • branche Ernest Leclercq, frère de Xavier Leclercq : cinq enfants, dont Bertrand Leclercq et André-Paul Leclercq
    • branche Francis Mulliez : deux enfants, dont Franky Mulliez et Stéphane Mulliez
      • branche Franky Mulliez : cinq enfants, dont Maxime, Franck, Adrien, Arthus, Alicia.
      • branche Stephane Mulliez : 6 enfants dont, Romain, Hugues, Mathieu, Marie, Nicolas, Augustin.

Participations financières[modifier | modifier le code]

Participations familiales[modifier | modifier le code]

Société Part de AFM Fondée par Arrivée de AFM dans le capital Enseignes
Groupe Auchan 84% Gérard Mulliez

(fils)

1961 Auchan, Auchan Drive, AuchanSuper, Auchan E-commerce, Alcampo, Banque Accord et Oney, Cityper, Colmark, Ceetrus (anciennement Immochan), Rik et Rok, Elea, RT Mart, Sabeco, Supermercados Expresso SMA, Simply Market, Maximarché, Auchan City, Prixbas, Chronodrive, Alinéa, Les halles d'Auchan
Anciennes filiales : Atac, GrosBill
Saint Maclou 95%[41] Gonzague Mulliez 1963 Saint Maclou, Cosily, Allied Carpets, Home Market, Essers, Teppichfreund, Kalico
Fashion Cube 100% Jean-Christophe Garbino 2020 Brice, Jules, Bizzbee, Pimkie, Grain de Maline, Rouge Gorge Lingerie
Agapes Restauration 85% nc nc Flunch, Pizza Paï (créé par Thierry Mulliez), Amarine, Les 3 Brasseurs, So Good, Salad & Co, Il ristorante, Assiette au bœuf, Le Bistrot du Boucher, Festein d'Alsace, O'Sushi, AG Quick, Le Petit Cuisinier
Decathlon (anciennement Oxylane) 51% AFM

49% Leclercq

Michel Leclercq 1976 Decathlon, Koodza, Cabesto, Décathlon Easy, Ataos, Chullanka, Decat', Decapro, Terres et Eaux, Skimium, Oxylane Village (et les marques : Aptonia, b'Twin, Domyos, Geologic, Geonaute, Inesis, Kalenji, Kipsta, Orao, Tribord, Quechua, Nabaiji, le Centre de recherche Decathlon et le Decathlondesign, etc)
Groupe HTM[42] 85% Bernard et Gustave Boulanger 1983 Boulanger, WebDistrib, (depuis 2003) Electro Dépôt, (depuis 2006) B'Dom, (depuis 2009) lokeo, (depuis 2010) Saturn France, Boulanger Business Services, (depuis 2013) Solvarea, (depuis 2017) Boulanger.pro[43]
Mobivia 10%[44] Éric Derville 1970 Auto5, Maxauto, Midas, Norauto, Synchro Diffusion, Carter-Cash, Oxyo-Pneus.fr, Altermove, Xee
Kiabi 33%[45] Patrick Mulliez 1978 Kiabi
Les fils de Louis Mulliez 100% Louis Mulliez 1955 Phildar, Grain de Malice
Phildar 100% Gérard Mulliez

(père)

Phildar
Top Office Patrick Mulliez 1996 Top Office
Youg's 0% Hugues Mulliez 1999 Youg's, Surcouf
La Vignery 0% Romain Mulliez La Vignery
PicWicToys nc Stéphane Mulliez 1977 PicWicToys (anciennement Toys "R" Us France et Picwic)
Kiloutou sorti Franky Mulliez 1980 Kiloutou
Cultura 0% Philippe Van Der Wees 1998 Cultura
Sonepar 14% Milonga

Légende: NC : non communiqué

Participations stratégiques[modifier | modifier le code]

Société Part de AFM Fondée par Arrivée de AFM dans le capital Enseignes
ADEO 85% Adolphe Leroy
et Rose Merlin
1979 Leroy Merlin (Leroy Merlin Italie, William Obrist), Bricoman, Bricocenter (Italie), Aki (Espagne et Portugal), Weldom, Kbane, Zodio, Dompro, Delamaison, delamaison.fr, decoclico.fr et Quotatis[46]
Alinéa 100% Alain Mitaux[47] 1989 Alinéa
Jules

(fusionné dans Fashion Cube)

54% Jean Pierre Torck 1996 Jules
(anciennement groupe Camaïeu H et F fondé par Jean Pierre Torck)
GrosBill sorti nc 2005 (sortie en 2015) Grosbill
Voltalia[48] 70% nc 2011 -

Autres participations[modifier | modifier le code]

Société Part de AFM Fondée par Arrivée de AFM dans le capital Enseignes
Tape à l'œil
Aquarelle
CreaDev 100% Sculpteo, Abilways, DigiSchool, Agorize, Sitel Group, MacoPharma
Zodio

Fortune et soupçons d'évasion fiscale[modifier | modifier le code]

La famille Mulliez, qui regroupe 550 membres[49], partage l'une des plus grandes fortunes professionnelles de France, avec une fortune estimée en 2014 à plus de 37 milliards d'euros au travers de la holding familiale[50]. Cette fortune est estimée à 26 milliards d'euros par Challenges en 2020, ce qui en ferait la sixième fortune de France[51].

En 2016, des perquisitions ont lieu dans les propriétés du groupe Mulliez, dans le cadre d’une information judiciaire pour soupçons de fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale[52]. La famille est accusée en 2019 d’activité commerciale déguisée et risque un redressement fiscal de 88 millions d’euros[53]. En 2021, l'enquête OpenLux révèlent qu'elle possède des comptes dissimulés au Luxembourg. Le quotidien du soir commente : «Beaucoup des milliardaires sollicités par Le Monde expliquent avoir été entraînés malgré eux dans ces montages au Luxembourg. Tanguy Mulliez, membre de la famille qui détient aussi Auchan et Leroy Merlin, affirme ainsi que les trois sociétés qu’il détenait avec ses sœurs jusqu’à récemment “ont été créées par [leurs] parents” et qu’elles ont été “reçues par transmission”»[54].

Dans son ouvrage Le Secret des Mulliez, Bertrand Gobin souligne que le système opaque des avoirs de la famille favorise l’optimisation fiscale, « le sport favori du clan »[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Mulliez et sa famille, Challenges, 03 juillet 2019, consulté le 13 décembre 2019
  2. Louise Roumieu, Auchan, machine à redistribuer les richesses, Entreprendre, mars 2011, n°248, page 56.
  3. a b et c Sauvage 2012, p. 36.
  4. « Auchan : Et l'histoire commence pour l'enseigne au rouge-gorge », La Voix éco, (consulté le )
  5. Jean-Noël Caussil, « Auchan, la cinquantaine fringante », LSA, (consulté le ).
  6. Alexandre Debouté, « Pourquoi Auchan s'appelle Auchan », Le Figaro, (consulté le ).
  7. a b c d et e Boucher 2013, p. 24.
  8. « Trouvez le magasin Saint Maclou le plus proche de vous », sur www.saint-maclou.com (consulté le )
  9. « Historique entreprise Norauto : histoire des centres automobiles », sur www.norauto.com (consulté le )
  10. Miguet 2015, p. 50.
  11. Boucher 2013, p. 25.
  12. « Retour sur la création de Decathlon en 1976 », sur Decathlon.fr (consulté le )
  13. Lagoutte 2009, p. 95.
  14. Fédération européenne pour l'éthique et le développement durable 2007, p. 240.
  15. Lagoutte 2009, p. 96.
  16. a et b Petit 2013, p. 62
  17. a et b Petit 2013, p. 63
  18. FRÉDÉRIC BIANCHI, « Boulanger, le challenger de l'électrodomestique », sur lsa-conso.fr, LSA, (consulté le )
  19. a b et c Sauvage 2015a, p. 56.
  20. « Jules : de fil en aiguille, une histoire d'homme », sur lavoixeco.com, (consulté le ).
  21. « Camaïeu Hommes devient Jules », Strategies.fr, (consulté le )
  22. « Coronavirus : l'entreprise d'ameublement Alinéa dépose le bilan », sur Franceinfo, (consulté le )
  23. Lefigaro.fr, « L'enseigne de décoration Alinéa placée en redressement judiciaire », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  24. « - Hénin-Beaumont : l’enseigne Alinéa placée en redressement judiciaire », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  25. « Alinéa dans le rouge : inquiétude au magasin de St-Egrève », sur Place Gre'net, (consulté le )
  26. « La famille Mulliez, à la fois dirigeante et repreneur d’Alinea ? - Le Journal des Entreprises - Région Sud », sur Le Journal des Entreprises (consulté le )
  27. Franck Bouaziz, « Faillite d’Alinea : la famille Mulliez en profite pour sauver ses meubles », sur Libération.fr, (consulté le )
  28. « Alinéa, en redressement judiciaire, devrait être reprise par ses ex-actionnaires, les Mulliez », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Philippe Bertrand et Paul Molga, « Alinéa repris par ses anciens actionnaires, 1.000 postes supprimés », sur Les Echos,
  30. FashionNetwork com FR, « L’autorité de la concurrence valide le regroupement des enseignes FashionCube », sur FashionNetwork.com (consulté le )
  31. a et b « Relocalisation : FashionCube va fabriquer des jeans dans la métropole lilloise », sur France Bleu, (consulté le )
  32. « Relocalisation textile : Fashion Cube (Mulliez) inaugurera bientôt une usine de jeans à Neuville-en-Ferrain (59) », sur lsa-conso.fr (consulté le )
  33. La galaxie Mulliez, un groupe puissant et secret aux ramifications complexes, fashionnetwork et AFP, 11 mai 2016
  34. a b c d e f et g Vanessa Schneider, « Les Mulliez, un modèle de « communisme familial » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. Adrien Bail, Jihane Bergaoui, Mathilde Leriche, Anne-Sophie Lherbette et Charlotte Ogier, « La famille, c'est capital », sur LExpress.fr, (consulté le )
  36. http://www.societe.com/societe/cimofat-339785065.html
  37. http://ekladata.com/2szgaTvp0BLSx_oWtqglslM8kns.pdf
  38. a et b Source Capital n° 176 avril 2006, extrait du livre cité en bibliographie
  39. Dan Israel, « Au-delà du silence de la famille Mulliez », sur Mediapart, (consulté le )
  40. http://www.thierryprouvost.com/Mulliez.html
  41. Source Echos 03/09/1999.
  42. Y.B, HTM (Boulanger) : un groupe et des projets dans la besace, lavoixeco.com, 14/08/2008 Consulté le 27/10/2009 [lire en ligne].
  43. « boulanger.pro », sur www.boulanger.pro (consulté le ).
  44. Éric Derville, lors de la création de Norauto, était marié à un membre de la famille Mulliez. Depuis, il a divorcé et a dû, conformément aux règles de fonctionnement de l'association, revendre ses parts dans l'association : il les a échangées contre la majorité des titres détenus de son entreprise par l'Association familiale Mulliez, devenant le premier actionnaire avec 90 % des titres.
  45. Source www.leblogmulliez.com, article du 30/04/2009.
  46. « Adeo (Leroy Merlin) rachète Quotatis, spécialiste des devis de travaux en ligne » (consulté le )
  47. Alain Mitaux est un ancien responsable d'hypermarchés Auchan à Aubagne.
  48. Véronique Le Billon, « Energie verte : pourquoi Neoen s'affiche à contre-courant du secteur », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  49. Louise Roumieu, Auchan, machine à redistribuer les richesses, Entreprendre, mars 2011, n°248, page 56
  50. Selon Boussemart Benoît, dans Le groupe Mulliez 2006-2011.
  51. « Gérard Mulliez et sa famille - Les 500 plus grandes fortunes de France en 2020 - Challenges.fr », sur Challenges (consulté le )
  52. Le Monde, « Soupçons de fraude fiscale : perquisitions dans les propriétés du groupe Mulliez », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  53. Annick Berger, « La famille Mulliez menacée d'un lourd redressement fiscal », sur Capital.fr,
  54. Les Décodeurs, « OpenLux : le Luxembourg, un aimant pour les grandes fortunes françaises », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. Audrey Tonnelier, « Les coulisses très secrètes de l’empire Auchan », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]