bioMérieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

bioMérieux
logo de BioMérieux

Création 1963
Fondateurs Dr Alain Mérieux
Personnages clés Dr Marcel Mérieux, Dr Charles Mérieux
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : BIM
Slogan Pioneering diagnostics
Siège social Marcy-l'Étoile
Drapeau de France France
Direction Alexandre Mérieux, PDG
Actionnaires 58,9 % Institut Mérieux[1]
Activité Diagnostic in vitro
Société mère Institut Mérieux[2]
Filiales 43 [3]
Effectif 10 400 [4]
Site web www.biomerieux.com
Chiffre d’affaires
en augmentation2.3 milliards d'euros (2017)

bioMérieux[5] est une entreprise française spécialisée dans le diagnostic in vitro depuis plus de 50 ans[réf. souhaitée]. Fondée en 1963, elle est située à Marcy-l'Étoile près de Lyon. Présente dans plus de 150 pays au travers de 43 filiales, son chiffre d'affaires en 2017 s’élève à 2,3 milliards d'euros, dont plus de 90% réalisés à l’international[6].

bioMérieux offre des prestations de diagnostic (systèmes, réactifs et logiciels) qui déterminent l’origine d’une maladie ou d’une contamination. Ses produits sont utilisés principalement dans le diagnostic des maladies infectieuses. Ils sont également utilisés pour la détection de micro-organismes dans les produits agroalimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques.[7]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1897, Marcel Mérieux, fonde un laboratoire d'analyses médicales à Lyon : l'Institut Mérieux et développe des vaccins et des produits biologiques, dont des réactifs. Alain Mérieux, petit-fils de Marcel Mérieux, en assure la présidence pendant 25 ans, jusqu’en 1994[8][réf. insuffisante].

En 1937, le fils de Marcel Mérieux, Charles Mérieux prend les rênes du laboratoire au décès de son père. Dans le courant des années 1940, il emploie une technique développée par le hollandais Frenkel – la culture in vitro.

En 1963, le fils de Charles Mérieux, Alain Mérieux créé BD Mérieux, détenue à parts égales entre l’Institut Mérieux et Becton Dickinson[8]. Lorsqu’en 1974 Alain Mérieux deveint actionnaire majoritaire de BD Mérieux, la société prend le nom de bioMérieux[8][réf. insuffisante].

En 1986, bioMérieux fait l'Acquisition de API Systems basé en France[8][réf. insuffisante]. En 1988, bioMérieux rachète Vitek, basée aux États-Unis, à St-Louis (Missouri)[8][réf. insuffisante]. En 2001, bioMérieux acquiert Organon Teknika, filiale d'Akzo Nobel spécialisée dans les diagnostics médicaux in-vitro, pour 311 millions d'euros[9],[10].

En 2004, bioMérieux est introduit sur le marché boursier Euronext de Paris[8][réf. insuffisante].

En 2005, Alexandre Mérieux, fils d'Alain Mérieux, intègre la société. Il occupe depuis 2014 le poste de directeur général[11].

En 2006 est inauguré le Centre Christophe Mérieux, spécialisé en biologie moléculaire et micro-systèmes sur le site du polygone scientifique de Grenoble. La même année bioMérieux fait l'acquisition de Bacterial Barcodes (États-Unis)[8][réf. insuffisante].

En 2007, bioMérieux fait l'acquisition de Biomedics (Espagne) et de BTF (Australie)[8][réf. insuffisante].

En 2008, bioMérieux crée une coentreprise commerciale avec Sysmex (Japon), ainsi qu'une autre avec Shanghai Kehua Bio-engineering (Chine). La même année bioMérieux acquiert PML Microbiologicals (États-Unis), AB Biodisk (Suède) et AviaraDx (États-Unis), qui sera renommée bioTheranostics[8][réf. insuffisante].

En 2010, bioMérieux fait l'acquisition de Meikang Biotech (Chine) et Shanghai Zenka Biotechnology (Chine)[8][réf. insuffisante].

En 2011, bioMérieux fait l'acquisition de AES Laboratoire et d'Argene, basés en France[8][réf. insuffisante].

En 2011, Alain Mérieux prépare sa succession en confiant la fonction de PDG à Jean-Luc Bélingard, déjà membre du conseil d'administration depuis 2006[12][réf. insuffisante].

En 2012, bioMérieux fait l'acquisition de RAS basé en Inde[8][réf. insuffisante].

En 2013, bioMérieux fait l'acquisition de l'entreprise américaine BioFire Diagnostics pour 342 millions d'euros[13].

En 2014, bioMérieux fait l'acquisition de l'entreprise alsacienne Advencis[14].

En 2016, bioMérieux fait l'acquisition de l'entreprise Belge Applied Maths [15][réf. insuffisante]

Le 15 Décembre 2017, Alexandre Mérieux est nommé président directeur général[16][réf. insuffisante]

En 2018, bioMérieux fait l'acquisition de l'entreprise américaine Astute Medical Inc., une société excerçant dans le diagnostic des patients présentant une défaillance d’une fonction vitale, ou qui sont à risque de développer une complication sévère[17].

bioMérieux est une société cotée sur NYSE Euronext Paris. (Code : BIM - Code ISIN : FR0013280286).

La famille Mérieux est liée aux entreprises Sanofi Pasteur, bioMérieux (diagnostic in vitro), Mérial, Biomnis à la Fondation Mérieux, au laboratoire P4 Jean Mérieux et de l'organisme de formation humanitaire Bioforce.

Communication[modifier | modifier le code]

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

L'institut Mérieux est inscrit depuis 2016 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et déclare en 2016 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 100 000 et 200 000 euros[18].

En France[modifier | modifier le code]

Pour le second semestre 2017, bioMérieux déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 400 000 euros[19].

Controverse[modifier | modifier le code]

Le 15 février 2018, 59 patient atteints de la maladie de Lyme portent plainte pour conflit d'intérêt entre les autorités sanitaires françaises et les laboratoires menant à l'utilisation de tests non fiables[20]. Les avocats des plaignants ont auparavant entamé des procédures en responsabilité civile contre cinq laboratoire, dont BioMérieux, afin d'obtenir des dommages et intérêts[20],[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. [2], Boursorama
  3. [3]
  4. [4]
  5. « Notre société », sur bioMérieux.com, (consulté le 4 septembre 2018)
  6. « CP résultats annuels », sur www.biomerieux.com, (consulté le 4 septembre 2018)
  7. « A propos de bioMérieux », sur bioMérieux.com, (consulté le 4 septembre 2018)
  8. a b c d e f g h i j k et l "Notre histoire" Site officiel.
  9. bioMérieux en passe d'acquérir l'activité diagnostic d'Akzo-Nobel, Les Échos, 15 février 2001
  10. BioMérieux-Pierre Fabre finalise l'acquisition d'Organon Teknika pour 311 millions d'euros, Les Échos, 4 juillet 2001
  11. Alexandre Mérieux prend la tête de BioMérieux, l'Expansion, 15 avril 2014
  12. Communiqué de Presse 26/10/2010, Site officiel.
  13. BioMérieux s'offre une pépite américaine du diagnostic, Denis Cosnard, Le Monde, 03 septembre 2013
  14. BioMérieux s'offre l'alsacien Advencis, Les Echos, 24 octobre 2014
  15. bioMérieux acquires Applied Maths and enhances its bioinformatics capabilities with cutting-edge expertise and solutions for the smart use of complex biological data
  16. (en) « Alexandre Mérieux devient Président Directeur Général de bioMérieux », bioMérieux France,‎ (lire en ligne)
  17. « bioMérieux renforce son offre en immunoessais à forte valeur médicale avec l'acquisition d'Astute Medical », Capital.fr,‎ (lire en ligne)
  18. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le 4 septembre 2018)
  19. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 6 juin 2018)
  20. a et b « Maladie de Lyme: 59 patients portent plainte et dénoncent des collusions avec les labos », sur lefigaro.fr, .
  21. Olivier Hertel, « Maladie de Lyme : le document qui montre le lien entre les experts et le laboratoire BioMérieux », sur sciencesetavenir.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]