Gérard Mulliez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gérard Mulliez
Defaut.svg
Biographie
Naissance
(89 ans)
Roubaix (France)
Nom de naissance
Gérard Paul Louis Mulliez
Nationalité
Française
Domicile
Formation
Activités
Famille
Autres informations
Distinction

Gérard Mulliez, né le à Roubaix, est un homme d'affaires français, fondateur du groupe de distribution Auchan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Gérard Paul Louis Mulliez est le fils de Gérard Mulliez (1906-1989), dirigeant de l'entreprise familiale textile Phildar, et de Françoise Robertine Marie Cavrois (1911-2008).

Sa famille remonte jusqu'à Nicolas Collart Mullier, né vers 1470, censier (métayer) du « Cambry » (à Hem) et de « l'Hostel »[1].

Il a 5 frères et sœurs : Jean, Philippe, Francette, Mariette et Patrick.

Marié à Bernadette Mathias, il a trois enfants : Arnaud, Pascaline et Amaury. Il a également 6 petits-enfants.

Vianney Mulliez (né en 1963) est le fils de son cousin germain, tandis que Thierry Mulliez est son neveu.

Formation[modifier | modifier le code]

Il commence ses études à l'école Notre-Dame-des-Dunes à Dunkerque, les poursuit au lycée Notre-Dame-des-Victoires, actuellement lycée Saint-Rémi de Roubaix, puis étudie au Mayfield College en Angleterre, et termine sa formation à l'Institut Technique Roubaisien.

En 1954, il entre dans l'entreprise familiale en tant que contremaître et dès 1956, il devient chef de fabrication, et directeur des ventes deux ans plus tard[2].

Création d'Auchan[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1950, il part aux États-Unis pour assister aux séminaires de Bernardo Trujillo sur les nouvelles formules commerciales qui naissent en Amérique du Nord. S’inspirant du modèle Carrefour dont le fondateur, Marcel Fournier, a appliqué les préceptes de Bernardo Trujillo, Gérard Mulliez ouvre en 1961 à Roubaix son premier magasin dans une ancienne usine du groupe Phildar située dans le quartier des « Hauts Champs ». Le nom est à l'origine de l'enseigne, avec une orthographe due au souhait d'apparaître les premiers dans l'annuaire.

Mais les débuts sont difficiles et les résultats piteux. Gérard Mulliez décide alors de prendre conseil auprès d’Édouard Leclerc le fondateur des magasins E.Leclerc, et il découvre que vendre moins cher fait vendre davantage. Il applique notamment ce principe au whisky Black and White, dont il casse les prix. Auchan devient alors l'un des magasins favoris des consommateurs roubaisiens[3].

Développement d'un groupe familial[modifier | modifier le code]

Après le premier succès, un deuxième magasin ouvre à Roncq. Gérard Mulliez a besoin de capitaux mais éprouve peu de sympathie pour les banques ou les marchés financiers. Il fait donc appel à sa propre famille et crée « l'Association familiale Mulliez » (AFM), appelée improprement « groupe Mulliez », dont il prend les rênes. Cette association prendra des parts dans Auchan, puis dans toutes les sociétés créées par les membres de la famille, qui explorent toutes les niches de la distribution. Cet autofinancement permet à l'entreprise Auchan une attaque du territoire national à partir de 1971, puis de l'international en 1981 avec l'ouverture d'un magasin « Alcampo » en Espagne.

L'homme se définit comme un dirigeant catholique, et croit à la motivation des salariés par l'octroi d'actions au personnel, système qu'il met en place dès 1976[4]. L'arrivée de la gauche en 1981, et la mise en place de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), pousse une partie de sa famille à quitter le Nord pour la Belgique toute proche[5].

En 1983, il créait la filiale bancaire Accord (devenue Oney le ) et dans les années 1990, de nouveaux magasins sont ouverts en Italie, en Hongrie et même en Thaïlande.

Gérard Mulliez a assuré la présidence du conseil d'administration du groupe Auchan jusqu'en 1996, avant de prendre celle du conseil de surveillance. En 2001, il fait voter le passage de 70 à 75 ans l'âge limite des membres du conseil de surveillance afin de préparer son remplacement.

Le , alors qu'il approche de la limite d'âge de 75 ans, l'AFM, principal actionnaire du groupe Auchan, annonce que Gérard Mulliez quitte la tête du conseil de surveillance à compter du , et laisse la succession du groupe au fils de son cousin germain, Vianney Mulliez, le préférant à Arnaud Mulliez, le fils de Gérard Mulliez. Il conserve toutefois une assise dans le groupe en prenant la fonction de président du comité stratégique.

Le Groupe Auchan est aujourd'hui présent dans 12 pays et emploie 180 000 collaborateurs. Les marques Décathlon, Saint-Maclou (enseigne), Norauto, Leroy Merlin, Kiabi et Alinéa[6] appartiennent au groupe qui compte 723 hypermarchés dont 121 en France et 2 027 supermarchés et supérettes dans le monde.

Il avait laissé précédemment à un de ses neveux, Thierry Mulliez, la présidence de l'AFM.

Fortune[modifier | modifier le code]

Avec sa famille, qui regroupe 550 membres en 2011[7] et 700 membres en 2020, il partage l'une des plus grandes fortunes professionnelles de France avec une fortune estimée, en 2020, à 26 milliards d'euros (en baisse par rapport à un pic à 38 milliards en 2018)[8].

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

« Pour faire fonctionner des gens en équipe, il faut une ligne directrice qui rassemble tout le monde. Il faut donner du sens au travail de chacun. »

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

« Gérard Mulliez est un féru de numérologie et d'astrologie. Superstitieux, il aurait même fait paître des moutons sur les terrains qu'il souhaitait acheter pour savoir si les "ondes" étaient bonnes. »[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Leclere, « Généalogie de Nicolas Collart Mullier », sur gw.geneanet.org (consulté le 23 mai 2020)
  2. Notice biographique, Who's Who in France, 2011
  3. « Gérard Mulliez témoigne de la saga Auchan devant des patrons », sur lavoixdelain.fr, (consulté le 23 mai 2020)
  4. Antoine Boudet, « Gérard Mulliez : « Il faut arrêter de se faire peur » », sur lesechos.fr, (consulté le 23 mai 2020)
  5. « Les barons de la bourse - Notice de Gérard Mulliez », sur zonebourse.com (consulté le 23 mai 2020)
  6. « Les concurrents d’Ikea : quatre façons de se démarquer d’un leader », sur capital.fr, (consulté le 23 mai 2020)
  7. Louise Roumieu, Auchan, machine à redistribuer les richesses, Entreprendre, mars 2011, n°248, page 56, [lire en ligne].
  8. a et b « Gérard Mullie et sa famille », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 5 août 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]