Emmanuel Besnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Besnier.

Emmanuel Besnier, né le au Mans, est un industriel laitier français. Il est le principal actionnaire et le président du conseil de surveillance du groupe laitier et fromager Lactalis, fondé par son grand-père André Besnier et dont il a hérité. Sa fortune est estimée à 12 milliards d'euros, en 2018, faisant de lui la 5e personne la plus riche de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emmanuel Besnier naît le au Mans[1]. il est le fils de Michel Besnier (1928-2000)[2] et de Christiane Besnier[3], ainsi que le petit-fils d'André Besnier (1894-1955). Son frère Jean-Michel Besnier, exploitant forestier, et sa sœur Marie Besnier Beauvalot, tous deux actionnaires et bien que sans responsabilité opérationnelle dans le groupe, sont consultés sur la stratégie de l'entreprise familiale[4]. Ils sont également milliardaires, le magazine Forbes les classant à la 14e place ex-æquo du classement des fortunes françaises avec 5 milliards d'euros chacun[5].

Après une scolarité à l'Immaculée-Conception[3], au collège Sainte Thérèse et au Lycée d'Avesnières[6], trois institutions privées catholiques de Laval, il étudie à l'Institut supérieur de gestion (promotion 1993)[7], dans le 16e arrondissement de Paris. Au cours de ces études il fait ses stages au sein du groupe de son père, et une fois diplômé, il est embauché comme directeur du développement de Lactalis[3], en 1995[6].

En avril 2011, il lance une offensive sur le géant laitier italien, Parmalat[8].

Les résultats d'exploitation du groupe ne sont pas publiés[9]. En 2018, sa fortune est évaluée à 12 milliards d'euros, faisant de lui la 5e fortune française selon le magazine Forbes[5].

Emmanuel Besnier contrôle 51 % de BSA, la structure centrale du groupe Lactalis[10].

Critiques[modifier | modifier le code]

Un épisode d'Envoyé Spécial, diffusé le 13 octobre 2016 sur France 2, dénonce les pratiques du groupe Lactalis et de son PDG à travers des témoignages de producteurs laitiers. De nombreux producteurs reprochent au groupe, souvent qualifié par ces derniers comme « le plus mauvais payeur »[11] parmi les industriels laitiers, de profiter de sa position de force pour décréter un prix d'achat du lait qui oblige les producteurs à travailler à perte. Le reportage oppose le résultat brut d'exploitation du groupe de près d'un milliard d'euros[12] en 2010, au millier d'euros de perte par an pour chaque producteur.

Il est convoqué à Bercy le 12 janvier 2018 pour répondre de l'affaire des laits infantiles Lactalis contaminés, après avoir refusé de s'y rendre en décembre[13].

Le 30 août 2018, Le Canard enchaîné révèle que trois ordinateurs et une tablette contenant des informations relatives à l'affaire Lactalis ont été dérobés dans les locaux de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) le 10 mai 2018. Les familles des victimes décident de porter plainte pour dissimulation de preuves[14].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Emmanuel Besnier se marie dans la basilique d'Avesnières avec Sandrine, fille d'un industriel de Laval[15], avec laquelle il a trois enfants.

Il possède le château du Vallon à Entrammes, une maison à l'île de Ré[16] et un chalet à Courchevel[17].

Homme d'affaires très discret, il ne donne jamais d'interviews, fréquente très peu les réunions publiques, à tel point qu'il existe peu de photos publiques de lui. Il se dit que, même à Laval, peu de personnes connaissent ses traits[18],[16].

Litige avec France Télévisions[modifier | modifier le code]

Le , le groupe Lactalis a obtenu du tribunal de grande instance de Laval l'interdiction de rediffusion du reportage d'Envoyé Spécial au motif que celui-ci contient des images du domicile d'Emmanuel Besnier, situé au château du Vallon à Entrammes[19],[20],[21],[22]. France Télévisions a fait appel de cette décision[21]. Par un arrêt du , la cour d'appel d'Angers infirme partiellement ce jugement : celle-ci autorise France Télévisions à rediffuser ce programme[23], mais reconnaît que "la diffusion" de l'émission et son "maintien en ligne" "était susceptible de porter atteinte à la vie privée de M. Besnier"[24]. Par jugement du , le tribunal de grande instance de Laval déboute sur le fond Emmanuel Besnier de sa demande de dommages-intérêts, le juge estimant que « le nom et la localisation » de la propriété du chef d'entreprise étaient déjà connus du public et que « France Télévisions n'a fait que reprendre ce qui est de notoriété publique et mettre des images sur des éléments connus du patrimoine de M. Besnier [...] et que chacun peut visionner sur Google Maps »[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tribunal de grande instance de Laval, « Jugement du 25 septembre 2017, Affaire Emmanuel Besnier c/ S.A. France Télévisions », sur leglob-journal.fr
  2. Biographie sur le site officiel de Lactalis.
  3. a b et c Le Point, magazine, « Besnier, le milliardaire invisible », Le Point,‎ (lire en ligne)
  4. « Besnier l'autarcique » de Thiébault Dromard, Challenges, n° 264, juillet-août 2011, p. 76.
  5. a et b « Classement Forbes 2018 Des Milliardaires Français | Forbes France », Forbes France,‎ (lire en ligne)
  6. a et b « Les petits secrets d'Emmanuel Besnier, patron de Président, Bridel, Lactel… », Capital.fr,‎ (lire en ligne)
  7. Le réseau des diplômés de l'ISG, « Le réseau des diplômés de l'ISG - Fiche profil », sur www.isg-alumni.com (consulté le 9 mars 2018)
  8. « Les petits secrets d'Emmanuel Besnier, patron de Président, Bridel, Lactel… », Capital.
  9. Aussi secret que son P.D.G., ce groupe familial ne publie jamais ses bénéfices : « Malgré sa notoriété commerciale, Lactalis, toujours propriété de la famille Besnier, reste un groupe extrêmement discret qui ne publie pas le montant de ses bénéfices et dont les dirigeants fuient les médias. » Voir sur lalibre.be.
  10. Denis Cosnard, « Emmanuel Besnier, le PDG invisible de Lactalis aux méthodes commando », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  11. « Lait : Lactalis se défend avant les manifestations des producteurs | Societe.com », Societe.com,‎ (lire en ligne)
  12. Ivan Letessier, « Lactalis dévoile d'impressionnants bénéfices », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  13. « Cinq choses à savoir sur Emmanuel Besnier, le très discret (et très puissant) patron de Lactalis », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  14. L'Usine Nouvelle, « [Affaire Lactalis] Les victimes portent plainte pour "dissimulation de preuve" - L'Usine Agro », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne)
  15. Le Point, magazine, « Besnier, le milliardaire invisible », Le Point,‎ (lire en ligne)
  16. a et b « Besnier, le milliardaire invisible » sur lepoint.fr.
  17. Le Journal du dimanche n° 3705 du 14 janvier 2018, page 2.
  18. « Emmanuel Besnier, roi du Camembert, est un homme secret » sur ouest-france.fr.
  19. Lactalis s’en prend à un reportage d’Envoyé spécial sur ouest-france.fr.
  20. « Lactalis remporte une (petite) victoire judiciaire contre envoyé spécial », sur Arrêts sur images, (consulté le 15 décembre 2016)
  21. a et b « France 2 conteste sa condamnation », La France agricole,‎ (lire en ligne)
  22. Lactalis remporte une (petite) victoire judiciaire contre Envoyé Spécial sur Arrêt sur images, le 28 octobre 2016
  23. Petite victoire de France 2 face à Lactalis : la chaîne pourra rediffuser “Envoyé spécial” sur telerama.fr, le 24 janvier 2017.
  24. https://www.challenges.fr/economie/agriculture/apres-un-reportage-de-france-2-lactalis-rompt-le-contrat-de-producteurs-de-lait_450763
  25. La justice déboute le PDG de Lactalis de sa plainte contre France Télévisions pour atteinte à la vie privée, challenges.fr, consulté le 26 septembre 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]