Chronodrive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chronodrive
logo de Chronodrive

Logo actuel

Création février 2004
Fondateurs Ludovic Duprez et Martin Toulemonde
Forme juridique Société anonyme à directoire et conseil de surveillance
Slogan Les courses faites pour vous
Siège social Drapeau de France Croix, Nord-Pas-de-Calais (France)
Direction Ludovic Duprez
Actionnaires Groupe Auchan
Activité Grande distribution, e-commerce
Produits Fruits, Légumes, Épicerie, Boissons, Surgelés, Hygiène, Produits d'entretien et Petit Electro-ménager
Effectif 2700
Site web chronodrive.com
Chiffre d’affaires 5.821 M € HT (2004)[1]

Chronodrive est une entreprise de distribution alimentaire lancée en février 2004 par Ludovic Duprez et Martin Toulemonde.

Présentation[modifier | modifier le code]

Chronodrive est le premier concept de courses en ligne, chargées ensuite en magasin par un livreur directement dans le coffre de la voiture du client[2]. Ce système permet d'éviter le surcoût de facturation lié à la livraison qui survient lors d'une commande à distance[3]. Chronodrive propose de passer sa commande parmi plus de 8500 références[4]. Les clients ont aussi la possibilité d'acheter directement depuis la borne en magasin.

L'enseigne revendique plus de 140 000 clients et 4 millions de connexions sur leur site web en 2009[réf. nécessaire]. L'enseigne poursuit sa croissance et n'a pas pour projet de se rapprocher d'Auchan Drive[5].

En avril 2014, Chronodrive fête ses 10 ans. Pour l'occasion, des trophées conçus en impression 3D[6] sont offerts aux 200 managers des magasins de ses 75 points de retrait[7].

Implantation[modifier | modifier le code]

Implantée à l’origine dans la région Nord-Pas-de-Calais, Chronodrive compte actuellement 61 magasins[8] répartis dans toute la France, dont à Compiègne[9], Rennes[10], Caen[11], Toulouse, Clermont-Ferrand, La Rochelle, Bordeaux, Troyes[12], Lyon ou encore Orange et a embauché près de 1000 salariés en 2010[réf. nécessaire].

[modifier | modifier le code]

Conditions de travail[modifier | modifier le code]

Comme dans beaucoup d'enseignes de drive et vente à distance, des témoignages sur les conditions de travail difficiles[13],[14] et la pression du management sont relevés par la presse : obligation de courir, surveillance vidéo permanente et réprimandes publiques, objectifs revus en permanence à la hausse, postes et horaires de travail "sanctions". Le turnover des préparateurs de commandes monte à 80 % sur un an[15] et les arrêts de travail, nombreux, seraient un record selon l'élu CHSCT de la société[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CHRONODRIVE », SOCIETE.COM,‎ (consulté le 30 octobre 2010)
  2. Jean-Marc Petit, « La saga Chronodrive, ou comment la face de la consommation en a été changée », sur Lavoixeco.com,‎
  3. Sophie Fievee-Balat, La région lilloise, zone test pour le nouveau cyber-projet d'Auchan, http://www.Le journal du net.com, 09/03/2004 [lire en ligne]
  4. Le premier Chronodrive alsacien a ouvert à Mulhouse, posté le 20/08/2011 .
  5. La saga Chronodrive, ou comment la face de la consommation en a été changée, Voix du Nord, le 22/01/2010.
  6. (fr) David Desrousseaux, « Chronodrive célèbre son 10ème anniversaire », sur Shapelize,‎
  7. « Liste des points de retraits », sur Chronodrive.
  8. « Liste des magasins Chronodrive », sur Chronodrive.com (consulté le 2 novembre 2011)
  9. « Site du magasin de Compiègne », sur Chronodrive,‎
  10. Jean-Noël Caussil, « Chronodrive s’implante à Rennes », sur lsa-conso,‎
  11. « Un magasin Chronodrive ouvre à Ifs, début juin », sur Ouest-France,‎
  12. Bruno Dumortier, « Chronodrive veut supprimer la corvée des courses », sur L'Est-Éclair,‎
  13. « "Je n'avais plus de droit de parler à mes collègues, ensuite ils m’ont supprimé ma pause pipi". Entretien avec deux ex-préparateurs de Chronodrive », sur bastamag.net,‎
  14. (fr) « Les risques du métier encore mal identifiés », sur lsa-conso.fr (consulté le 17 février 2016)
  15. a et b « Grande distribution : dans l'enfer des Drives », sur cfdt.fr,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marc Petit, « Chronodrive : Dix ans qui ont changé la face de la consommation », La Saga des marques, t. 3,‎ , p. 26-29.