Fimalac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image illustrative de l'article Fimalac

Création 1991
Fondateurs Marc Ladreit de Lacharrière
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Action Euronext : FIM
Siège social Drapeau de la France Paris Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Actionnaires Groupe Marc de Lacharrière 89,78%
Autocontrôle 4,32%
Fondation Culture & Diversité 0,57%
Activité Services financiers, secteur digital, secteur du divertissement, secteur de l'hôtellerie et des loisirs, activités immobilières
Filiales Fitch Ratings (50%), Webedia, 3S Entertainment, North Colonnade Ltd, Fimalac Développement
Site web fimalac.com

Chiffre d’affaires en augmentation 265 millions € (2015)
Résultat net en augmentation 1,583 milliard € (2015)

Fimalac est une société holding française fondée et dirigée par le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière. Elle développe cinq pôles d’activités : les services financiers avec Fitch Group, le secteur digital avec Webedia, le secteur du divertissement avec 3S Entertainment, les activités immobilières avec North Colonnade Ltd. et l’hôtellerie et les loisirs avec Fimalac Développement. Fitch Group comprend Fitch Ratings, troisième agence de notation financière dans le monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fimalac est créé par Marc Ladreit de Lacharrière en 1991[1]. Il dirige et détient 100 % des actions du Groupe Marc de Lacharrière, qui détient environ 90 % de Fimalac[2]. Son siège social se situe à Paris[3]. La société opère aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en France et autres membres de l'Union européenne, en Asie, et en Amérique du Sud.

En 2005, Fimalac acquiert Algorithmics (en), entreprise spécialisée dans l'analyse et la gestion du risque, qu'elle cèdera en octobre 2011 à IBM pour un montant de 387 millions de dollars[4].

En 2011, Fimalac rachète 40 % du Groupe Barrière, notamment avec le rachat des parts d'Accor (34 %) du capital de Barrière pour 186 millions d'euros[5].

Au cours de l'année 2013, alors qu'il émet le souhait de racheter le site internet Dailymotion, Fimalac multiplie les acquisitions :

  • Le , il rachète la majorité du capital de Webedia, société créée en 2007 par Guillaume Multrier et 10e groupe média français sur internet (plus de 10 millions de visiteurs uniques, avec ses sites internet PurePeople, PureTrend, PureMédias ou PureCine)[6].
  • En , Fimalac rachète 98 % du capital du groupe Allociné pour un prix de 66,9 millions d'euros[7].
  • Le , Fimalac rachète 50 % du capital de Kyro, filiale de France Billet, lui permettant, par une augmentation de capital, de se porter acquéreur de la société Datasport, société spécialisée dans la gestion de billetterie sportive[8].
  • Newsring et Youmag sont achetés par Fimalac en novembre[9].
  • En décembre, le site culinaire 750g[10] et la plateforme culturelle Exponaute[11] deviennent la propriété du groupe, via sa nouvelle filiale Webedia.

Le , Webedia rachète le site Jeuxvideo.com à Hi-Media (88 %) et à son cofondateur Sébastien Pissavy (12 %) pour la somme de 90 millions d'euros[12].

Activités[modifier | modifier le code]

Fimalac se positionne aujourd’hui autour de cinq pôles d’activités

Services financiers[modifier | modifier le code]

Fimalac détient 20 % de Fitch Group après avoir vendu 30 % à Hearst Corporation pour près de 2 milliards de dollars. L'accord a été annoncé en décembre 2014 et achevé en mars 2015[13]. Hearst Corporation détient actuellement 80 % de Fitch Group qui est un acteur majeur du secteur des services financiers, notamment de la notation financière (Fitch Ratings). Fitch est également présente dans la recherche obligataire, l'analyse, les données, les modèles d'évaluation et les services de valorisation sous la marque Fitch Solutions. Elle est également présente dans le domaine de la formation avec Fitch Learning et de l'information financière avec BMI. Avec une présence dans plus de 50 pays, Fitch Group a réalisé un chiffre d'affaires de 1,169 milliard $ en 2015. Ses principaux concurrents sont Moody's et Standard & Poor's (S&P).

Secteur numérique[modifier | modifier le code]

Fimalac développe son activité sur le secteur numérique depuis juillet 2013 avec le rachat de Webedia (Fimalac possède 88,8 % du capital au 30 juin 2016 à l'issue d'une augmentation de capital) et ambitionne de devenir un acteur de premier plan sur ses thématiques spécialisées sur le net. Webedia est présent notamment en Allemagne, en Espagne, au Brésil, en Turquie et au Moyen-Orient et plus récemment aux États-Unis. En 2016, Webedia touche 28 millions de visiteurs uniques en France chaque jour et 90 millions à l'international[14].

Webedia développe aujourd'hui cinq thématiques spécifiques dans le numérique :

  • le cinéma (notamment Allociné en France, MoviePilot en Allemagne, Westworld Media aux États-Unis),
  • les jeux vidéo (notamment Jeuxvideo.com et Millenium),
  • la mode / beauté,
  • la cuisine et la gastronomie,
  • le tourisme.

Le secteur numérique a enregistré un chiffre d'affaires en 2015 de 134,6 millions €.

Secteur divertissement[modifier | modifier le code]

Fimalac se positionne aussi sur le secteur du divertissement avec notamment son association dès 2010 avec Gilbert Coullier pour une prise de participation de 60 % dans la société Gilbert Coullier Productions. Le groupe a progressivement investit dans ce secteur en prenant des participations dans d'autres sociétés de production et et en créant la société Pôle Nord.

Fimalac a aussi pris le contrôle majoritaire de Vega (leader français de l’exploitation de salles dédiées aux spectacles, aux sports et aux manifestations économiques et évènementielles).

En 2016, Fimalac possède, via sa filiale 3S Entertainment qui a réalisé 247 millions de chiffre d'affaires en 2015, 12 sociétés de production (dont Gilbert Coullier Productions, Thierry Suc, Auguri...), 101 salles de spectacle en France (dont la salle Pleyel, les 35 casinos Barrière, les 5 théâtres parisiens que sont Comédia, Comedy Club, Marigny, Madeleine, Porte-Saint-Martin). La société emploie 2 000 salariés, accompagne 200 artistes, organise 8 000 événements par an... La société possède également une soixantaine de sites dont 4 parcs d'exposition, au Havre notamment, 11 salles de spectacle dont les Zénith de Strasbourg et Dijon ou le Silo à Marseille, ainsi que 33 espaces aquatiques et 12 stades polyvalents dont Grenoble, Metz et Bordeaux[14].

Hôtellerie et loisirs[modifier | modifier le code]

Au travers de sa filiale Fimalac Développement, Fimalac détient des participations dans le secteur de l'hôtellerie et des loisirs avec 40 % du Groupe Barrière, leader en France et en Suisse sur le marché des casinos et référence de l'hôtellerie, et 10 % de la Société fermière du casino municipal de Cannes qui exploite deux casinos et deux hôtels prestigieux à Cannes. Le chiffre d'affaires 2014/2015 du Groupe Barrière était de 1,073 milliard €.

Activités immobilières[modifier | modifier le code]

Le groupe Fimalac détient des actifs immobiliers à Londres, New York et Paris.

Au travers de sa filiale North Colonnade Limited, le groupe détient depuis 2007 un immeuble de bureaux d'une surface d'environ 33 000 m² à Londres dans le quartier financier de Canary Wharf. L'immeuble est intégralement loué pour partie à Fitch et pour le reste au Cabinet KPMG.

À New York, le groupe a acquis en juin 2016 un immeuble de bureaux d'environ 10 000 m², à Manhattan[15]. Les étages inférieurs de cet immeuble sont loués par le groupe de luxe Valentino.

A Paris, Fimalac a finalisé l'acquisition en juin 2016 d'un immeuble de bureaux d'environ 12 000 m² à Levallois-Perret. Cet immeuble était loué auparavant par sa filiale Webedia[15].

Avec ces actifs, l'objectif de Fimalac est de générer des revenus récurrents sur le long terme.

Organisation[modifier | modifier le code]

Direction de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Conseil d'administration (au 15 juin 2016) :

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

  • Chiffre d'affaires 2015 : 261,5 millions €[16]
  • Résultat net : 1,583 milliard €[17]

La répartition géographique du chiffre d'affaires est : France (71,3 %), Royaume-Uni (9,4 %), Europe (10,9%), États-Unis (2,8 %), Amérique latine (2,5 %) et autres (3,1 %).

Données boursières[modifier | modifier le code]

L'action Fimalac est cotée sur le marché d'Euronext Paris, compartiment A (code ISIN FR0000037947 - code Reuters FIM).

Le titre fait partie de l'indice CAC All Shares.

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Actionnariat au 20 juin 2016[18] :

  • Groupe Marc de Lacharrière 89,78 %
  • Autocontrôle 4,32 %
  • Fondation Culture & Diversité 0,57 %

Engagements[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 2006, Marc Ladreit de Lacharrière crée la Fondation Culture et diversité, qui s’inscrit dans la continuité du double engagement de Fimalac en faveur de la culture et de la solidarité. La Fondation Culture et diversité a pour mission de favoriser l’accès des jeunes issus de l’éducation prioritaire aux pratiques artistiques ainsi qu’aux grandes écoles culturelles et artistiques. En cinq ans, la Fondation a touché près de 11 600 élèves dans 150 établissements scolaires.

L’engagement de Fimalac pour la diversité se traduit aussi par la cofondation en 2006 par Marc Ladreit de Lacharrière de la société de production Elémiah, dont le but est de favoriser la représentation des populations issues de l’immigration à la télévision et au cinéma. Elémiah a notamment produit 9/3, mémoires d’un territoire, Aicha et Aïcha, job à tout prix, tous trois réalisés par Yamina Benguigui.

Fimalac s’engage depuis sa création dans le débat économique et social à travers la publication de la Revue des deux Mondes, la plus ancienne revue d’Europe, fondée en 1829, le prix du livre d'économie et le prix de l’Audace Créatrice.

Afin d'inscrire son engagement dans la cité, Fimalac a développé un partenariat avec le musée du Louvre depuis 1995, au service du rayonnement culturel de notre pays. Une collaboration de longue durée avec le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée a permis la réalisation de nombreuses restaurations d'envergure et de soutiens d'expositions, telles la restauration de la Victoire de Samothrace, du Gladiateur Borghèse, de la Venus Genitrix et de la Salle du Manège. En 2011, Marc Ladreit de Lacharrière est la seule personnalité à avoir reçu un hommage exceptionnel du musée du Louvre, par l’apposition d’une plaque de remerciements pour son rôle éminent en faveur du musée.

En 2006, Fimalac, partenaire du Théâtre du Rond-Point, a soutenu la rénovation de la salle Roland Topor. Cette salle baptisée du nom de ce dessinateur et auteur de théâtre amateur d'humour décapant et anticonformiste, est modulable et d'une capacité de 86 places. Elle enrichit le théâtre du Rond-Point d'un espace consacré à l'énergie, à la diversité et à l'audace des écritures contemporaines.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « «Finance et culture sont complémentaires» », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  2. « Organigramme », sur www.fimalac.com (consulté le 21 octobre 2016)
  3. « F MARC DE LACHARRIERE FIMALAC (PARIS 7) », sur societe.com (consulté le 21 octobre 2016)
  4. « Fimalac va céder Algorithmics à IBM pour 387 millions de dollars », LExpansion.com,‎ (lire en ligne)
  5. Mathilde Visseyrias, « Fimalac remplace Accor chez Barrière », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  6. Amaury de Rochegonde, « Fimalac arrive dans le Web », sur Stratégies,
  7. « Après Webedia, Fimalac met la main sur Allociné », Clubic.com,‎ (lire en ligne)
  8. « Fimalac investit dans les systèmes de billetterie avec la Fnac », sur lesechos.fr,
  9. CB News, « Fimalac rachète Newsring et Youmag », sur www.cbnews.fr,
  10. CB News, « Webedia rachète l'éditeur de 750g.com », sur www.cbnews.fr,
  11. CB News, « Fimalac rachète Exponaute », sur www.cbnews.fr,
  12. « Webedia rachète JeuxVideo.com 90 millions d'euros en cash », JDN,‎ (lire en ligne)
  13. « Fimalac finalise la vente de 30% de Fitch à Hearst pour $1,99 md », Investir,‎ (lire en ligne)
  14. a et b « Fimalac est devenu un acteur majeur du spectacle », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  15. a et b Prisma Media, « FIMALAC poursuit son développement dans l'immobilier de bureaux », sur Capital.fr (consulté le 21 octobre 2016)
  16. « FIMALAC : Chiffre d'affaires de l'exercice 2015 | Zone bourse », sur zonebourse.com (consulté le 22 octobre 2016)
  17. « FIMALAC : Résultats 2015 - Projet d'Offre Publique Simplifiée | Zone bourse », sur zonebourse.com (consulté le 22 octobre 2016)
  18. « FIMALAC | Euronext », sur www.euronext.com (consulté le 21 octobre 2016)