Jules (enseigne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jules.

Jules
logo de Jules (enseigne)

Création 15 janvier 1976
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan « Il paraît… »
Siège social Roubaix
Drapeau de France France
Direction Happychic
Actionnaires Association familiale Mulliez
Activité Commerce de détail d'habillement en magasin spécialisé
Produits Prêt-à-porter masculin
Société mère Happychic
Sociétés sœurs Bizzbee, Brice
Effectif 2017 en 2015
SIREN 305 154 262
Site web [1]

Chiffre d'affaires 332 038 400 € (2017)
Résultat net 8 416 900 € (2017)[1]

Jules est une chaîne française de magasins de prêt-à-porter masculin.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'enseigne est créée en 1994 par l'entreprise Camaïeu sous le nom de Camaïeu Homme[2]. Endettée, l'entreprise mère a dû se séparer de ses actifs. Après s'être séparée de ses magasins de textile pour enfants, elle pense également à se séparer de son secteur pour les hommes[3].

L'Association familiale Mulliez (AFM) rachète en 1996 Camaïeu Homme avec une obligation de changer de nom[3],[4]. Après un remue-méninges, le nom de « Jules » est choisi. Pour les concepteurs du nom, celui-ci était mémorisable, concret avec le fait que les femmes achètent les vêtements de leur compagnon et dans l'air du temps car à l'époque « jules » était synonyme de « petit ami »[3]. En mars 2000, elle change de nom pour se différencier de la marque Camaïeu destinée à l'habillement féminin[5] et change de concept commercial ; AFM leur laisse carte blanche[3]. Le premier magasin Jules ouvre dans le centre commercial V2 de Villeneuve-d'Ascq (Nord)[6]. Un quart des magasins sont gérés sous franchise.

En 2005, la marque a lancé l'enseigne BizzBee, destinée à l'habillement des adolescents et adolescentes[7].

Depuis 2009, Jules est intégré dans Happychic[8] qui la réunit avec les enseignes Bizzbee et Brice.

D'ici 2021, après les difficultés financières que connait le groupe HAPPYCHIC, Jules et Brice fusionneront pour former une seule et même entité commerciale.

Concept[modifier | modifier le code]

Photo de la devanture d'un magasin.
Devanture du magasin Jules d'Italie Deux (Paris).

En 2014, Jules dispose de 410 magasins dont 350 en France[9] et 60 à l'étranger. Il y a 80 % de magasin reliés directement à la tête de réseau et le reste en franchise. Les magasins sont situés en centre-ville et dans les centres commerciaux périphériques, sur une surface moyenne entre 150 et 250 m2.

Le cœur de cible sont les jeunes hommes actifs urbains âgés de 25 à 30 ans[10]. La ligne vestimentaire qui y est proposée s'inspire de tendances « sportswear » et « casual ». Jules vend deux articles par seconde[9]. Jules a entrepris de « monter en marque » selon les termes du patron de l'enseigne[11].

Données économiques et financières[modifier | modifier le code]

Jules fait partie du groupe Happychic depuis 2009.

L'entreprise réalise un chiffre d'affaires de 338 millions d'euros en 2012[6], 321 millions d'euros en 2013, 470 millions d'euros en 2014[9], et de 357 millions d'euros en 2016[12]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. societe.com consulté le 5 novembre 2019
  2. Valérie Sauvage, « Camaïeu : Ces quatre hommes qui rêvaient d'habiller les femmes », La Saga des marques, t. 3,‎ , p. 24.
  3. a b c et d Sauvage 2015a, p. 56.
  4. « Jules : de fil en aiguille, une histoire d'homme », sur lavoixeco.com, (consulté le 6 mai 2015).
  5. « Camaïeu Hommes devient Jules », Strategies.fr, (consulté le 20 août 2012)
  6. a et b « Jules », sur Distrijob.fr (consulté le 29 juin 2007)
  7. Dominique Deslandes, « Jules crée BizzBee », AC Franchise (consulté le 26 novembre 2005)
  8. Morgan Leclerc, « Bizzbee, Brice et Jules regroupés dans Happychic », LSA, (consulté le 20 août 2012)
  9. a b et c Sauvage 2015a, p. 57.
  10. « Meta-Contents-Brand », sur www.jules.com (consulté le 29 décembre 2015)
  11. Cédric Ducrocq, Distribution : Inventer le commerce de demain, Pearson Education France, , 216 p. (lire en ligne), p. 31.
  12. « Jules- »

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Sauvage 2015a] Valérie Sauvage, « Jules : Une enseigne sur la bonne pente », La Saga des marques, t. 3,‎ , p. 56-59. Document utilisé pour la rédaction de l’article