Apremont (Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apremont.

Apremont
Apremont (Savoie)
Les coteaux d'Apremont en automne.
Blason de Apremont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Montmélian
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Savoie
Maire
Mandat
Marc Dupraz
2014-2020
Code postal 73190
Code commune 73017
Démographie
Gentilé Apremolains
Population
municipale
1 017 hab. (2015 en augmentation de 5,83 % par rapport à 2010)
Densité 57 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 54″ nord, 5° 57′ 29″ est
Altitude Min. 302 m
Max. 1 554 m
Superficie 17,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Apremont

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Apremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Apremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Apremont
Liens
Site web mairie-apremont.com

Apremont est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle donne son nom au vin homonyme.

La commune est membre du parc naturel régional de la Chartreuse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Apremont est située au pied du massif de la Chartreuse, dans les Préalpes.

Le village de Saint-Pierre et le mont Granier en Chartreuse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune d'Apremont est bordée par les municipalités d'Entremont-le-Vieux au col du Granier, de Montagnole, de Saint-Baldoph au nord en direction de Chambéry, des Marches au sud en direction de Grenoble, et de Myans à l'est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Capella de Aspero vers 1100[1], Boso de Aspromonte, vers 1178[1], Ecclesia Sancti Petri de Aspermonte en 1191[1] ou encore Asperus Mons en 1488[2].

Ce toponyme désigne un site rocailleux, la « montagne rocheuse et rude »[1],[2].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Opramon (graphie de Conflans) ou Âpromont (ORB)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom « Apremont » apparaît pour la première fois dans un document de 1178. Il vient de Aspremonte qui signifie montagne (monte) escarpée (asper).

Autrefois, la commune était à la frontière entre la Savoie et la province française du Dauphiné. La Savoie fut pendant de nombreux siècles un pays indépendant. Tout d'abord un comté puis un duché avant de recevoir la dédition de Nice (1388), puis de donner naissance au royaume de Sardaigne puis département français en 1860.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la Communauté de communes Cœur de Savoie. Elle appartient au Territoire du Cœur de Savoie, qui regroupe une quarantaine de communes de la Combe de Savoie et du Val Gelon[4].

Mairie d'Apremont sous le mont Granier.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Marc Dupraz ... ...

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2015, la commune comptait 1 017 habitants[Note 1], en augmentation de 5,83 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
362499633795908874913892875
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
803818808806774757732730663
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
605590607600540563558558696
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015 - -
7777818909349551 0101 017--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activités & Loisirs[modifier | modifier le code]

Un green du golf d'Apremont.

Le territoire offre un large choix de randonnées pédestres, équestres ou cyclistes. De nombreux sentiers balisés sensibilisent à la découverte du patrimoine au départ du col du Granier ou à travers les vignes.

Pour les amateurs et professionnels, un parcours de golf 9 trous se situe à l'entrée nord de la commune.

Le village d’Apremont organise une balade gourmande à travers les vignes. Celle-ci offre des vues panoramiques et des commentaires de la vigne par des vignerons et des œnologues, suivis enfin d'une dégustation de vins[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Au-delà de l'activité viticole, de nombreux artisans et commerçants participent au développement économique de la commune. Citons notamment une production fromagère de chèvre et plusieurs producteurs de miel qui complètent l'offre agricole ainsi qu'une économie liée au tourisme avec une offre d'hébergements touristiques (hôtel, gîtes et chambres d'hôtes) émergente.

Le commune fait partie de l'aire géographique de production et transformation du « Bois de Chartreuse », la première AOC de la filière Bois en France[10],[11].

Vignoble de Savoie[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 24 novembre 1248, un retentissant éboulement du mont Granier façonna à jamais le paysage de la Cluse de Chambéry. C'est ainsi qu'est né ce terroir d'exception, parsemés de bloc de rochers qui confèrent au vignoble une réelle spécificité.

Situées à une altitude moyenne de 350 mètres et baignées par le soleil levant, les vignes d'Apremont sont travaillées depuis des siècles par les hommes.

Le cru apremont s'étend sur trois communes (Apremont, Saint-André-les-Marches et Saint-Baldoph) ce qui représente au total 400 hectares. Il est le cru le plus important des vins de Savoie. Ce succès est dû à l’importance de sa production. Ce vin est diffusé dans toute la France. Le cru d’Apremont comporte 121 viticulteurs, une cave coopérative, 4 maisons de négoce et une vingtaine de caveaux ouvert aux publics. Les sols calcaires de la commune d'Apremont dû à l’éboulement du 24 novembre 1248 sont particulièrement propices à l'élaboration des vins blancs et leur production est trois fois plus importante que celle des vins rouges. C’est pour cela que le cru Apremont bénéficie de l’appellation Perlant. Il y a 16 villages qui ont leur nom à l’AOC vin de Savoie dont Apremont[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château d'Apremont (Savoie).

Le château d'Apremont est un ancien château fort, du XIIIe siècle, qui se dressait sur un mamelon rocheux, au-dessus du hameau d'Apremont-le-Gaz, au confluent de deux torrents, sur les pentes nord-est du mont Granier, face à celui de Montmélian. Il contrôlait le carrefour des routes allant du Dauphiné en Savoie, route de Chambéry (Lyon et Genève) à Grenoble par la vallée de l'Isère, d'Entremont-le-Vieux à Myans, et celle de Lyon à Chambéry par le col des Échelles. Le château fut, au Moyen Âge, le centre de la seigneurie d'Apremont, élevée au titre de baronnie en 1497, château ancestral des seigneurs de La Balme d'Apremont, il a fait place à une maison moderne. Il en subsiste quelques vestiges.

La maison Vigne et Vin Savoie : ce bâtiment s’est construit en 2007 au cœur du village. C’est pour permettre aux viticulteurs d’améliorer la qualité de l’AOC. C’est aussi un lieu de rencontres, la maison comporte plusieurs salles : pour les expositions, pour la vente du vin, pour la dégustation, des cours d’œnologie sont organisés[9].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Cascade du Pichut
Le Nant du Rousselet prend sa source au mont Joigny et a creusé son lit dans les calcaires et marnocalcaires du Crétacé inférieur constituant les falaises qui l'enserrent et créant une succession de cascades. La cascade du Pichut mesure 30 mètres de haut et 15 mètres de large.
Elle fait partie de la ZNIEFF (Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique) qui compte 180 hectares classés sur Apremont.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Apremont
Blason de Apremont Blason Fascé d'or et de sable.
Détails
Les armes de la commune ne sont pas officielles. Elles reprennent les armes considérées comme ayant appartenues à la famille de La Balme d'Apremont[13].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 30..
  2. a et b Henry Suter, « Apremont », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 12 janvier 2017).
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 20
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. Direction départementale des Territoires de la Savoie, « Territoire du Coeur de Savoie », sur le site de la Direction départementale des Territoires - observatoire.savoie.equipement-agriculture.gouv.fr (consulté en juin 2018), Observatoire des Territoires de la Savoie.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. a et b Balade gourmande Apremont agapes [en ligne].Mairie. Disponible sur http://www.mairie-apremont.com/document/PNR_CHARTREUSE_DEPLIANT_AGAPES_APREMONT.pdf
  10. Information Presse du 5 novembre 2018 : Le Bois de Chartreuse obtient la première AOC Bois en France. Une première dans la filière bois !, site officiel du Bois de Chartreuse.
  11. Cahier des charges de l’appellation d’origine « Bois de Chartreuse », homologué par l’arrêté du 23 octobre 2018 publié au JORF du 31 octobre 2018, Bulletin officiel du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, n° 2018-46 (.PDF).
  12. Messiez, Maurice. Vignes et vins de Savoie. Le Dauphiné. 51p. (ISBN 978-2-8110-0002-8)
  13. Comte Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, vol. 1, Grenoble, Allier Frères, 1863-1910 (lire en ligne), p. 99.