Planaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Planaise
Planaise
Planaise dans le val Coisin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Savoie
Maire
Mandat
Lionel Muraz
2020-2026
Code postal 73800
Code commune 73200
Démographie
Gentilé Planaisot, Planaisotte
Population
municipale
555 hab. (2020 en augmentation de 9,47 % par rapport à 2014)
Densité 135 hab./km2
Population
agglomération
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 15″ nord, 6° 05′ 29″ est
Altitude Min. 272 m
Max. 419 m
Superficie 4,12 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Chambéry
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montmélian
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Planaise
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Planaise
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Planaise
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Planaise
Liens
Site web planaise.fr

Planaise est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Planaise vu d'Arbin en hiver.

La commune de Planaise se situe dans la combe de Savoie entre le massif des Bauges et la chaîne de Belledonne, à environ 2 km de Montmélian et à 18 km de Chambéry, chef-lieu du département de la Savoie.

D'une superficie de 4,12 km2, il s'agit d'une commune de plaine dont l'altitude s'étend de 272 mètres au niveau de l'Isère à 419 m au sommet de la colline au lieu-dit Chantebile.

Bien que la rive gauche de l'Isère marque la limite nord de Planaise, aucun autre cours d'eau d'importance n'arrose la commune, le Coisin passant plus au sud à Saint-Pierre-de-Soucy.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Planaise est limitrophe de cinq communes de la combe de Savoie que sont Arbin, Cruet, Coise-Saint-Jean-Pied-Gauthier, Sainte-Hélène-du-Lac et La Chavanne, auxquelles s'ajoute Montmélian sur un quadripoint situé à l'ouest sur l'Isère (rivière).

Coise-Saint-Pied-Gauthier est limitrophe de près de la moitié du périmètre communal de Planaise, à l'est et au sud.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Planaise est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chambéry, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Territoire de Planaise en hiver.

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (60,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (32,4 %), zones agricoles hétérogènes (24 %), prairies (15,1 %), terres arables (13 %), zones urbanisées (9,5 %), eaux continentales[Note 3] (5,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau de Planaise.

Le lieu est attesté dès 1207 dans le patronyme Anselmus de Planeisi puis en 1236 dans le toponyme Playnia de Montemeliano. Au XIVe siècle, la paroisse est mentionnée sous le nom Curatus Planesie, puis en 1475 Parrochia Planesie [7], puis Planaisia (15ème siècle), Planitia (17ème siècle), Planeyse (1723), Planèse (1728), Planaise-en-Savoye (1731) et enfin Planeise (1793)[8].

Le nom de la commune est issu du latin planicia, planitia, « pays de plaine »[9], du fait de sa situation en plateau limitée par des vallées convergentes. Il est homonyme de la commune de Planèzes dans les Pyrénées-Orientales, ou encore de la Planèze de Saint-Flour, plateau volcanique des Monts du Cantal[9].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Planaïze, selon la graphie de Conflans[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Planaise dépendait de celle de l'Horme. Son histoire est centrée sur l'existence du château de l'Horme, construit au XIIe siècle siècle autour de la première tour moyenâgeuse qui aurait englobé l'église de l'époque, le cimetière et la maison de l'Horme.

En 1382, Humbert, seigneur d'Arvillard, tient en fief le château qui sera acheté par moitié en 1543 par Pierre Frangon, prévôt des maréchaux. Cette seigneurie sera érigée en baronnie, le , par le duc Philibert-Emmanuel, avant d'être léguée en 1572 par son propriétaire à l'hôpital des pauvres de Montmélian avec ses biens de La Chavanne qui en dépendent depuis 1567, tout en en laissant l'usufruit à sa femme.

Le comte de Montjoie Pierre-Anselme, rachète en 1701 le titre de la baronnie et construira le château de Planaise au lieu-dit La Chatelle.

En 1928, la propriété de l'Orme est vendue par l'hôpital de Montmélian à la famille de Charles Charpin.

Planaise fut le lieu de passage de troupes militaires de 1792 à 1816. En effet, la route qui traverse le village était, avant l'endiguement de l'Isère, la route royale qui conduisait à la résidence du roi de Piémont-Sardaigne à Turin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
inconnu 11 mai 1884 Louis Billard inconnu inconnu
1901 Comte Régis Fernex de Mongex inconnu inconnu
1936 1942 M. Durbet inconnu inconnu
1945 Léon Rinchet PS Agriculteur
20 mars 1977 16 mars 2008 Jean Rinchet PS Agriculteur
16 mars 2008 28 juin 2020 Jean-Paul Ratel SE Retraité[10]
28 juin 2020 En cours Lionel Muraz SE Artisan[10]
Les données manquantes sont à compléter.

La commune est membre de la Communauté de communes Cœur de Savoie. Elle appartient au Territoire du Cœur de Savoie, qui regroupe une quarantaine de communes de la Combe de Savoie et du Val Gelon[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2020, la commune comptait 555 habitants[Note 4], en augmentation de 9,47 % par rapport à 2014 (Savoie : +3 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
304348380410518554479458524
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
514545525491499458412395385
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
320301280276285252285248225
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2020 -
245326356405412500545555-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le commune fait partie de l'aire géographique de production et transformation du « Bois de Chartreuse », la première AOC de la filière Bois en France[16],[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Émergée en 1184 sur le fondement d'une bulle du pape Lucius III, la paroisse de Planaise érige d'abord une première église consacrée à Saint-Sauveur et Saint-Sixte. L'église actuelle, qui ne célèbre plus que Saint-Sixte, a été construite en 1831 avec les matériaux de l'ancienne. Après avoir été jointe à la paroisse de Saint-Pierre-de-Soucy en 1803, la paroisse de Planaise retrouva son autonomie en 1836. L'église fut agrandie en 1866.[réf. nécessaire]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Chambéry », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne)., édition 2021, p. 256 [lire en ligne (page consultée le août 2022)].
  8. Jules-Joseph Vernier, Dictionnaire topographique du département de la Savoie, Chambéry, Imprimerie savoisienne, (lire en ligne), p. 577.
  9. a b et c Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 22
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  10. a et b « Résultats municipales 2020 à Planaise », sur lemonde.fr (consulté le ).
  11. Direction départementale des Territoires de la Savoie, « Territoire du Coeur de Savoie », sur le site de la Direction départementale des Territoires - observatoire.savoie.equipement-agriculture.gouv.fr (consulté en ), Observatoire des Territoires de la Savoie.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  16. Information Presse du 5 novembre 2018 : Le Bois de Chartreuse obtient la première AOC Bois en France. Une première dans la filière bois !, site officiel du Bois de Chartreuse.
  17. Cahier des charges de l’appellation d’origine « Bois de Chartreuse », homologué par l’arrêté du 23 octobre 2018 publié au JORF du 31 octobre 2018, Bulletin officiel du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, n° 2018-46 (.PDF).