Chignin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le vin, voir chignin (AOC).
image illustrant une commune de la Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Chignin
Vue sur les vignobles (AOC) de Chignin.
Vue sur les vignobles (AOC) de Chignin.
Blason de Chignin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Montmélian
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Savoie
Maire
Mandat
Michel Ravier
2014-2020
Code postal 73800
Code commune 73084
Démographie
Gentilé Chignerains
Population
municipale
877 hab. (2014)
Densité 105 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 30″ nord, 6° 00′ 47″ est
Altitude Min. 276 m – Max. 1 254 m
Superficie 8,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Chignin

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Chignin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chignin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chignin
Liens
Site web chignin.fr

Chignin est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Chignin est situé entre les communes des Marches, de Montmélian, Saint-Jeoire-Prieuré et de Challes-les-Eaux, derrière la colline du Mont-Ronjou devant laquelle passe l'ex-nationale 6. Chignin est composé des hameaux de Montlevin, Torméry, le Plat des moulins, le Chef-lieu, les Côtes, le Viviers, le Villard et, de l'autre côté de l'ex-RN 6, Chignin-Gare.

Le village est dominé par un rocher qui, même sous l'effet de la dynamite au début du XXe siècle, ne céda pas.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Chignin semble provenir, selon le chanoine Gros, du nom d'un domaine gallo-romain Canianum, qui dérive du gentilice Can[n]ius[1],[2]. Ainsi, en francoprovençal, ca, initial, est devenu chi, et la finale -ianum a produit ien, in[2].

Les premières mention de la paroisse donnent Capella de castro Chinino ou encore Ecclesia Chinino dans le Cartulaire de Grenoble — le décanat de Savoie dépendait de l'évêché de Grenoble — au cours du XIIe siècle[2]. Au cours du XIIIe siècle, on trouve également les formes Chinnis (1205), Chininis (1207), Chininum (1244), Chinins (1255), Cinnins (1260) ou encore Chinis[1],[2]. Puis les formes Chigniens (1379) ou encore Chigninum (1488)[1],[2].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Shenyin (graphie de Conflans) ou Chegnin (ORB)[3].

Ses habitants sont les Chigneraines et Chignerains[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, on relève l'existence de deux mottes castrales[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jean-Marc Girard-Madoux    
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Michel Ravier SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 877 habitants, en augmentation de 8,54 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
769 883 997 998 1 112 1 057 1 049 1 011 1 028
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 054 987 885 802 820 760 741 732 687
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
620 613 618 625 619 582 565 532 601
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
668 735 758 789 854 877 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité économique de Chignin est essentiellement la viticulture. Jusqu'en 2012, un important dépôt pétrolier était situé sur la commune.

Viticulture[modifier | modifier le code]

Article connexe : vignoble de Savoie.
Vignobles près du hameau de Tormery sur la commune de Chignin.

Sur le territoire de la commune, on produit :

  • le chignin
Le chignin est un vin blanc. L'AOC chignin a été obtenue en 1973. Elle couvre une partie de la surface communale, soit 830 hectares. Sa production est de 8 000 hectolitres. La vigne est élevée sur les pentes du village exposées sud ou sud-ouest. Il utilise le cépage jacquère. Le chignin est un vin qui doit être bu jeune ;
  • le chignin-bergeron
Le chignin-bergeron est un vin blanc qui utilise le cépage roussanne, localement appelé le bergeron. Son AOC chignin-bergeron a été obtenue en 1973 ; elle couvre une partie du territoire communal et s'étend sur les villages de Francin et Montmélian ;
  • la Roussette-de-savoie, vin blanc de Savoie au goût fruité et à la robe jaune clair ;

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tours de Chignin[modifier | modifier le code]

Les tours de Chignin se dressent aux lieux-dits Bourdeau, Montagny et Les Tours, sur un plateau à 0,6 kilomètre à l'ouest–nord-ouest de l'église du bourg. Au nombre de sept, elles formaient un ancien camp retranché. Il subsiste les ruines de certaines d'entre elles.

Les tours de Chignin et le site archéologique dont elles font partie font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 18 février 1991[10].

Revel[modifier | modifier le code]

Cette maison du XVIIe siècle, restaurée, se situe à l'angle du chemin de Tormery et de la Chapelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de le famille de Chignin

Blason de la famille noble de Chignin, qui n'a pas été repris par la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c D'après Henry Suter, « Chignin », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter,‎ 2000-2009 (consulté le 12 septembre 2015).
  2. a, b, c, d et e Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2), p. 127, Article « Chignin ».
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 20
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. « Chignin », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 12 septembre 2015), Ressources - Les communes.
  5. Élisabeth Sirot, Introduction à l'archéologie médiévale.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Site archéologique de Chignin », base Mérimée, ministère français de la Culture.