Détrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Détrier
Détrier
Vue du lac Saint-Clair.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Montmélian
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Savoie
Maire
Mandat
Alain Sibué
2014-2020
Code postal 73110
Code commune 73099
Démographie
Gentilé Destrolains ou Détrelins
Population
municipale
422 hab. (2015 en augmentation de 0,72 % par rapport à 2010)
Densité 188 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 46″ nord, 6° 05′ 57″ est
Altitude Min. 332 m
Max. 762 m
Superficie 2,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Détrier

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Détrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Détrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Détrier

Détrier est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Détrier est située à la porte du Val Gelon, au confluent du Bens et du Bréda.

La commune est composée de deux entités : le chef-lieu légèrement en hauteur et le village d'en bas le long de la route départementale D 925, où se trouvent aussi les activités commerciales, artisanales et industrielles et un lac de loisir avec un camping.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve les termes de « Ecclesia de Dextrariis » vers 1100, « Destreriis » en 1214, « Destrario » en 1224, « Lacus de Destres » en 1237, « Lacus de Destrerio » en 1243.

Trois hypothèses d'origine du toponyme sont avancées :

  • soit d'un romain nommé « Destrius » ou « Destrarius » ;
  • soit, selon Henry Suter (voir [1]), du latin « via strata », ou « grande route pavée ». Détrier à l'époque romaine s'est développé autour d'une « mansio » proche d’une ancienne voie de grande communication, qu'on retrouve dans le patois savoyard « d'étraz », ou en ancien français « d'estrée », avec agglutination de l’article ;
  • ou, soit du bas latin « destrier », puis du vieux français, « détrier », qui signifient « sevrer un veau », le « séparer de sa mère », le nom pourrait alors venir d'une activité d'élevage particulièrement spécifique à la commune.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Détré, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 218 av. J.-C., le passage des Alpes par Hannibal et ses éléphants se serait réalisé par le Val Gelon, pour rejoindre le col du Cucheron et se rendre dans la plaine du Pô[réf. nécessaire].

Une première voie romaine fut tracée en l’an 121 av. J.-C. et une mansio fut construite sur le site de Détrier — les Romains établissaient leurs routes sur les flancs des coteaux exposés au soleil — autour de cette station, une agglomération gallo-romaine se développa. Une autre voie partait de la station vers le col du Grand Cucheron.

Plusieurs découvertes de nécropoles ont été faites depuis le XIXe siècle. En 1861, lors de travaux, des ouvriers mettent au jour dans une tombe romaine d'un sarcophage en plomb contenant les restes d'une personne, des fioles de verre, des vases de terre grise ou rouge et d'une magnifique statuette de Vénus en bronze, appelée « Vénus de Détrier », qu'on peut admirer au musée savoisien de Chambéry, voir [2].

La commune fut une annexe de l’ancienne paroisse de Saint-Maurice-du-Désert disparue au XVIIIe siècle.

En 1597, Détrier fut témoin du siège du proche château de l'Huile — un château fort qui contrôlait la route du Col du Cucheron — assailli par Lesdiguières, et pris avec l'aide de trois canons. En 1630, le château subit un nouveau siège par les armées de Louis XIII, et il est finalement détruit et rasé sur les ordres du cardinal de Richelieu.

De 1801 à 1815, la commune a fait partie du département du Mont-Blanc.

En novembre 1881, la commune acquit pour les vins issus de vendanges récoltées sur son territoire, le droit d'utiliser la dénomination de « vin de pays d'Allobrogie ».

En 1895, a été inaugurée la voie de chemin de fer « Pontcharra - La Rochette » (11 km) avec, depuis Détrier, une bifurcation vers Allevard (6 km). Cette ligne a fonctionné jusqu'en 1947.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Louis-Georges Ainard-Simonet ... ...
mars 2008 mars 2014 Édouard Pache ... ...
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Alain Sibué    

La commune est membre de la Communauté de communes Cœur de Savoie. Elle appartient au Territoire du Cœur de Savoie, qui regroupe une quarantaine de communes de la Combe de Savoie et du Val Gelon[2].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2015, la commune comptait 422 habitants[Note 1], en augmentation de 0,72 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
91226218259287286293296275
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
251255228221176199207194214
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
158170158140156148190198194
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015 - -
209209286376389409422--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Le Tour de France cycliste 2005 est passé à Détrier, le mardi 12 juillet, lors de l'étape 10[7].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Revenu médian de la commune est de 14 927 /an - Revenu moyen par ménage : 19 820 /an.
  • Densité : 127 hab./km2.
  • Population active : 124 - Chômeurs : 14 - Taux de chômage : 11,3 %.
  • Entreprises (2004) : nombre 19 dont commerce 7, construction 4, services 4, transport 3, énergie 1.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jospin J.P., L'agglomération antique de Détrier (Savoie), dans Archéologie chez vous : Grésivaudan, Pays d'Allevard, Goncelin, no 9, 1991

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 21
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. Direction départementale des Territoires de la Savoie, « Territoire du Coeur de Savoie », sur le site de la Direction départementale des Territoires - observatoire.savoie.equipement-agriculture.gouv.fr (consulté en juin 2018), Observatoire des Territoires de la Savoie.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Tour de France 2005