Chamousset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chamousset
Chamousset
L'entrée de la commune devant la dent de l’Arclusaz.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Savoie
Maire
Mandat
Yannick Logerot
2020-2026
Code postal 73390
Code commune 73068
Démographie
Population
municipale
606 hab. (2021 en augmentation de 4,66 % par rapport à 2015)
Densité 96 hab./km2
Population
agglomération
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 24″ nord, 6° 12′ 00″ est
Altitude Min. 280 m
Max. 325 m
Superficie 6,31 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Chambéry
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Pierre-d'Albigny
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Chamousset
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Chamousset
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte topographique de Savoie
Chamousset
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Chamousset

Chamousset est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sud-ouest de Chamousset.

La commune de Chamousset est située au cœur de la combe de Savoie, à environ 35 kilomètres de Chambéry et 30 km d'Albertville.

Il s'agit d'une commune de plaine dont l'altitude varie de 280 mètres à 325 m au sommet de la butte de Chamousset s'élevant au niveau du chef-lieu.

Chamousset constitue par ailleurs le point de confluence des deux principales rivières alpines de la Savoie que sont l'Arc, descendant la vallée de la Maurienne, et l'Isère descendant la vallée de la Tarentaise. La commune est également arrosée par le Gelon, qui se déverse dans l'Isère à l'ouest à Châteauneuf, ainsi que par une partie du ruisseau de La Bialle au nord.

Chamousset est entouré des sommets notables de l'Arclusaz, faisant partie du massif des Bauges, et du Grand Arc, faisant partie du massif de la Lauzière, et plus largement de la Vanoise.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune de Chamousset est traversée par l'ancienne Route nationale 6, déclassée en Route départementale 1006, laquelle jouxte le chef-lieu sur les rives de l'Arc après la traversée de l'Isère sur le pont Royal. L'autoroute A43 traverse également la commune, toutefois aucun échangeur n’est présent, les plus proches étant ceux de Saint-Pierre-d'Albigny et d'Aiton. Par ailleurs, le premier kilomètre de l'autoroute A430 pour Albertville en prolongement de l'A43 est situé sur la limite entre Chamousset et Aiton.

En matière ferroviaire, Chamousset est traversée par la ligne de Culoz à Modane (frontière) (dite « ligne de la Maurienne ») sur laquelle est implantée la gare de Chamousset, desservie par les TER entre Chambéry et Modane ainsi qu'entre Lyon et Modane.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chamousset.

Chamousset est limitrophe de cinq communes que sont Saint-Pierre-d'Albigny et Fréterive au nord, Aiton à l'ouest, Bourgneuf au sud et Châteauneuf à l'ouest.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Alpes du nord, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 1 200 à 1 500 mm, irrégulièrement répartie en été[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 18,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 214 mm, avec 9,3 jours de précipitations en janvier et 8,5 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Alban des Hurtières », sur la commune de Saint-Alban-d'Hurtières à 10 km à vol d'oiseau[3], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 274,5 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chamousset est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chambéry, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

La partie urbanisée de Chamousset est située exclusivement à l'ouest du territoire communal, la zone résidentielle composée essentiellement du chef-lieu étant comprise au sud-ouest sur la rive gauche de l'Isère tandis que la rive droite est occupée par une zone artisanale et de carrières et gravières[12]. La partie est de Chamousset est pour sa part constituée de terres arables et de prairies à vocation agricole.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (57,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (36,1 %), forêts (22,5 %), zones agricoles hétérogènes (18,2 %), eaux continentales[Note 3] (9,3 %), zones urbanisées (6,5 %), mines, décharges et chantiers (4,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3 %), prairies (0,3 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Shamshé, selon la graphie de Conflans[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1597, lors de l’invasion de la Savoie, les troupes de Lesdiguières prennent le château de Chamousset.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la Communauté de communes Cœur de Savoie. Elle appartient au territoire du Cœur de Savoie, qui regroupe une quarantaine de communes de la combe de Savoie et du Val Gelon[15].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Claude Royer DVD  
mars 2008 mars 2014 Maryse Perrin    
mars 2014 En cours
(au 1er juillet 2020)
Yannick Logerot    

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Le département de la Savoie est traditionnellement ancré à droite de l'échiquier politique[16]. Depuis les années 2000, les électeurs de la commune de Chamousset suivent cette tendance pour les scrutins nationaux en plaçant en tête des candidats de partis de droite aux élections présidentielles et législatives, à la seule exception du 2d tour des élections législatives de 2012 favorable au Parti socialiste[17], suivant la tendance nationale consécutive à l'élection de François Hollande à la Présidence de la République. Aux premiers tours des élections présidentielles toutefois, le Front national (FN) recueille la majorité des voix, à l'exception de 2007 où Nicolas Sarkozy, candidat de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) arrive en tête aux premier et second tours[18], suivant la tendance nationale.

Au niveau local, les tendances sont moins nettes. Pour les élections régionales de 2004 et 2010, la commune a porté en tête le candidat socialiste[19], dans la dynamique régionale. Lors du scrutin de 2015 en revanche, le candidat du FN est en tête au 1er tour, puis le candidat de l'Union de la droite au 2d tour[20]. Les élections cantonales de 2004 et 2011 puis l'élection départementale de 2015 conduisent à l'élection de candidats divers droite ou sans étiquettes mais bénéficiant d'une implantation locale importante. Les scrutins municipaux sont généralement composés de listes sans étiquettes.

Enfin les échéances européennes montrent également une tendance de fond vers la droite, dans une dynamique similaire à la circonscription Sud-Est. Alors qu'en 2004, la liste socialiste arrive en tête[21], le scrutin de 2009 donne la majorité des suffrages à la liste de la droite[22] et ceux de 2015 et 2019 sont favorables aux listes du FN puis du Rassemblement national (RN).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24].

En 2021, la commune comptait 606 habitants[Note 4], en augmentation de 4,66 % par rapport à 2015 (Savoie : +3,33 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
231211258305301249354388366
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
352402405377374422375378339
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
363318309290310242241252303
1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - -
321373383502572582606--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maurice de Chamousset.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille de Bertrand, seigneur de Chamousset.
  • Sylvia Bossu (1962-1995), artiste française d'art contemporain y meurt le dans un accident de la route.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Chamousset et Saint-Alban-d'Hurtières », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Saint-Alban des Hurtières », sur la commune de Saint-Alban-d'Hurtières - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Saint-Alban des Hurtières », sur la commune de Saint-Alban-d'Hurtières - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Chambéry », sur insee.fr (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Direction des territoires de la Savoie, « Chamousset - Économie/Tourisme », sur www.observatoire.savoie.equipement-agriculture.gouv.fr (consulté le )
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  15. Direction départementale des Territoires de la Savoie, « Territoire du Coeur de Savoie », sur le site de la Direction départementale des Territoires - observatoire.savoie.equipement-agriculture.gouv.fr (consulté en ), Observatoire des Territoires de la Savoie.
  16. Jean-Pierre Leguay et Thérèse Leguay, Histoire de la Savoie, Paris, Éd. Jean-Paul Gisserot, , 128 p. (ISBN 2-87747-812-2 et 978-2-8774-7812-0, lire en ligne), p. 120.
  17. Ministère de l'Intérieur (France), « Résultats des élections législatives 2012 - Chamousset », sur www.interieur.gouv.fr
  18. Ministère de l'Intérieur (France), « Résultats de l'élection présidentielle 2007 - Chamousset », sur www.interieur.gouv.fr
  19. Ministère de l'Intérieur (France), « Résultats des élections régionales 2010 - Chamousset », sur www.interieur.gouv.fr
  20. Ministère de l'Intérieur (France), « Résultats des élections régionales 2015 - Chamousset », sur www.interieur.gouv.fr
  21. Ministère de l'Intérieur (France), « Résultats des élections européennes 2004 - Chamousset », sur www.interieur.gouv.fr
  22. Ministère de l'Intérieur (France), « Résultats des élections européennes 2009 - Chamousset », sur www.interieur.gouv.fr
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  27. « Église », notice no PA00118245, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Eglise Saint Maurice - Mairie de CHAMOUSSET », sur www.mairie-chamousset.fr (consulté le )
  29. a et b « Tunnel hydraulique du Gelon et Pont Royal », notice no PA00118246, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.