Élections générales québécoises de 2022

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections générales québécoises de 2022
125 sièges de l'Assemblée nationale
Type d’élection Élections législatives
François-Legault.jpg Coalition avenir Québec – François Legault
Sièges en 2018 74
Dominique Anglade.jpg Parti libéral du Québec – Dominique Anglade
Sièges en 2018 31
Paul St-Pierre Plamondon.jpg Parti québécois – Paul St-Pierre Plamondon
Sièges en 2018 10
Manon Massé.jpg Québec solidaire – Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois
Sièges en 2018 10
Premier ministre
Sortant
François Legault
CAQ

L'élection générale québécoise de 2022, la 43e de ce genre, a lieu le afin de renouveler les 125 sièges de l'Assemblée nationale du Québec.

Contexte[modifier | modifier le code]

À la suite des élections de 2018, Philippe Couillard (chef du Parti libéral du Québec) et Jean-François Lisée (chef du Parti québécois) démissionnent de leur poste. Une course à la chefferie a lieu dans les deux partis.

Pour le Parti libéral, Dominique Anglade, ancienne vice-première ministre et ancienne ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, se présente. Alexandre Cusson se présente aussi, peu après. Ce dernier, ayant quitté quelques jours plus tôt la présidence de l'Union des municipalités du Québec et annonçant son intention de quitter son poste de maire de Drummondville à la fin de , obtient, lui aussi, des appuis au sein de la députation libérale[1]. Cependant, c'est Denis Coderre, ex-maire de Montréal qui obtient le plus d'appuis auprès des sympathisants libéraux même s'il n'est toujours pas candidat à la chefferie[2]. Finalement, Alexandre Cusson décida de se retirer de la campagne libérale à cause qu'il n'est pas « indépendant de fortune », faisant ainsi Dominique Anglade la première femme noire à la tête d'un grand parti au Québec.

Pour le Parti québécois, Sylvain Gaudreault, député de Jonquière, est le premier à se lancer[3]. Il est suivi par Frédéric Bastien, et Paul St-Pierre Plamondon. L'humoriste Guy Nantel présente sa candidature le [4].

Paul St-Pierre Plamondon, Sylvain Gaudreault, Frédéric Bastien et Guy Nantel, sont les candidats officiels à la chefferie du Parti québécois dont l'élection tenue le [5] confirme la victoire de Paul St-Pierre Plamondon.

Système électoral[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale est composée de 125 sièges pourvus au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans autant de circonscriptions électorales[6].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Principaux partis en présence
Parti politique Idéologie Candidat au poste
de Premier Ministre
Résultat
en 2018
Députés
Élus
en 2018
À la
disso-
lution
Candidats
Coalition avenir Québec (CAQ) Centre droit
Autonomisme, conservatisme, Nationalisme québécois, Libéralisme économique
François Legault 37,42 74
Parti libéral du Québec (PLQ) Centre à droite
Fédéralisme, libéralisme économique, Social-libéralisme, progressisme
Dominique Anglade 24,82 31
Parti québécois (PQ) Centre à centre gauche
Souverainisme, nationalisme québécois, social-démocratie, régionalisme
Paul St-Pierre Plamondon 17,06 10
Québec solidaire (QS) Gauche
Souverainisme, socialisme démocratique, altermondialisme, féminisme
Manon Massé 16,10 10
Parti Vert du Québec (PVQ) Gauche
Fédéralisme, écologisme, Écosocialisme, Droits des animaux
Alex Tyrrell 1,68 0
Parti Conservateur du Québec (PCQ) Droite
Fédéralisme, conservatisme fiscal, Libertarianisme
Éric Duhaime 1,46 0
Nouveau Parti Démocratique du Québec (NPDQ) Centre gauche
Fédéralisme, social-démocratie, Progressisme, Féminisme
Raphaël Fortin 0,57 0
Indépendants 0,16 0
Vacants 0
Total 100 125 125

Coalition Avenir Québec[modifier | modifier le code]

Chef : François Legault

La Coalition Avenir Québec, fondée en 2011 et dirigée par l'ancien ministre péquiste François Legault gouverne le Québec depuis les élections de 2018. Élu avec comme promesse phare de réduire les seuils d'immigration au Québec et d'adopter une loi cadre sur la laïcité de l'État, le parti du premier ministre François Legault mise sur une politique nationaliste afin de se maintenir haut dans les sondages d'opinion. Le début du mandat vit le gouvernement adopté la loi 21, ou Loi sur la laïcité de l'État. Bien que populaire chez une partie de l'électorat québécois[7], la loi est dénoncé par divers groupes de la société civile, ainsi que par le Parti libéral du Québec[8], Québec Solidaire[9] ainsi que par le Nouveau parti démocratique[10]. La CAQ est aussi critiqué concernant la gestion du processus d'immigration. Le ministre responsable, Simon Jolin-Barrette, admet un erreur dans la gestion de la réforme et s'engage à être plus à l'écoute des besoins[11]. Amené à gérer la pandemie de COVID-19 au Québec depuis mars 2020, le gouvernement de François Legault a su, contrairement a ses homologues provinciaux[12], se maintenir haut dans les sondages d'opinions, malgré les mesures mises en place par l'État afin de contenir la propagation de la maladie. Un sondage Mainstreet Research du 9 février 2021 accorde 48% des intentions de vote à la CAQ.

Parti libéral du Québec[modifier | modifier le code]

Chef : Dominique Anglade

Au pouvoir de 2003 à 2012 puis de 2014 à 2018, le Parti libéral du Québec a obtenu son pire résultat en nombre de siège (31) depuis 1976 et son pire résultat à vie en terme de pourcentage du vote obtenu. Suite à ces résultats, Philippe Couillard, chef depuis 2013 et premier ministre de 2014 à 2018 annonce qu'il quitte la direction du PLQ ainsi que son siège de Roberval. Le Parti libéral endosse alors son rôle d'opposition officielle, sans nécéssairement se faire entendre par les médias et les québécois surtout en contexte de pandémie, où les travaux de l'Assemblée nationale ont été suspendus durant de nombreuses semaines[13]. Ayant perdu son chef, une course à la direction fut organisé afin de trouver un remplacant à Philippe Couillard. Bien que plusieurs noms ont circulés, deux candidants seulement ce sont présentés. L'ex-maire de Drummondville, Alexandre Cusson[14] ainsi que l'ancienne Présidente de la CAQ et ancienne vice-première ministre dans le cabinet Couillard, Dominique Anglade. Suite à la suspension de la course à la direction par le parti, Alexandre Cusson s'est retiré de la course[15]. C'est Dominique Anglade qui est donc devenue chef du PLQ[16]. Sous la direction de cette dernière, le Parti, qui n'a plus aucuns députés à l'est de Montréal depuis la démission de Sébastien Proulx, s'engage à faire une grande tournée de consultation dans les régions du Québec afin de reconnecter avec l'électorat québécois et s'engage à écrire la charte des régions.[17]

Québec Solidaire[modifier | modifier le code]

Portes-paroles : Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois

La formation politique de gauche obtient son meilleur résultat en faisant élire 10 députés et en obtenant 16% des votes aux élections de 2018. Bien qu'au paravant en accord avec la laïcité de l'État, Québec Solidaire change de position et adopte une position contraite à la Loi sur la laïcité de l'État et s'oppose au banissement des signes religieux. Québec Solidaire s'oppose farouchement au projet de GNL Québec, un gazoduc dont le terminal devrait être situé sur la rivière Saguenay[18].

Parti Québécois[modifier | modifier le code]

Chef : Paul St-Pierrre Plamondon

Ayant gagné les élections générales de 2012, le Parti Québécois n'obtient que 10 députés lors de l'élection générale de 2018. Le parti, qui a connu sept chefs entre 2014 et 2020, perds son statut de deuxième opposition lors du départ du caucus de la députée de Marie-Victorin Catherine Fournier. Jean-François Lisée, qui a dirigé le parti de 2016 à 2018, quitte ses fonctions après la défaite de son parti. Une course à la direction est organisée. L'historien Frédéric Bastien, le député Sylvain Gaudreault, l'humoriste Guy Nantel et le juriste Paul St-Pierre Plamondon sont sur les rangs. Ce dernier est élu au troisième tour avec 56% des votes[19].

Sondages[modifier | modifier le code]

Évolution des intentions de vote depuis les dernières élections.

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des élections générales québécoises de 2022[20]
Parti Voix % +/- Sièges +/-
Coalition avenir
Parti libéral
Parti québécois
Québec solidaire
Parti vert
Parti conservateur
Nouveau Parti démocratique
Citoyens au pouvoir
Bloc Pot
Parti nul
Parti marxiste-léniniste
Parti libre
Équipe autonomiste
Parti 51
Changement Intégrité
Alliance provinciale
Voie du peuple
Parti culinaire
Autres partis Nv
Indépendants
Votes valides
Votes blancs et nuls
Total 100 - 125 en stagnation
Abstentions
Inscrits / participation

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alexandre Cusson se lance dans la course à la chefferie du PLQ », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 2 décembre 2019).
  2. Geneviève Lajoie, « Course à la direction du PLQ: Les libéraux préfèrent Denis Coderre », sur TVA Nouvelles, (consulté le 22 décembre 2019).
  3. « Chefferie du Parti québécois: Sylvain Gaudreault se lance », sur Le Quotidien, (consulté le 31 janvier 2020).
  4. Suzanne Colpron, « Direction du PQ: Guy Nantel se lance dans la course », sur La Presse, (consulté le 23 février 2020).
  5. « Quatre candidats dans la course à la direction du PQ », sur La Presse, (consulté le 27 juin 2020).
  6. (es) « - Loi électorale », sur legisquebec.gouv.qc.ca, (consulté le 2 mars 2021).
  7. « Le débat sur la laïcité n’a pas fini d’agiter le Québec », sur Le Devoir (consulté le 27 avril 2021)
  8. « Loi 21: Dominique Anglade ne renouvellerait pas la dérogation », sur La Presse, (consulté le 27 avril 2021)
  9. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Québec solidaire, la laïcité et la nouvelle gauche », sur Radio-Canada.ca (consulté le 27 avril 2021)
  10. « Le NPD pourrait s’opposer à la loi 21, comme son chef Jagmeet Singh », sur Le Devoir (consulté le 27 avril 2021)
  11. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Immigration : « C'est mon erreur », admet le ministre Simon Jolin-Barrette », sur Radio-Canada.ca (consulté le 27 avril 2021)
  12. Philippe J. Fournier, « Nouveau sondage : les mesures de confinement n’ont pas ébranlé les appuis à la CAQ », sur L’actualité, (consulté le 27 avril 2021)
  13. « La suspension des travaux de l’Assemblée nationale prolongée jusqu'au 5 mai », sur Le Devoir (consulté le 27 avril 2021)
  14. « Alexandre Cusson officialise sa candidature à la chefferie du PLQ », sur Le Devoir (consulté le 27 avril 2021)
  15. « Chefferie au Parti libéral : Alexandre Cusson se retire de la course », sur L'Express, (consulté le 27 avril 2021)
  16. « Dominique Anglade couronnée cheffe du PLQ », sur Le Devoir (consulté le 27 avril 2021)
  17. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Le PLQ à la reconquête des régions », sur Radio-Canada.ca (consulté le 27 avril 2021)
  18. « QS lance une campagne contre le projet GNL-Québec », sur La Presse, (consulté le 27 avril 2021)
  19. Patrick Bellerose, « Paul St-Pierre Plamondon élu chef du Parti québécois », sur Le Journal de Québec (consulté le 27 avril 2021)
  20. « Élections Québec », sur Élections Québec (consulté le 2 mars 2021).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :