Élections générales québécoises de 2022

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Élections générales québécoises de 2022
Type d’élection Élections générales québécoises
Postes à élire 125 sièges de l'Assemblée nationale
Mandat 4 ans

L'élection générale québécoise de 2022 sera la 43e élection générale québécoise et se tiendra le 3 octobre 2022.

Contexte[modifier | modifier le code]

À la suite des élections de 2018, Philippe Couillard (chef du Parti libéral) et Jean-François Lisée (chef du Parti québécois) démissionnent de leur poste. Une course à la chefferie a lieu dans les deux partis.

Pour le Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, ancienne vice-première ministre et ancienne ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, se présente. Alexandre Cusson se présente aussi, peu après. Ce dernier, ayant quitté quelques jours plus tôt la présidence de l'Union des municipalités du Québec et annonçant son intention de quitter son poste de maire de Drummondville à la fin de janvier 2020, obtient, lui aussi, des appuis au sein de la députation libérale[1]. Cependant, c'est Denis Coderre, ex-maire de Montréal qui obtient le plus d'appuis auprès des sympathisants libéraux même s'il n'est toujours pas candidat à la chefferie[2].

Pour le Parti québécois, la course est plus timide. Sylvain Gaudreault est le premier à se lancer, il misera sur la souveraineté, l'environnement, la langue française et les inégalités sociales[3]. Guy Nantel, l'humoriste, réfléchi sérieusement à se présenter[4].

Réforme électorale[modifier | modifier le code]

Le 25 septembre 2019, la ministre de la Justice Sonia LeBel a déposé le projet de loi 39, intitulé Loi établissant un nouveau mode de scrutin[5]. Ce projet de loi prévoit l'instauration d'un mode de scrutin mixte avec compensation régionale. Le nombre de sièges de l'Assemblée nationale resterait à 125, 80 étant des sièges de circonscriptions et 45 étant élus à la proportionnelle, via des listes de candidats[6]. Ce système électoral est inspiré des modes de scrutin ayant cours en Écosse et au pays de Galles.

La réforme n'affecterait cependant pas directement la 43e élection générale, mais devrait être soumis à un référendum en même temps que ces élections[5]. Le projet de loi n'a toutefois pas encore été débattu à l'Assemblée nationale.

Sondages[modifier | modifier le code]

Évolution des intentions de vote depuis l'élection de 2018


Maison de sondage Dernière date du sondage Lien CAQ PLQ PQ QS PVQ PCQ Autres Marge d'erreur Échantillon
2 décembre 2019 - Élection partielle dans Jean-Talon, remportée par la CAQ
Léger PDF 38 27 19 10 - - 6 ± 3,1 1000
Mainstreet R. PDF 47,8 21,7 10,5 14,5 - - 5,6 ± 3,32 871
Forum R. PDF 46 16 13 19 - - 6 ± 2,55 1 471
Léger HTML 46 23 14 13 - - 4 ± 3,00 ND
Mainstreet R. PDF 45,3 22,3 10,4 14,7 - - 7,2 ± 3,08 940
Léger HTML 44 21 15 15 - - 5 ± 3,08 1 014
Léger HTML 42 22 18 15 - - 3 ± 3,09 1 007
Mainstreet R. PDF 44,5 26,1 8,9 15,8 - - 4,8 ± 3,13 979
10 décembre 2018 - Élection partielle dans Roberval, remportée par la CAQ
Mainstreet R. HTML 39.4 22,8 14,1 19 - - 4,7 ± 3,27 896

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :