Drummondville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Drummondville
Blason de Drummondville
Drummondville
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Centre-du-Québec
Subdivision régionale Drummond (chef-lieu)
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Alexandre Cusson
2017 - 2021
Fondateur
Date de fondation
Frederick George Heriot
1815
Démographie
Gentilé Drummondvillois, Drummondvilloise
Population 77 235 hab.[1] (2018)
Densité 126 hab./km2
Population de l'aire urbaine 96 118 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 00″ nord, 72° 29′ 00″ ouest
Superficie 61 393 ha = 613,93 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire 24 49058
Indicatif + 1 819
Localisation
Localisation de Drummondville
Localisation dans la MRC de Drummond

Géolocalisation sur la carte : Centre-du-Québec

Voir sur la carte administrative du Centre-du-Québec
City locator 14.svg
Drummondville

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Drummondville

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Drummondville

Drummondville (API : /dʁɔmɔndvil/) est une ville québécoise (Canada) située dans la municipalité régionale de comté de Drummond, dans la région du Centre-du-Québec dont elle est le chef-lieu[2]. Elle est située à 107 kilomètres au nord-est de Montréal et à 152 kilomètres au sud-ouest de la ville de Québec.

Histoire[modifier | modifier le code]

Drummondville, anciennement Drummond, a été fondée en juin 1815 par le lieutenant-colonel Frederick George Heriot sur les bords de la rivière Saint-François[3]. On voulait y installer des soldats démobilisés à la suite de la guerre de 1812 et y assurer une présence vigilante sur une des voies d'accès importantes au cœur du Québec, afin de prévenir toute possible invasion de l'armée américaine. Drummondville fut érigée en paroisse le 2 juillet 1856 puis incorporée civilement deux mois plus tard[4]. Ce n'est que le 12 juillet 1888 qu'elle est érigée en municipalité et que les premières élections municipales ont lieu[4].

Drummondville ne prit vraiment son essor qu'après la construction, en 1920, de la centrale hydro-électrique de la Chute Hemmings, qui favorisa une croissance industrielle soutenue.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La ville de Drummondville a été nommée en l'honneur de Sir Gordon Drummond, général pendant la guerre de 1812, administrateur du Haut-Canada de 1813 à 1815 et administrateur intérimaire de l'Amérique du Nord britannique de 1815 à 1816.

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

Municipalités fusionnées avec Drummondville[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Drummondville

L'écu de Drummondville se blasonne ainsi :

Écartelé: en 1 et 4 d'argent à la fasce d'azur chargée de 3 quintefeuilles du champ, en 2 et 3 d'hermine à deux fasces de gueules.

Administration[modifier | modifier le code]

Alexandre Cusson, maire depuis 2013

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de douze districts[5].

Drummondville
Maires depuis 2005
Élection Maire Qualité Résultat
2005 Francine Ruest-Jutras Mairesse depuis 1988 Voir
2009 Voir
2013 Alexandre Cusson Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises


Article détaillé : Liste des maires de Drummondville.

Économie[modifier | modifier le code]

Située au cœur de la plaine Montérégienne, entre Montréal, Québec, Sherbrooke et Trois-Rivières, Drummondville est à la croisée du carrefour routier le plus important du Québec et sa position géographique favorable lui a permis de développer son industrie textile - malheureusement en déclin depuis quelques années. Les efforts du milieu et de la Société de Développement Économique de Drummondville (CLD Drummond) ont cependant permis à l'économie locale de se diversifier au cours des 20 dernières années pour devenir un modèle de développement pour le Québec.

Plusieurs entreprises de camionnage sont basés à Drummondville, dont certains parmi les 300 plus importants employeurs de la région[6]

Les autobus Girardin possèdent également leur usine de fabrication d'autobus et de minibus. Ils sont le principal distributeur et constructeur des autobus scolaire Blue Bird pour le Canada, ainsi que le distributeur des autobus New Flyer au Québec[7]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1881 1891 1901 1911 1921 1931 1941 1951 1956
900 1 955 1 450 1 725 2 852 6 609 10 555 14 341 26 284
1961 1966 1971 1976 1981 1986 1991 1996 2001
27 909 29 216 31 813 29 286 27 347 36 020 35 462 44 882 46 599
2006 2011 2016 - - - - - -
67 392 71 852 75 423 - - - - - -

Attraits[modifier | modifier le code]

Appelée Capitale de l’Expression et des Traditions, Drummondville présente des attraits touristiques centrés sur les cultures d'hier et d'aujourd'hui. Les principales attractions sont le Village Québécois d'antan, le Festival de la Poutine organisé en août par Les Trois Accords et, jusqu'en 2017[8], le Mondial des Cultures (anciennement le Festival mondial de folklore), qui avait lieu à chaque année dans le parc Woodyatt. Le spectacle Ao La Légende a dû terminer ses opérations en 2010[9]. Le spectacle et l'ancien spectacle, Légendes Fantastiques, ont été présentés de 1998 à 2010 (plus de 500 représentations)[9].

Le théâtre d'été assuré par Gilles Latulippe, D'arbre en arbre Drummondville, le Musée Populaire de la Photographie, la basilique St-Frédéric et l'église protestante St-George, la Maison des Arts Desjardins, le Moulin à laine d'Ulverton et plusieurs cabanes à sucre sont aussi du lot des principaux points de mire de la ville. On compte également, mises à part ces attractions, l'Autodrome Drummond, qui présente des courses tout au long de la saison estivale, l'équipe de hockey sur glace des Voltigeurs de Drummondville (LHJMQ), qui disputent leurs matchs locaux au Centre Marcel-Dionne, La Courvalloise, qui offre l'occasion de faire de la glissade sur tube, ainsi que divers espaces permettant de pratiquer le ski de fond et la raquette.

La ville de Drummondville est un lieu important du tourisme d'affaires. En effet, Drummondville compte trois centres majeurs pour les réunions et congrès : le Best Western Universel et l'Hôtel & Suites Le Dauphin. Les différents hôtels de la ville offrent plus de 600 chambres et on retrouve, dans la ville, bon nombre de restaurants de tous genres. Le positionnement stratégique de la ville, qui se situe à mi-chemin entre Montréal, Québec, Trois-Rivières et Sherbrooke, n'est par ailleurs pas étranger au succès que remporte la ville en affaires. D'ailleurs la ville de Drummondville a ouvert en février 2015 un nouveau centre de foire, Le Centrexpo Cogéco (100 000 pieds carrés)[10].

Drummondville se trouve au sud du fleuve Saint-Laurent. Elle fait partie des principales villes qui permettent de réaliser un circuit touristique entre Montréal et Québec. Aussi la compte-t-on parmi les différents circuits touristiques offerts dans le Québec du Sud, circuits qui permettent aux visiteurs de découvrir les traditions québécoises, la culture et la bonne gastronomie du terroir. C'est à Drummondville que l'on retrouve notamment le restaurant Le Roy Jucep, présumé inventeur de la poutine.

Le 7 septembre 2017, la Bibliothèque publique de Drummondville a ouvert ses portes au sein du nouvel édifice Francine-Ruest-Jutras[11]. Cette nouvelle bibliothèque est une réalisation du consortium Chevalier Morales Architectes et DMA architectes[12].

Transport[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Le multiplex 20/55, passant au nord-ouest de Drummondville (sorties 173 à 210). L'autoroute 20 fait aussi partie de la route Transcanadienne.

L'autoroute 20, la Route Transcanadienne, passe à l'ouest et au nord de la ville, traversant la rivière Saint-François, en possédant 5 sorties vers la ville, soit les sorties 173 (A-55), 175 (route 143 nord, Saint-Bonaventure), 177 (Centre-ville, route 143 (Boul. Saint-Joseph)), 179 (chemin du Golf) et 181 (boulevard Foucault). L'autoroute 55, quant à elle, passe au sud de la ville, et les sorties 116 (route 139), 122 (boulevard Jean-de-Brébeuf) et 125 (Centre-ville, route 122 (rue Saint-Pierre) relient la 55 à Drummondville.

La route 143 est la principale artère commerciale de la ville, traversant la ville sur une orientation nord-ouest / sud-est. Elle prend le boulevard Saint-Joseph et la section du boulevard Lemire au nord de la 20. La route 122 prend la rue Saint-Pierre (depuis Saint-Germain-de-Grantham), puis quitte Drummondville vers Saint-Cyrille-de-Wendover vers le nord-est en empruntant la rue Saint-Georges et le boulevard de l'Université. Les autres artères importantes de la ville sont: le boulevard Lemire, la rue Janelle et le boulevard Mercure.

Drummondville, étant située à la jonction des autoroutes 20 (Route Transcanadienne) et 55, est située à exactement 102 kilomètres de centre-ville de Montréal (90 kilomètres de l'île) et à 148 kilomètres du centre-ville de Québec (135 kilomètres des ponts de Québec) via l'autoroute 20. Elle est aussi située à 72 kilomètres de centre de Sherbrooke, accessible par l'autoroute 55 sud. Trois-Rivières est situé 77 kilomètres de Drummondville via les autoroutes 20 et 55 nord.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville de Drummondville est doté d'un service d'autobus qui est composé de 6 lignes urbaines, en fonction 7 jours par semaine. Le terminus urbain est situé sur la rue des Forges et les départs sont aux 30 minutes du lundi au samedi, aux 60 minutes le dimanche [13]. Depuis 2017, la ville met à la disposition des usagers une application mobile, Infobus Drummondville, afin de faciliter les déplacements en transport en commun [14]

Transports interurbains[modifier | modifier le code]

Par train

Drummondville est desservie par les trains de VIA Rail sur le corridor Ottawa-Québec, avec arrêts à Montréal. Il y a également un train par jour en direction du Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et Halifax[15].

Par autocar

Une gare routière appartenant à la compagnie Orléans Express, se trouve au coin des rues Janelle et Foster, à 3 kilomètres du centre-ville. Cette dernière offre des départs quotidiens en direction de Montréal, Québec et Victoriaville, via l'autoroute 20[16]. Des départs vers Trois-Rivières et Sherbrooke via l'autoroute 55 sont offerts du vendredi au lundi par La Québécoise[17].

Aéroport[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Drummondville est situé au nord-est de Saint-Nicéphore, à 10 kilomètres au sud-est du centre de Drummondville.

Liste[modifier | modifier le code]

Autoroutes

Routes provinciales

Autres routes d'importance

  • Boulevard Saint-Joseph
  • Boulevard Lemire
  • Boulevard Jean-de Brébeuf
  • Boulevard Mercure
  • Boulevard René-Lévesque
  • Rue Robert-Bernard
  • Rue Janelle
  • Rue Saint-Georges
  • Rue Saint-Pierre
  • Rue Hériot

Éducation[modifier | modifier le code]

En éducation, Drummondville est couverte par la Commission scolaire Eastern Townships, comptant 1 école primaire anglophone ainsi que par Commission scolaire des Chênes comptant 34 écoles primaires, 5 écoles secondaires dont un collège privé, un centre de formation professionnelle (plusieurs pavillons) et un centre de formation générale des adultes. On y trouve aussi un collège privé et un CÉGEP (Collège d'enseignement général et professionnel) qui dessert les besoins en éducation de la région. Depuis le mois de janvier 2016, Drummondville possède un campus universitaire de l'Université du Québec à Trois-Rivières[18].

Écoles primaires[modifier | modifier le code]

  • Centre Le Relais
  • Collège Saint-Bernard (privé)
  • Drummondville Elementary School
  • École à l'Orée-des-Bois
  • École aux Quatre-Vents
  • École Bruyère
  • École Christ-Roi
  • École Duvernay
  • École Frédéric-Tétreau
  • École Immaculée-Conception
  • École L'Aquarelle
  • École Du Sentier (secteur St-Charles)
  • École Notre-Dame-du-Rosaire
  • École Saint-Charles
  • École Saint-Étienne
  • École Saint-Joseph
  • École Saint-Nicéphore
  • École Saint-Simon
  • École Saint-Pie X
  • École Saint-Pierre
  • École Saint-Majorique (secteur Saint-Majorique)
  • École Sainte-Marie
  • École Saint-Louis-de-Gonzague

Écoles secondaires[modifier | modifier le code]

  • Centre de formation en entreprise et récupération des Chênes
  • Centre Laforest
  • École secondaire Jeanne-Mance
  • École secondaire Jean-Raimbault
  • École secondaire La Poudrière
  • École secondaire Marie-Rivier
  • École Sainte-Thérèse, formation aux adultes
  • Collège Saint-Bernard (privé)

Centres de formation professionnelle[modifier | modifier le code]

  • Centre de formation professionnelle Paul-Rousseau
  • CFPPR Marie-Rivier
  • CFPPR Marcel-Proulx
  • CFPPR Saint-Frédéric
  • CFPPR Construction
  • CFPPR véhicules lourds

Cégep et université[modifier | modifier le code]

Arénas de Drummondville[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Personnalités de Drummondville[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, « Décret de population 2018 », sur mamot.gouv.qc.ca, (consulté le 20 mai 2018)
  2. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Drummondville », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 15 janvier 2011)
  3. « Une grande célébration s'organise », La presse,‎ , p. 21 (lire en ligne)
  4. a et b Genest, Jean, « Joseph-Éna Girouard et son temps », L'Action nationale,‎ , p. 689 (lire en ligne)
  5. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  6. http://www.emploiquebec.gouv.qc.ca/uploads/tx_fceqpubform/17_imt_300-employeurs_2016.pdf&ved=0ahUKEwjrpf665MDXAhUJKiYKHQA-AEEQFgglMAA&usg=AOvVaw1EHm1i2sORyaiZj7OHkyeW
  7. http://www.girardinbluebird.com/fr/a-propos
  8. « Le Mondial des cultures de Drummondville ne sera pas de retour en 2018 », sur http://www.mondialdescultures.com, (consulté le 26 décembre 2017)
  9. a et b « Légendes fantastiques met un terme au spectacle AO la légende à Drummondville », Le devoir,‎ , B7 (lire en ligne)
  10. Lambert-Chan, Marie, « Accessibilité et accueil », La presse,‎ , p. 32 (lire en ligne)
  11. « Édifice Francine-Ruest-Jutras et Bibliothèque publique de Drummondville : le maire Alexandre Cusson et le ministre Luc Fortin procèdent à l’inauguration - Ville de Drummondville », Ville de Drummondville,‎ (lire en ligne)
  12. (en-US) « Chevalier Morales | DMA architects in consortium wins competition for new Drummondville Public Library », Canadian Architect,‎ (lire en ligne)
  13. http://www.drummondville.ca/deplacements/transport-en-commun/parcours-et-horaire/
  14. http://www.drummondville.ca/application-mobile-infobus-nouvel-outil-faciliter-deplacements-transport-commun/
  15. http://m.viarail.ca/sites/all/files/media/pdfs/schedules/Bilingual_Timetable.pdf
  16. https://www.orleansexpress.com/wp-content/uploads/2017/04/Horaire-MTL-DRUMM-VICTO-18.06.17.pdf
  17. http://autobus.qc.ca/fr/horaires-billets/horaire/
  18. « Campus : 650 étudiants inscrits et 11M$ en retombées économiques », L'Express - Drummondville,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • MapArt, Canada back road atlas / atlas des rangs et chemins, Oshawa, Ontario, MapArt Publishing, , 702 p. (ISBN 978-1-55368-614-9)

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Elphège,
Saint-Bonaventure
Saint-Zéphirin-de-Courval Sainte-Brigitte-des-Saults Rose des vents
Saint-Majorique-de-Grantham,
Saint-Germain-de-Grantham
N Saint-Cyrille-de-Wendover,
Saint-Lucien
O    Drummondville    E
S
Wickham Lefebvre L'Avenir