Élections municipales québécoises de 2013

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique au Québec
Cet article est une ébauche concernant la politique au Québec.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Précédent 2009 Drapeau du Québec 2017 Suivant
Élections municipales québécoises de 2013
Type  Élections municipales
Postes à élire  13 préfets
1 103 maires
6 947 conseillers municipaux
  
47,2 % Green Arrow Up.svg 5,4 %

Les élections municipales québécoises de 2013 se sont déroulées le 3 novembre 2013. Elles ont permis de déterminer les maires et les conseillers de chacune des municipalités locales du Québec. Cette élection a aussi pour but d'élire les préfets des quelques municipalités régionales de comté qui ont choisi ce mode d'élection.

Cadre législatif[modifier | modifier le code]

Des élections municipales sont tenues tous les quatre ans à date fixe (le premier dimanche de novembre)[1] pour l'ensemble des 1 111 municipalités locales du Québec qui sont régies par le Code municipal du Québec ou par la Loi sur les cités et villes[2]. Les 23 municipalités ayant le statut de village nordique, village cri ou village naskapi ne sont pas concernées par cette élection, pas plus que les 34 réserves indiennes.

Il s'agit de la troisième élection municipale depuis l'adoption de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités en 2001, après celles de 2005 et de 2009[1]. Auparavant, les élections municipales avaient aussi lieu à l'automne, mais chaque année une partie des municipalités allait en élections, sur une base rotative.

À titre exceptionnel en raison de l'accident ferroviaire de Lac-Mégantic, l'Assemblée nationale du Québec annule l'élection dans cette municipalité et le conseil municipal est reconduit jusqu'en 2015[3].

Contexte et déroulement[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs municipalités, dont parmi les plus grandes, les élections suivent une période d'instabilité où les maires ont dû démissionner en raison des scandales liés à la corruption dans le milieu municipal. C'est le cas à Montréal, à Laval, à Mascouche. D'autres villes sont par ailleurs dominées par un maire à la personnalité forte et à discours populaire, notamment à Québec et à Saguenay.

Résultats[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

1 103 municipalités et 13 municipalités régionales de comté sont en élection. Le nombre de candidatures est en hausse, atteignant 13 233 personnes pour les postes de maire ou de conseiller municipal. Le taux de participation a augmenté par rapport aux élections municipales de 2009, passant de 44,8 % à 47,2 %, soit une augmentation de 5,4 %[4].

Nombre de poste à élire Élu par scrutin Élu par acclamation Absence de candidat Genre des élus
Préfet 13 6 7 0 masculin 61,5 % féminin 38,5 %
Maire 1 103 580 519 4 masculin 82,3 % féminin 17,7 %
Conseiller municipal 6 947 3 014 3 883 49 masculin 69,3 % féminin 30,7 %
Total 8 063 3 594 4 409 53 masculin 71 % féminin 29 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Je m'informe - Élections municipales au Québec, sur le site du MAMROT
  2. L'organisation municipale et régionale au Québec en 2013, document produit par le MAMROT
  3. La Presse canadienne, « Québec favorable à ce que les élus siègent deux ans de plus », Le Devoir,‎ (ISSN 0319-0722, lire en ligne).
  4. Portrait statistique préliminaire des élections municipales 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]