Paul St-Pierre Plamondon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul Saint-Pierre Plamondon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web

Paul St-Pierre Plamondon (souvent identifié par ses initiales, PSPP), né le à Trois-Rivières, est un avocat, chroniqueur télé et un homme politique québécois. Le , il annonce officiellement sa candidature à la direction du Parti Québécois. Son slogan - OUI - annonce une campagne positive et rassembleuse, résolument axée sur l'indépendance et sur la célébration du Québec de 2020. Contrairement à sa position constitutionnelle de 2016, cette fois-ci, il promet un référendum dans un premier mandat[1].

Candidat péquiste[2] dans le comté de Prévost à l'élection générale de 2018, il affronte l'ancienne ministre libéral Marguerite Blais, qui représente maintenant la Coalition Avenir Québec. Durant cette campagne électorale locale, Plamondon priorise l'environnement[3] Présenté comme un candidat vedette[4], il est facilement battu par Marguerite Blais qui obtient une majorité de 7137 votes (47.03 % VS 24,47 %)[5].

En 2016, il est candidat dans la course à la direction du Parti québécois de 2016, il termine en quatrième et dernière position avec 6.84 % d'appuis, et ce, sans obtenir d'appuis d'importance. Son engagement principal lors de cette course est de s'engager à ne pas tenir de référendum dans un premier mandat[6].

Le , le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, annonce la nomination de Paul St-Pierre Plamondon au poste de conseiller spécial du chef[7] au sein du Parti québécois. Sous le projet « Osez repenser le PQ », Paul St-Pierre Plamondon a pour mandat notamment de consulter la population du Québec sur le renouvellement du Parti québécois et à rédiger, au terme de cette démarche, un rapport et des recommandations sur la relance du Parti québécois[8]. La consultation ouverte s'adresse tout particulièrement au milieu des affaires, notamment les entrepreneurs et autres professionnels, les membres de la diversité et, plus globalement, les moins de 40 ans. Après 162 consultations auprès de plus de 3600 personnes, il dépose en avril 2017 un rapport comptant 156 recommandations[9]. Lors du congrès national du PQ en septembre 2017, seulement 44 recommandations ont été retenues par le Conseil exécutif national du PQ dans l'espoir d'une adoption rapide[10]

En octobre 2014, il publie aux Éditions Boréal "Les orphelins politiques" où il prône l’émergence d’un nouveau mouvement qui viendrait combler le vide ressenti par plusieurs orphelins politiques [11].

Études et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Paul St-Pierre Plamondon entreprend ses études collégiales au Collège André-Grasset et obtient son diplôme en 1997.

Il est titulaire d'un baccalauréat en droit civil et en common law de l'Université McGill (2001), d'une maîtrise en administration des affaires de l'université d'Oxford, au Royaume-Uni, (2006) et d'un certificat en droit international à l'université de Lund en Suède (2001)[12].

En 2003, il est procureur bénévole pour l’assemblée permanente des droits de la personne à Sucre, en Bolivie. Un peu plus tard en 2005, il travaillait aux affaires juridiques de l'OTAN en Belgique. Plus récemment, en 2009, il se joint à la firme d’avocats Delegatus en tant que vice-président et actionnaire de l’étude[13].

Le , il décide de briguer la chefferie du Parti québécois, devenant par le fait même, le 5e candidat officiel de la course qui doit couronner le successeur de Pierre Karl Péladeau[14]. Il termine 4e, soit en dernière position (une autre candidate s'étant retirée de la course pour des raisons de santé), en recueillant 3 772 votes (6,84 %) au premier tour

Le , il entre dans la course à la direction du Parti Québécois.

Implications politiques et sociales[modifier | modifier le code]

En 2007, il cofonde Génération d'idées, groupe de réflexion à but non lucratif dont la mission est d’intéresser les 20-35 ans au débat public en les invitant à s’exprimer sur des thèmes de société sur les diverses plates-formes de Génération d’idées.

En 2009, dans le but de promouvoir Génération d’idées et de sonder l’opinion de la génération Y du Québec, Paul St-Pierre Plamondon visite 19 villes québécoises en 63 jours et recueille ainsi que les réflexions de 500 jeunes. À la suite de cet exercice, il publie l’essai Des jeunes et l'avenir du Québec: les rêveries d'un promeneur solitaire[15],[16].

En 2010, il se joint à l’émission Bazzo.tv[17] sur les ondes de Télé-Québec à titre de chroniqueur au Point sur l’actualité. Il collabore également au livre De quoi le Québec a-t-il besoin?[18].

En 2011, il débute à titre de coanimateur de l’émission de radio Génératrice sur la Première Chaîne de Radio-Canada. Cependant, en , le groupe Génération d’idées plante plus de 250 balais en face de l'Assemblée nationale à Québec[19] et multiplie les interventions publiques[20] pour réclamer une commission d’enquête publique sur le milieu de la construction au Québec. Les interventions de Paul St-Pierre Plamondon en faveur de cette commission d’enquête amène Radio-Canada à demander son retrait de l’émission à titre de coanimateur[21].

En 2012, il défend les étudiants en grève devant les tribunaux[22] et participe à la manifestation des juristes contre le projet de loi 78 (devenu la loi 12)[23]. En , il démissionne de la présidence de Génération d'idées[24]. En , il devient chroniqueur au journal Les Affaires[25].

En , il publie un second essai intitulé Les Orphelins politiques: plaidoyer pour un renouveau du paysage politique québécois[26].

Paul St-Pierre Plamondon est l’auteur de plusieurs lettres ouvertes et interventions médiatiques sur divers sujets d'actualité du monde politique.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection générale québécoise de 2018 dans Prévost
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Marguerite Blais Coalition avenir 14 876 47 % 7 137
     Paul St-Pierre Plamondon Parti québécois 7 739 24,5 % -
     Lucie Mayer Québec solidaire 4 414 14 % -
     Naömie Goyette Libéral 4 063 12,8 % -
     Malcolm Mulcahy Conservateur 303 1 % -
     Michel Leclerc Parti libre 235 0,7 % -
Total 31 630 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 70,8 % et 477 bulletins ont été rejetés.
Source : DGEQ, « Résultats élections Québec 2018 », sur electionsquebec.qc.ca (consulté le 14 mai 2019)


Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Bellerose, « Parti québécois: Paul St-Pierre Plamondon promet un référendum dans un premier mandat », sur Le Journal de Québec (consulté le 22 juin 2020)
  2. « Paul St-Pierre Plamondon remporte l'investiture du PQ dans Prévost », sur La Presse, (consulté le 22 juin 2020)
  3. « Paul St-Pierre Plamondon fait de l’environnement sa première priorité », sur Journal Le Nord, (consulté le 22 juin 2020)
  4. T. V. A. Nouvelles, « Candidats-vedettes: quatre luttes à surveiller », sur Le Journal de Montréal (consulté le 22 juin 2020)
  5. « Marguerite Blais gagnante dans Prévost », sur Accès Laurentides, (consulté le 22 juin 2020)
  6. « PQ: Paul St-Pierre Plamondon cède le contrôle d'un référendum à la population », sur La Presse, (consulté le 22 juin 2020)
  7. « Paul St-Pierre Plamondon nommé conseiller spécial au PQ », sur Le Soleil, (consulté le 22 juin 2020)
  8. « Osez repenser le PQ : Paul St-Pierre Plamondon nommé conseiller spécial du chef », sur www.newswire.ca (consulté le 7 novembre 2016)
  9. « Osez repenser le PQ: le changement est en marche », sur Le Devoir (consulté le 22 juin 2020)
  10. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Que reste-t-il du rapport « Oser repenser le PQ »? », sur Radio-Canada.ca (consulté le 22 juin 2020)
  11. « Les orphelins politiques », sur www.editionsboreal.qc.ca (consulté le 22 juin 2020)
  12. Isabelle Porter, « Point chaud - « Le point limite est atteint » », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2013).
  13. La Presse (http://affaires.lapresse.ca/dossiers/affaires-juridiques/200904/16/01-847004-paul-st-pierre-plamondon-chez-delegatus.php), consulté le 28 décembre 2012
  14. ICI.Radio-Canada.ca, « Le fondateur des orphelins politiques, St-Pierre Plamondon, briguera la direction du PQ », sur Radio-Canada.ca (consulté le 2 juin 2016).
  15. Le Quotidien (http://www.lapresse.ca/le-quotidien/201006/07/01-4287525-lavenir-du-quebec.php), consulté le 14 janvier 2013
  16. Le Devoir (https://www.ledevoir.com/culture/livres/289022/essais-quebecois-contre-le-decrochage-politique-des-jeunes), consulté le 14 janvier 2013
  17. Télé-Québec: Bazzo.tv (http://bazzotv.telequebec.tv/collaborateurs.aspx), consulté le 11 janvier 2013
  18. Bazzo.tv (http://bazzotv.telequebec.tv/occurence.aspx?id=750), consulté le 2 février 2012
  19. Le Soleil (http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201110/18/01-4458491-operation-balai-face-au-parlement.php), consulté le 6 février 2012
  20. Le Devoir (http://m.ledevoir.com/politique/quebec/333844/enquete-sur-le-milieu-de-la-construction-l-attrape-huis-clos), consulté le 2 février 2012
  21. Le Devoir (https://www.ledevoir.com/politique/quebec/333949/operation-balais-devant-l-assemblee-nationale), consulté le 2 février 2012
  22. La Presse (http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201204/13/01-4515077-manifestation-etudiante-la-demande-dinjonction-de-ludem-est-rejetee.php.), consulté le 14 janvier 2013
  23. Le Devoir (https://www.ledevoir.com/politique/quebec/351613/le-point-limite-est-atteint), consulté le 14 janvier 2013
  24. « Paul St-Pierre Plamondon démissionne de la présidence de Génération d'idées », sur generationdidees.ca/nouvelles/paul-st-pierre-plamondon-demissionne-de-la-presidence-de-generation-didees
  25. « Paul St-Pierre Plamondon », sur lesaffaires.com/auteur/paul-st-pierre-plamondon/1845
  26. « Les Orphelins politiques », La Presse,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]