Élections générales québécoises de 1912

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections générales québécoises de 1912
Type d’élection Élection législative
Postes à élire 81 députés
Corps électoral et résultats
Inscrits 479 521
Votants 291 292
62,11 %  −1,3
Lomer Gouin, 2nd in 1910.png PLQ – Lomer Gouin
Voix 155 958
53,54 %
 0
Sièges obtenus 62  +5
Joseph-Mathias Tellier.png PCQ – Joseph-Mathias Tellier
Voix 125 277
43,01 %
 +3,1
Sièges obtenus 16  +2
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
OUV – Joseph-Alphonse Langlois
Voix 3 751
1,29 %
Sièges obtenus 1  +1
Armand Renaud Lavergne.jpg LNC – Armand Lavergne
Voix 2 703
0,93 %
 −1,6
Sièges obtenus 1  −2
Jean Prevost 1905.png LIBI – Jean Prévost
0,25 %
Sièges obtenus 1
Assemblée législative
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Lomer Gouin
PLQ
Lomer Gouin
PLQ

L'élection générale québécoise de 1912 s'est tenu le afin d'élire à l'Assemblée législative de la province du Québec (Canada) les députés de la 13e législature. Il s'agit de la 13e élection générale depuis la confédération canadienne de 1867. Le Parti libéral du Québec, au pouvoir et dirigé par le premier ministre Lomer Gouin, est réélu, formant de nouveau un gouvernement majoritaire.

Contexte[modifier | modifier le code]

Durant la session parlementaire, les Conservateurs étaient dirigés par Joseph-Mathias Tellier étant donné que le chef du parti Pierre-Évariste Leblanc n'avait pas été réélu.

Le 3 avril 1912, on fait passer le nombre de circonscriptions de 74 à 81 dans le but de diviser les circonscriptions très populeuses[1].

Avant l'élection, une alliance est conclue entre le Parti conservateur et le mouvement nationaliste d'Henri Bourassa et Armand Lavergne.

Dates importantes[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Libéral Conservateur Ouvrier Ligue nationaliste Indépendant
62 sièges 16 sièges 1 siège 1 siège 1 siège
^
majorité

Résultats par parti politique[modifier | modifier le code]

Les 63 sièges libéraux incluent l'élection de Gustave Lemieux (avec approbation) à Gaspé le et l'élection de Joseph-Édouard Caron aux Îles-de-la-Madeleine .

Les libéraux de Lomer Gouin sont reportés au pouvoir mais cette fois les conservateurs font meilleure figure avec 43 % des suffrages.


élections précédentes • Résultats des élections générales de 1912 • élections suivantes
Partis Chef Candidats Sièges Voix
1908 diss. Élus +/- Nb % +/-
     Libéral Lomer Gouin 80 57
-
62 +5 155 958 53,5 % +0,01 %
     Conservateur Joseph-Mathias Tellier 76 14
-
16 +2 125 277 43 % +3,09 %
     Ouvrier 3
-
-
1 +1 3 751 1,3 % -
     Libéral indépendant 5
-
-
-
-
2 864 1 % -0,63 %
     Ligue nationaliste 2 3
-
1 -2 2 703 0,9 % -1,64
     Indépendant 3
-
-
1 +1 739 0,3 % -2,11 %
Total 169 74 81   291 292 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 62,1 % et 3 378 bulletins ont été rejetés.
Il y avait 479 521 personnes inscrites sur la liste électorale pour l'élection,
toutefois seules 474 446 personnes avaient plus d'un candidat dans leur district.
Source : Pierre Drouilly, Statistiques électorales du Québec. 1867-1989, Québec,
Assemblée nationale du Québec, , 3e éd. (ISBN 2-551-12466-2)
.

Élus sans opposition : 1 libéral

Résultats par circonscription[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]