Catherine Fournier (femme politique, 1992)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Catherine Fournier et Fournier.

Catherine Fournier
Illustration.
Catherine Fournier en 2018
Fonctions
Députée à l'Assemblée nationale du Québec
En fonction depuis le
(3 ans et 7 jours)
Élection 5 décembre 2016
Réélection 1er octobre 2018
Circonscription Marie-Victorin
Législature 41e et 42e
Groupe politique Indépendante (depuis 2019)
Parti québécois (2016-2019)
Prédécesseur Bernard Drainville
Biographie
Date de naissance (27 ans)
Lieu de naissance Sainte-Julie (Québec), Canada
Parti politique Indépendante
Parti québécois
Bloc québécois
Diplômée de Université de Montréal

Catherine Fournier, née le à Sainte-Julie, est une femme politique québécoise.

Elle est actuellement députée souverainiste indépendante dans la circonscription de Marie-Victorin. Elle est la plus jeune femme à avoir été élue députée à l'Assemblée nationale du Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Catherine Fournier est diplômée de l'Université de Montréal. Elle est détentrice d'un baccalauréat (B. Sc.) composé d'une majeure en sciences économiques et d'une mineure en science politique. Préalablement, elle a obtenu son diplôme d'études collégiales au Cégep du Vieux-Montréal, en sciences humaines profil Questions internationales, après avoir complété un échange étudiant de 6 mois aux États-Unis dans le cadre du programme American Field Service (AFS).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Militantisme[modifier | modifier le code]

D'abord représentante jeune du Parti québécois dans les circonscriptions de Marguerite d'Youville puis de Verchères, Catherine Fournier multiplie les implications militantes entre 2011 et 2015, notamment comme membre du conseil d'administration de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM), comme responsable du contenu au Forum jeunesse du Bloc québécois (FJBQ), ainsi que comme présidente du Mouvement des étudiants souverainistes de l'Université de Montréal (MÉSUM).

Candidate et attachée politique[modifier | modifier le code]

Candidate pour le Bloc québécois dans Montarville aux élections fédérales de 2015, elle échoue à être élue en terminant deuxième avec 28,42 %, derrière le libéral Michel Picard, mais devant la députée néo-démocrate sortante[1]. À la suite de la démission de Gilles Duceppe de la chefferie du Bloc québécois, elle remplace Monique Pauzé, élue dans Repentigny, en tant que vice-présidente du parti.

Elle quitte peu après son poste de vice-présidente pour travailler au cabinet du chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale du Québec, Pierre Karl Péladeau. En juin 2016, elle annonce qu'elle sera candidate à l'investiture du PQ dans la circonscription de Marie-Victorin, suite à la démission de Bernard Drainville. Elle est finalement désignée candidate en septembre 2016, s'imposant face à la comédienne Sophie Stanké, au gestionnaire financier Philippe Cloutier, au syndicaliste Nicolas Dionne, à l’ancien journaliste Carl Gilbert et au juriste Mathieu Marcotte, au terme d'une assemblée d'investiture chaudement disputée[2].

Députée de Marie-Victorin[modifier | modifier le code]

L'élection partielle a lieu le 5 décembre et Catherine Fournier est élue en obtenant 52,49 % des suffrages. Âgée de 24 ans, elle devient alors la plus jeune femme députée de l'histoire de l'Assemblée nationale du Québec, devançant Elsie Lefebvre, qui avait été élue en 2004 à l'âge de 25 ans[3].

Le 13 janvier 2017, elle est nommée porte-parole de l'opposition officielle en matière d'habitation et de protection des consommateurs[4].

Le 6 septembre 2017, elle ajoute à ses dossiers parlementaires la condition féminine et les relations avec la communauté LGBTQ+[5].

Le 2 février 2018, dans le cadre d'un remaniement majeur des responsabilités chez les députés de l'opposition officielle, elle devient porte-parole du Parti Québécois en matière d'immigration et de diversité, de jeunesse, de condition féminine et responsable des relations avec la communauté LGBTQ+[6].

Publication de L'audace d'agir et tournée du Québec[modifier | modifier le code]

Le 14 novembre 2017, elle publie le livre L'audace d'agir aux éditions Somme toute, un appel à l'engagement des jeunes de sa génération, les milléniaux[7]. Au cours de l'hiver et du printemps 2018, elle visite près d'une quarantaine d'institutions collégiales et universitaires dans 15 des 17 régions administratives du Québec[8]. À la suite de sa tournée, elle publie un rapport faisant état des priorités des jeunes qu'elle a rencontrés[9].

Réélection en 2018 et départ du Parti Québécois[modifier | modifier le code]

Catherine Fournier est réélue députée de Marie-Victorin lors des élections générales québécoises du 1er octobre 2018, après une lutte serrée qui lui donne la victoire par 705 votes. Elle est la seule candidate du Parti Québécois à être élue dans l'ensemble de la région du Grand Montréal.

Le caucus péquiste étant réduit à dix députés, elle est nommée le 22 octobre 2018 porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de transports, d'économie, d'immigration et de diversité, d'institutions démocratiques, de condition féminine et responsable des relations avec les OUI-Québec[5], les Organisations unies pour l'indépendance.

Le 11 mars 2019, elle annonce qu'elle quitte le caucus du Parti Québécois pour siéger à titre de députée souverainiste indépendante, arguant que son parti n'est «n’est tout simplement pas le véhicule adéquat pour permettre au Québec de devenir un pays.[10]»

Publication de Le projet Ambition Québec : s'organiser pour l'indépendance

Le 19 novembre 2019, elle publie un deuxième livre, Le projet Ambition Québec : s'organiser pour l'indépendance, aux éditions Somme toute, dans lequel elle propose «une feuille de route et quelques pistes de solution pour que le mouvement souverainiste retrouve sa capacité de gagner.[11]»

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection générale de 2018 dans Marie-Victorin
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Catherine Fournier (sortant) Parti québécois 8 952 30,8 % 705
     Martyne Prévost Coalition avenir 8 247 28,4 % -
     Carl Lévesque Québec solidaire 6 295 21,7 % -
     Sonia Ziadé Libéral 4 418 15,2 % -
     Laeticia Poiré-Hill Vert 625 2,2 % -
     Myriam de Grandpré-Ruel NPD Québec 310 1,1 % -
     Shirley Cedent Changement Intégrité 98 0,3 % -
     Pierre Chénier Marxiste-léniniste 60 0,2 % -
     Florent Portron Équipe autonomiste 45 0,2 % -
Total 29 050 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 62,9 % et 546 bulletins ont été rejetés.
Source : DGEQ, « Résultats élections Québec 2018 », sur electionsquebec.qc.ca (consulté le 14 mai 2019)


Élection partielle de 2016 dans Marie-Victorin
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Catherine Fournier Parti québécois 6 302 52,5 % 4 599
     Carl Lévesque Québec solidaire 1 703 14,2 % -
     Julie Chapdelaine Coalition avenir 1 699 14,2 % -
     Normand Parisien Libéral 1 613 13,4 % -
     Vincent J. Carbonneau Vert 315 2,6 % -
     Fabien Villemaire Option nationale 109 0,9 % -
     Roch Dumont Travailliste 101 0,8 % -
     Hoang Nam Nguyen Conservateur 90 0,7 % -
     Shirley Cedent Changement Intégrité 30 0,2 % -
     Florent Portron Équipe autonomiste 22 0,2 % -
     Étienne Turgeon Pelletier Parti indépendantiste 21 0,2 % -


Total 12 005 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 25,7 % et 147 bulletins ont été rejetés.


Élection fédérale de 2015
Candidat Parti # de voix % des voix
     Stéphane Duranleau Conservateur +06 284, 10,85 %
     Catherine Fournier Bloc québécois +16 460, 28,42 %
     Michel Picard Libéral +18 848, 32,54 %
     (sortant) Djaouida Sellah NPD +14 296, 24,68 %
     Olivier Adam Vert +01 388, 2,4 %
     Claude Leclair Parti libertarien +00640, 1,11 %
Total 57 916 100 %

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://lavoixdesthubert.ca/ca-bouge-au-bloc-catherine-fournier-sera-la-candidate-dans-montarville/
  2. « Catherine Fournier sera la candidate du PQ dans Marie-Victorin », Le Devoir, 19 septembre 2016.
  3. « Catherine Fournier, plus jeune femme élue députée au Québec », Radio Canada, 06 décembre 2016.
  4. « Catherine Fournier - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le 1er mai 2017)
  5. a et b « Catherine Fournier - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le 17 décembre 2018)
  6. « Remaniement au PQ: des responsabilités accrues pour Catherine Fournier », sur Le Courrier du Sud, (consulté le 17 décembre 2018)
  7. Vicky Fragasso-Marquis, « La députée Catherine Fournier lance un livre pour inciter les jeunes à s'engager », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 17 décembre 2018).
  8. « Catherine Fournier à la rencontre de sa génération | La Presse ».
  9. « Rapport de la tournée L'audace d'agir », sur catherine.quebec.
  10. Pascal Dugas Bourdon, « L'étoile montante Catherine Fournier quitte le PQ: une autre tuile s’abat sur le parti déjà mal en point », sur Le Journal de Montréal (consulté le 19 octobre 2019)
  11. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Catherine Fournier reprend son combat pour l'indépendance », sur Radio-Canada.ca (consulté le 19 octobre 2019)