Élection partielle québécoise de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'élection partielle québécoise de 2012 est une élection partielle qui s'est déroulé le . Elle vise à élire un député dans chacune des circonscriptions d'Argenteuil et LaFontaine[1].

Le scrutin est nécessaire en raison de la démission de David Whissell, député d'Argenteuil, le et celle de Tony Tomassi, député de LaFontaine, le .

Au Québec, une élection partielle doit être convoqués par le premier ministre dans les six mois suivant la libération d'un siège à l'Assemblée nationale.

Argenteuil[modifier | modifier le code]

Cette circonscription est un château fort libéral depuis 1966[2]. La candidate libérale est Lise Proulx, ancienne collaboratrice du député démissionnaire, David Whissell.

Le candidat du Parti québécois, Roland Richer[3], un enseignant[4], critique le gouvernement Charest à propos de la gestion de l'hôpital de Lachute[5].

Le plus connu est le candidat caquiste, Mario Laframboise, ancien député de la circonscription fédérale d'Argenteuil—Papineau—Mirabel pour le Bloc québécois de 2000 à 2011.

Le candidat d'Équipe autonomiste est Gérald Nicolas, chef intérimaire de ce nouveau parti, créé le . Il a une bonne expérience en politique internationale et est actuellement propriétaire d'un centre d'hébergement pour personnes âgées.

Argenteuil
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Roland Richer Parti québécois 6 631 36,4 % 593
     Lise Proulx Libéral 6 038 33,1 % -
     Mario Laframboise Coalition avenir 3 905 21,4 % -
     Claude Sabourin Vert 549 3 % -
     Yvan Zanetti Québec solidaire 500 2,7 % -
     Patrick Sabourin Option nationale 238 1,3 % -
     Jean Lecavalier Conservateur 189 1 % -
     Georges Lapointe Indépendant 152 0,8 % -
     Gérald Nicolas Équipe autonomiste 26 0,1 % -
Total 18 228 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 42,5 % et 225 bulletins ont été rejetés.

LaFontaine[modifier | modifier le code]

Dans LaFontaine, le candidat libéral est Marc Tanguay, avocat spécialisé en litige, président du Parti libéral du Québec depuis le [6].

Le candidat du Parti québécois est Frédéric St-Jean. Il a déclaré : « J'utiliserai la tribune qui m'est offerte pour rappeler les dérives éthiques des libéraux. La corruption doit cesser »[7].

Le candidat d'Équipe autonomiste est Guy Boivin, technicien en droit et coauteur de La bonbonnière (2007) et d'un deuxième roman Le temps figé (2012). Il représente un nouveau parti, créé le , décidé à réformer l'administration publique avec l'aide du Vérificateur général et à donner une voix à la majorité silencieuse.

LaFontaine
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Marc Tanguay Libéral 5 446 53,4 % 3 710
     Frédéric St-Jean Parti québécois 1 736 17 % -
     Domenico Cavalerie Coalition avenir 1 601 15,7 % -
     Sébastien Rivard Québec solidaire 603 5,9 % -
     Gaëtan Bérard Vert 308 3 % -
     Paolo Zambito   Option nationale 161 1,6 % -
     Patrice Raza Conservateur 129 1,3 % -
     Marc-André Beauchesne Indépendant 104 1 % -
     Renaud Blais Parti nul 82 0,8 % -
     Guy Boivin Équipe autonomiste 36 0,4 % -
Total 10 206 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 25,5 % et 183 bulletins ont été rejetés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]