Le projet « Politique québécoise » est lié à ce portail

Portail:Politique québécoise

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Portail  Portail    Projet Québec  Projet Québec    Projet Politique canadienne  Projet Politique canadienne    Index des articles  Index des articles    Café  Café


L'Hôtel du Parlement à Québec
Portail de la Politique québécoise
2 749 articles sont actuellement liés au portail
voir les dernières modifications
Élections • Institutions • Législatures •  Partis • Personnalités

Le Québec est une monarchie parlementaire dans le cadre du fédéralisme canadien.

Le chef d'État est la reine Élisabeth II, représentée au Québec par un lieutentant-gouverneur. Le pouvoir législatif est exercé par le Parlement composé d'une chambre unique, l'Assemblée nationale. Le pouvoir exécutif par le gouvernement avec à sa tête le premier ministre. La Cour d'appel est le plus haut tribunal de la province.

Les institutions parlementaires du Québec sont basées sur le système de Westminster. Elles sont héritées de celles du Bas-Canada qui datent de 1791, soit parmi les plus anciennes d'Amérique du Nord.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Lumière sur

Le fédéralisme au Québec désigne l'idéologie qui prône que le Québec conserve son statut de province au sein de la fédération canadienne, plutôt que de devenir un pays souverain. Cette idéologie s'oppose donc au souverainisme québécois qui prône l'indépendance du Québec.

Le fédéralisme québécois désigne une idéologie générale. Au sein de ce mouvement, des opinions diverses peuvent être perçues. Certains fédéralistes sont partisans du statu quo alors que d'autres prônent une modification de la Constitution afin d'accorder plus de pouvoirs au Québec. Les partisans du fédéralisme au Québec sont appelés « fédéralistes ».

Bien qu'habituellement, le terme « fédéraliste » est simplement utilisé pour toute personne n'adhérant pas à l'idéologie souverainiste, il y a tout de même deux branches distinctes de fédéralisme québécois, celles-ci incluent fédéralisme nationaliste et fédéralisme du statu quo.

Les fédéralistes nationalistes défendent le concept du Québec demeurant au Canada, tout en revendiquant une plus grande autonomie au sein de la confédération canadienne, ainsi que la reconnaissance constitutionnelle du peuple québécois comme une société distincte. L'Union nationale sous Maurice Duplessis était nationaliste sans prôner explicitement l'indépendance du Québec avant l'arrivée de Daniel Johnson à la tête du parti. Le Parti libéral du Québec était un parti majeur du nationalisme fédéraliste aux époques de Jean Lesage et de Robert Bourassa. Toutefois, depuis l'échec des accords du lac Meech et de Charlottetown, ainsi que du référendum de 1995 au Québec sur la question de la souveraineté, le parti n'a aucun plan pour la reconnaissance nationale officielle. Robert Bourassa, Jean Lesage et Brian Mulroney furent des adhérents notables à cette idéologie. De 1994 à 2012, c'était l'Action démocratique du Québec, avec sa vision autonomiste du Québec, qui faisait entendre la voix des fédéralistes nationalistes québécois à l'Assemblée nationale du Québec.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Loi

La Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement les services de transport par taxi aussi nommé « Projet de loi n°100 » ou « PL100 », est un projet loi québécois déposé le par le Gouvernement Couillard à l'Assemblée nationale du Québec modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement les services de transport par taxi.

Ce projet de loi déposé par le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports Jacques Daoust, réaffirme la position du gouvernement par rapport aux services de taxi et contraint, du même coup, la multinationale Uber à se plier aux lois québécoises du taxi.

En plus de réglementer, le taxi, le projet de loi 100 contient plusieurs dispositions visant à augmenter la sécurité des cyclistes. Il prévoit l'augmentation des amendes pour l'emportiérage, qui passerait de 30 $ à 60 $ à 200$ à 300$. Elle prévoit aussi de l’appliquer aux passagers du véhicules.

Le projet de loi prévoit aussi de modifier la manière de dépasser un vélo sur une même voie. Lorsqu'une automobile doit dépasser un vélo, il doit ralentir et tenir une distance de 1 m dans les zones de 50 km/h et moins et de 1,5 m quand la vitesse excède 50 km/h.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
 
modifier 
 Icône Personnalité du moment
Jean-François Lisée en 2013

Jean-François Lisée est un journaliste, écrivain et homme politique québécois, né le à Thetford Mines. Après une carrière de journaliste dans les années 1980 et 1990, il devient conseiller des premiers ministres québécois Jacques Parizeau et Lucien Bouchard et de 1994 à 1999. Depuis les élections québécoises de 2012, il est député de Rosemont. Il occupe le poste de ministre des Relations internationales et de la Francophonie dans le gouvernement Marois (2012-2014). Depuis le 7 octobre 2016, il est chef du Parti québécois et chef de l'opposition officielle du Québec.

Né dans une famille de commerçants de Thetford-Mines, dans la région Chaudière-Appalaches, il a complété une licence en droit et une maîtrise en communications à l'Université du Québec à Montréal et obtenu, en 1982, un diplôme en journalisme de la première école française de journalisme, le Centre de formation des journalistes de Paris.

Il est père de cinq enfants.

Il a été correspondant à Paris et Washington pendant les années 1980 pour La Presse, la radio de Radio-Canada et L'Événement du jeudi. Il a été, et est toujours, collaborateur à la revue L'Actualité.

Dans les années 1990, il a publié quelques articles dans les pages du New York Times, du Washington Post, des quotidiens Le Monde, Libération et de l'hebdomadaire L'Express.

Après avoir publié plusieurs ouvrages sur la politique québécoise, Lisée devient en 1994 conseiller politique du premier ministre Jacques Parizeau puis, de 1995 à septembre 1999, de son successeur Lucien Bouchard. Il a été l'un des principaux architectes de la stratégie référendaire de 1995.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Le saviez-vous ?

L’élection générale québécoise de 2014, qui est le 41e scrutin général du Québec depuis 1867, se tient le  ; elle mène à la défaite du Parti québécois au profit du Parti libéral du Québec, permettant à Philippe Couillard de devenir premier ministre du Québec.

Le scrutin amène l’élection des députés de la 41e législature de l’Assemblée nationale, c’est-à-dire à 70 députés libéraux, 30 députés péquistes, 22 députés caquistes et 3 députés solidaires. Au moment de la dissolution de l’Assemblée nationale le , celle-ci était plutôt composée de 54 députés péquistes, 49 libéraux, 18 caquistes, 2 solidaires et 2 indépendants.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Articles promus
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg Avec honneur et enthousiasme. Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Brian Mulroney à propos de son souhait de faire adhérer le Québec à la Constitution.
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Portails connexes
  • Autres
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif

Autres portails.

Avertissement