Céline Galipeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galipeau.

Céline Galipeau (Céline Loan Galipeau)[1] née à Longueuil en 1957[2], est une journaliste québécoise qui est devenue, en janvier 2009, la première femme chef d'antenne de la Télévision de Radio-Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Céline Galipeau est née à Longueuil, en 1957, de l’union de Georges Galipeau, journaliste et diplomate canadien, et de Pham Thi Ngoc Lang, réfugiée de la guerre d’Indochine (1946-1954) et infirmière vietnamienne. Avec ses deux sœurs cadettes, elle a passé presque toute son enfance au Togo, au Sénégal, au Liban, en Syrie, en Cisjordanie et en Jordanie, selon les affectations de son père[1].

Elle étudie en sciences politiques à l'université de Beir Zeit en Cisjordanie en 1976 et en littérature anglaise à l'université d'Amman en Jordanie en 1977. Elle revient à Montréal en 1978 et obtient en 1980 son baccalauréat en sciences politiques et en sociologie à McGill, entrepris à l'UQAM, puis termine en 1983 sa scolarité de maîtrise en sociologie et en sciences politiques[1],[3].

Sa carrière journalistique commence en 1983 dans la presse privée. Elle anime des bulletins et écrit des articles, mais choisit ensuite de couvrir directement l'information sur le terrain.

Elle entre au service de Radio-Canada en 1984. Après avoir couvert l'actualité canadienne à Toronto, elle postule pour devenir correspondante à l'étranger et sera tour à tour en poste à Londres, Paris, Moscou, Beijing. Elle fait des reportages sur la Guerre du Golfe, puis la guerre civile algérienne, la guerre de Tchétchénie et la guerre du Kosovo pendant les années 1990. Elle a réalisé de nombreux reportages sur la condition féminine, en particulier ceux portant sur la Quatrième Conférence Mondiale des Nations unies sur les femmes à Pékin en 1995 qui lui ont mérité le prix Amnesty International. Envoyée spéciale en Afghanistan, elle a dû porter le voile pour se renseigner sur la condition féminine dans le pays.

De retour au Canada en 2003[1],[4], Céline Galipeau anime à Montréal l'édition du week-end du Téléjournal en alternance avec Bernard Derome, en semaine. En janvier 2009, elle a succédé à Bernard Derome comme présentatrice à plein temps du Téléjournal.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jean-Benoît Nadeau, « Citoyenne du monde », sur McGill News Alumni, le 2 janvier 2010.
  2. « Céline Galipeau, journaliste », sur www.rcinet.ca
  3. Nathalie Petrowski, « Céline Galipeau : passation des pouvoirs », dans La Presse du 3 janvier 2009.
  4. Yvan Duperré, « La vie de correspondant à l'étranger : L'humain à l'honneur avec Céline Galipeau et Jacques Bissonnet », sur www.toile.coop : LaToile des communicateurs, conférence du 25 mai 2005.
  5. « Céline Galipeau : Officière » de l'Ordre national du Québec