Élections générales québécoises de 2018

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Élection générale
québécoise de 2018
125 députés
Type d’élection Élection législative
Carte
Sortant
Philippe Couillard
Parti Libéral du Québec

L'élection générale québécoise de 2018 sera la 42e élection générale québécoise et devrait se tenir au plus tard le . Il s'agira de la première élection prévue à une date fixe au Québec à la suite de l'adoption d'une loi en ce sens le 14 juin 2013[1]. Malgré cette planification, les élections pourraient quand même être déclenchées avant cette date.

Contexte et enjeux[modifier | modifier le code]

L'élection générale québécoise de 2018 sera la première élection québécoise à se tenir à date fixe. Cette caractéristique, quoique inscrite juridiquement par la «Loi modifiant la Loi électorale afin de prévoir des élections à date fixe», adoptée en 2013, n'est cependant pas contraignante[2].

Environnement[modifier | modifier le code]

Transport collectif et étalement urbain[modifier | modifier le code]

L'élection à la Mairie de Montréal de Valérie Plante fit en sorte que la question des transports collectifs prit une place prépondérante durant la première moitié de 2018. Les investissement majeurs du gouvernement Trudeau dans les infrastructures de transport collectif mettent aussi de la pression sur les partis politiques provinciaux. Les dossiers du Réseau express metropolitain et du trosième lien entre la ville de Québec et sa rive-sud font couler beaucoup d'encre.

Ligne Rose du Métro de Montréal[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection à la mairie de Montréal, Projet Montréal et Valérie Plante ont dévoilé leur projet de ligne de métro Rose. D'un parcours de près de 30 km, la ligne devrait relier Montréal-Nord à Lachine en passant par le Centre-ville de Montréal. Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux avait indiqué en novembre 2017, qu'il regarderait le projet.[3] Le 18 janvier 2018, c'est au tour du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, de se dire favorable à la logique du projet de la ligne rose[4].

Réseau express métropolitain[modifier | modifier le code]

Le Parti québécois signifia son opposition au projet du Réseau express métropolitain de la CDPQ et a présenté une alternative. Le Parti québécois voudrait mettre de l'avant le plan du Grand déblocage[5]. Ce projet metterait en place des lignes de tramway, des lignes de SRB et augmenterait la cadence des passages des trains de banlieue[6]. La mairesse de Montréal, Valérie Plante s'est dite contre la possibilité que le REM ne voit pas le jour[7].

Le maire de Laval, Marc Demers et la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent ont émis des réserves quant au REM et au style de gouvernance de CDPQ Infra quant à la possibilité ou non, de gérer le rabbatement de leurs systèmes de transports municipaux en faveur du REM[8].

Réseau structurant de Québec[modifier | modifier le code]

Le 16 mars 2018, le maire de Québec, Régis Labeaume lance son projet de Tramway pour la ville de Québec. Doublé d'un vaste réseau de bus rapides, le projet de 23 km devrait relier le Sud-Ouest de la ville de Québec au Nord-Ouest de la ville en passant par la colline parlementaire et Limoilou[9]. Le premier ministre Couillard, présent lors de la conférence de presse, indiqua son appui au projet[10]. Les radios parlées de Québec, très militantes en faveur du trosième lien physique entre Québec et sa rive-sud, se sont montrées extrêmement défavorables vis à vis du projet. En revanche, les trois partis d'opposition (PQ, CAQ, QS) ont exprimé leur soutien, seul le PCQ a clairement indiqué être en désaccord avec le projet.

Rôle de l'État[modifier | modifier le code]

Avenir politique du Québec[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Partis politiques et chefs[modifier | modifier le code]

Principaux partis
Parti Idéologie
     Parti libéral du Québec Fédéralisme, Libéralisme économique
     Parti québécois Souverainisme, Social-démocratie
     Coalition Avenir Québec Nationalisme, Libéralisme économique
     Québec solidaire Socialisme démocratique, Féminisme, Souverainisme
     Parti vert du Québec Écosocialisme, Écologie, Fédéralisme
     Parti conservateur du Québec Fédéralisme, conservatisme fiscal
     Nouveau Parti démocratique du Québec Fédéralisme, Gauche économique
     Parti marxiste-léniniste du Québec Communisme

Parti libéral du Québec[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parti libéral du Québec.
Philippe Couillard, Premier ministre du Québec et chef du Parti libéral du Québec

Chef : Philippe Couillard[11]

Slogan des politiques gouvernementales  : Ensemble, on fait avancer le Québec

Slogan pré-campagne  : Une équipe forte : 2018

Au pouvoir presque sans interruption depuis 2003, le Parti libéral du Québec tentera de se faire réélire pour un deuxième mandat consécutif avec Philippe Couillard à sa tête. Le PLQ voit sa situation se dégrader dans les enquêtes d'opinions publiées par les médias dans les derniers mois précédant la campagne électorale[12]. Selon des observateurs de la scène politique québécoise, la période d'austérité décrétée par le gouvernement au début de leur mandat serait un irritant chez de nombreux électeurs[13]. La difficulté d'incarner le changement serait aussi difficile pour les troupes libérales puisqu'elles ont dirigé le Québec durant 13 des 15 dernières années.

Parti québécois[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parti québécois.
Jean-François Lisée, Chef du Parti québécois

Chef : Jean-François Lisée[14]

Vice-cheffe : Véronique Hivon[15]

Slogan (pré-campagne) : Un État fort au service des gens

Après deux courses à la chefferie, une en 2015 et l'autre en 2016, le Parti québécois se voit en difficulté dans les sondages[16]. Le leadership de Jean-François Lisée ne suscite pas d'enthousiame chez les électeurs québécois. Lors du congrès de septembre 2017, les membres du Parti québécois ont accepté de mettre de côté l'option souverainiste lors de la présente élection. Le parti semble vouloir effectuer un virage à gauche en adoptant des politiques plus sociales et en s'éloignant des politiques plutôt néolibérales afin de se démarquer du PLQ et de la CAQ.

Coalition avenir Québec[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coalition avenir Québec.
François Legault, Chef de la Coalition Avenir Québec

Chef : François Legault[17]

Slogan (pré-campagne) : L'équipe du changement

Chef-fondateur de la Coaliton Avenir Québec, François Legault en est à sa troisième élection générale en tant que chef de la CAQ. La formation de centre-droite nationaliste se maintient en tête des sondages depuis l'automne 2017. Cible de tous les autres chefs, François Legault et la CAQ devront conserver leur position de meneur jusqu'au 1er octobre 2018 s'ils veulent être en mesure de prendre le pouvoir.

Québec solidaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Québec solidaire.
Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé, co-porte paroles de Québec solidaire

Nominée au poste de Première ministre : Manon Massé[18]

Co-porte-parole masculin : Gabriel Nadeau-Dubois[19]

Slogan (pré-campagne) : Reprendre le Québec

La formation de gauche souhaite obtenir le même genre d'appui populaire qu'ont eu les campagnes de Bernie Sanders aux États-Unis ou de Jean-Luc Mélenchon en France[20]. Québec solidaire souhaite sortir des quartiers centraux de Montréal et devenir une force de changement majeure.

Parti vert du Québec[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parti vert du Québec.

Chef : Alex Tyrrell

Slogan (pré-campagne) : La gauche fédéraliste! / Bien plus qu'une couleur

Cette élection générale sera la première depuis que la formation écologiste a officiellement adopté une position fédéraliste. Les verts souhaitent augmenter leurs appuis à l'échelle de la province et comptent rallier le vote des fédéralistes appuyant Québec solidaire, déçus de la fusion avec Option nationale, ainsi que les libéraux mécontents du dernier gouvernement en leur offrant une alternative fédéraliste et progressiste. Le PVQ souhaite également présenter un plus grand nombre de candidats aux quatre coins de la province.

Parti conservateur du Québec[modifier | modifier le code]

Adrien D. Pouliot, Chef du Parti conservateur du Québec

Chef : Adrien D. Pouliot

Slogan (pré-campagne) : Avoir du front

Cette campagne sera la deuxième du chef Adrien Pouliot et la première depuis que le Parti conservateur est inclus dans les sondages d’intention de vote. Les principaux objectifs du parti sont d’augmenter ses appuis en se faisant connaître comme une alternative au quatre partis principaux et de faire élire son chef dans la circonscription de Chauveau.

Nouveau Parti démocratique du Québec[modifier | modifier le code]

Chef : Raphaël Fortin

Slogan (pré-campagne) : Bâtir l’alternative / Ensemble

Pour sa première campagne, le NPDQ souhaite se positionner comme une alternative aux partis de gauche souverainistes ainsi qu’au Parti libéral. Le parti espère également convaincre les jeunes et les abstentionnistes de voter pour lui.

Parti marxiste-léniniste du Québec[modifier | modifier le code]

Chef : Pierre Chénier

Bloc Pot[modifier | modifier le code]

Chef par interim:

Autres Partis[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Événements et chronologie[modifier | modifier le code]

  • 20 septembre : Face à Face Québec 2018 de 20h à 22h sur les ondes de TVA et LCN
  • 1er octobre : Journée de vote et dévoilement des résultats.

Slogans[modifier | modifier le code]

Slogans des partis lors de l'élection
Parti Slogan
     Parti libéral du Québec
     Parti québécois
     Coalition Avenir Québec
     Québec solidaire
     Parti vert du Québec
     Parti conservateur du Québec
     Nouveau Parti démocratique du Québec
     Parti marxiste-léniniste du Québec

Débats des chefs[modifier | modifier le code]

Financement populaire[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2013, le financement des partis politiques est limité à 100$ par année, par électeur[21], et 200$ dans les années où d'élection générale[22]. Le site du web d'Élections Québec possède un outil de recherche où sont répertoriées tous les donateurs, de même que les montants accordés à chaque parti politique du Québec. Il est donc possible de faire le suivi des dons aux partis politiques en effectuant un relevé mensuel. Les dons des partis suivants sont répertoriés dans ces tableaux: Coalition Avenir Québec, Parti libéral du Québec, Parti québécois et Québec solidaire.

Sondages[modifier | modifier le code]

Évolution des intentions de vote entre les 41e et 42e élections générales québécoises.

Députés qui ne se représentent pas[23][modifier | modifier le code]

Nom Parti Circonscription Fonction Date de la première élection
Alexandre Cloutier[24] Parti québécois Lac-Saint-Jean, Saguenay -- Lac-Saint-Jean
  • Porte-parole de l’opposition officielle en matière d’enseignement supérieur et de recherche
  • Porte-parole de l’opposition officielle responsable de la région du Nord-du-Québec
  • Porte-parole de l’opposition officielle en matière de communautés nordiques et d’affaires autochtones
26 mars 2007
Agnès Maltais[25] Parti québécois Taschereau, Capitale-Nationale
  • Porte-parole de l’opposition officielle en matière de laïcité
  • Porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éthique et d’intégrité
  • Porte-parole de l’opposition officielle responsable de la région de la Capitale-Nationale
30 novembre 1998
Nicole Léger[26] Parti québécois Pointe-aux-Trembles, Montréal Porte-parole de l’opposition officielle pour le Conseil du trésor 9 décembre 1996

29 mai 2008*

Claude Cousineau[27] Parti québécois Bertrand, Laurentides Président de séance 30 novembre 1998
Stéphanie Vallée[28] Parti libéral du Québec Gatineau, Outaouais
  • Ministre de la Justice
  • Ministre responsable de la région de l’Outaouais
26 mars 2007
Pierre Reid[29] Parti libéral du Québec Orford, Estrie Vice-président de la Commission de l’économie et du travail 14 avril 2003
André Drolet[30] Parti libéral du Québec Jean-Lesage, Capitale-Nationale Adjoint parlementaire du ministre délégué aux Petites et moyennes entreprises, à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régional 8 décembre 2008
Karine Vallières[31] Parti libéral du Québec Richmond, Estrie
  • Adjointe parlementaire du premier ministre (volet jeunesse)
  • Membre du Bureau de l’Assemblée nationale
4 septembre 2012
Guy Hardy[32] Parti libéral du Québec Saint-François, Estrie Vice-président de la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles 7 avril 2014
François Gendron[33] Parti québécois Abitibi-Ouest, Abitibi-Témiscamingue
  • Troisième vice-président de l'Assemblée nationale
  • Porte-parole de l’opposition officielle responsable de la région de l'Abitibi-Témiscamingue
15 novembre 1976
Jean-Marc Fournier[34] Parti libéral du Québec Saint-Laurent, Montréal
  • Ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne
  • Leader parlementaire du gouvernement
12 septembre 1994*

13 septembre 2010

Norbert Morin Parti libéral du Québec Côte-du-Sud, Chaudière-Appalaches Whip adjoint du gouvernement

Président de séance

14 avril 2003
Ghislain Bolduc[35] Parti libéral du Québec Mégantic, Estrie Adjoint parlementaire du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports 4 septembre 2012
Raymond Bernier[36] Parti libéral du Québec Montmorency, Capitale-Nationale Président de la Commission des finances publiques 14 avril 2003*

7 avril 2014

Germain Chevarie[37] Parti libéral du Québec Îles-de-la-Madeleine, Gaspésie -- Îles-de-la-Madeleine
  • Adjoint parlementaire du ministre de la Santé et des Services sociaux
  • Adjoint parlementaire du ministre responsable de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
8 décembre 2008*

7 avril 2014

André Spénard[38] Coalition Avenir Québec Beauce-Nord, Chaudière-Appalaches
  • Vice-président de la Commission des finances publiques
  • Porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de sécurité publique
4 septembre 2012
Michel Matte[39] Parti libéral du Québec Portneuf, Capitale-Nationale
  • Vice-président de la Commission des relations avec les citoyens
  • Membre du Bureau de l’Assemblée nationale
6 décembre 2008*

7 avril 2014

  • Nicole Léger quitta son poste de députée de Pointe-aux-Trembles en 2007 pour laisser sa place au nouveau chef du Parti québécois, André Boisclair[40]. Elle se fit réélire en 2008 suite au départ d'André Boisclair de la politique[41].
  • Première élection de Jean-Marc Fournier dans la circonscription de Châteauguay. Il ne s'est pas représenté aux élections de 2008. Il se fit élire député de Saint-Laurent lors d'une élection partielle en 2010.
  • Première élection de Raymond Bernier à l'Assemblée nationale. Fut défait aux élections du 4 septembre 2012 par Michelyne C. Saint-Laurent de la CAQ. Réélu député de Montmorency le 7 avril 2014.
  • Élu pour la permière fois lors du scrutin du 8 décembre 2008. Défait par Jeannine Richard du Parti québécois aux élections de 2012. Réélu lors du scrutin d'avril 2014.
  • Élu pour la première fois le 6 décembre 2008. Défait par le candidat Caquiste, Jacques Marcotte. Réélu le 7 avril 2014, contre Jacques Marcotte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Projet de loi n°3 : Loi modifiant la Loi électorale afin de prévoir des élections à date fixe », sur assnat.qc.ca.
  2. « Projet de loi n°3 : Loi modifiant la Loi électorale afin de prévoir des élections à date fixe - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le 18 juin 2017)
  3. « Québec prêt à étudier la ligne rose du métro | Pierre-André Normandin | Grand Montréal », La Presse,‎ (lire en ligne)
  4. « Transport: Couillard appuie la «logique» de la ligne rose | Pierre-André Normandin | Grand Montréal », La Presse,‎ (lire en ligne)
  5. « Le PQ propose «un grand déblocage», sans le REM | BRUNO BISSON | Politique québécoise », La Presse,‎ (lire en ligne)
  6. « Le PQ remplacerait le REM par un «grand déblocage» », sur Le Devoir (consulté le 4 avril 2018)
  7. « Pas question d'abandonner le REM, dit Valérie Plante », Métro, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  8. « La grogne s’élève en banlieue contre le REM », sur Le Devoir (consulté le 4 avril 2018)
  9. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Québec dévoile son projet de tramway », sur Radio-Canada.ca (consulté le 4 avril 2018)
  10. « Couillard mise sur le projet de tramway à Québec pour se faire réélire », HuffPost Québec,‎ (lire en ligne)
  11. « Philippe Couillard - PLQ », PLQ, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  12. « Nouveau sondage Léger: Les libéraux chutent », sur blog.qc125.com (consulté le 6 mars 2018)
  13. « Le PLQ poursuit sa descente », sur Le Devoir (consulté le 6 mars 2018)
  14. « Jean-François Lisée est élu chef du PQ », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  15. « Véronique Hivon prend du galon et devient vice-cheffe du Parti québécois », TVA Nouvelles, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  16. « Sondage: le Parti québécois reste optimiste », sur Le Devoir (consulté le 6 mars 2018)
  17. « François Legault - Coalition Avenir Québec », Coalition Avenir Québec, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  18. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Manon Massé sera l’aspirante première ministre pour Québec solidaire », sur Radio-Canada.ca (consulté le 6 mars 2018)
  19. « Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé élus porte-parole de Québec solidaire », sur Le Devoir (consulté le 6 mars 2018)
  20. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « « L’arme non secrète » de Québec solidaire », sur Radio-Canada.ca (consulté le 6 mars 2018)
  21. « Financement des partis : la limite de 100 $ pour les dons entre en vigueur », sur Radio-Canada, (consulté le 31 mars 2018)
  22. « Contributions », sur Élections Québec et la Commission de la représentation électorale, (consulté le 31 mars 2018)
  23. Marie-Renée Grondin, « 26 députés élus en 2014 qui ne seront pas de la prochaine campagne électorale », Le Journal de Québec, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  24. Alec Castonguay, « Alexandre Cloutier quitte la vie politique », L’actualité, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  25. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Agnès Maltais quitte la politique pour « retrouver sa vie » », sur Radio-Canada.ca (consulté le 23 mars 2018)
  26. « La péquiste Nicole Léger quitte la vie politique », TVA Nouvelles, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  27. « Claude Cousineau passe le flambeau », sur L'Information du Nord Ste-Agathe (consulté le 23 mars 2018)
  28. « La ministre Stéphanie Vallée ne se représentera pas au scrutin d'octobre | MARTIN CROTEAU ET HUGO PILON-LAROSE | Politique québécoise », La Presse,‎ (lire en ligne)
  29. « Pierre Reid confirme son retrait de la vie politique - Le Reflet du Lac », Le Reflet du Lac,‎ (lire en ligne)
  30. « Le député André Drolet annonce son retrait de la vie politique », TVA Nouvelles, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  31. « Karine Vallières quitte la vie politique », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  32. « PLQ: le député Guy Hardy quitte la vie politique | Tommy Chouinard | Politique québécoise », La Presse,‎ (lire en ligne)
  33. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Le député d'Abitibi-Ouest François Gendron ne sera pas des prochaines élections », sur Radio-Canada.ca (consulté le 23 mars 2018)
  34. « Jean-Marc Fournier tire sa révérence », sur Le Devoir (consulté le 23 mars 2018)
  35. « Ghislain Bolduc annonce son retrait de la vie politique », TVA Nouvelles, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  36. Marc-André Gagnon, « Raymond Bernier quitte la politique provinciale », Le Journal de Québec, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  37. Agence QMI, « Le député des Îles-de-la-Madeleine annonce son départ de la vie politique », Le Journal de Québec, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  38. « Un premier caquiste annonce qu’il ne sollicitera pas de nouveau mandat », HuffPost Québec,‎ (lire en ligne)
  39. « Le député de Portneuf Michel Matte quitte la politique », Le Soleil,‎ (lire en ligne)
  40. « Pointe-aux-Trembles - Nicole Léger démissionne », sur Le Devoir (consulté le 23 mars 2018)
  41. « Election partielle dans Pointe-aux-Trembles - Le Parti québécois de Pointe-aux-Trembles choisit Nicole Léger comme candidate », sur www.newswire.ca (consulté le 23 mars 2018)