Manon Massé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manon Massé
Image illustrative de l'article Manon Massé
Fonctions
Députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques
En fonction depuis le 7 avril 2014
Prédécesseur Daniel Breton
Biographie
Date de naissance 22 mai 1963 (51 ans)
Lieu de naissance Windsor, Québec
Parti politique Québec solidaire

Manon Massé (née le 22 mai 1963 à Windsor) est une femme politique québécoise, élue députée de Québec solidaire dans la circonscription de Sainte-Marie–Saint-Jacques le 7 avril 2014. En plus d'avoir été la première candidate de Québec solidaire, Manon Massé se présente dans la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques depuis 2006. Elle a auparavant été une travailleuse communautaire, une militante féministe et une des cofondatrices du parti Option citoyenne.

Engagement social[modifier | modifier le code]

Luttes féministes[modifier | modifier le code]

Manon Massé est impliquée depuis les années 1980, tant comme militante que comme travailleuse, dans les milieux féministes, communautaires et altermondialistes. Elle a notamment été l'une des organisatrices de la Marche des femmes contre la pauvreté « Du pain et des roses » en 1995 où elle a marché vers la ville de Québec aux côtés de Françoise David. En 2000, elle coorganise la Marche mondiale des Femmes contre la pauvreté et la violence.

Bateau canadien pour Gaza[modifier | modifier le code]

À l'été 2011, Manon Massé participe à la Flottille de la Liberté II[1] et représente Québec solidaire à bord du Bateau canadien pour Gaza[2], projet humanitaire qui visait à briser le blocus par Israël de la Bande de Gaza. Cette initiative fut amorcée par son collègue Amir Khadir, Iranien d'origine et pro-palestinien.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Après la marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence (2000), Manon Massé collabore étroitement avec Françoise David à mettre sur pied Option citoyenne qui fusionnera en février 2006 avec l'Union des forces progressistes pour devenir le parti Québec solidaire. Avant sa victoire dans l'élection générale québécoise de 2014, Massé se présentera sous cette bannière dans la circonscription de Sainte-Marie–Saint-Jacques lors des élections provinciales de 2006, 2007, 2008 et 2012. Les questions de transport collectif, de lutte à la pauvreté, de logement social et des droits de la communauté LGBTQ sont au cœur de ses priorités politiques[3].

En janvier 2013, elle publie une lettre ouverte[4] où elle demande au gouvernement de cesser la vente de l'Îlot Voyageur[5] à des intérêts privés afin qu'il se positionne en faveur du projet UTILE[6], lequel préconise la création d'une coopérative de solidarité en habitation étudiante. Elle croit que cette initiative "permettrait que le logement étudiant au centre-ville reste accessible à long terme et soit protégé des fluctuations du marché locatif privé"[7].

Le 13 juin 2014, elle fut victime d’intimidation physique pendant l'exercice de son rôle de députée. En point de presse, Manon Massé affirma: «André Drolet s'est penché sur moi et m'a tenu fermement le bras.». «Viens pas jouer dans mes plates-bandes!», aurait ajouté M. Drolet. Le président de l'Assemblée nationale du Québec a condamné l'action de M. Drolet en jugeant qu'il s'agissait d’intimidation[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/06/19/005-flotille-blocus-gaza.shtml
  2. http://www.tahrir.ca/fr/
  3. http://dimanchematin.com/11-questions-a-manon-masse-candidate-pour-quebec-solidaire/
  4. Manon Massé, « Îlot Voyageur - Québec doit bloquer la vente », Le Devoir,‎ 12 janvier 2013 (lire en ligne)
  5. Kathleen Lévesque, « Îlot Voyageur: la nouvelle gare d'autobus pourrait demeurer vide », Le Devoir,‎ 30 janvier 2008 (lire en ligne)
  6. http://www.pourlequartierlatin.org/le-projet/
  7. Manon Massé, « Îlot Voyageur - Québec doit bloquer la vente », Le Devoir,‎ 12 janvier 2013 (lire en ligne)
  8. Jocelyne Richer, « André Drolet a intimidé Manon Massé, juge le président de l'Assemblée nationale », La Presse,‎ 13 juin 2014 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]