Catherine Dorion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Catherine Dorion est une auteure, comédienne et militante politique du Québec. Candidate du parti Option nationale dans Taschereau lors des élections générales de 2012 et de 2014, elle s'est fait connaître par le buzz retentissant de ses vidéos de campagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née au Québec, elle a grandi dans le quartier Saint-Jean-Baptiste à Québec et vit maintenant dans Limoilou. Elle a fait ses études au Québec, en Espagne, au Chili, en Russie et à Londres et a voyagé dans plus d'une trentaine de pays.

Elle est titulaire d'une maîtrise en sciences politiques (War Studies) du King's College de Londres, d’un baccalauréat en Relations internationales et Droit international de l’UQÀM et diplômée du Conservatoire d'art dramatique de Québec.

Elle est chroniqueuse au Carrefour de Québec, à Mise à jour - Québec et a collaboré à l'émission Plus on est de fous, plus on lit à Radio-Canada.

Actrice, elle a joué dans plusieurs téléromans et pièces de théâtre, dont L'Auberge du chien noir. Son interprétation dans "Les combustibles" d'Amélie Nothomb au Théâtre du Trident lui vaut d'être nommée pour le prix Révélation de l’année au Gala des masques. Elle est par ailleurs slammeuse, a gagné plusieurs compétitions et été à ce titre artiste invitée aux Francofolies de Montréal[1]. Ses performances poétiques se retrouvent dans plusieurs festivals et médias.

Elle est l'auteure du recueil Même s'il fait noir comme dans le cul d'un ours[2], publié chez Cornac en 2014.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En tant qu'artiste, elle s'engage dans des collectifs engagés, visant à faire réfléchir et réagir le public.

Candidate aux élections générales de 2012 dans la circonscription de Taschereau elle poste une capsule vidéo sur YouTube dans laquelle elle explique la source de son engagement. Énorme succès pour une vidéo de 6 minutes parlant de politique, elle obtient rapidement plus de 100000 vues, et se classe un temps dans les trois vidéos les plus regardées au Canada[3].

Ce succès inattendu la met sur le devant de la scène politique. Elle est fréquemment interviewée[4], est choisie par L'Actualité pour représenter son parti en tenant un blog de campagne[5] et voit les médias couvrir la publication d'une autre vidéo de campagne. Cette vidéo totalisera plus de 15000 vues, ce qui est conséquent pour une vidéo de politique assez pointue[6]. Le jour du scrutin elle obtient 7,37% des voix, ce qui constitue le deuxième meilleur score d'Option Nationale après celui de Jean-Martin Aussant, chef du parti.

Elle réalise en 2013 un micro-documentaire sur les immigrants et la souveraineté.

Elle est de nouveau candidate aux élections générales de 2014. Cette fois-ci, elle n'obtient que 4,21%, ce qui est cependant le meilleur score d'Option nationale, qui dépasse à peine les 1% de moyenne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2011-auj. : plusieurs articles dans les revues Liberté, Relations, Revue québécoise de droit international, Éthique publique, L'Action nationale, Qui vive, ainsi que dans les grands quotidiens québécois.
  • 2012 : « Le lieu collectif », dans « Notre indépendance », Stanké.
  • 2012 : NOUS ?, monologue présenté par le collectif du Moulin à paroles.
  • 2011 : Kukipik, théâtre clownesque, coauteure au sein de la compagnie le Soucide collectif. Mis en scène par Marc Doré au Théâtre Premier Acte (Québec).
  • 2011 : Deux textes dans J’aurais voté oui mais j’étais trop petit, Editas.
  • 2010 : Kounadia, conte présenté dans la pièce Nous sommes faits (comme des rats), par la compagnie des Biches pensives. Mise en scène d’Alexia Burger à la Cinémathèque québécoise (Montréal).
  • 2009 : Viva Pinoshit, mise en scène par Olivier Lépine au Théâtre Premier Acte (Québec).
  • 2008 : Quand le sage pointe la lune, le fou regarde le doigt, coauteure au sein de la compagnie le Soucide collectif. Mis en scène par Marc Doré au Théâtre Périscope (Québec).
  • 2012 : Même s’il fait noir comme dans le cul d’un ours, poésie, Cornac, 2014.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. . Pour les éléments biographiques, la bibliographie et les prix, voir CV sur son site officiel.
  2. Même s'il fait noir comme dans le cul d'un ours, sur le site de l'éditeur
  3. Article de La Presse et du Huffington Post Canada.
  4. Par exemple sur Radio Canada qui parle pourtant très peu du nouveau parti souverainiste.
  5. L'Actualité
  6. La seconde vidéo de Catherine Dorion.

Liens externes[modifier | modifier le code]