Claire Samson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claire Samson
Fonctions
Député d'Iberville
En fonction depuis le
Élection 7 avril 2014
Législature 41e
Prédécesseur Marie Bouillé
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Parti politique Coalition Avenir Québec
Diplômé de Stern School of Business (Université de New York)
Profession Gestionnaire de média

Claire Samson (née le 12 avril 1955[1]) est une gestionnaire de média et femme politique québécoise. Elle est députée d'Iberville à l'Assemblée nationale du Québec pour la Coalition Avenir Québec[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Claire Samson œuvre dans le domaine des médias depuis 1973[1]. Elle a débuté chez Télémédia, devenant directrice des promotions. De 1978 à 1989 elle a été directrice des communications à la Société Radio-Canada, puis de 1989 à 1993 vice-présidente aux communications à Télé-Métropole. En 1993 elle est promue vice-présidente à la planification et au développement, supervisant le partenariat entre Télé-Métropole et CanWest Global pour l'achat de CKMI, une station de télévision anglophone de Québec, et sa transformation en station-phare du réseau CanWest Global au Québec[1]. En 1993 elle retourne à Radio-Canada comme directrice générale des communications aux services français. En 1995 elle se retrouve de nouveau au secteur privé comme vice-présidente et chef des opérations chez Télévision Quatre-Saisons. De retour à Radio-Canada en 1997, elle est directrice générale des communications et directrice générale par intérim de la programmation au réseau français. En 1999, elle s'est jointe au groupe Publicis[3], mais dès janvier 2000 elle a été choisie comme présidente-directrice générale de l'Association des producteurs de film et de télévision du Québec[4], maintenant appelée l'Association québécoise de la production médiatique (AQPM).

Vie politique[modifier | modifier le code]

Elle se lance en politique sous la bannière de la Coalition Avenir Québec en août 2012 lors de l'Élection générale québécoise de 2012 dans la circonscription d'Iberville. Elle annonce son intention de déménager de Boucherville pour aller vivre dans la circonscription[5]. Elle finira 2e avec 11 826 votes (33,39%), concédant une majorité de 1 953 votes à la député sortante du Parti québécois Marie Bouillé.

Elle se représente à nouveau lors de l'Élection générale québécoise de 2014, cette fois-ci, avec succès. Elle défait la député sortante Marie Bouillé avec, curieusement, moins de votes qu'en 2012 soit 11 135 (34,23%). Cela est notamment dû à la performance du Parti libéral du Québec qui a vu une amélioration de sept points de pourcentage aux dépens du Parti québécois. Souffrant d'épilepsie, à la fin du mois de décembre 2014, elle communique avec Jacques Chagnon, le président de l'Assemblée nationale, pour obtenir la permission que son chien soit à ses côtés pendant la période des questions. Le 10 février 2015, «Pepper» devient le premier chien à assister aux travaux de l'Assemblée sur le parquet[6].

Fonctions parlementaires[modifier | modifier le code]

À la formation du caucus de la Coalition Avenir Québec, elle devient la porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de culture et de communications, pour la protection et la promotion de la langue française et responsable de la région de la Montérégie. Depuis le 17 février 2015, elle siège en tant que membre de la Commission de la culture et de l’éducation. Elle est la vice-présidente de la Délégation de l’Assemblée nationale pour les relations avec l’Assemblée nationale française et elle est membre de la Délégation de l'Assemblée nationale pour les relations avec les États-Unis et de la Délégation de l’Assemblée nationale pour les relations avec le Maroc.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2004: Admise au Temple de la renommée de l'Association canadienne des radiodiffuseurs[7]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]