Élection partielle québécoise de 2004

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'élection partielle québécoise de 2004 s'est tenue le 20 septembre 2004. Elle visait à élire quatre députés à la suite de diverses démissions. Il s'agit des députés des circonscription de Gouin, Laurier-Dorion, Nelligan et Vanier.

Le scrutin a permis l'élection à l'Assemblée nationale du Québec des péquistes Nicolas Girard (Gouin) et Elsie Lefebvre (Laurier-Dorion), de la libérale Yolande James (Nelligan) et de l'adéquiste Sylvain Légaré (Vanier).

Contexte[modifier | modifier le code]

La dernière annonce d'élection, celle de la circonscription de Gouin, a été faite le 18 août 2004 à la suite du conseil des ministres[1]

Le Parti libéral du Québec débute la campagne avec une longueur d'avance sur les autres partis. En effet, ayant pu décider de la date de l'élection, ses quatre candidats soient choisis lors du début de la campagne. Jean Charest en a d'ailleurs profité pour commencer la campagne en attaquant ses adversaires au sujet de leur position constitutionnelle. Selon lui, « Le Parti québécois n'a qu'une idée, la souveraineté du Québec, et l'Action démocratique n'en a pas »[2].

Pour le Parti québécois, l'élection se déroule à un bien mauvais moment. Non seulement, plusieurs personnes réclament une course au leadership pour remplacer le chef, Bernard Landry, mais l'ex-premier ministre Jacques Parizeau relance un vieux débat du camp souverainiste: l'élection référendaire. Toutefois, le parti profite d'un taux d'insatisfaction élevée envers le gouvernement Charest[réf. nécessaire].

Les circonscriptions[modifier | modifier le code]

Gouin[modifier | modifier le code]

La circonscription de Gouin est un véritable château fort péquiste. Le siège y était vacant en raison du départ d'André Boisclair qui y a régné pendant 15 ans.

Du côté du Parti québécois, l'investiture a été remporté par Nicolas Girard contre Dominique Ollivier[3]. Plusieurs personnes avaient critiqués le choix des militants de ne pas choisir la candidate issue des minorités culturelles dans une circonscription aussi que celle de Gouin.

Le local de la candidate libérale a été vandalisé durant la campagne[4].

Laurier-Dorion[modifier | modifier le code]

La circonscription de Laurier-Dorion, représentée par le Parti libéral du Québec depuis sa création en 1994, a été laissé vacante le 17 juin 2004 par le départ de Christos Sirros, identifié à l'aile gauche du parti libéral[5].

La candidate péquiste Elsie Lefebvre a pris tout le monde par surprise en remportant la victoire sur la libérale Voula Neofotistos[6].

Nelligan[modifier | modifier le code]

Dans la circonscription de Nelligan, le Parti libéral du Québec doit contrer la protestation des défusionnistes, qui l'appuyaient fortement aux dernières élections, en raison de la candidature d'un candidat indépendant, Michel Gibson. Plusieurs électeurs semblent insatisfait du règlement du dossier[7].

Du côté de l'Action démocratique du Québec, le candidat, Tom Pentefountas a promis une amélioration du service de train de banlieue vers l'ouest de l'île[8].

Vanier[modifier | modifier le code]

La circonscription de Vanier bénéficie d'une des campagnes les plus mouvementés. En effet, cette circonscription est décisive pour les trois partis qui espère y remporter la victoire. L'Action démocratique et le Parti libéral ont utilisé la campagne électorale pour critiquer la décision du CRTC de suspendre le permis de la station CHOI-FM. C'est toutefois Mario Dumont qui a utilisé ce sujet de façon plus virulentes[2].

La campagne de l'ADQ a commencé difficilement dans Vanier avec les protestations de Normand Morin, candidat du parti lors des élections précédentes, déçu d'avoir été laissé pour compte au profit de Sylvain Légaré que le parti a choisi comme candidat officiel[9].

Les trois principaux partis promettent le prolongement de l'autoroute du Vallon[10]. En fin de campagne, les partis se sont livrés une lutte sans merci en déployant toutes leurs énergies pour ravir la circonscription[11]. La victoire en a surpris plus d'un en allant du côté de l'Action démocratique du Québec et de son candidat Sylvain Légaré[6].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats par circonscription électorale[modifier | modifier le code]

Gouin
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Nicolas Girard Parti québécois 8 661 57,8 % 5 016
     Edith Keays Libéral 3 645 24,3 % -
     Gaétan Breton UFP 1 195 8 % -
     Stéphane Deschênes Action démocratique 749 5 % -
     Christian Lajoie Vert 558 3,7 % -
     Hugô St-Onge Bloc pot 148 1 % -
     Réjean Millette Indépendant 33 0,2 % -
Total 14 989 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 34,5 %.

Laurier-Dorion
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Elsie Lefebvre Parti québécois 7 573 46,1 % 483
     Voula Neofotistos Libéral 7 090 43,2 % -
     Andrés Fontecilla UFP 783 4,8 % -
     Enrique Colindres Action démocratique 460 2,8 % -
     Philippe Morlighem Vert 379 2,3 % -
     Sonia Bélanger Indépendant 145 0,9 % -
Total 16 430 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 35,2 %.

Nelligan
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Yolande James Libéral 7 812 52,6 % 3 774
     Michel Gibson Indépendant 4 038 27,2 % -
     Sarah Hawili Parti québécois 1 538 10,4 % -
     Tom Pentefountas Action démocratique 1 039 7 % -
     Ryan Young Vert 251 1,7 % -
     Josée Larouche UFP 120 0,8 % -
     Blair T. Longley Bloc pot 58 0,4 % -
Total 14 856 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 28,6 %.

Vanier
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Sylvain Légaré Action démocratique 11 164 46,8 % 4 500
     Michel Beaudoin Libéral 6 664 27,9 % -
     Sylvain Lévesque Parti québécois 5 243 22 % -
     Yonnel Bonaventure Vert 290 1,2 % -
     Monique Voisine UFP 155 0,6 % -
     Paul Biron Démocratie chrétienne 112 0,5 % -
     Karine Cyr Bloc pot 100 0,4 % -
     André Hamel Indépendant 71 0,3 % -
     Claude Gagnon Indépendant 65 0,3 % -
Total 23 864 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 47,6 %.

Résultats agglomérés[modifier | modifier le code]

Les résultats ci-dessous ont été calculés en fonction des résultats totaux obtenus dans les quatre circonscriptions, ainsi que des résultats obtenus par les partis lors des dernières élections dans les mêmes circonscriptions.


Partis Chef Candidats Sièges Voix
2003 Dissolution Élus +/- Nb % +/-
     Libéral Jean Charest 4 3 3 1 -2 25 211 35,94 %
     Parti québécois Bernard Landry 4 1 1 2 +1 23 015 32,81 %
     Action démocratique Mario Dumont 4 0 0 1 +1 13 412 19,12 %
     Union des forces progressistes 4 0 0 0 - 2 253 3,21 %
     Vert Richard Savignac 4 0 0 0 - 1 478 2,11 %
     Bloc Pot Hugô St-Onge 4 0 0 0 - 306 0,44 %
     Démocratie chrétienne Gilles Noël 1 0 0 0 - 112 0,16 %
     Indépendant 5 0 0 0 - 4 352 6,20 %
Total 30 4 4 4 - 70 139 100 %  
Source : Directeur général des élections du Québec

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jocelyne Richer, « Gouin aura un nouveau député le 20 septembre », dans Le Devoir, 19 août 2004, p. A3.
  2. a et b Norman Delisle, « La campagne électorale part avec vigueur dans la circonscription de Vanier », dans La Presse canadienne, 17 août 2004
  3. Clairandrée Cauchy, « Nicolas Girard remporte l'investiture péquiste de Gouin au troisième tour », dans Le Devoir, 25 août 2004, p. a4
  4. Clairandrée Cauchy, « Gouin: la candidate libérale est victime de vandales », dans Le Devoir, 4 septembre 2004, p. A5
  5. Norman Delisle, « Sirros quitte son poste de député », dans La Presse, 18 juin 2004, p. A12.
  6. a et b Lia Lévesque, « Les complémentaires livrent deux surprises: Vanier et Laurier-Dorion », dans La Presse canadienne, 21 septembre 2004.
  7. « Des défusionnistes rompent avec le Parti libéral », dans La Presse, 19 août 2004, p. A11
  8. « Train et défusions dans Nelligan », dans La Presse, 27 août 2004, p. A8
  9. Norman Deslile, « Des divergences se manifestent dans le parti de Mario Dumont », dans La Presse canadienne, 17 août 2004.
  10. Tommy Chouinard, « Vanier, à la croisée des courants », dans Le Devoir, 4 septembre 2004, p. A1
  11. Tommy Chouinard, « Blitz impressionnant dans Vanier », dans Le Devoir, 16 septembre 2004, p. A3

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]