Danielle McCann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Danielle McCann
Fonctions
Ministre de la Santé et des Services sociaux
En fonction depuis le
(1 an)
Premier ministre François Legault
Gouvernement Legault
Prédécesseur Gaétan Barrette
Députée à l'Assemblée nationale du Québec
En fonction depuis le
(1 an et 17 jours)
Élection 1er octobre 2018
Circonscription Sanguinet
Législature 42e
Groupe politique Coalition avenir Québec
Prédécesseur Alain Therrien
Biographie
Date de naissance
Parti politique Coalition avenir Québec
Diplômée de HEC Montréal
Université de Montréal
Université McGill
Profession Travailleuse sociale

Danielle McCann, née en 1953[réf. nécessaire], est une administratrice et femme politique québécoise. Elle est députée de Sanguinet à l'Assemblée nationale du Québec sous la bannière du Coalition avenir Québec depuis les élections générales de 2018. Depuis le , elle occupe le poste de ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

En 1980, elle obtient un baccalauréat en sciences de l'éducation de l'Université de Montréal, puis un an plus tard, un baccalauréat en service social de l'Université McGill. Elle complète également une maîtrise en administration des affaires à HEC Montréal en 1988[1].

Carrière en santé[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière en 1981 en tant qu'intervenante en travail social puis travailleuse sociale au sein du Centre des services sociaux Ville-Marie–Hôpital Royal Victoria. En 1992, elle devient chef de l'administration de programmes pour le Centre local de services communautaires (CLSC) de Sainte-Thérèse-de-Blainville. Elle en sera également la directrice générale par intérim en 1995. De 1997 à 2002, elle occupe le poste de directrice des programmes multiclientèle du Centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD) et CLSC Saint-Laurent. Elle est ensuite nommée directrice générale du CLSC du Richelieu et Centre Rouville, où elle travaille jusqu'en 2004. Elle occupe le même de façon intérimaire en 2004 du côté des CHSLD et CLSC Champagnat de la Vallée des Forts[1].

De 2004 à 2012, elle occupe le poste de directrice du CSSS du Sud-Ouest—Verdun. Durant son mandat, elle mise sur la collaboration entre les médecins et les autres professionnels de la santé. Elle valorise l'interdisciplinarité, notamment en valorisant les soins palliatifs à domicile à travers des équipes mixes. Elle est alors décrite comme une « gestionnaire discrète, calme et peu portée aux grands affrontements »[2]. Le , elle est nommée membre du conseil d’administration de l'Institut national de santé publique du Québec[3].

En 2012, elle devient présidente-directrice-générale de l'Agence de santé et de services sociaux de Montréal[4]. Elle démissionne de ce poste en 2014 alors qu'il reste encore deux années à son mandat de quatre ans. Annonçant vouloir prendre sa retraite, le gouvernement lui aurait plutôt indiqué la sortie pour des raisons de rendement et de gestion[5].

Le , elle est nommée membre du conseil d’administration d'Urgences-santé[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Arrivée rapide en politique[modifier | modifier le code]

À l'approche des élections générales québécoises de 2018, la Coalition avenir Québec (CAQ), en bonne position dans les sondages, cherche activement à trouver un candidat qui sera amené à devenir ministre de la Santé dans son gouvernement. En campagne électorale, le parti approche l'infirmière et gestionnaire Gertrude Bourdon. Celle-ci fait faux bon et décide plutôt de se présenter sous la bannière du Parti libéral du Québec[6]. Le , le chef de la CAQ, François Legault, la rencontre et lui offre de se joindre à son équipe. Lors de l'annonce officielle de sa candidature, le vendredi suivant, elle se positionne en opposition à Gaétan Barrette, ministre de la Santé sortant : « Je ne suis pas une personne qui va imposer des choses, je suis une personne qui va toujours dialoguer »[7]. Elle se porte candidate dans la circonscription électorale de Sanguinet, en Montérégie. François Legault laisse entendre, sans le confirmer, qu'elle pourrait devenir la future ministre de la Santé dans son gouvernement[8].

Ministre de la Santé[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée ministre de la Santé et des Services sociaux par le premier ministre François Legault lors de l'assermentation du Conseil des ministres du Québec. Elle fait partie d'un trio de ministres dédiés à la santé avec sa collègue Marguerite Blais (responsable des Aînés et des Proches aidants) et du neurologue Lionel Carmant (ministre délégué), devant surtout se charger des troubles d'apprentissage chez les enfants[9].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection générale de 2018 dans Sanguinet
Nom Parti Nombre
de voix
% Maj.
     Danielle McCann Coalition avenir 12 986 43,5 % 5 597
     Alain Therrien (sortant) Parti québécois 7 389 24,8 % -
     Maya Fréchette-Bonnier Québec solidaire 4 390 14,7 % -
     Marcelina Jugureanu Libéral 4 169 14 % -
     Antonino Geraci Vert 456 1,5 % -
     Nikolai Grigoriev Conservateur 355 1,2 % -
     Hélène Héroux Marxiste-léniniste 81 0,3 % -
Total 29 826 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 72,5 % et 616 bulletins ont été rejetés.
Source : DGEQ, « Résultats élections Québec 2018 », sur electionsquebec.qc.ca (consulté le 15 mai 2019)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]